Forum - Un Jouet dangereux - Manfredi tient à bout de bras un film mi-réussi
Accueil
Forum : Un Jouet dangereux

Sujet : Manfredi tient à bout de bras un film mi-réussi


De Arca1943, le 12 avril 2010 à 03:32
Note du film : 3/6

Note : 3,5

Passé directement à la télé au Québec (réseau TVA) au début des années 80, ce Jouet dangereux est une comédie à l'italienne de fin de parcours, un peu exsangue, que j'hésite à recommander aux amateurs. Il faut dire que Giuliano Montaldo, réalisateur de drames politiques engagés, n'est pas un réalisateur de comédies satiriques et il a la main un peu lourde pour ce genre de production. Le même projet entre les mains d'un Risi ou d'un Nanni Loy aurait été magnifique, quant à Monicelli il venait de tourner son Bourgeois tout petit, petit, comédie de la même veine grinçante, mais autrement réussie, sur un sujet très proche.

Une vertu de ce Giocattolo, quand on le voyait à l'époque en tout cas, était d'arriver à ironiser sur les Années de plomb et la psychose d'autodéfense. Le genre de film qu'Hollywood n'a pas fait après le 11 septembre, Cinecittà l'a fait après l'assassinat de Moro. Et de ça je suis admiratif ; évidemment il n'y a pas d'autre endroit au monde où l'on ferait de l'ironie avec un si tragique sujet.

Nino Manfredi est un naïf comptable transformé en convoyeur de fonds par son "ami" le riche Ruffo (Arnoldo Foa, faux jeton comme pas deux) qui s'est enrichi à ses dépens. Et transporter des fonds dans l'Italie de 1978, c'est quelque chose. Alors après un hold-up traumatisant au supermarché où il reçoit une balle perdue, Nino en vient, via la rencontre d'un flic "héroïque" (excellent Vittorio Mezzogiorno), par se convaincre qu'il lui faut une arme. Et comme il est horloger dans ses temps libres (truc de scénariste ici, mais pourquoi pas !), il se révèle d'une surprenante habileté avec une arme de poing… et les voyous qui vont tomber sur ce petit homme d'apparence insignifiante vont trouver à qui parler, d'autant qu'il fait exprès de sortir la nuit dans les rues désertes…

Nino Manfredi est un des grands comiques du siècle et c'est lui qui soutient et relance l'intérêt tout au long de ce film acceptable, parfois passionnant et à d'autres moments poussif. Marlène Jobert est bonne elle aussi, mais son personnage trop univoque de femme fragile ne lui rendait pas justice. Elle qui a des dons comiques, ils n'étaient pas utilisés dans le film.

La règle du unhappy end est remarquablement respectée (ça ne peut pas plus mal finir), toutefois le finale est entaché d'un dialogue "à message" qui ne m'étonne pas de monsieur Montaldo mais détone dans une comédie à l'italienne. La photographie un peu froide voire sépulcrale correspondait bien au sujet, mais en même temps éloignait le film du spectateur. Et puis le grand Morricone ne s'était pas vraiment foulé, même si on reconnaissait sa patte dès les premières mesures en staccato.

Bref, ce n'est pas banal car le sujet est très fort, et c'est l'occasion d'un voir un grand comique se débrouiller pour faire rire dans un contexte foncièrement dramatique et "engagé", mais je ne vote pas pour Un Jouet dangereux, du moins pas tout de suite, car d'autres comédies à l'italienne autrement prioritaires doivent sortir d'abord ! Et aussi d'autres Montaldo : Sacco et Vanzetti, Le Commando traqué


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0070 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter