Forum - Le Code a changé - Je me demande....
Accueil
Forum : Le Code a changé

Sujet : Je me demande....


De Gilou40, le 13 janvier 2010 à 22:34
Note du film : 2/6

.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 1er avril 2010 à 12:50
Note du film : 0/6

D'accord avec Gilou… Écrit par un manchot, réalisé avec les pieds et monté avec des mitaines, ce "chef-d'œuvre" (selon "OK Podium")de Danièle-je-sais-pas-filmer-correctement-Thompson est une fausse fable humaniste mais un vrai film de "bourges", de ceux qui s'apitoient sur le sort des pauv' gens sur TF1 (Pernault's copyright) tout en dégustant du caviar à la petite cuillère…

Se prenant pour Sautet (un vrai réal' talentueux, lui), la grande manipulatrice des sentiments met en scène (euuuh…) un repas de famille, où se nouent et se dénouent des intrigues sentimentalo-pouêt-pouêt, le tout fluidifié par de généreuses lampées de champagne…

Grande narcissique devant l'éternel, la miss se regarde le nombril, l'ausculte, y farfouille sans pudeur afin de faire gicler son ego sur-dimensionné sur l'écran. Dotée d'une affiche hideuse simulant un grand-film-populaire-à-la-française-et-à-la-Sautet (tiens, on y revient !), la réalisatrice la plus douée depuis que Josée Dayan a abandonné le ciné pour fumer le cigare avec Gégé Depardieu dans sa cave vinicole étire sa – très – maigre intrigue sur une durée déraisonnable, là où un court-métrage de 4 secondes eût amplement suffit, et confie le scénar' au petit Cristopher Thompson, bellâtre tête à claques (faut faire travailler la petite famille, merde !), déjà présent (enfin, c'est beaucoup dire !) dans le massacre du "Comte de Monte-Cristo, déjà phagocyté par le le gros Gégé et la non moins rondelette Josée…tiens, le cinéma est une jolie petite famille bien unie, dirait-on…

Pour mettre en scène le "film de la consécration", la mégère non-apprivoisée (pardon…)s'est entourée du casting le plus ringard dans le petit microcosme du cinéma français : en tête d'affiche, l'ineffable Dany Boon (qui pousse des gueulantes à la moindre occasion depuis que son navet à 100 millions de francs a battu l'inoxydable "Vos gueules les mouettes, la mer est basse" au box-office), talonné de près par la BoBo dans toute sa splendeur, à savoir Karin (ca)Viard. Actrice la plus douée depuis que La Bardot a quitté le ciné pour nos amis à poils longs, Emmanuelle Seigner vient étaler ses lacunes dramatiques flagrantes. La seule chèvre qui joue au poker, Patrick Bruel, vient faire un coucou à 100 millions de francs. Vient ensuite le gendre idéal (barbe de trois jours, chevelure poivre-et-sel, lunettes d'intello), à savoir Guillaume durant ("dans son propre rôle", précise avec justesse l'affiche).

Danièle (pas Darrieux, l'autre hélas) parachèvele tout en gaspillant l'excellent Arditi, en rendant exaspérant le talentueux Chesnais et distribue Marina Hands dans un rôle indigne de son talent.

Bien entendu tout ce beau monde fait de l'œil à la ménagère de plus de 50 ans en se rendant chez Drucker ( le baril de lessive le plus amidonné du PAF), bouleversant Odette à l'évocation du décès de Bernadette, la chienne de Pâaaatrick Bruel, décédée d'une mucoviscidose foudroyante…

Allez, une petite citation du film au passage, qui s'applique à merveille à la fille légitime de Max Pécas : J'ai voulu être une artiste, mais j'avais pas le talent, alors j'ai travaillé avec les artistes, et là ça a marché !

Mission accomplie, l'Aaaartiste…

Post-Scriptum : Droudrou, Impétueux et Alholg, veuillez pardonner ce texte long et volontiers provocateur, loin d'être objectif (mais l'est on jamais ?), acerbe (est-ce un défaut ? ) et d'une mauvaise foi évidente (mais pas plus que ne l'est Dame Thompson…) Mais ce sont de telles daubes sous cellophane et baignant dans la naphtaline qui font honte aux français, qui ridiculisent les petits frenchies aux yeux du spectateur U.S lambda et qui loin d'émouvoir, prêtent plutôt à la franche rigolade…


Répondre

De Arca1943, le 1er avril 2010 à 15:24

Quelle fougue ! Son seul défaut est de me donner envie de vérifier si vous avez raison, autrement dit de voir le film…

Je me dois cependant de corriger un léger détail qui me semble un peu faux. En effet vous écrivez :

« Mais ce sont de telles daubes sous cellophane et baignant dans la naphtaline qui font honte aux français, qui ridiculisent les petits frenchies aux yeux du spectateur U.S lambda. »

Nord-américain, je suis bien placé pour savoir que le « spectateur U.S. lambda » ne voit QUE des films américains, point à la ligne, et jamais quoi que ce soit d'étranger, ni de France ni d'ailleurs. D'où l'industrie du remake immédiat (à ne pas confondre avec le remake en général) qui refait des succès remportés à l'étranger par des films étrangers afin de les rendre acceptables au « spectateur U.S. lambda » : à savoir sans étrangers. Le « spectateur U.S. lambda » n'a pas besoin de voir un seul film français dans sa vie, ni quoi que ce soit d'Européen ou d'Asiatique d'ailleurs, pour savoir ce qu'il y a dedans, c'est-à-dire que c'est prétentieux et intellectuel. Point. Les seuls spectateurs américains à qui il peut arriver de voir quelque chose d'étranger ne sont pas « lambda » : ce sont des universitaires qui vont voir des films d'Eric Rohmer dans des arthouse theatres. (Et n'essayez surtout pas de leur refiler Louis de Funès). Ce qui n'empêche pas les Français, qui ont toujours cette vision ridicule et naïve de « l'Amérique », de vouloir à toute force exporter leurs films aux États-Unis sans jamais comprendre que ce marché est irrémédiablement hostile à l'étranger, qu'il vit dans une espèce d'autarcie culturelle de fait.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 1er avril 2010 à 15:55
Note du film : 0/6

ok arca. je suis allé trop vite en besogne…je vois que vous êtes toujours autant hostile aux "remakes", préférant les sequels… saine attitude.


Répondre

De Impétueux, le 1er avril 2010 à 23:23

Ne vous accusez pas de quoi que ce soit Steeve Mc Queen, et continuez ainsi dans la roborative invective….

On n'a pas besoin d'eau tiède, jamais !


Répondre

De fretyl, le 2 avril 2010 à 00:18

J'ai une haine infini pour ce genre de film de salon parisien. Même les personnages des films de Sautet tel que Vincent, François, Paul… et les autres me font chier !

Seul Yves Robert avec Nous irons tous au paradis aura su rendre attachant ce genre de personnage.

Dans le même genre détestable, le pire restera surement Le Cœur des hommes.
Dans ces films bourgeois, les acteurs s'imaginent toujours que parce-qu'ils sont encostardés et qu'ils jouent des scènes psychologico/bobo, ils sont forcément des comédiens profonds et talentueux.

Pas étonnant de croiser au générique de ce Code a changé Patrick Benguigui (je l'appelle comme ça, parce-que ça l'énerve) ou Dany Boon qui semblent avoir tout à prouver, justement parce-qu'ils ne sont rien…


Répondre

De Gilou40, le 2 avril 2010 à 14:01
Note du film : 2/6

J'ai laissé, hier au soir, un message en réponse à Frétyl. Ou est il passé ?….


Répondre

De Arca1943, le 2 avril 2010 à 14:07

Bonjour Gilou40. Il y a eu hier un problème d'envahisseurs hostiles (vous savez, du genre de ceux qui entraient dans vos messages) et il est possible, malheureusement, qu'un brave et honnête message ait été effacé par erreur.


Répondre

De Gilou40, le 2 avril 2010 à 14:15
Note du film : 2/6

Merci pour votre réponse Arca.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter