Forum - Pique-nique à Hanging Rock - Magistral !
Accueil
Forum : Pique-nique à Hanging Rock

Sujet : Magistral !


De florent, le 21 novembre 2003 à 15:06

Existe t'il une version vidéo de ce film en français (DVD ou VHS) ?


Répondre

De spontex, le 21 novembre 2003 à 15:09

Pas actuellement, mais le DVD est annoncé chez Opening pour le mois de février prochain.


Répondre

De dumbledore, le 15 mars 2004 à 11:23
Note du film : 6/6

Si l'on devait garder un seul film de Peter Weir, ce serait celui-ci. Pique-nique à Hanging Rock est un des grands chefs d'œuvres du film fantastique. Fantastique? Difficile à classer ce film atypique, qui ne se range dans aucun genre particulier, se permettant de les survoler un peu tous. Film d'ambiance en tout cas, maintenant tout le temps le spectateur dans l'expectative et la tension. Et pourtant, au fond, il ne se passe rien.

L'esthétique du film empreinte clairement aux photos soft érotique de David Hamilton, attiré par les corps féminins juste pubères et auréolant le tout d'un flou artistique démodé. Cette référence n'est évidemment pas innocente. Elle est également thématique. L'ouverture à la sexualité naissante est le thème du film. Un collège privé de jeunes femmes, organisé par des règles sévères et strictes dont la seule parenthèse est l'organisation d'un pique-nique à Hanging Rock, la bizarrerie géologique locale. De ce pique-nique sur la montagne, 4 jeunes filles et une vieille professeur ne reviendront pas.

Le caractère phallique de la montagne est évidemment incontournable et la mise en scène de Peter Weir l'appuie allègrement en recourant notamment à des contre-plongées suggestives. Le climat est également très sexué. Les jeunes filles en fleurs sont montrées souvent via l'œil d'hommes. Notamment deux jeunes hommes de deux milieux différents, mais qui se retrouvent pour partager un même regard. Ensuite – à savoir après la disparition des jeunes filles – c'est un monde entièrement masculin qui envahit cette bulle d'innocence féminine que représente le collège : enquêteurs, policiers en uniformes, etc. Les jeunes femmes ont tout simplement « quitté » le monde de la virginité.

Mais cette thématique de « transformation » est finalement bien réductrice d'un film qui vaut surtout pour sa mise en scène très belle, très plastique, gérant un tempo lent et fascinant en même temps. La poésie des images est aidée par une sublime interprétation à la flûte de pan de Gheorghe Zamfir.

L'idée forte de la mise en scène est de faire un film fantastique sans recourir au moindre effet dramatique, sans aucun élément classique de peur. Peter Weir réussit même à éviter l'anthropomorphisation de la montagne.

Bien évidemment aussi, aucune explication satisfaisante ne sera avancée à cette disparition.


Répondre

De Mynaem, le 10 août 2004 à 02:27

J'ai découvert ce film par hasard sur Arte cette semaine et je viens de voir ce soir encore une rediffusion !

J'ai adoré ce film tellement particulier, tellement étrange, ce genre fantastique-là sans artifices, sans effets spéciaux, à la fois mystique, magique et ô combien poétique … Un bijou !


Répondre

De florianep, le 6 mars 2008 à 10:46
Note du film : 6/6

Un des meilleur film fantastique qui soit, la mise en scéne est de toute beauté, bref ce film est extraordinaire. Il manque cruellement à ma dvdthéque, donc je vôte pour une édition en dvd.


Répondre

De vincentp, le 12 mai 2013 à 23:25
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Superbe oeuvre artistique effectivement pour toutes les bonnes raisons avancées ci-dessus. Une très belle étude psychologique et sociale, conduite avec doigté et finesse. On n'a jamais l'impression d'avoir affaire à un propos artificiel ou guindé. Les dialogues (dont certains, sublimes, en français -la langue de Molière étant utilisée au maximum du potentiel évocateur lié à ses sons), superbement écrits mais portés de façon très naturelle par les actrices, l'emploi de la musique (flûte ou piano), portent ce récit de bout en bout, et contribuent à le rendre attractif, distrayant, agréable, accessible pour le spectateur, tout en le poussant à la réflexion.

Pique-nique à Hanging Rock (1975), centré sur un récit se déroulant en 1900, en Australie, au sein d'un décor naturel bâti il y a un million d'années, constitue également une réflexion fort bien menée sur le temps et l'espace. Les jeunes filles traversent en un instant une période charnière de leur existence, tout en découvrant leur environnement naturel. La touche à la fois poétique et fantastique, le style très sensuel et l'emploi des décors naturels et champêtres, le travail effectué sur la lumière et les couleurs des décors naturels, évoquent le style et le propos de Robert Mulligan (L'autre, Un été 42).

Très beau début de carrière pour Peter Weir, avec deux ans plus tard le tout aussi excellent La dernière vague.


Répondre

De vincentp, le 16 mai 2015 à 14:45
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Revu avec grand plaisir. Très beau film sur le temps qui passe et l'activité humaine, les rapports entre ces deux sujets. Peut-être pas un film totalement parfait, mais il passe l’épreuve du temps avec succès du fait de son originalité (mélanges d'aspects contemplatifs et fantastiques) et de ses qualités formelles (photographie et musique). Le dvd propose une image et un son si parfaits, que l'on a l'impression d'avoir affaire à un film contemporain.

Le fond est très solide (enchaînement des idées, impeccablement mises en pellicule). La création d'une ambiance, toile de fond très réussie d'une série de drames, via les armes de la mise en scène, et surtout la gestion du tempo de l'histoire sont d'énormes points forts. Les influences du cinéma de l'époque (1975), Bergman, Altman, les derniers Kazan, Truffaut, voire Mulligan, sont détectables. Et puis le talent de Peter Weir est omni-présent, annonçant la carrière qui va suivre. Pique-nique à Hanging Rock est un des classiques des années 1970 à voir absolument.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.015 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter