Forum - Sciuscia - Tristes enfants perdus..
Accueil
Forum : Sciuscia

Sujet : Tristes enfants perdus..


De Impétueux, le 11 juin 2009 à 09:09
Note du film : 5/6

Sciuscia est édité en France ou, à tout le moins l'a été, dans la collection Ciné-Club de Galeshka Moravioff, avec, par exemple, Le voleur de bicyclette ou les Rossellini, Rome, ville ouverte, Paisa, Stromboli et même Le masque du démon de Mario Bava

Sciuscia a même été proposé avec le quotidien Le Monde, en mars 2006…

Ces éditions – non restaurées, mais chapitrées et proposant VOST et quelquefois VF – n'étaient pas mauvaises ; on peut penser, néanmoins, que les grands films néo-réalistes italiens mériteraient plus et mieux…


Répondre

De Arca1943, le 11 juin 2009 à 12:22

Tout à fait, j'en ai d'ailleurs la preuve matérielle ici même !


Répondre

De Impétueux, le 6 mars 2011 à 13:51
Note du film : 5/6

Selon ce que je lis ici et là, Sciuscia est le premier vrai film où Vittorio De Sica sort de son image de charmeur à l'œil de velours et à la moustache conquérante (qu'il reprendra souvent, singulière dichotomie, lorsqu'il ne sera qu'interprète de films tournés par d'autres) et devient un grand cinéaste inspiré, et souvent bouleversant.

Il a certes tourné Les enfants nous regardent en 1942, mais c'est un mélodrame tout empreint des codes du genre et d'un discours moral. Autrement dit, lorsque Sciuscia sort sur les écrans en 1946, et lorsque le talent éclate, ça en surprend plus d'un.

Le bizarre mot de Sciuscia est la déformation dans le patois populaire romain de Shoe-Shine, lustreur de chaussures ; le film se passe en 1944 et si l'Italie n'est pas encore tout à fait libérée, Rome l'est déjà, et fourmille de soldats américains, à l'opulence confondante au regard des milliers de miséreux qui survivent sous le double signe de la débrouille et de la récupération. Trafic de stocks américains, de couvertures ou de cigarettes habilement détournées, de marché noir et de combines.

Des milliers de gamins, dans l'Italie fragile de l'immédiate après-guerre vivent ainsi un peu comme ça, au fil de l'eau, avec des coups de chance et des ventres vides ; le phénomène a été d'une telle ampleur qu'il a donné, en France même, à la publication, sans doute éphémère, mais dont je me souviens, d'un journal illustré (avec peut-être des parties de roman-photo, ma mémoire n'est plus fidèle) qui s'appelait précisément Sciuscia, sans rapport autre que son titre avec le film de De Sica;

Dans le film, deux gamins fraternellement liés, l'un orphelin, ou abandonné, l'autre à peine rattaché à une famille qui lui demande de rapporter sa pitance et ferme facilement les yeux sur ses errances, rêvent d'acheter un cheval et essayent de réunir des sous pour y parvenir. Ils sont embringués, par le frère aîné du plus jeune, dans une histoire plus risquée, une escroquerie qui leur vaut l'enfermement.

Pour dire vrai, l'anecdote ne se veut ni spectaculaire, ni ingénieuse : elle n'est que relation naturaliste, avec le juste degré d'empathie qui convient.

Car la grande force du film n'est pas de dénoncer, de fustiger, de se lancer dans un plaidoyer à arrière-pensées ; la noirceur désespérante de l'enfermement ds enfants dans un pénitencier qui fait songer à la fois aux prisons de Piranèse et aux architectures méchantes de Chirico, est, en soi, plus poignante que tous les discours. Surtout De Sica ne fait pas miroiter des lendemains qui chantent et des espérances qui chatoient ; c'est la même lucidité paisible (ou amère) que dans Le voleur de bicyclette ou dans Umberto D, la vie difficile, l'existence grise…

La maîtrise du rythme par De Sica est déjà entière ; et si Sciuscia me semble un peu un brouillon, par rapport au Voleur de bicyclette, ça vole déjà bien haut !


Répondre

De vincentp, le 26 février 2012 à 23:02
Note du film : 5/6

5,5/6. Dès les première secondes, on comprend que l'on a affaire à un classique. Cadre social urbain planté en quelques instants, personnages multiples parfaitement et immédiatement caractérisés, sujet cerné, et mise en scène pensée dans les moindres détails. Type de plan, rythme, association des idées et des sons aux images, enchaînements des faits associés aux idées… Tout est parfaitement calibré, pour refléter une réalité palpable. Voir par exemple les enfants cirant les chaussures des soldats américains, révélant par quelques gestes et mots leur mode de vie et leurs préoccupations. Néo-réalisme peut-être, mais réalisme tout court. On se croirait évoluer au milieu de ces personnages, étant placé au centre de l'arène sociale, à leurs côtés… Tout semble si réel. Il me semble cependant que les qualités de Sciuscia sont sublimées dans le voleur de bicyclette qui va encore plus loin, et en mieux, dans la représentation du réel, en se déplaçant aux quatre coins de la ville. Une remarque : n'y aurait-il pas eu une influence de John Ford (Qu'elle était verte ma vallée) sur Sciuscia ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0084 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter