Forum - La Charge de la brigade légère - Avis
Accueil
Forum : La Charge de la brigade légère

Sujet : Avis


De DelaNuit, le 23 novembre 2008 à 14:59
Note du film : 5/6

Cette charge de la brigade légère des années 30 fait aujourd'hui l'objet de débats.

Si les amateur du cinéma des années 30-40 le considèrent comme un grand classique, ceux qui ont vu en premier la version de la fin des années 60 de La charge de la brigade légère ont plus de mal. En effet, cette version plus récente utilise cet épisode militaire pour brocarder la violence meurtrière imbécile de militaires bornés menant leurs troupes au massacre.

Pour autant, on peut aussi considérer que la version de Curtiz n'est pas une simple ode guerrière à la gloire des héros au premier degré. On y voit clairement que le personnage interprété par Errol Flyn désobéit à ses supérieurs pour lancer sa brigade de cavalerie contre les canons russes à Balaklava tout en sachant pertinemment qu'il les mène au massacre et au suicide.

A cela, plusieurs raison : la volonté de se venger d'un sultan allié des russes, l'espoir que ce gigantesque suicide collectif servira néanmoins les alliés anglo-français en leur ouvrant une brèche dans le front russe… et puis le désespoir d'avoir perdu l'amour de Olivia de Havilland, qui lui préfère son frère cadet…

Ainsi le personnage d'Errol Flynn n'est ici finalement pas si loin – toute proportion gardée – de son rôle du capitaine Custer menant ses hommes au massacre dans La charge fantastique de Raoul Walsh.

Quant au poème de Tennyson qui inspira le film de Curtiz, ne nous y trompons pas : pour ce chantre de la légende arthurienne, il s'agit de mettre en vers des mythes et non pas une réalité historique.

Les deux versions de cette histoire semblent donc plus complémentaire qu'antinomiques.


Répondre

De vincentp, le 28 janvier 2009 à 19:44
Note du film : 4/6

Cette histoire n'est néanmoins guère passionnante, regroupant tous les clichés des années trente : des colonisateurs impeccables, de fourbes autochtones. Quelques mouvements de foule (et la bataille finale) sont toutefois très réussis. Et il y a le style Warner intéressant à observer (avec ce rythme rapide, si caractéristique de ce studio, à cette époque). Le jeu de Errol Flynn mérite aussi d'être observé. Il fait passer des idées, des émotions, par son regard, la modulation des intonations de sa voix, et est très convaincant. Son interprétation reste moderne. Avec James Cagney, Gary Cooper, James Stewart, ou Cary Grant, un des acteurs majeurs de la fin des années trente. Olivia de Havilland est quant à elle moins convaincante (moins bien utilisée) que dans d'autres films ou elle figure en première ligne comme The strawberry blonde, ou La charge fantastique (de Raoul Walsh).


Répondre

De verdun, le 28 janvier 2009 à 21:40

Alors comme ça cher Vincent vous ave été déçu par ce film rempli de clichés colonialistes ? Dans ce cas je vous recommande un antidote: le remake décapant et iconoclaste réalisé en 1968 par Tony Richardson.


Répondre

De vincentp, le 28 janvier 2009 à 22:52
Note du film : 4/6

Et surtout La charge fantastique qui sur un sujet quasi-identique, avec les mêmes acteurs principaux, transforme des lieux communs et une vision un peu simpliste de l'histoire en un portrait mémorable d'un personnage hors-norme. Deux films à visionner en parallèle, pour mesurer les limites de l'un et les énormes qualités de l'autre.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter