Forum - Ensemble, c'est tout - Avis
Accueil
Forum : Ensemble, c'est tout

Sujet : Avis


De fretyl, le 25 mai 2009 à 10:08
Note du film : 1/6

J'ai vraiment trouvé ça désespérant, ennuyeux, sans intérêt et grotesque. Il faut vraiment que Claude Berri ait pris un coup de vieux, pour réaliser un film aussi pantouflard. Habituellement ce genre de film sont plutôt réalisé par des femmes ou des réalisateurs qui essaye leurs caméras pour la première fois. On a déjà vu cent fois ce genre d'histoire d'amour entre paumé, sans que l'une d'entre elles ne bouleverse le cinéma.

Berri avait déjà plus ou moins chuté avec Une Femme de ménage, puis avait suivit la même direction avec L'Un reste, l'autre part.
C'est quand même assez triste de finir à ce point dans la niaiserie lorsqu'on a été le grand réalisateur de Germinal, de Jean de Florette, de Tchao pantin ou du Vieil homme et l'enfant.
Même lorsque dans les années 70 Berri ratait quelques films tel que Le Mâle du siècle ou Je vous aime, il était dix fois plus amusant et inspiré dans Un Moment d'égarement maniait la nostalgie avec force dans Le Pistonné, Le Cinéma de papa ou La Première fois.

Dans Ensemble, c'est tout on sent vraiment que l'homme est vieux et fatigué. Les acteurs sont tous détestables et seraient comme de nombreux cas de leurs générations plus à l'aise à la télévision.
Vraiment très, très mauvais !! Il n'y a rien de particulier à dire, tant c'est vite vu et vite détestable.


Répondre

De Crego, le 8 avril 2010 à 12:39

J'ai vraiment trouvé ça désespérant, ennuyeux, sans intérêt et grotesque. Il faut vraiment que Claude Berri ait pris un coup de vieux, pour réaliser un film aussi pantouflard. Habituellement ce genre de film sont plutôt réalisé par des femmes

Elles apprécieront.


Répondre

De Florian, le 7 août 2011 à 22:10

Une fois de plus, je réactive une vieille discussion afin de réhabiliter ce film que fretyl a descendu avec une maladresse dont une dénommée crego a souligné le paroxysme.

Ce que vous qualifiez d'ennui est peut-être généré par le fait qu'une partie très importante du film se déroule la nuit, dans des intérieurs exigus et les comédiens parlent souvent à demi-voix. C'est une réalisation intimiste, qui si elle ne mérite pas le titre de chef-d'œuvre, a parfaitement le droit à une bonne estime.

Evidemment, les détracteurs voudront évoquer la sénilité de Berri ; que devrions-nous alors dire du centenaire Manoel de Oliveira (dont La Lettre, réalisée à 91 ans est un des pires films jamais créé), mais lorsqu'un réalisateur a du talent, il ne prend pas de « coup de vieux », c'est une affirmation fantaisiste pour ne pas dénigrer au passage ses succès passés. Le message de fretyl ressemble à de la compassion mêlée de respect. Mais dans les films qu'il cite pour soi-disant réhabiliter Claude Berri, il y a un Jean de Florette qui, à mes yeux, ne vaut que par ses têtes d'affiches, le reste ne suit pas très bien. Tchao Pantin et Germinal, deux réussites, se déroulent dans des univers moites, crasseux, la campagne pour le vieil homme et l'enfant. Ce sont des films de luttes bruyantes, de crimes…

Cette fois, Berri touche à un milieu propre, ayant même un côté aisé, mais il s'en sort bien : pas de crimes, pas de cris mais une lutte pourtant bien présente, silencieuse. Tautou et Canet, tout cela a fait ses preuves. Françoise Bertin et Pierre Gérald incarnent très bien ce qu'on appelle « les petits vieux » (sans rien de péjoratif), car même si Darrieux ou Micheline Presle débordent de talent, ces grandes dames peuvent difficilement jouer de simples « petites vieilles ». Cela peut être obtenu par Gisèle Casadesus, Francia Séguy, la regrettée Ginette Garcin… Et enfin, une touche de Comédie Française pour assurer une finition intelligente ; elle est représentée par Laurent Stocker, et Dhéran au second plan (père et fils à l'écran, une coïncidence ?) Je dirais donc que la « charte qualité Claude Berri » est remplie, elle est juste appliquée à une esthétique différente que celle à laquelle il nous avait habitué.

Non, si vous voulez voir de l'ennui, de la niaiserie et de la mièvrerie, voyez l'intégrale des réalisations de Cédric Klapisch, ce réalisateur « pour bobos » et son acteur-fétiche : Duris, dénué du moindre talent.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter