Forum - Kill Bill volume 2 - Kill Bill Revolution
Accueil
Forum : Kill Bill volume 2

Sujet : Kill Bill Revolution


De bastien, le 20 mai 2004 à 12:36
Note du film : 2/6

Tarantino avait prévenu que cette deuxième partie était très différente, et en effet, si l’on excepte quelques poussées renvoyant au délire euphorique de pop cinéma que fut le premier film, on a là tout le contraire de ce dont « Kill Bill » avait commencé à prendre la forme. Un premier segment coupé et sans doute plus digérable que son autre moitié isolée. KB 2 ne cesse d’avoir du mal à trouver ses marques, il ne sort pas de nulle part, mais il me semble évident que la partie unique doit lui permettre de mieux fonctionner… Ce qui n’empêche pas qu’on peut franchement critiquer ses qualités intrinsèques et que cette oeuvre ne touchera jamais à la perfection. Pour le dire franchement, ce volume II m’apparaît même à ce stade comme une très grosse déception.

SPOILERS

C’est le retour des scènes étirées, de la narration éclatée qui prend son temps, et du dialogue/monologue maître roi. Mais privé de véritable rythmique l’ensemble est très laborieux, et surtout, apparaît comme extrêmement banal. Dans la lenteur de ces scènes, leur quasi non-impact, le film tient presque plus d’un Lautner/Audiard des familles mou, d’autant que les tirades sont assez moyennes dans l’ensemble et très longues parfois, même loin d’un « Pulp Fiction ». La scène en noir et blanc, sur le massacre, qui ouvre le film, ne parvient pas à relancer et revigorer véritablement l’intérêt après une coupure de près de 6 mois avec cet univers, ni à installer le personnage de Bill. Carradine est vraiment très bon, attention, et il est d’ailleurs à espérer que ce dernier connaisse une meilleur fin de carrière que de finir chez Jean-Marie Pallardy (QT lui aura déjà permis ça en partie). Mais son personnage énigmatique se révèle souvent creux.

Accordant plus de place aux personnages, le film ne leur donne pas un espace d’épanouissement aussi riche que dans « Jackie Brown ». Je n’ai jamais accroché pour le coup ni à l’histoire d’amour ni au final familial très superficiel. On a l’impression pendant tout le film que QT veut jouer la fibre de l’émotion et donner une autre dimension à des personnages en papier mais il échoue dans tous ces cas de figure, ces derniers se révélant paradoxalement encore plus des icônes de papiers que ce qu’ils étaient auparavant, je me suis senti vraiment très distant de tout ce qui se passait . Pas de Delfonics ni de sourire magique ici. La rage furieuse et la violence du premier film faisaient passer plus d’émotion finalement. Maintenant, s’il s’agit d’un processus d’évolution, peut-être que sans césure, il peut aboutir à quelque chose. Isolés l’un de l’autre, ces deux parties antinomique n’aboutissent pas à grand-chose, ou apparaissent désincarnées. Même la forme sérial n’est pas bien exploité pour jeter des ponts.

Michael Madsen est chouette, je ne crois pas qu’on puisse en dire autant de Daryl Hannah qui ne fait pas que surjouer et se mettre au diapason d’un personnage agaçant, mais se révèle véritablement fausse. Le duel Elle Driver/Black mamba, véritable baston à la main, est un peu décevant… sinon, comme dans tout bon western spaghetti ou le secret est à celui qui dégaine le premier, les véritables duels au sabre sont souvent achevés par une botte secrète bien trouvée. La mort de Madsen est une référence amusante au « Reptile » de Mankiewicz. Mais là aussi, dans la lenteur et l’inertie qu’impose le film au niveau rythme, son caractère un peu pesant, les clins d’oeuil deviennent plus appuyés que dans la première partie. Il y a moins de grande scène appuyé par la musique dans ce second opus… le « About Her » de Malcom McLaren , sublime morceau, n’est même pas très bien utilisé. Le seul grand moment est réservé à la plus belle scène du film, celle de l’ « enterrée vivante » remontant à la surface, jubilatoirement appuyé par « l’Arena » de Morricone. En soi, tout ce passage est un grand moment de cinéma qui vaut à lui seul de voir le film. Mais pour s’amuser aussi de voir combien de fois Uma Thurman se retrouve en gros plan, filmé de face le visage au sol, une composition récurrente dont là aussi il faut reprendre le fil tout le long des deux films pour voir ces différentes variations assez belles.


Répondre

De dumbledore, le 23 mai 2004 à 19:01

Voilà une critique qui donne envie de (re) donner une chance au film…


Répondre

De Anacruz, le 9 septembre 2005 à 11:14

Bonjour,

Effectivement le morceau "about her" a été volé à Lancelot (un compositeur d'Angers qui travaille avec moi sur le projet ANACRUZ) par Mc Laren. Le procès a commencé et ca passe un peu partout dans les médias en ce moment. Verdict le 22 septembre !


Répondre

De frai, le 21 février 2007 à 01:44

Emile on t'a reconnu…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0089 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter