Forum - Out of Africa - Hommage
Accueil
Forum : Out of Africa

Sujet : Hommage


De Cornélia, le 28 mai 2008 à 19:40

Ce soir je me lance pour faire mon premier essai à propos d'un film que j'aime particulièrement bien que je n'étais pas née lors de sa sortie. Ce film s'appelle Out of Africa. Sydney Pollack est son réalisateur et j'ai eu l'occasion de connaître ce film parce que mes parents ont le DVD et le matent souvent. Bien que pas de ma génération, Out of Africa est un film qui m'a marquée pour son atmosphère, j'aime bien l'évasion, en fait. Je trouve l'histoire d'amour très belle et les acteurs sont fortiches. Meryll Streep joue très bien et Robert Redford est hyper sexy! Je trouve que ce devrait être lui son mari. L'autre, c'est un nul.

Voilà un film qui nous fait voyager dans un pays qui m'est très cher car j'ai un oncle(le frère de mon père)qui vit en Afrique. J'y vais une fois tous les 2 ans et justement j'irai en juillet si je réussis mon bac. Le Gabon, c'est là qu'il vit. Bon, on en revient au film. Une chose m'avait frappée étant plus petite, c'est le nom des Kikouyous. Je m'étais demandée ce que c'était! L'Afrique pour moi, c'est déjà un pays merveilleux avec un climat idéal(hormis les orages parce que la dernière fois, c'avait été galère). Bon, j'espère que vous ne trouvez pas mon message trop carte postale.

J'en reviens à ce film magnifique. La musique est super belle; je suis plutôt techno et rap; mais là j'accroche. J'admire en plus le courage de cette femme lâchée parmi des gens que l'on pourrait qualifier d'un peu sauvages! Ce qui me gonfle, c'est que j'ai un peu zappé la fin, donc dès que possible je le remate pour avoir une meilleure impression.

Bref, je concluerai en disant que si des films plus anciens m'ennuient parfois, celui-ci me ferait aimer le cinéma des années passées rien qu'au bout d'une heure de vision. En plus, il est hyper long. Sur ce, je vais essayer de découvrir d'autres films plus anciens car mes parents ont une Dvdthèque hyper bien remplie. Garre à l'indigestion cinéphilique!


Répondre

De droudrou, le 29 mai 2008 à 06:57

On va vous y encourager, au contraire ! Et d'abord, il faut que vous revoyez le film ! Ensuite, toutes les voies s'ouvrent à vous pour vous créer votre programme… Et si vous revenez sur DVDToile, à la lecture des avis des uns et des autres à propos des films, votre curiosité sera attisée !

Puisqu'il est question de Out of Africa malgré mes 64 ans (!!!) je ne l'ai découvert que cette année parce que les bonnes conditions étaient réunies : écran large – son – version originale – il y a des films qu'il ne faudrait jamais doubler car c'est un crime de lèse-majesté ! – certes, la VO nous prive d'un ensemble de sensations, donc de réactions qui seront à compenser, mais les VF sont parfois vraiment très insipides !

Bon courage !


Répondre

De incognito, le 15 juin 2012 à 14:13

Out of Africa est l'un des films marquants de l'année 1986. Meryl Streep et Robert Redford y jouent très bien mais il y a toujours un petit quelque-chose qui fait que je m'en vois pour le regarder jusqu'à la fin. Les paysages sont splendides, la musique est sublime mais le film en lui-même est soporifique. Disons qu'il manque d'action. Je le regarde pourtant de temps-en-temps mais il me laisse toujours un arrière-goût de déception.

Ceci étant dit, il fait quand-même partie des plus grands films de notre époque.


Répondre

De Pianiste, le 12 mai 2014 à 23:00

Je partage les avis de plusieurs internautes qui estiment que le film Out of Africa est très marquant des années 80, mais qu'il est trop long et assez soporifique. D'accord, il y a la beauté des paysages et les deux grands acteurs que sont Meryl Streep et Robert Redford, mais sinon l'histoire manque de dynamisme et il y a des longueurs incroyables. Par-contre, on peut faire remarquer la très belle musique qui accompagne ce film de 1986. Je me souviens que cette année-là, lors de la création de la chaîne musicale TV6, le trailer était très souvent diffusé. Cela reste un très bon souvenir et il se doit d'être vu au-moins une fois dans sa vie.


Répondre

De Impétueux, le 9 janvier à 21:24
Note du film : 2/6

Trente deux ans depuis que, dans une salle de la ville d'Ajaccio, lors de la sortie en France de Out of Africa, j'ai vu le film en m'endormant presque, trente deux ans que je proclamais à cor et à cri que le film de Sydney Pollack faisait partie de ceux que je détestais le plus. Je n'entends pas par là un film insignifiant ou franchement plat, comme la nullissime Année sainte mais comme un des mauvais coups contre le cinéma, un de ceux dispensés par Bergman, Godard ou Antonioni : un truc terrifiant de suffisance et d'ennui.

À force d'écrire cette opinion définitive, je me suis demandé si j'avais bien raison de la soutenir et si je n'avais pas été victime, lors de ma découverte, d'une aigreur d'estomac ou d'une démangeaison agaçante qui m'auraient conduit à un jugement exaspéré. Le film passait l'autre soir à la télévision : autant lui donner une deuxième chance.

Allez, va ! Bon prince, je conviens que ce n'est pas un des trois ou quatre plus mauvais films de l'histoire du cinéma et que – au moins ! – les images de la fascinante Afrique parviennent à le sauver de l'horreur absolue ; il est vrai que la tâche est là plutôt aisée et que les ciels mordorés, les panoramiques majestueux, les visions de plein horizon de la terre matrice de l'Humanité sont un adjuvant puissant à n'importe quelle histoire ; ajoutons à cela les merveilleuses élégantes tenues coloniales et la capacité britannique à reconstituer, fût-ce dans les contrées les plus extrêmes, les règles et les codes en vigueur d'Eton à Cambridge et de Harrow à Oxford.

Mais sans cela, quel ennui profond malgré la bonne qualité personnelle des acteurs engagés, Meryl Streep, juste pas assez jolie pour qu'on puisse la prendre au sérieux, Robert Redford, beau comme les dames respectables peuvent en rêver, Klaus Maria Brandauer, qui a exactement la petite veulerie souhaitée dans sa physionomie de jouisseur. L'histoire de la médiocre baronne Blixen qui, parce qu'elle rêve de porter un nom aristocratique, achète avec sa fortune un titre qui ne lui servira pas à grand chose, tentera de cultiver des caféiers à une altitude scabreuse et courra toute sa vie après un aventurier hédoniste égocentrique qui se fiche bien d'elle aurait pu être un agréable mélodrame.

Rien de cela en fait, à cause de la réalisation guindée, prétentieuse et dilatoire de Sydney Pollack  ; le film se traîne, mélodieusement, si l'on veut, grâce à la musique un peu facile de Mozart mais ne cesse de se répéter, de se ressasser, de s'entasser. C'est long, certes (2 heures et demie), mais surtout c'est creux. On espère bien un peu qu'on va revoir l'Afrique qu'on aimait, les grands domaines, les boys stylés, les indigènes sympathiques et dévoués, la savane à perte de vue, les animaux sauvages, les aventuriers séduisants et plus dangereux que les grands fauves, les missionnaires épiscopaliens un peu cinglés, les whiskies sours au soir tombant lorsque les lions vont boire, les moustiquaires et les safaris, mais ça n'est que la superficie du film, consacré aux états d'âme dune femme plutôt exaspérante et indécise.

C'est en tout cas beaucoup moins bien que Le festin de Babette de la même Karen Blixen qui se passe dans une île désolée du Jutland. il n'y a pas de miracle.


Répondre

De Laurent Ermont, le 10 janvier à 09:21

Un pur mélo classique romantique,soporifique,et ce Redford est d'un chiant….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter