Forum - Angèle - Et ça sort quand en DVD ?
Accueil
Forum : Angèle

Sujet : Et ça sort quand en DVD ?

VOTE
De californie0, le 6 juin 2004 à 21:42
Note du film : 6/6

Je vote pour Angèle de Marcel Pagnol avec Fernandel et Orane Demazis.


Répondre
VOTE
De atalon32, le 30 juillet 2004 à 15:13
Note du film : 6/6

Oui, on a besoin de ce film en DVD !


Répondre

De lucettelaetitia@tele2.fr, le 4 août 2004 à 16:14

Merci de m'indiquer ou je pourrais trouver ces films d'avant 1940 en version restaurée ? Merci !


Répondre

De fouche, le 15 septembre 2004 à 14:09

Je suis pour une publication immédiate en DVD.


Répondre

De Canari, le 15 octobre 2004 à 10:08

Oui, vous avez tous raison… il n'y a pas beaucoup de films à la gloire de l'Amour, de la pureté de l'homme… Mais celui-là, certes, il faut absoluement le garder !


Répondre
VOTE
De lyss, le 5 mai 2005 à 16:49
Note du film : 6/6

je pensais qu'il existait déjà, plutôt que de sortir des films américain en DVD il vaudrait mieux éditer les films français en priorité. Tous les films de Marcel Pagnol sont une merveille d'humanisme.


Répondre
VOTE
De 32natha, le 25 avril 2006 à 19:03
Note du film : 6/6

Quel desespoir de ne pas avoir en DVD ces magnifiques films !

Qu'attendez vous !!!!!!!!!!!!

Ce n'est pas quand nous serons morts qu'il faudra éditer ces films qui ont bercé notre enfance, et qui nous ont suivis.


Répondre
VOTE
De Impétueux, le 27 avril 2006 à 08:07
Note du film : 6/6

J'avoue que je ne comprends pas très bien la politique éditoriale de la CMF qui a entrepris la publication – remarquablement – des films de Pagnol

Que le premier opus sorti ait été la trilogie Marius/Fanny/César, rien à dire ; c'est par là que l'écrivain est entré dans le cinéma, c'est sans doute ce qui est le plus célèbre et le plus "vendable"; mais que les deux autres DVD édités soient le dyptique de l'Eau des collines (Manon des Sources) puis La fille du puisatier m'étonne un peu ; car, commercialement parlant, on aurait pu concevoir que Regain, Le schpountz et La femme du boulanger eussent été d'un profit supérieur…

Cela étant, il y a sans doute des problèmes de droits…

J'imagine que dans la vingtaine d'années qui me reste à vivre, tout Pagnol sera réédité… Donc, je patiente…


Répondre

De benja, le 29 janvier 2007 à 10:47
Note du film : 6/6

Je vote pour l'édition en DVD d'Angèle.


Répondre
VOTE
De benja, le 17 février 2007 à 09:00
Note du film : 6/6

Quelqu'un a-t-il vu Angèle de Marcel Pagnol ?

Le marché de l'édition est tel qu'on nous donne à voir quantité de mauvais films mais pas les grands films du patrimoine français – allez nous parler après de l'exception culturelle – …

Ainsi amputé, je me suis lancé dans la lecture du texte -adapté de Giono – publié aux éditions de Fallois et c'est tout à fait admirable.

Il s'agit ici encore d'une fille perdue : Angèle (Orane Demazis), la fille d'un fermier de la campagne (Henri Poupon), séduite par un jeune barbeau de la ville (Andrex) et aussitôt entraînée sur le trottoir, à Marseille. Son salut viendra en deux temps, d'abord de son frère par adoption, Saturnin (superbe texte écrit pour Fernandel), qui la sortira du trottoir, puis d'Albin (Jean Servais) un montagnard qui finira par obtenir sa main.

C'est un film dur, car sur toute sa durée Angèle est une fille perdue, une honte pour sa famille, qui n'est même plus seulement montrable, et celui qui ne tirera pas sa larme, celui-là n'a pas beaucoup de coeur et n'a jamais connu les "histoires de famille"…

Mais lorsqu'Albin déclare son amour et dit : "Ne pleurez pas, demoiselle , ne pleurez pas…Pour moi, vous êtes la plus belle et la plus malheureuse…Alors, je vous veux…".

Et lorsqu'il va mander la main d'Angèle à son père et se présente ainsi : "Je suis un de Baumugnes…Mon père c'était Lionel ; ma mère c'est Marie. Nous ne sommes pas riches, c'est vrai ! Mais j'ai de la terre au bord du plateau. Si je la tracasse un peu, elle nous donnera du pain et des fleurs.".

Alors, on réclame d'urgence le film.


Répondre

De Impétueux, le 17 février 2007 à 10:53
Note du film : 6/6

Mon Dieu ! Nous avons tous – ou presque tous ! – tellement dit sur différents fils de DVD Toile combien nous étions nombreux à espérer l'édition intégrale de l'oeuvre cinématographique de Pagnol que les choses se font peu à peu : la Compagnie méditerranéenne de films, qui s'était déjà lancée il y a quelques années, avec la Trilogie de Marius, puis Manon des Sources, semble presser le pas : sont déjà arrivés La fille du puisatier et Le Schpountz et on nous annonce à bref délai Topaze et Naïs.

Le reste finira par suivre, notamment ce qui fut cet immense succès public et critique, Angèle, deuxième des quatre adaptations d'oeuvres de Jean Giono que réalisa Marcel Pagnol, après Jofroi, et avant Regain et La femme du boulanger, dans une exaspération de plus en plus forte du Manosquin qui ne retrouvait plus dans ces admirables mélodrames toute l'âpreté panique (du dieu Pan), tout le Chant du Monde des récits de sa première manière.

Un de Baumugnes est le deuxième roman publié de Giono, et Angèle est peut-être l'adaptation la plus exacte, parce que, précisément Un de Baumugnes est une histoire toute simple et toute triste ; Pagnol n'a certes pas pu s'empêcher de grossir le trait et d'ajouter des scènes (le voyage de Saturnin (Fernandel) à Marseille) et nullement, comme Regain, ou Batailles dans la montagne par exemple un récit où ce sont les forces telluriques qui sont les vrais sujets, les vrais personnages. C'est en tout cas un film admirable…

Naturellement, il faut supporter Orane Demazis – que je poursuis ici et là de ma vindicte inassouvissable – mais elle est peut-être là un peu plus supportable qu'à l'accoutumée…

Je suis certain que la CMF va faire un effort !


Répondre

De benja, le 17 février 2007 à 12:32
Note du film : 6/6

Pour ce qui est d'Orane Demazis, je la supporte bien. Certes, elle détone en tragédienne et fille de poissonnière sur le port de Marseille mais elle émeut aussi…

Je ne savais pas l'opposition de Giono et Pagnol ; j'ai lu avec intérêt votre descriptif d'une provence grise et d'une provence bleue sur un autre fil…
Reste que l'unique réalisation de Giono pour le cinéma, Crésus m'a bien déçu. Je conçois fort bien la tendance de Pagnol à forcer le trait ici ou là mais j'ai trouvé l'épopée de Crésus pour trouver une banque où placer son argent bien indigeste. Ne se jalousaient-ils pas ces deux là ?

Enfin, ce que vous évoquez, c'est plutôt le ressenti d'un "travestissement" de son oeuvre par Giono…Il ne me reste plus, en attendant les efforts de la cmf, qu'à me plonger dans le Un de Baumugnes pour pouvoir comparer et me faire mon idée.
Je crois aussi trouver le temps de lire Regain ; ça ne serait certes pas une mauvaise chose…


Répondre

De Impétueux, le 17 février 2007 à 16:01
Note du film : 6/6

Ah, je peux comprendre que vous trouviez Crésus maladroit ; la farce n'est pas ce qu'il y a de meilleur et, en 1960, tout cela peut paraître à la fois un peu statique et convenu ; j'ai peine, pour ma part, à donner un regard objectif là-dessus, parce que je suis un Gionien absolu et que la connaissance que j'ai de son oeuvre et qui n'est pas, je crois, trop superficielle, me fait obstacle à un jugement moins engagé.

Giono et Pagnol se jalousaient-ils ? Ce n'est pas le mot que j'emploierais : il y avait entre eux un monde, un univers, un précipice absolument infranchissable… On a pu les rapprocher parce qu'ils sont nés la même année – 1895 – à un mois près et dans une contrée trop vite assimilée par Paris à un territoire uniforme (et merci de m'avoir fait la grâce d'avoir lu ma glose sur Provence grise et Provence bleue). Mais ils n'ont rien d'autre de commun que d'être nés au même moment dans un même espace…

Le parallèle que je pourrais essayer de tenter dépasserait par trop la dimension d'un message de DVD Toile et – surtout – quitterait forcément le cinéma…

Vous écrivez donc que Crésus vous a bien déçuE ; alors comme ça, vous êtes une femme ? Hors les péronelles qui s'extasient sur Johnny Dep ou Jean-Baptiste Maunier, ce site manque cruellement de représentantes de la plus belle partie de l'Humanité ! Bravo de faire exception !


Répondre

De benja, le 17 février 2007 à 17:13
Note du film : 6/6

Si j'avais été une femme, j'aurais écrit : "Ainsi amputée, je me suis lancée dans …"
Mais amputé, je ne le suis pas, et la nature étant faite de telle sorte que la différence entre un homme et une femme ne se limite pas à l'accord du participe passé…Je retire le e du précédent message et me voici alors relégué dans la partie la moins belle de l'humanité.
Les femmes continuent de faire défaut sur dvdtoile. Pas trop déçuE ?


Répondre

De Impétueux, le 17 février 2007 à 18:18
Note du film : 6/6

Je n'ai naturellement aucune raison d'être déçu que vous soyez un homme…

…mais vous et moi avons quelques raisons de l'être qu'il n'y ait pas de femmes sur DVD Toile : leur sensibilité particulière apporterait sûrement un élan nouveau à nos débats !


Répondre

De blancard, le 24 août 2011 à 17:58

Orane Demazis : notre ami dit que cette actrice est nulle … Enlevons cette actrice des films de Pagnol mais par qui pourrait-on la remplacer ? NOTE 6/6


Répondre

De Impétueux, le 24 août 2011 à 18:12
Note du film : 6/6

Remplacer Orane Demazis dans la trilogie ou dans Regain, dans Le schpountz ? Évidemment qu'on peut rêver… Annabella par exemple, aurait été magnifique… peut-être trop belle pour le rôle de Fanny…

Mais pourquoi pas aussi, au fil des films, Ginette Leclerc, presque muette dans La femme du boulanger, mais qui savait parler, comme on l'a vu dans le corbeau… ou, pour, au contraire, faire dans le genre calme, Gaby Morlay

Et les moins connues Florelle, parfaite dans Le crime de Monsieur Lange ou Marcelle Chantal ou Jany Holt

Sans l'incompréhensible goût de Pagnol pour Orane Demazis il aurait pu en choisir bien d'autres…


Répondre

De blancard, le 24 août 2011 à 18:39

EH OUI . Mais vos actrices n'ont pas l'accent du midi .


Répondre

De Impétueux, le 24 août 2011 à 20:15
Note du film : 6/6

Orane Demazis, née à Oran (d'où le pseudo) n'avait pas l'accent du Midi.

Quant à Pierre Fresnay – né Pierre Laudenbach, et Alsacien de pure souche – il serait très scabreux de lui croire un accent d'origine.


Répondre

De Gilou40, le 24 août 2011 à 20:54

épouvantable Orane Demazis.

Oui, elle est épouvantable. Mais c'est cet épouvantail qui a fait Angèle ! Comme l'épouvantable Victor Francen a fait La fin du jour…Celà étant, si le père de Pagnol était vraiment le reflêt de celui que nous donne Yves Robert dans la gloire de mon père, bête, crêtinisé, imbu de sa personne, vaniteux et pédant, rien d'étrange à ce que l'écrivain ait eu très vite un goût bizarre pour le laid et l' emphatique boursouflé !


Répondre

De Florian, le 31 août 2011 à 14:30

Pauvre Orane Demazis, elle est pourtant meilleure en mère vieillissante de Mouloudji dans Jusqu'au dernier. Les premiers rôles n'étaient pas pour elle, et elle dépare fort devant Fernandel dans les scènes bavardes du Schpountz. Néanmoins, pourquoi Pagnol l'a t-il tant distribuée ? Parce qu'ils avaient une liaison depuis le milieu des années 1920; un fils est même né de leurs amours en 1933. Elle durera jusqu'au tournage du fameux Schpountz. Cela n'a cependant pas empêcher notre grand Pagnol d'aller voir ailleurs de temps à autre (une danseuse anglaise en 1930, sa secrétaire en 1935…)

Il est vrai que l'accent de Fresnay dont parle Impétueux n'a rien d'original; selon ses souvenirs, il l'a pourtant travaillé d'arrache-pied, n'arrivant plus à s'en défaire après la trilogie.

A ce propos, saviez-vous qu'en 1931, lors de la création de Fanny sur scène, des heurts ayant opposé Pagnol et ses acteurs, les rôles ont été joué par d'autres interprètes: Harry Baur était César, Berval était Marius, Chabert était la tante Honorine. Imaginez un peu le résultat, heureusement, après réciliations, le cinéma a conservé les comédiens habituels. Autrement, Dullac a créé la pièce, mais pour des raisons de santé, il a abandonné le rôle à Mouriès pour l'écran.


Répondre

De pitalugue, le 3 août 2012 à 08:55

Bonjour, oui, je suis bien d'accord : qu'attend-on pour éditer ces chefs-d'œuvre comme / Angèle, Regain, La fille du puisatier de Pagnol alors que des films mineurs dans la carrière de Fernandel sont par contre édités et réédités….. je ne parle pas de Raimu avec des films comme: L'étrange monsieur Victor, Ces messieurs de la santé ou le chef d'œuvre de Bernard Clavel / la maison des autres…


Quand pourrais je transmettre à mes enfants cette richesse culturelle……?


Répondre

De Impétueux, le 3 août 2012 à 10:57
Note du film : 6/6

La fille du puisatier a été éditée par la Compagnie méditerranéenne de films, excellement, d'ailleurs. Cette société souhaiterait éditer Regain, Angèle (et La femme du boulanger) mais, m'a-t-on dit, Sylvie Durbet-Giono bloque la sortie (vieille rancune contentieuse Giono/Pagnol).

Grémillon n'est pas si mal servi que ça par le DVD, mais L'étrange Monsieur Victor n'est pas (encore ?) paru.


Répondre
VOTE
De lirandel, le 21 novembre 2013 à 17:29
Note du film : 6/6

oh oui.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.041 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter