Forum - Décès de M. Ferrer - Avis
AccueilDécès de M. Ferrer
Forum : Décès de M. Ferrer

Sujet : Avis


De Impétueux, le 4 juin 2008 à 17:35

Curieuse, cette carrière tard commencée (Ferrer a tout de même 35 ans déjà lorsqu'il interprète Noël de Maynes dans Scaramouche), carrière formidable pendant moins de dix ans, qui culmine peut-être dans Guerre et Paix et qui, dès le début des années Soixante, patouille et s'enlise dans des productions de petite volée…

Paresse, désinvolture, vice dégradant ?

Qui peut nous dire ?


Répondre

De Arca1943, le 4 juin 2008 à 18:10

Peu de choses à retenir il est vrai après Guerre et paix. La dernière fois que j'ai vu M. Ferrer dans un film, c'était à l'époque de La police accuse, les services secrets tuent (1975?) qui n'était pas vraiment mémorable. Toutefois, je me rappelle une vie de saint romancée tournée en Espagne vers le milieu des années 60, "La Rencontre de Parménie", où le talent et même l'ardeur de Mel Ferrer paraissaient indéniables.


Répondre

De PM Jarriq, le 4 juin 2008 à 18:55

C'est drôle, on passe parfois complètement à côté de la carrière d'un acteur. C'est mon cas, avec Mel Ferrer. J'ai vu bon nombre de ses films, mais ne garde que peu de souvenirs de ses prestations. Trop discret, peut-être…. Mais il est vrai que passer de Stewart Granger (Scaramouche) à Dewaere (Mille milliards de dollars), le monsieur était éclectique !


Répondre

De Arca1943, le 4 juin 2008 à 20:35

Voilà que ça me revient : La Rencontre de Parménie, c'était un biopic de St-François de Salles.


Répondre

De pamina, le 4 juin 2008 à 23:02

Ce qui est assez curieux, c'est que les cinéphiles connaissent parfaitement le nom de Mel Ferrer sans vraiment lui attacher une filmographie détaillée… On a le souvenir d'un physique filiforme (il a pris des cours de danse classique) et d'une attitude assez hautaine dans son port de tête…

On retiendra de lui le fait qu'il a été (pour la "presse people") le mari de Audrey Herpburn… Je l'ai revu dernièrement dans le film de Vadim "Et mourir de plaisir" de 1960… sans grand intérêt !.


Répondre

De droudrou, le 4 juin 2008 à 23:07

Tellement discret qu'on l'oubliait ! Et on comprend mal comment un acteur qui se voit autant dans Scaramouche et Guerre et Paix en est réduit à faire de la figuration dans La Chute de l'Empire Romain, si mes souvenirs sont exacts ! Il est déjà difficile à situer dans Les chevaliers de la table rondeRobert Taylor lui ravit la vedette !

C'est pour cela que My Taylor is rich !''


Répondre

De vincentp, le 4 juin 2008 à 23:47

N'oublions pas sa contribution à Rancho notorious, qui fut l'un des westerns les plus populaires auprès de l'intelligentsia française des années 60. L'image que l'on peut retenir de lui : l'homme affable et discret, sachant parler aux femmes (voir Elena et les hommes) dans les années 50 (ce qui n'est pas rien), puis aux producteurs de série B dans les années 70.


Répondre

De Arca1943, le 5 juin 2008 à 00:40

(À AlHolg) Ah, mécréant que je suis. Mais oui, Jean-Baptiste de La Salle, pas St-François de Salles. Décidément, je ne ferai jamais un bon catholique ! Par contre, je suis sûr de ne pas me planter sur le titre français. J'ai vu ce truc-là il y a des lunes et Mel Ferrer y était excellent. Sans doute était-il content d'avoir un bon rôle à se mettre sous la dent, car ils se faisaient rare, alors…


Répondre

De verdun, le 5 juin 2008 à 00:52

Il était excellent et étonnant dans son rôle de pdg, à la fois affable et redoutable, d'une multinationale toute puissante dans Mille milliards de dollars de Verneuil.


Répondre

De vincentp, le 5 juin 2008 à 11:10

Ah exact, c'était Mel Ferrer dans ce film de Verneuil… Il y était en effet excellent.


Répondre

De droudrou, le 5 juin 2008 à 11:11

Un rôle que Mel Ferrer aurait pu tenir très à l'aise : Ashley Wilkes dans un remake de Autant en emporte le vent.


Répondre

De DelaNuit, le 5 juin 2008 à 20:22

Juste quelques mots pour exprimer que je ne trouve pas la prestation de Mel Ferrer dans La chute de l'empire romain de l'ordre de la figuration anecdotique. Au contraire, ce rôle inattendu (où il est presque méconnaissable) d'interprète aveugle des oracles des dieux, fomentant le complot qui plongera l'Empire dans le chaos, montre l'étendue d'un talent bien plus varié qu'on aurait pu le croire.

Par ailleurs, dans Les chevaliers de la table ronde, il est resté dans les mémoires de plus d'un cinéphile un Roi Arthur crédible partagé dans son indéfectible affection pour Lancelot du lac (Robert Taylor) et son épouse la reine Guenièvre alias la divine Ava Gardner

Enfin, rappelons qu'il dirigea sa douce épouse Audrey Hepburn en nymphe mystérieuse de la forêt amazonienne découverte par Anthony Perkins dans le trop rare Vertes demeures (Green Mansions)


Répondre

De Philippe Lucas, le 5 juin 2008 à 23:56

Ce n'est plus l'Usine à rêves, Hollywood, plutôt une manufacture à souvenirs… Et elle produit sec ces temps ci. A la place de Kirk Douglas et de Karl Malden, je préparerais mes valises, moi. Mais sans doute n'ont -ils pas attendu que je le leur conseille. Peste ! Mel Ferrer à présent. C'est idiot, il est mort le 2 Juin et le 1er au soir je m'offrais un petit Scaramouche comme un hommage prématuré. Aurais-je le don idiot mais profitable de faire trépasser dans les immédiates heures ceux dont je regarde les films ? Voyons, sur qui pourrais – je tester ? J'y suis, sortez – moi un film avec Michaël Youn… Et si ça marche vraiment, c'est promis, je regarde la prochaine session de Taratata…

Mel était un séducteur; pas tout à fait sympathique, un rien sournois, le sourire ourlé de ceux qui vont s'occuper de vous sous peu… Je cause de son personnage filmique, là, bien sûr. Mais tant de grâce discrète va nous manquer, nous manque déjà… Doux soit ton repos, Ol' Mel… With Audrey if it's possible…

Bonne nuit à tous


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter