Forum - Harrison's Flowers - Puissant film de guerre signé... Elie Chouraqui ?
Accueil
Forum : Harrison's Flowers

Sujet : Puissant film de guerre signé... Elie Chouraqui ?


De Arca1943, le 25 octobre 2008 à 04:00
Note du film : 5/6

J'ai trouvé Les Marmottes sympa et je suis censé avoir vu Qu'est-ce qui fait courir David, sauf que je ne me souviens de rien. Je me rappelle par contre une insupportable comédie musicale (sur scène, pas au cinéma) adaptant La Bible en chansonnettes rimées que j'ai été obligé de voir parce que j'étais de l'équipe de sécurité du théâtre. Et puis il a longtemps été l'assistant de Lelouch. Bref, je ne cours vraiment pas derrière les films d'Elie Chouraqui. Mais ce film-là ?

Bien sûr, c'est aussi une histoire d'amour; et puis il y a un happy end, mais bon, de temps en temps, je peux en tolérer un, surtout après tout ce qui s'est passé. Peu importe, ce film est d'abord un film de guerre raconté du point de vue des correspondants de guerre. Je l'ai pris sur les rayons de mon club vidéo d'abord pour son casting : Andie MacDowell, Adrien Brody, Brendan Gleeson, David Strathairn… et même Marie Trintignant dans un petit rôle. Très bons acteurs qui font un sort à de très bons rôles.

Snipers, charniers, nettoyage "ethnique", violeurs en série portant l'uniforme, atrocités sans nom. L'entrée dans Vukovar dévastée va me rester, c'est sûr. 1991. En plein déni de la mort de son mari, un correspondant de guerre, Sarah décide d'aller le chercher là où il se trouve, c'est-à-dire dans l'ex-Yougoslavie ivre de sang. Elle ne sait absolument pas dans quoi elle met les pieds.

Cette guerre très sale (et aussi très bizarre) est filmée avec un réalisme impressionnant. Sasns avoir les moyens d'un Spielberg ou d'un Ridley Scott, il y a quand même moyen de se débrouiller, dites donc. Dévastation et désolation sont étonnamment bien rendues. Il règne une sacrée tension. La mort rôde partout, rester vivant avec pour toute arme un appareil photo est en soi un miracle. Inconsciente lancée dans une expédition qui tient de la folie pure, l'ardente Andie MacDowell emporte l'adhésion. Dans le rôle des deux journalistes qui lui prettent main forte contre le plus élémentaire bon sens, Adrien Brody et Brendan Gleeson sont parfaitement convaincants. Les nombreux acteurs de soutien qui jouent les miliciens serbes et croates mériteraient collectivement une palme, un rameau quelconque. Vukovar dévastée… Ah, mais je vous l'ai déjà dit. Dévalant quatre à quatre vers les abris en tirant/poussant des patients amochés, un médecin de l'hôpital sous le feu des bombardements a le temps de lancer au journaliste : « Prenez des photos, beaucoup de photos, le plus de photos que vous pourrez !»

Un très bon film. Il reste un côté cousu de fil blanc (finale quelque peu téléscopée) et des bouts de fil qui dépassent parfois du scénario. Mais ça reste saisissant au possible.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0058 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter