Forum - L'Espion qui venait du froid - Avis
Accueil
Forum : L'Espion qui venait du froid

Sujet : Avis


De P.M.Jarriq, le 14 avril 2004 à 08:35
Note du film : 6/6

Enfin ! Un des meilleurs rôles de l'immense Richard Burton, et la suite de la filmo de Ritt, qui s'avère de plus en plus riche au fil des rééditions.

De l'acteur, il ne reste plus que quelques curiosités à sortir, comme "Boom" de Losey, "The Sandpiper" de Vincente Minnelli et surtout le génial "Night of the iguana", ainsi que des nanars intrigants comme "Salaud", "L'homme du Clan" (avec Lee Marvin) ou "Le voyage" de Vittorio de Sica.


Répondre

De Arca1943, le 31 mai 2004 à 00:03
Note du film : 6/6

Ah, quel film. Le meilleur film d'espionnage que j'ai vu. Il faut dire aussi que l'intrigue conçue par John Le Carré est vraiment du tonnerre de brest. Encore un film où l'on voit à quel point la création d'atmosphère est tout, ou presque : pour que l'histoire passe bien, pour que le récit fonctionne, il fallait ce monde gris, étouffant, pluvieux, que n'aurait pas renié Georges Simenon. Je ne suis pas certain que sans le succès retentissant du bouquin, Ritt serait parvenu à imposer sa vision aux producteurs, qui – surtout aux USA – veulent toujours du hop-la-vie même quand c'est le contraire qui s'impose à l'évidence. L'immense succès du film a prouvé que les spectateurs veulent d'abord une bonne histoire, et non pas forcément une histoire qui finit bien. Il y a longtemps que je l'ai vu (le DVD n'est pas disponible ici pour l'instant), mais malgré mon affection amusée pour les vieux James Bond, il est bien évident que ce Spy Who Came In From the Cold marquait une ère nouvelle, tant par son traitement que par son propos, et que l'expression « Film d'espionnage » prend vraiment tout son sens avec ce film (toutefois, j'avoue à ma grande honte n'avoir jamais vu Five Fingers de Mankiewicz). Sur ses brisées marcheront notamment toute une série de films britanniques sardoniques à souhait avec Michael Caine, comme The Ipcress File, par exemple, et aussi l'excellent The Kremlin Letter de John Huston. Et jusqu'à l'inoubliable Il faut tuer Birgit Haas, que je compte me retaper ce soir pour la énième fois…

J'en profite pour faire un peu de pub au prochain film adapté de Le Carré : The Constant Gardener était un sacré bon bouquin, sur un sujet passionnant, et si ses artisans ne sont pas trop cons et ne cherchent pas midi à quatorze heures, La Constance du jardinier a toutes les chances d'être un bon film. Et puis c'est avec Ralph Fiennes, en plus !

Arca1943


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter