Forum - Le Retour de Casanova - Delon - Casanova
Accueil
Forum : Le Retour de Casanova

Sujet : Delon - Casanova


De Torgnole, le 1er avril 2009 à 11:12
Note du film : 5/6

Comme je vois que les films de cet acteur sont à la mode sur Dvdtoile, Le Retour de Casanova est peut-être un des meilleurs rôle d' Alain Delon, il interprète ici, un Casanova vieillissant, et comme le titre l'indique, sur le retour. L'histoire s'inspire des mémoires de ce personnage et décrit plusieurs facettes d'un homme qui pour une fois, n'est pas seulement un séducteur redoutable mais également un fier escroc, un tricheur confirmé, un égoïste prétentieux, un calculateur et un manipulateur machiavélique…

Delon est parfait dans son rôle, secondé par Camille, son valet, interprété par Fabrice Luchini qui comme à son habitude jargonne fièrement avec ses accentuations comiques dont il a le secret ("cette fille a une tête d'oignon pelé, quand on la voit on ne peut s'empêcher de pleurer"). La jeune Elsa est magnifique en Marcolina et la scène ou elle rembarre notre séducteur transparent en l'attaquant sur sa mauvaise haleine est assez jouissive.

Le film manque de budget pour se déployer mais les moyens son bien utilisés et le réalisateur Edouard Niermans concentre son énergie sur ce joli domaine campagnard, avec des acteurs à l'aise dans leurs costumes, ce qui n'est pas donné à tout le monde. Un film sympathique, méconnu et pourtant très divertissant car même si l'humour est au rendez-vous, le film est aussi sans concession et ses aspects tragiques lui apportent une noirceur réaliste non négligeable.


Répondre
VOTE
De Noodles Aaronson, le 8 mars 2010 à 13:43
Note du film : 5/6

LE meilleur rôle de Delon, c'est peut-être un peu exagéré, tant le plus grand acteur français du monde possède une filmo luxueuse, mais je vous suis tout à fait sur ce film, injustement boudé à sa sortie. Film crépusculaire sur la fin d'un monde, un homme en décalage avec son époque, un peu comme Delon au début des années 90, d'ailleurs, représentant d'un cinéma d'une autre époque, d'un autre temps, comme il aime à le répéter lui-même. C'est d'ailleurs son dernier grand rôle au cinéma…


Répondre

De Impétueux, le 18 février 2016 à 16:59
Note du film : 3/6

Qu'est-ce qui manque au Retour de Casanova pour mériter de ma part une note simplement moyenne ? Sûrement pas grand chose, et pourtant je n'ai jamais senti que le film pouvait décoller, quitter son petit souffle agréable et ornemental pour aller plus loin. Et il y avait pourtant bien des choses intéressantes posées sur l'écran.

D'abord, à la base, un court roman d'Arthur Schnitzler, Viennois complexe et onirique (pléonasme ?) dont La Ronde et Traumnovelle (Eyes wide shut) ont été magnifiquement adaptés par Max Ophuls et Stanley Kubrick ; et l'adaptateur, Jean-Claude Carrière n'est pas loin d'être ce qui se fait de mieux dans ce domaine. Puis le personnage de Casanova, dont la vie est un époustouflant roman (qu'il a d'ailleurs écrit, nul n'étant mieux servi que par soi-même : 3 tomes dans la nouvelle édition Pléiade, tout de même !) ; un roman qui a inspiré une bonne dizaine de cinéastes, parmi lesquels Comencini et Fellini.

Et le parti pris de montrer l'aventurier tel qu'il fut : joueur, cynique, hâbleur, tricheur, susceptible, dépressif, exalté, généreux mais rapace, tenant pour rien la vertu des femmes et la droiture des hommes ; et aussi superstitieux mais sceptique, libertin, libre-penseur, mais nullement prêt à sacrifier le moindre de ses plaisirs pour une cause. Symbole éclairant de la fin du 18ème siècle, le point le plus extrême de la Civilisation, qui danse sur un volcan faute d'avoir su se réformer à temps.

Qualité des décors (le château campagnard de La Mogère, près de Montpellier, occupé et donc entretenu depuis sa construction par la même famille), qualité de la lumière, photographiée par l'excellent Jean Penzer ; la mise en scène du peu notoire Édouard Niermans n'est pas désagréable.

Et qualité de l'interprétation. La jeune Elsa ne manque pas de charme et offre un joli corps frais ; c'est le dernier rôle d'Alain Cuny, que je n'ai jamais pu piffer (que je sois honnête : il est plutôt bien dans le Satyricon de Fellini) mais qui, là, en vieil aristocrate roué, poudré, subtil et méprisant est absolument parfait. Fabrice Luchini joue le valet de comédie comme personne, on le sait. Et Alain Delon était fait pour interpréter Casanova, tour à tour boudeur, ennuyé, violent, amoureux, lâche, prêt à tout, y compris au pire pour avoir Marcolina (Elsa), tendre, brutal…

Tout y est. Ça ne prend pourtant pas, on semble rester à la surface. C'est bien dommage.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter