Forum - Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ - Nanar haut de gamme
Accueil
Forum : Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ

Sujet : Nanar haut de gamme


De stronibein, le 24 février 2010 à 15:03
Note du film : 4/6

Quoi, comment ? Rien encore sur ce film, pas de querelle sur sa portée psychique et métaphysique ? Heureusement que je suis là!

Je l'ai vu pour la première fois récemment, lors de sa diffusion télévisée.

Bon, c'est un nanar haut de gamme, basé sur l'anachronisme et le burlesque. Une parodie de péplum délirante, aussi déjantée qu'"Helzapoppin" ou "La Vie de Brian". On sourit aux dialogues toujours amusants, parfois grossiers à condition de prendre les choses au second degré. Un point plus est la distribution. Non seulement les rôles principaux (Jean Yanne, Michel Serrault, Coluche) mais aussi les rôles secondaires (Darry Cowl, André Pousse, Michel Auclair, Paul Préboist…) sans parler des (vrais) journalistes TV (Léon Zitrone, Yves Mourousi) ). Seule – grosse- "erreur" de casting : l'exécrable Mimi Coutelier dans le rôle de Cléopâtre. Je mets des guillemets à "erreur" parce que chacun sait qu'elle n'a dû son rôle qu'à la promotion canapé: elle était à l'époque la petite amie de Jean Yanne.

Certes, ça ne donne pas dans la finesse, mais ça fait du bien de s'encanailler, parfois.

On peut admirer à la fois "Les Chevaux de Feu" et rigoler un bon coup à "Deux heures etc".

Tout comme on peut aimer à la fois Balzac et San Antonio, la poularde demi-deuil de la mère Brazier, et les saucisses-frites mayo d'une baraque à frites bruxelloise ! …


Répondre

De starlight, le 24 février 2010 à 16:53
Note du film : 4/6

Ben Hur: Vade retro satanas avem emboutis parechocum
Messala: Ah…Avenus prevnus! Chercham la bagarum… rentram dans le lardum!
Ben Hur: Non mais tournus pas rondus
Messala: Cassam pas les burettum!
Ben Hur: Meritare prisonem ! Grainus d'assasineum ! Appelare Flicum!%% Messala: Flicum ?
Ben Hur: Flicum! Degonflem! Deballonus! Flicum…
Ben Hur: Agentus…Centurionem!
Flicum : Et là! Et là! …Quad discutionnem? Qued se pasetiloum ?''
Ben Hur: Agentus Temoinem…
Flicum : Ouais…
Ben Hur: Imbecilum enfoncem parechocum!
Messala: Ah…..Conduisus comme un mancheum!

On est bien d'accord !… Je pense que celui qui aime à la fois Balzac et San Antonio, la poularde demi-deuil de la mère Brazier et les saucisses-frites mayo d'une baraque à frites bruxelloise ne peut pas être foncièrement mauvais !… Et comme le dirait notre collègue Droudrou : "car c'est un bon camarade" !

Beaucoup d'humour (décalé) pour ce film qui regroupe un panel d'acteurs divers et variés. Dommage d'avoir retenu Mimi Coutelier… cela gâche un peu la bonne tenue hautement philosophique de ce film !



Répondre

De droudrou, le 24 février 2010 à 18:00
Note du film : 4/6

Attentionem flicam arrivam ! certes je n'ai pas mémoire que ce sketch cité par notre ami Starlight figurait dans ce film mais cette gouaille qui n'appartenait qu'à Jean Yanne faisait merveille vis-à-vis d'un public dont nous étions et qui remettait en cause notre monde et ses institutions ! Pour ma part ce film est le juste pendant à la française des films des Monty Pythons… et accompagne bien même si l'humour et le ton en sont fort différents les aventures d'un petit gaulois et son comparse livreur de menhirs !


Répondre

De fretyl, le 24 février 2010 à 20:08
Note du film : 3/6

Il est dommage que Jean Yanne ait laissé tomber l'esprit méchant et poujadiste de ses premiers films pour Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ.

C'est surtout sans doute parce-que le film est produit par Claude Berri ; que le film était destiné à un public plus large, que sa réalisation est beaucoup plus simple qu'habituellement.
On est plus proche du Astérix & Obélix : mission Cléopâtre de Chabat que de Moi y'en a vouloir des sous. Mais on reconnait bien le style de l'acteur dans la grosse déconnade que constitue le film.

Et en effet Mimi Coutelier compagne de Yanne au moment du tournage, un peu comme dans Je te tiens, tu me tiens par la barbichette gâche un peu la fête.


Répondre

De Impétueux, le 14 septembre 2017 à 17:06
Note du film : 0/6

Le terrible, c'est qu'un film aussi stupide, navrant, minable, dégradant, outre de n'avoir pas manqué de moyens – costumes, figurants, décors – pour un résultat si piètre, soit de Jean Yanne. Acteur parmi les plus grands, souvent bouleversant (deux exemples : Le boucher et Nous ne vieillirons pas ensemble), ce qu'il a réalisé n'était pas du niveau de ce qu'il a interprété, de la même façon que ce qu'a commis Michel Audiard metteur en scène n'arrivait pas à la cheville de ses géniaux dialogues. Pourtant il me semble me souvenir que Tout le monde il est beau ou Moi y'en a vouloir des sous étaient dans beaucoup de séquences, d'une acidité chlorhydrique et que Yanne savait y manier une délicieuse souveraine grossièreté, bien venue dans les temps mous ; il est vrai qu'il était alors assisté par l'immense talent de Gérard Sire dont la disparition brutale en 1977 (à 50 ans) fut une immense perte pour l'esprit satirique français.

Il n'y a pas de grossièreté dans Deux heures moins le quart, il n'y a qu'une infinie vulgarité.

Au fait, je suppose qu'on peut ne pas connaître les propos définitifs d'Henri de Montherlant sur ce sujet, que j'ai pourtant souvent cités :

- Beaucoup de gens confondent grossièreté et vulgarité ; la grossièreté est puissance, la vulgarité c’est eux…
''- C’est eux, c’est eux, facile à dire ! Donnez nous au moins un exemple de grossièreté et de vulgarité, faites-nous comprendre !
- Un exemple de vulgarité ? Eh bien confondre grossièreté et vulgarité…

Que l'immense Michel Serrault ait pu trouver plaisir à interpréter une lopette éthérée dans La cage aux folles (1978 au cinéma, mais 1973 au théâtre, avec Jean Poiret) est aisément compréhensible et ravageur ; qu'il se répète et se caricature en glapissant, couinant, piaillant dans le rôle de César est accablant ; on a honte d'ailleurs de voir des acteurs de qualité – comme Daniel Emilfork ou Philippe Clay – ou des trognes magnifiques – comme André Pousse ou Michel Constantin – se commettre, se prostituer dans ces horreurs. On n'est pas surpris, en revanche, d'y retrouver Paul Préboist ou Darry Cowl, utilités dépréciatives du cinéma du dernier demi siècle.

C'est plein de sous-entendus graveleux (de moins en moins sous, d'ailleurs), plein de faux anachronismes qui ne touchent pas leur cible, plein de péripéties accablantes, tirées à la ligne ; on s'ennuie ferme, on n'a pas même la satisfaction de voir de jolies filles déshabillées (comme auraient pu l'être Valérie Mairesse ou Mimi Coutelier. Où est passé Jean Yanne  ?

Où est passé ce sceptique amer et iconoclaste qu'on aimerait entendre aujourd'hui brocarder les Vélib, les Végans, les féministes Gender, la piétonisation de Paris, l'homo festivus et les Nuit debout ? Il n'y a rien de lui dans cette crotte minable.


Répondre

De Laurent Ermont, le 14 septembre 2017 à 23:11

"Je vous ai compris"…Ce film est très bon,c'est tout simplement que vs n'aimez pas.A prendre au second degrés.


Répondre

De verdun, le 16 septembre 2017 à 17:05
Note du film : 1/6

Malgré son grand succès (3e du box-office français de l'année 1982) et la participation de gens que j'admire, je n'ai pas un très bon souvenir de ce film, moins drôle et surtout moins fin que les meilleurs "Asterix"…

Mais pour peu, vous me donneriez presque envie de le revoir !!


Répondre

De DelaNuit, le 16 septembre 2017 à 18:17
Note du film : 6/6

Pour ma part, j'ai toujours beaucoup ri devant ce film dont j'aime les dialogues et l'humour potache qui ne se prend pas au sérieux mais parodie avec jubilation les grands classiques du péplum. La succession de scénettes et répliques inégales tient peut-être davantage d'un show comique de cabaret que d'un film bien construit, mais Serrault s'en donne à cœur joie en forçant le trait du Néron de Quo Vadis mâtiné de Cage aux folles, Mimi Coutelier dans son insignifiance de petite reine caractérielle est un contrepoint on ne peut plus parfait à la grande Liz Taylor de Cléopâtre, etc. Tout cela est-il de mauvais goût ? Et alors ? On peut un soir apprécier un souper fin et un autre une bonne choucroute !

Je regrette qu'aucun film de la série Astérix ne me fasse autant rire car je les trouve toujours beaucoup trop politiquement corrects. Pour le reste, l'humour est de toute façon un des genres les plus subjectifs qui soit. Ce qui fait rire les uns agace ou laisse indifférent les autres, ce n'est pas nouveau. L'important est de suivre son inclination, en humour comme en amour, et qu'importe l'opinion des autres !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter