Forum - Traitement de choc - Avis
Accueil
Forum : Traitement de choc

Sujet : Avis


De David-H, le 15 mai 2009 à 02:50
Note du film : 4/6

Qu'on aime ou pas, on peut difficilement rester indifférent à ce film inattendu dans la filmo du duo Alain Delon/Annie Girardot. Celle-ci campe le personnage central du film, une femme surmenée venue se ressourcer dans une clinique étrange.

Pris en main de façon très personnelle par Alain Jessua, le film, qui est avant tout une photo intéressante de son époque, tient continuellement en haleine le spectateur. Bien réalisé, bien interprêté, bien imagé, inquiétant et contestataire, Traitement de choc a de beaux atouts de séduction. Qui lui feront oublier tant son manque de crédibilité que son dénouement un tantinet décevant.

On soulignera par ailleurs une bande-originale atypique et particulièrement envoûtante. Pour une fiction à suspense qui finalement, n'a pas grand chose à envie à beaucoup d'Hitchcock. Même si celui-ci n'aurait jamais laissé déambuler ses acteurs complètement nus sur une plage, sans réelle nécessité qui plus est…


Répondre

De kfigaro, le 15 mai 2009 à 09:11
Note du film : 5/6

La bande originale est signée (et ça mérite d'être souligné tellement c'est rare) par l'un des mandarins de la musique atonale française des années 60 et 70, à savoir René Koering (également chef d'orchestre et ex-directeur de France Musique). Il s'est servi essentiellement de chansons lusophones (portugaises et brésiliennes je crois) et de percussions tribales pour évoquer la bestialité et l'instinct grégaire qui animent en réalité les cadres supérieurs venus en masse reprendre des forces dans cet institut de thalassothérapie d'un genre un peu spécial…

PS : sinon, pour l'anecdote, les amatrices de la plastique impeccable du bel Alain se régaleront effectivement vers le milieu du film (dans une scène sur une plage).


Répondre

De Impétueux, le 15 mai 2009 à 10:40
Note du film : 4/6

Comment ça, David-H, la nudité sur la plage sans réelle nécessité ???

J'ai la flemme d'écrire un nouveau commentaire et je cite sans vergogne ce que j'ai écrit sur un autre fil du même film : Traitement de choc sans beaucoup d'équivalents dans le cinéma français vaut surtout, précisément par son incongruité : critique sociale qui s'achève dans le gore et l'enfermement ! Pour bien l'apprécier, il faut le re-situer dans l'époque : 1973, à la grande époque du cinéma politique (tous les riches sont des buveurs de sang qui exploitent – et là c'est au premier degré ! – la force vitale et la fraîcheur native du prolétariat).

Et les scènes de nudité en commun vont tout à fait en ce sens : les riches exploiteurs se situent hors de la morale commune et des pratiques sociales de la masse : ils forment un petit groupe d'élus qui se contrefichent de la respectabilité bourgeoise traditionnelle : lorsque l'on se nourrit des cellules fraîches des damnés de la terre, on fait partie d'une sorte d'Olympe où les notions de morale bourgeoise habituelle n'ont pas cours !

C'est-y pas vrai, ça ? Cette naïveté charmante de Jessua a, en tout cas, marqué bien des souvenirs !


Répondre

De David-H, le 15 mai 2009 à 11:29
Note du film : 4/6

C'est vrai cher Impétueux "Une nudité aussi exposée", aurais-je dû dire. Mais jamais je n'aurais cru voir Delon ainsi dans un film! Gabin, De Funès, Belmondo ou Ventura ne l'auraient jamais accepté, je pense! Bon d'accord, le physique n'était pas tout à fait de la même catégorie…

Le film est bourré de symboles de la sorte, comme par exemple quand Annie Girardot découvre un ouvrage sur le sacrifice par déchiquetage d'un blanc en Afrique.

Et bête question que je me pose peut-être, mais pensez-vous que Jessua se soit inspiré de quelques faits réels? En considérant bien sûr que son film n'est jamais qu'une vision métaphorique de la société…


Répondre

De Romuald, le 15 mai 2009 à 13:24

…..mais pensez-vous que Jessua se soit inspiré de quelques faits réels? En considérant bien sûr que son film n'est jamais qu'une vision métaphorique de la société…

La mèdecine en général, David h, c'est comme les restos chinois ! Il ne faut pas passer en coulisses. Et quand on entre dans le domaine de la jeunesse éternelle, ou de n'importe quelles expèriences qui fascinent les Frankesteins de tous poils, tous les coups (et les coûts) sont permis ! Tant qu'à la nécéssité de se promener à poil sur une plage, non ça n'est pas nécéssaire. C'est vital ! Et si tous les culs bénis voulaient bien tomber aveugles, notre liberté y gagnerait grandement. Nous vivons dans une socièté ou nos corps, vieux ou jeunes, éperdus de vent et de soleil, vivent sous le joug d'une morale catho-fascisante et, disons le tout net, ridicule !

                                  pour  \Lagardère

Répondre

De Arca1943, le 15 mai 2009 à 13:45

Mais oui, ils sont à poil sur la plage pour des raisons comparables à celles pour lesquelles, dans Pain et chocolat, autre film de 1973, les beaux et blonds enfants du riche propriétaire suisse se baignent nu-e-s dans l'onde, tandis que les immigrants clandestins misérables (parmi lesquels Nino Manfredi) se relaient pour les observer, béats (« Oh, ce qu'ils sont beaux ! »), à travers la grille du poulailler qui leur sert de logement. Je crois même que la musique pendant cette scène était de Wagner…


Répondre

De Gilou40, le 29 juillet 2011 à 22:32
Note du film : 4/6

Voilà bien des palabres pour quatres nénés et trois bistouquettes virevoltant dans la cime des vagues ! C'est frais, c'est naturel et c'est beau ! A part vouloir jouer l'urticante et fétide hellébore ( que je ne suis pas !) qui constate que l'eau froide porte atteinte à la virilité de certains messieurs, je ne vois dans cette scène que soleil et vie !

Pour le reste, je serai plutôt d'accord avec Frétyl et j'aurais bien vu l'inquiètant Jean Yanne dans le rôle du toubib. Tout en gardant Delon juste pour la scène de la baignade…Il faut dire qu'il est quand même un parfait représentant de sa cause. Autrement, c'est un bon film d'anticipation ou assimilé. Un mélange de quoi ? L île du docteur Moreau ? Frankenstein ? Re-Animator 2, la fiancée de Re-Animator ? Shining ? Mais tout ça tient formidablement bien la route. Je ne sais pas oû celà a été tourné mais les décors parlent bien. Et on nous raconte, encore une fois, que la fin justifie les moyens. Air connu. Mais ça se tient bien, tout ça. C'est à la fois carré, et rondement mené.

Delon et Girardot parfaits. Rien que de très normal. Sauf un combat final, à base d'onomatopées, qui frise un peu le grand guignol…Et quand je les voyais, tous deux, repus après l'amour, je ne pouvais m'empêcher de penser à cette terrible image oû on voit Delon, quelques jours avant la mort de son amie Annie, lui caresser les cheveux alors qu'elle était déjà en partance vers un autre monde que l'on nous promet meilleur… Il avait tristement l'air de confirmer la morale de ce film : Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain : Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie… avant que de n'être berné par la vieillesse, ce terrible et irrémédiable Traitement de choc


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter