Forum - Snobs ! - De la poésie à la farce
Accueil
Forum : Snobs !

Sujet : De la poésie à la farce


De David-H, le 29 octobre 2008 à 23:17
Note du film : 4/6

Après s'être intéressé de fort belle manière aux rapports amoureux, dans Les Dragueurs d'abord, dans Un Couple ensuite, avec un style respirant bien la Nouvelle Vague, Jean-Pierre Mocky change radicalement de cap pour son troisième film, en signant une farce dont les années 50 et 60 nous ont copieusement abreuvé. Truffée de gags, celle-ci est toutefois agrémentée par la dénonciation du snobisme, dont Mocky voyait des adeptes partout dans la société, de la Magistrature au Clergé, en passant l'Armée. L'occasion d'envoyer quelques petites piques envers ces milieux du pouvoir – et au passage aussi, envers Monsieur Tout-Le-Monde – ce qui valut au film d'être conspué à sa sortie et presque directement ôté de l'affiche.

Longtemps interdit, il obtiendra pourtant la sympathie de …Woody Allen (qui racheta plusieurs gags à Mocky!) et des plus prestigieuses universités anglaises (Oxford et Cambridge) qui avaient apprécié l'humour très …british du film. Nul n'étant prophète en son pays, il faudra attendre en France une critique élogieuse d'un journal à la fin des années 70, couplée d'une ressortie sur grand écran, pour qu'il soit reconnu à une plus juste valeur. Les acteurs, de Francis Blanche à Michel Lonsdale en passant Noël Roquevert, offrent une touche supplémentaire fort appréciable à leur personnage.

Au final, l'ensemble – qui peut sembler parfois brouillon – a relativement bien vieilli, et mérite donc un détour. On regrettera néanmoins de ne plus y trouver le traitement poétique qui avait fait la force des deux premiers films de Mocky.


Répondre

De kfigaro, le 30 octobre 2008 à 09:13

Avec "Snob!", Mocky commence à devenir Mocky en réalité… Personnellement je l'aime beaucoup, on commence à trouver cet humour satirique, outré et jouissif qu'on retrouvera poussé à son paroxysme sur "Un drôle de paroissien", "La grande lessive", "L'ibis rouge" et bien sur "Le miraculé", un film comme "Les dragueurs" est fabuleux mais il n'y était pas encore tout à fait lui-même (encore marqué par Franju, voire peut être une certaine forme de cinéma italien du début des années 60).


Répondre

De fretyl, le 30 octobre 2008 à 10:34

Vous classez L'ibis rouge et Le miraculé dans les bons films de Mocky ?

J'ai toujours trouvé ces deux films grossiers, bâclés et je ne saurai dire lequel est plus ennuyeux que l'autre.


Répondre

De kfigaro, le 30 octobre 2008 à 10:40

Pourtant c'est du pur Mocky, après il faut aimer ou non ce type de farces hénaurmes, mais je comprends tout à fait qu'on puisse rechercher un cinéma plus "distingué". Seulement je ne suis pas sûr que Mocky soit le meilleur choix pour ce genre d'esthétique…


Répondre

De PM Jarriq, le 30 octobre 2008 à 13:13

Il ne me viendrait pas à l'idée de donner une note à un film de Mocky, tant son oeuvre me passe au-dessus de la tête. Les quelques uns que j'ai vu m'ont paru mal fichus, débraillés, bâclés à la va-vite, écrits avec les pieds dans un style proche des vieux Hara-Kiri du professeur Choron, sans un soupçon de finesse. C'est un esprit, sans aucun doute. Encore faut-il l'apprécier, y trouver un intérêt… Pour ce qui est de M. Mocky, je préfère rester dans l'abstinence.


Répondre

De Arca1943, le 30 octobre 2008 à 14:06

À titre d'exception à la règle, je vous signale quand même Le Témoin, qui bénéficie – contraste saisissant ! – d'un vrai scénario (par Amidei et Sonego, pas moins). Le tandem Sordi / Noiret est impressionnant et la mise en scène est plus efficace que d'habitude.

Mais vous me connaissez : amant du frivole et de l'éphémère, si je rencontre monsieur Mocky, je lui demanderai d'abord et avant tout : « Alors, elle était comment, la Bosè ? »


Répondre

De kfigaro, le 30 octobre 2008 à 15:55

"Le témoin" fait effectivement partie de ses chefs d'oeuvre mais ce n'est pas le seul, loin s'en faut… Mais je crois surtout qu'il faut abandonner un certain "dogmatisme" ou une certaine "orthodoxie" cinéphilique pour apprécier à sa juste valeur ce type d'univers foutraque et atypique dans le cinéma français…


Répondre

De Arca1943, le 30 octobre 2008 à 16:58

Vous vous méprenez. C'est que mal foutue, la satire de Mocky est par conséquent inefficace. Par exemple, j'adore les blagues mange-curés : mais encore faut-il que la blague soit bonne ! Que le punch soit habilement asséné ! Que la flèche se plante en vibrant au coeur de la cible ! Comme dans le sketch Tantum ergo des Nouveaux monstres, par exemple, ou encore l'affrontement entre deux papes concurrents et leur suite, dans Brancaleone aux croisades, aux cris respectifs de Vive le pape vrai ! et Vive le vrai pape !. Par contre, le sketch de l'élection papale avec Nino Manfredi dans Mesdames et messieurs, bonsoir, là pour le coup on dirait du Mocky : parce qu'il est raté.


Répondre

De kfigaro, le 30 octobre 2008 à 17:57

Effectivement "Tantum ergo" est à mourir de rire mais je persiste : le cabotinage volontaire de Serrault et Poiret dans "Le miraculé" m'enchante tout autant. Simplement le style de l'italien est certes plus maîtrisé et précis, tandis que le français fait volontairement dans le genre "brouillon" comme certains caricaturistes de presse, c'est un style à prendre ou à laisser, personnellement je prend…


Répondre

De Impétueux, le 30 octobre 2008 à 18:18

Nous avons eu ici des thuriféraires de Godard et des stipendiés de Civeyrac, des caudataires de Ramos !

Acceptons donc dans l'étrange confrérie un adulateur de Mocky, l'énervé qui filme plus vite que son ombre ! Ça ne fera pas de mal à notre diversité !


Répondre

De Arca1943, le 30 octobre 2008 à 18:34

Mais oui, vous avez raison. D'ailleurs, ceux des années 60 ne sont pas mal (comme La Grande lessive avec Bourvil). C'est plus tard que ça se gâte…

Et puis il y a Jean-Pierre Mocky acteur, dont personne ne parle. Dans le genre "cinéphile orthodoxe" et "dogmatique", saviez-vous qu'il a tourné pour Antonioni soi-même (dans l'introuvable I vinti) ? Et puis tiens, comme je suis toujours en maraudage électoral… Dites donc, Kfigaro, vous n'auriez pas envie de voter pour voir votre héros aux côtés de la bellissime Lucia Bosè dans Les Abandonnés, des fois ?


Répondre

De kfigaro, le 30 octobre 2008 à 18:48

ah si, tiens c'est une idée ! ça me fait penser qu'il y a des détails assez croustillants dans l'autobiographie de Mocky par rapport aux italiennes de cette époque (quand ce dernier ressemblait à une sorte de clone de Gérard Philipe)


Répondre

De Arca1943, le 30 octobre 2008 à 19:29

Merci, Kfigaro ! La fiche des Abandonnés vous tend les bras…


Répondre

De kfigaro, le 31 octobre 2008 à 21:27

A voté pour ma part… ;) (il y a seulement 3 votes de toute façon)


Répondre

De David-H, le 4 novembre 2008 à 00:13
Note du film : 4/6

Adulateur n'exagérons pas, car je m'attends au pire avec la suite de sa filmographie, que je connais trop mal. Mais j'avoue effectivement avoir été agréablement surpris par ses premiers films!


Répondre

De Impétueux, le 4 novembre 2008 à 09:36

Ce n'est pas à David-H que je songeais, en écrivant sarcastiquement adulateur, mais plutôt à Kfigaro, qui a l'air d'apprécier ce cinéma déglingué… (de plus en plus déglingué avec les années qui passent et l'amertume du réalisateur, qui ne comprend pas qu'on ne lui offre pas la Première place dans le cinéma mondial, un peu comme Lelouch, d'ailleurs ; voir les interviouves télévisées de ces deux bouffissures).

Dommage, en tout cas pour Mocky ; comme David-H, je trouve que les premiers films n'étaient pas inintéressants… (nous avons eu des débats sur cet étrange type, sur le fil de A mort l'arbitre


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.029 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter