Forum - Un Homme marche dans la ville - Mélodrame naturaliste
Accueil
Forum : Un Homme marche dans la ville

Sujet : Mélodrame naturaliste


De Impétueux, le 27 septembre 2009 à 20:52
Note du film : 5/6

Une œuvre vilipendée conjointement par le Parti Communiste, la C.G.T. et la Centrale Catholique du Cinéma peut-elle être absolument médiocre ? Sûrement pas ! Et Un homme marche dans la ville est, de fait, un sacré bon film, prenant, triste et désespérant, construit sur l'histoire simple d'un couple mal assorti, d'une frustration féminine à la limite de l'hystérie et d'une méprise policière… Tout cela est un peu mélodramatique, mais le côté conventionnel de l'anecdote est effacé par la qualité de la réalisation et du parti original de filmer Le Havre de 1950….

Il y a peu de villes, hors Saint-Nazaire, Royan ou Toulon, qui ait autant souffert des bombardements qui ont accompagné la Libération ; toujours est-il que la cité, fondée par François Ier, qui connut au 19ème siècle, une éclatante prospérité, a été détruite à peu près complètement par des bombardements en septembre 1944…

C'est donc sur un fond de ruines à peine déblayées, et avant que la reconstruction, conduite par Auguste Perret ne dresse ses étranges architectures des années 60 (aujourd'hui classées au Patrimoine mondial de l'Humanité), que se développe cette histoire de dockers durs au mal, jaloux de leurs boulots et de leur corporatisme (la scène d'ouverture, les annonces au micro lors de l'embauche sont fort curieuses).

Un de ces dockers de la base, grognon, râleur, aigri, qui paraît incapable d'amour, Laurent, (Robert Dalban, épatant) est marié, on ne sait trop pourquoi ni comment à Madeleine, une de ces femmes qui, sans même le vouloir, attisent le désir du mâle (Ginette Leclerc, dont je ne suis pas très amateur, mais que je n'ai jamais vue, en tout cas aussi mal attifée, ni coiffée : un vrai repoussoir !). L'ami de la famille, Jean, (Jean-Pierre Kérien, qui n'a pas plus de talent là qu'il n'en a jamais eu) attise chez Madeleine une sorte d'absurde passion, à quoi il ne répond que charnellement… Laurent est tué, lors d'une querelle d'après-boire ; Jean est accusé…

Et tout cela se déroule sur le fond des paysages d'un grand port renaissant à peine de ses cendres, avec des quais sans fin, des rails de chemin de fer, des ponts tournants, des hangars grands comme des cathédrales, des bruits obstinés du travail manuel…

Il y a des moments très très bien, presque documentaires, dans ce décor épouvantable de ville rasée, de déblais, dans cette post-Apocalypse où la distraction principale est l'ivrognerie et où tout prend figure de fatalité laborieuse (la présence de Fréhel, dans un rôle de figuration est typique, Fréhel, icône et symbole des jours enfuis et des vies gâchées). Quelques très beaux plans, contrastés et violents, qui font songer à l'expressionnisme, des trognes réussies (Yves Deniaud, en bistrotier las de la vie, notamment), de très bons moments désolés…

Comment se fait-il que le réalisateur, Marcello Pagliero, excellent acteur (Rome, ville ouverte, Dédée d'Anvers), qui tourna ensuite un excellent et angoissant Chéri-Bibi ait pu, après Un homme marche dans la ville, ambitieux et prenant, une telle nullité que La rose rouge, qui est un des plus accablants films de l'histoire du cinéma ?


Répondre

De Arca1943, le 27 septembre 2009 à 22:09

L'excitante dénonciation de ce film en 1949 par le Parti communiste et la Centrale catholique du cinéma (dans un communiqué conjoint, sans doute ?) me pousse à rappeler que Marcello Pagliero, critique littéraire, acteur, scénariste et réalisateur, né à Londres (en 1907) d'un père italien et d'une mère française et mort à Paris (en 1980), a fait partie dans l'immédiat après-guerre de l'aventure du néoréalisme. D'abord comme acteur dans le rôle (inoubliable) de l'ingénieur communiste Manfredi dans Rome, ville ouverte. Ensuite sa seule nomination à l'Oscar, il l'a eue en 1946 en tant que scénariste aux côtés de Amidei, Rossellini, Fellini et Alfred Hayes pour Paisa. Après quoi, toujours en 1946 il réalise son premier long-métrage, La Nuit porte conseil (Roma città libera) avec Vittorio De Sica – édité récemment chez nous, dans la zone 1 – et termine aussi Desiderio, commencé par Rossellini en 1943 sous le titre Scalo merci. Et ensuite il déménage en France. Mes sources ne disent pas pourquoi. Mais notons que Roma città libera fut bloqué pendant deux ans avant de sortir en Italie. Ça a peut-être un rapport.

Quoi qu'il en soit, je me demande si je ne vais pas faire prochainement une petite entorse à mes principes nippotaliens pour acheter ce film français qui m'a l'air drôlement intéressant.

Notons aussi pour l'édification de nos amis du Parti communiste que le dernier film de Pagliero en tant que réalisateur, Vingt mille lieues sur la terre (1961), avec Jean Rochefort et scénarisé par Sergei Mikhalkov (le papa de Nikita !), fut une coproduction France-URSS…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter