Forum - Love and Honor - Magnifique
Accueil
Forum : Love and Honor

Sujet : Magnifique


De Arca1943, le 26 décembre 2008 à 17:26
Note du film : 5/6

Le Père Noël a sans doute négocié un deal avec St-Nicolas – le caponatale de la Suisse – si bien que par de mystérieuses voies virtuelles et postales, le DVD édité par une brave compagnie helvète est arrivé à temps au pied de l'arbre en mon lointain Canada. Et qu'il est beau mon cadeau de Noël ! Ce Bushi no ichibun est une merveille, qui complète admirablement les deux premiers volets de la Trilogie du pauvre samouraï, Le Samouraï du crépuscule et La Servante et le samouraï, tout en n'étant ni une redite, ni un sequel. Moins « anthropologique » que le premier volet – tout en restant bien sûr attentif aux moeurs jusque dans les plus menus détails –, il est aussi moins « historique » que le second : la mise en scène de monsieur Yamada demeure vigoureusement réaliste, mais on ne trouve pas d'événement historique précis en arrière-plan de l'histoire individuelle et le film prend ainsi un côté intemporel.

Bushi no ichibun conte l'histoire toute simple d'un jeune samouraï du bas de l'échelle (30 kokus, ce qui est très peu) frappé par un stupide coup du sort. Avec quatre collègues, il est goûteur pour le seigneur du domaine et le poisson rare et recherché qu'on lui fait goûter ce jour-là est un poison vif lorsque servi hors saison. Le malheureux en réchappe, mais reste aveugle. Son statut est dès lors menacé : en tant que samouraï, il n'a plus d'utilité. Lui-même en est bien conscient et songe à mettre fin à ses jours – son rêve de fonder une école de sabre, par exemple, ne rime plus à rien – mais la pensée que son épouse adorée risquerait de le suivre dans la mort lui est intolérable. Hors de sa présence, la famille de son épouse se réunit pour discuter de la situation. Il en ressort que la seule façon d'éviter la mise au ban de la société, c'est de connaître quelqu'un d'important, un samouraï de haut rang qui interviendrait en la faveur du jeune couple pour maintenir son statut. Or un tel personnage s'est bien manifesté auprès de l'épouse, peu après l'accident; seulement voilà, il vend chèrement sa protection…

Plus simple, plus court et plus « classique » que les deux volets précédents de la trilogie, Bushi no ichibun est un magnifique et prenant film de samouraïs. Le duel final – car il finit par y en avoir un, bien sûr ! – est aussi convaincant et réaliste que dans les deux autres films, avec ce même traitement «  minimaliste » qui, on l'espère, fera école (sous-entendu : on voudrait voir plein d'autres films comme celui-ci !). Et c'est aussi – comme Le Samouraï du crépuscule et La Servante et le samouraï – une magnifique histoire d'amour. Curieusement, c'est le compositeur anglais Nick Glennie-Smith (The Rock, We Were Soldiers) qui signe la bande sonore. En lisant le générique, je me disais : qu'est-ce qu'il fout là? Pourquoi un étranger? Restons japonais ! Mais sa BO à la fois sobre et lyrique, culminant sur un superbe solo de flûte d'époque, est ensorcelante. Les deux interprètes principaux, Takuya Kimura dans le rôle du samouraï aveugle et la débutante Rei Dan dans celui de son épouse, sont remarquablement précis et nuancés; et on retrouve le regretté Ken Ogata dans un de ses tout derniers rôles, celui du maître d'armes que notre héros réussit à convaincre de l'entraîner même s'il ne voit pas son adversaire…

Les éditeurs français devraient emboîter le pas à leurs intrépides confrères suisses. Mais bon, ceux qui ne souhaitent pas attendre et se procurer illico ce magnifique jidai geki peuvent le faire à l'adresse suivante : www.trigon-film.org


Répondre
VOTE
De maiko44, le 30 décembre 2009 à 12:13
Note du film : 6/6

Je viens de voir ce film a la télévision, moi qui n'aime pas trop KimuTaku.. j'ai été très très agréablement surprise par sa prestation mais tous les acteurs étaient excellents.

Sobriété des dialogues, on devine les pensées.

Comme mes fils qui travaillent voyaient cet enregistrement en mode découpe, je l'ai vu depuis avant-hier 4 fois… sans me lasser. A chaque fois, émue comme a la première visualisation. Les moments tristes sont suivis de séquences qui font sourire donc on ne sort pas avec un mal de tête.

Le metteur en scène n'est pas celui des "Otoko wa tsurai-yo" pour rien!

Excusez le manque d'accents


Répondre

De Arca1943, le 30 décembre 2009 à 13:59
Note du film : 5/6

Ne vous en faites pas pour les accents, Maiko44 ! (Mais si vous le désirez, il est possible de les ajouter à votre message). D'après ce que j'ai entendu dire, l'acteur principal Takuya Kimura est plutôt un chanteur qu'un acteur ? Il s'en sort pourtant très bien. On soupçonne que sous son sourire affable, le réalisateur Yoji Yamada est un homme à poigne qui ne laisse pas ses comédiens faire n'importe quoi…


Répondre

De Impétueux, le 30 décembre 2009 à 14:27

Et voilà, les accents ont apparu !

Magie de Noël, non ?


Répondre

De Arca1943, le 18 mai 2010 à 19:06
Note du film : 5/6

Tout compte fait, Maiko44 n'est jamais revenue nous voir (1 seul message). Dommage, nous manquons de correspondants japonais sur dvdtoile… Les Otoko wa tsurai-yo dont elle parle, presque tous dirigés par Yoji Yamada, sont mieux connus (si on peut appeler ça connus) sous le titre des Tora-San, une série de films extrêmement populaires dont nous n'avons pas même un exemple sur DVD de par chez nous : une vraie honte. Obéissant à la logique des festivals cinéphiliques, nos distributeurs courageusement parallèles de l'époque (années 60) n'avaient d'yeux que pour la "Nouvelle vague" japonaise… toujours la même erreur.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter