Forum - L'Abominable dr Phibes - Delice kitsch
Accueil
Forum : L'Abominable dr Phibes

Sujet : Delice kitsch


De Impétueux, le 28 juillet 2008 à 11:54
Note du film : 4/6

Ah, mais c'est bien, c'est très très bien même ! Je me suis régalé hier soir de cette histoire horrifique, mais narquoise, outrancière et pleine de clins d'œil délicieux, pleine d'humour anglais et suffisamment décorative pour ravir l'honnête amateur de films épouvantables…

Naturellement, pour apprécier L'abominable Docteur Phibes, il ne faut pas s'appuyer sur la pertinence des caractères, la cohérence des péripéties, ni même la vraisemblance des crimes affreux commis par Phibes (l'excellent Vincent Price), crimes qui sont, dans sa tête malade, des vengeances justifiées à l'encontre d'une large (!) équipe médicale qu'il prétend responsable de la mort, sur la table d'opération, de sa femme chérie. Il faut se laisser aller à une sorte de divertissement kitschissime, s'amuser de l'ingéniosité des assassinats – qui se rapportent tous à l'une des Dix plaies d'Égypte, envoyées par Yahweh pour permettre au Peuple élu de quitter la férule de Pharaon -, admirer la grandiloquence des compositions hautement colorées, d'une esthétique très Seventies, jubiler devant ces grands mouvements esthétisants de Phibes jouant de l'orgue électrique dans une sorte d'hystérie baroque, apprécier ses délirantes tenues pénitentielles, faire mine de s'effrayer lorsque, à la fin du film, arrachant son masque, il révèle un visage de brûlé cauchemardesque…

En bref, il faut être suffisamment bon public, goûter l'esprit des feuilletons horrifiants, l'humour noir, les cadavres qui s'accumulent, la pointe de sadisme qui fait applaudir le talentueux tueur, et parallèlement, pourtant, frémir d'agacement devant la balourdise des policiers qui arrivent toujours en retard…

L'abominable Docteur Phibes est à la croisée de beaucoup de traditions du film d'épouvante : le Savant fou, la Vengeance impitoyable (j'ai pensé beaucoup à l'excellente Journée bien remplie, de Jean-Louis Trintignant), l'utilisation littérale de la Bible, la disgrâce physique (les multiples Fantôme de l'Opéra)… Enfin, la pirouette finale est excellente et bien venue…

Vincent Price, au masque – forcément – inexpressif (forcément, puisque c'est un masque !) est triomphalement méchant ; excellente idée de ne lui donner la parole que grâce à un équipement acoustique compliqué qui retranscrit mécaniquement sa voix ; un des gangsters de L'année du dragon, de Cimino est semblablement appareillé); Joseph Cotten est plus banal ; mais je trouve que Virginia North, en assistante maléfique et muette de Phibes a bien de la grâce (les anges noirs en ont souvent !)…

Une série B (ou W, ou Y, ou Z, si l'on veut), mais remarquablement tenue !


Répondre

De PM Jarriq, le 28 juillet 2008 à 13:01

Price a tourné une suite, moyenne, à The abominable Dr Phibes, puis une sorte de remake déguisé avec Théâtre de sang, où cette fois il joue un cabotin assassinant des critiques responsables selon lui – et si mes souvenirs sont bons – de la mort de sa femme. L'exquise Diana Rigg jouait la fille du tueur.


Répondre

De Arca1943, le 28 juillet 2008 à 15:23

Pas tout à fait, pour ce qui est de Théâtre de sang. Lionheart, un acteur à l'ancienne qui a tendance à trop en mettre (donc toute critique du jeu parfois appuyé de Vincent Price est nulle et non avenue ici, puisqu'il y interprète le rôle d'un cabotin !) entreprend d'assassiner un à un les critiques de théâtre de Londres parce qu'ils ont osé décerner à quelqu'un d'autre le Prix du plus grand interprète shakespearien de l'année ! Chaque meurtre sera commis selon une méthode tirée d'une grande scène de Shakespeare.


Répondre

De PM Jarriq, le 28 juillet 2008 à 17:55

Ah ! Mes souvenirs n'étaient donc pas complètement bons…


Répondre

De Arca1943, le 28 juillet 2008 à 22:03

Pour l'anecdote, j'ai proposé jadis Théâtre de sang à une amie comédienne/dramaturge un soir de cafard, après que son spectacle a été démoli par plusieurs critiques (tous plus acariâtres et snobs les uns que les autres, il va sans dire). Dans de telles conditions, Théâtre de sang est un sacré remontant, un chaud réconfort, une douce et agréable musique aux oreilles de l'artiste incomprise ! Au spectacle suivant, les choses se sont mieux passées, heureusement pour les critiques du tout-Montréal…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter