Forum - Taking Lives, destins violés - Critique
Accueil
Forum : Taking Lives, destins violés

Sujet : Critique


De dumbledore, le 28 avril 2004 à 17:45
Note du film : 3/6
\
Le film commence plutôt bien, avec une séquence prégénérique très efficace. Bonne idée que de montrer ainsi la naissance d'un tueur en série. Son premier crime, impulsif, imprévu presque, contient déjà le profil de ses futurs crimes. Le générique qui suit montre que pendant 20 ans, le tueur a recommencé, qu'il s'est naturellement perfectionné pour devenir un professionnel.

Face à lui, on nous montre la flic, la super-flic, la Lara Croft du FBI, Angelina Jolie. Très jolie personnage sans humour, complètement dévoué à son travail, corps et âme. Angelina Jolie joue le rôle avec perfection, avec une sorte de retrait et de timidité très étonnante. On a l'impression que malgré sa beauté et les angles toujours avantageux sur elle, elle essaye de s'effacer, de se faire le plus discret possible. Ce qui correspond parfaitement au personnage. Car pour une des rares fois aussi, on sent très tôt l'équivalence de structure mentale entre le tueur en série et son traqueur, entre la proie et le chasseur. Même froideur de comportement, même distanciation des affects comme si chaque affect, chaque pulsion était trop dangereuse pour faire bien ce qu'ils ont à faire. Et surtout dévotion totale à leur cause.

Seulement une fois les personnages posés, le film se vide comme une baudruche. L'histoire n'est pas à la hauteur des promesses de ce début. Tout d'abord par un casting mou : l'action se passe au Québec et comme flics québécois on a droit à un trio de mousquetaires: Olivier Martinez, Jean-Hugues Anglade et Tchéky Karyo qui semblent lancer dans le défi de savoir qui jouera le plus mal. Seul Jean-Hugues Anglade fait honorablement son métier. Même Ethan Hawke généralement bon comédien, n'arrive pas à comprendre le personnage. Sa première scène est affreusement jouée. On se demande si c'est dû au personnage qu'il incarne ou à une défaillance de son jeu d'acteur.

Le film devient vite ennuyant et la tension n'est jamais présente. A croire que le seul moyen de créer de l'émotion que trouve le réalisateur est de nous montrer régulièrement des photos de cadavres aux têtes défoncées. Charmant.

Ce mauvais scénario charrie également son lot d'incohérences ou de fausses pistes abandonnées. Le fait que Olivier Martinez plie les pailles comme le tueur? La raison pour laquelle le tueur se montre aussi ouvertement alors que sa motivation par la suite est de se cacher? Pourquoi faire intervenir si maladroitement la mère? Pourquoi régler son compte au vue et au su de tous?

Des détails tout cela? Oui. Seulement "Dieu est dans le détail" disait Kurosawa. Rien de divin dans ce film (excepté Angelina bien sûr)


Répondre

De Arca1943, le 22 mai 2004 à 13:25
Note du film : 2/6

« L'action se passe au Québec et comme flics québécois on a droit à un trio de mousquetaires: Olivier Martinez, Jean-Hugues Anglade et Tchéky Karyo qui semblent lancer dans le défi de savoir qui jouera le plus mal. »

Forcément qu'ils jouent mal. Mais la chose qu'on doit surtout reprocher à nos trois lascars, c'est d'avoir accepté des rôles impossibles – ou sinon impossibles, en tout cas qui auraient demandé, pour atteindre une crédibilité potable, des mois et des mois d'un travail épuisant.

Au Québec, ce film a été un four complet, malgré la jolie Jolie. La raison la plus évidente, c'est bien sûr qu'aucun spectateur ici ne peut croire une seconde à ces pseudo-Québécois : ce sont des Français, quoi!

Imaginons l'inverse : les hasards d'une co-prod bizarre Québec – USA font que Rémy Girard, Stéphane Rousseau et Yves Jacques se retrouvent dans des rôles de flics français. Des trois, seul Yves Jacques pourrait à la rigueur s'en sortir – et encore. Non parce qu'il est meilleur que les deux autres, mais tout bonnement parce que ce comédien fait la navette depuis longtemps entre Montréal et Paris et qu'il a déjà quelques rôles de Français derrière la cravate (y compris un ou deux petits rôles au cinéma, notamment chez Claude Miller). Mais ça demande des mois de turbin, c'est une vie de galérien…

On me dira que Geneviève Bujold dans L'Incorrigible se débrouillait pas mal en Française… Si fait. Mais Geneviève Bujold n'est pas une comédienne : elle est un rêve.

Arca1943


Répondre

De PM Jarriq, le 12 août 2004 à 10:13
Note du film : 1/6

Un des thrillers les plus pathétiques sortis depuis longtemps. Techniquement, c'est inférieur au plus raté des épisodes de "24 heures chrono", côté artistique comme le souligne Arca, les acteurs français font honte, surtout l'abominable Martinez, risible en flic macho. Karyo est absent et Anglade se fait discret (il a honte, lui aussi ?). Angelina Jolie devient peu à peu l'actrice dont on sait à coup sûr qu'il faut éviter les films : anorexique, superficielle, manquant totalement d'humour, elle nous refait le numéro du flic vaguement médium à la "Millennium".

"\Salton sea" le précédent film du réal était bourré de qualités, comment a-t-il tomber aussi bas et aussi vite ? Quant à \Kiefer Sutherland, après son caméo dans "\Phone game", il refait ici à peu près la même chose et se contente de jouer les fausses pistes. Nul ! A fuir ventre à terre.

Répondre

De regénérateur, le 5 septembre 2004 à 20:43

Je crois que celui ou ceux qui on fait la critique du film n'y est pas allé de main morte pour critiquer les acteurs, les flics n'étaient pas avant tout Québecois mais de d'autres nationalités, désolé si on n'a pas compris l'appartenance des acteurs ou plutôt des flics qui traquaient un American.

Si ce n'est pas québecois pour certains ce n'est pas bon. Ce qui est dommage c'est qu'on a mélangé les scènes de Québec avec Montréal, est-ce un problème de montage ou de script?

Je pense que Tckhairo était trop placide pour un flic préoccupé? Les autres en particulier Martinez a bien joué son rôle de flic arrogant.

A chacun sa façon de voir les choses.


Répondre

De Arca1943, le 14 décembre 2004 à 12:08
Note du film : 2/6

Ce n'est pas une question de façon de voir les choses, mais de crédibilité et de manque total de réalisme. Je suis un fan de Tcheky Karyo (quel casting en Molière dans Le Roi danse !) et j'aime bien aussi Olivier Martinez. Simplement, comme le film se passe chez moi, à Montréal, où il a d'ailleurs été tourné, et qu'il s'agit de la police locale et pas "étrangère", un spectateur d'ici, pour qui les lieux représentés dans le film sont tout à fait familiers, ne peut évidemment pas croire une seconde à ces trois personnages de flics. C'est un problème de myopie culturelle. UN flic parisien dans la GRC, la SQ ou le SPVM, à la rigueur, pourquoi pas! Il suffirait de mentionner en passant que le personnage a immigré ici plus jeune et le tour est joué; son accent français s'explique. Mais trois qui parlent le parisien dans le même poste de police de Montréal, que voulez-vous! Alors, ou bien les acteurs se rompaient à un entraînement linguistique de fond pour casser leur accent – c'est faisable : Gad Elmaleh y arrive très bien – ou bien on les faisait doubler au Québec par d'autres acteurs. (Situation loufoque; mais tous les acteurs francophones de Mambo italiano, par exemple – Ginette Reno, Sophie Lorain, etc – sont redoublés en France par des acteurs français, et non par eux-mêmes : chasse gardée oblige…).


Répondre

De PM Jarriq, le 14 décembre 2004 à 13:28
Note du film : 1/6

Moi, ce qui m'épate le plus, c'est que cet échange de messages sur "Taking lives" est bien plus passionné et intéressant que le film lui-même qui ne mérite même pas qu'on y consacre une demi ligne !


Répondre

De arf, le 24 septembre 2005 à 23:23

Comment dire? Certes, une sortie "box office" n'est pas un gage de qualité, mais là c'est vraiment en dessous de tout! En ce qui concerne le jeu des acteurs ou le scénario, plus qu'un manque de crédibilité il faudrait parler de débilité! Juste un simple exemple qui m'a horripilé des les premières secondes: l'"intrigue" (mot qui a tout son sens) ne se passe pas à Montréal comme écrit dans le synopsis ou annoncé dans le film et les dialogues… non, l'intrigue se passe à Québec comme l'atteste les nombreux plans sur le chateau de Frontenac… Franchement, mais pour qui nous prennent-ils ces californiens? Plus qu'un navet, ce "film" (euphémisme) est une insulte, un manque de respect total pour ceux qui auront payé leur billet d'entrée ou pour ceux qui auront perdu leur temps à le regarder. Horripilant! Zéro pointé!


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.018 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter