Forum - Chantage - relativisme moral
Accueil
Forum : Chantage

Sujet : relativisme moral


De urspoller, le 18 mai 2008 à 15:33
Note du film : 5/6

Comme évoqué précédemment sur le fil de the skin game, je découvre, via un coffret intitulé « Les premières œuvres d'Alfred Hitchcock 1929-1931 », les métrages méconnus de la carrière anglaise de sir Alfred.
Aujourd'hui, je me propose de vous glisser quelques billevesées sur ce Blackmail situé à une période charnière à savoir au crépuscule du cinéma muet et à l'aurore du parlant. D'ailleurs, les cinq premières minutes du film montrant le quotidien d'un officier de police londonien sont totalement muettes. Dès lors, ce long-métrage tire la quintessence des deux formats cinématographiques en bigarrant les subtilités du cadrage du muet et les possibilités incommensurables du dialogue.

Cet opus, malgré le « happy end » imposé par la production, pose les jalons de la filmographique du cinéaste en développant trois thématiques typiques de l'œuvre hitchcockienne à savoir le passé (ici celui du maître-chanteur), la culpabilité et le chantage. Comme de bien entendu, chacun de ces éléments s'entrelacent et créent une instabilité sous le poids écrasant de la conscience du crime. Dès lors, l'héroïne hitchcockienne, hantée par un dilemme moral, évolue dans un équilibre précaire oscillant entre les limites du bien et du mal.

En fait, Alice, campée Anny Ondra (première blonde hitchcockienne), incarne, à l'instar de Montgomery Clift dans La loi du silence, la thématique récurrente et latente qui nimbe le propos du cinéaste tout au long de sa filmographie c'est-à-dire savoir mais ne pouvoir dire (soit par lâcheté, soit par devoir). Dès lors, où se situe l'étique frontière entre l'innocent et le coupable ?
C'est à ce dilemme que sir Alfred s'attaque dans ce métrage. Le cinéma d'Hitchcock se rapproche ici de l'œuvre – période américaine – de Fritz Lang où les obsessions, les apparences désignent des culpabilités de convenance. Chez l'un comme chez l'autre, l'innocence n'existe pas. Ainsi, la vérité n'a plus de sens et le système de pensée ne repose plus que sur des apparences. En fait, l'important n'est plus la vérité ou l'innocence mais plutôt la valeur morale d'un individu ou d'une cause comme dans les Bourreaux meurent aussi. Dans Blackmail, comme dans Rebecca, la culpabilité d'Alice va être partagée avec son compagnon, ici, le détective (John Longden) chargé de l'affaire. In fine, le film paraît immoral car la culpabilité n'est finalement jamais vraiment admise par la véritable coupable en arguant de la légitime défense. D'ailleurs, chez Hitchcock, les femmes se drapent rarement dans les oripeaux des meurtrières. Quand elles le sont, comme ici – ou dans Marnie et dans le crime était presque parfait -, c'est le plus souvent en état de légitime défense ou par accident (Les amants du capricorne).

Refermons cette parenthèse et revenons au contenu du métrage en question, où sir Alfred fait montre de retenue en évitant de porter un jugement sur l'attitude d'Alice. Ici, l'individu se comporte donc en accord avec son sentiment propre, en rapport direct avec ses actes et sa conscience. Le « gros homme » décrit ici le relativisme moral, cher à Protagoras ou à Nietzsche, s'opposant ainsi à la morale absolue, base principale de la plupart des religions. Ce relativisme ambigu peut être considéré comme de l'immoralité ou de l'amoralité. Mais, là n'est pas le débat. Et à chacun de se forger ses propres convictions…

En fait, dans Blackmail, sir Alfred élude sciemment les notions de rédemption ou d'expiation, qui étaient le point focal de the skin game, le faux coupable ou de la loi du silence, pour s'intéresser à la question des valeurs que nos sociétés attribuent aux notions fondamentales que sont la vérité ou le bien. Dès lors, la chute de l'histoire nous invite à une nécessaire introspection en se demandant : « quelle est la valeur de la vérité ? »
La réalité n'est donc ici qu'une interprétation des faits basée sur des pulsions, sur des jugements ou sur des perspectives. Voilà qui nous éloigne de la métaphore christique et du chemin de croix. Car, si il est indéniable que l'héroïne, Alice, soit contrite et éprouve un réel remord de son geste criminel, il n'en demeure pas moins qu'elle se mure dans le silence (sous l'égide de son compagnon) et qu'in fine, ce soit le maître-chanteur qui sera accusé à sa place. L'instinct de survie permet donc à l'individu oublieux de réinterpréter les événements à sa guise en faisant fi des critères éthiques qui conditionnent l'élévation morale de tout un chacun.
Ainsi, ce « happy end » imposé par les producteurs enrichit les propos du réalisateur en esquissant une interrogation profonde de notre conscience comme dans l'œuvre de Nietzsche « Jenseits von Gut und Böse » (Par-delà bien et mal).

Blackmail est la matrice quasi définitive (conflit entre amour et devoir, non-dit, amoralité, trame policière, poursuite dans des lieux grandioses – ici le musée -, faux coupable, innocent traqué, réalité travestie, etc.) de tout le cinéma d'Hitchcock qui s'épanouira quelques années plus tard.
Au final, le succès (que dis-je le succès, le triomphe plutôt !) rencontré à sa sortie n'est absolument pas usurpé en référence au foisonnement des idées et de notions, du rythme échevelé, au montage idoine ou encore aux trouvailles techniques (effet Shuftan). Le seul bémol reste l'actrice principale, Anny Ondra, dont les mimiques m'ont exaspéré au plus haut point.

A noter que cet opus comporte un des Caméo (un enfant perturbant la lecture sereine d'un journal) les plus célèbres de la filmographie du maître du suspense.


Répondre

De jolem, le 18 mai 2008 à 15:56

Attention à force de trop te triturer les méninges, tu risques le court-circuit!


Répondre

De Freddie D., le 18 mai 2008 à 17:07

Ce qui ne risque apparemment pas de vous arriver à vous, jolem…


Répondre

De jolem, le 18 mai 2008 à 17:52

oh le méchant Jolem, il a osé émettre une critique, pourtant pas bien méchante, d'un des piliers du site.

Et voilà, le chevalier en armure, lord freddy qui vient au secours du soit-disant jouvenceau ourspollueur!


Répondre

De Impétueux, le 18 mai 2008 à 19:51

Jolem, lorsque vous écrirez un peu davantage qu'un paragraphe de quatre lignes avec un tout petit bout de pensée structurée, vous pourrez aller chercher des noises à Urspoller (Ourspollueur ? Waf ! Qu'ils sont rigolos et spirituels, ces jeunes !!).

Pour l'instant, vous êtes bien loin de faire le poids ; et, parti comme c'est, avec cette bêtise agressive et ignorantine de tous instants je crois bien que vous ne le ferez jamais.

Si vous alliez jouer ailleurs et laissiez les grandes personnes entre elles ? Revenez quand vous aurez colorié le livre qu'on vous a prêté…


Répondre

De PM Jarriq, le 19 mai 2008 à 09:46

"oh le méchant Jolem, il a osé émettre une critique, pourtant pas bien méchante, d'un des piliers du site".

Ce n'est pas une critique, c'est une moquerie, une raillerie, l'amorce d'une polémique inutile et gratuite, qui n'encouragera pas à donner d'autres avis.

Si "jolem" vient sur ce site, on imagine que ce n'est pas par hasard, qu'il aime le cinéma (lequel, on s'en fiche). Alors pourquoi ne donne-t-il pas son opinion sur ce qui l'intéresse, au lieu de ricaner sur les textes d'autrui ? A-t-il si peur d'être raillé à son tour ?


Répondre

De ALAKAZAM, le 19 mai 2008 à 12:26

En fait , je suis un peu ; parfois ; dans le même cas que jolem ! J'avoue m'énerver un peu par rapport à ceux qui ont plus de choses à dire que moi et aussi , il est vrai , une plus grande érudition ! Mais , je dirai à jolem de ne pas s'énerver pour autant et de rester poli et courtois vis-à-vis de ceux qui ont une plus grande érudition que nous . En effet , il y a bien assez de pollueurs sur ce site qui nous harcèlent avec des propos qui me hérissent les cheveux sur la tête , nous n'avons pas besoin de faire la guere à ceux qui sont un peu plus instruits et qui ont une plus grande faculté d'expression que nous !

Jolem , voyez-vous , Impétueux et urspoller ont peut-être un langage un peu "pompeux" si je peux me permettre cet adjectif , mais ce sont des gens corrects ; donc , on n'a pas envie de les prendre de travers . Non , moi ceux que je renie et méprise ce sont les pollueurs qui m'ont encore bien attrapé hier soir sur le fil de Lola . Cette fois , j'ai bien compris et je n'adresserai plus la "parole" à des gens ayant l'air trop "cool" avec moi ! D'ailleurs cette sympathie soudaine venant de nulle part m'avait mis la puce à l'oreille ! Alors , quoiqu'il en soit , je vous conseillerai (à mon humble avis) de rester en bons termes avec certains qui sont de bons internautes : Impétueux , DelaNuit , Arca , Droudrou , Urspoller , Torgnole , PMJarriq et quelques rares autres !

Enfin , ne croyez pas que je veuille vous faire la morale , loin de moi cette idée , mais c'est un peu ma propre expérience de vieux quadragénaire que je vous fais partager . Amitiés .


Répondre

De vitriol, le 19 mai 2008 à 13:47

Merci Alakazam, j'admire votre courage de lutteur, je suis un lecteur de dvdtoile et j'admire votre présence, mais je voulais vous dire que vos conseils à deux balles digne d'un gamin de six ans, votre inculture, vos critiques enfantine sur tel ou tel film, vos angoisses et votre adulation insigne pour la mocheté Anouk Aimée : ça ne nous intéressent pas

Que vous soyez valétudinaire, ou non, j'ose espérer que votre présence peu spirituelle sur dvdtoile pour les lecteurs passionnés ne soit pas immarcescible .


Répondre

De Lagardère, le 19 mai 2008 à 14:14

Et moi? Je sens le gaz ? Ben zut alors….Je ne viens pourtant pas très souvent, , et , sans me compter parmi L'ELITE de ce site , je pensais au moins mériter la sympathie de quelques uns !

Ah! Vieillesse ennemie, vieillesse infâme !
N'ai-je donc tant vécu que pour l'ingratitude de cet Alakazam ?…


Répondre

De ALAKAZAM, le 19 mai 2008 à 15:55

Ne vous inquiétez pas Lagardère , vous faites partie de ceux que je trouve sympathiques et corrects !

Vitriol, avec un surnom semblable , on sent l'arnaque ou alors le mec qui se la joue pour rien du tout ! Si vous n'aimez pas Anouk Aimée , regardez-vous déjà dans une glace ! Je n'irai pas plus loin avec vous car je pense que vous faites partie de la bande ! Tant qu'à ce que j'écris , vous n'êtes pas plus éloquent que moi , en tout cas ! Et question orthographe, vous n'avez pas dû souvent étudier l'accord des verbes ! Alors , continuez à lire si ça vous chante, mais j'en ai vu d'autres et si vous croyez me décourager vous avez des hallucinations ! Bye-bye !


Répondre

De urspoller, le 19 mai 2008 à 19:41
Note du film : 5/6

Lagardère, vous avez mal choisi votre pseudo. D'après vos écrits, vous auriez dû opter pour une référence patronymique du héros de la Reconquista.


Répondre

De Lagardère, le 19 mai 2008 à 19:51

Urspoller , mon camarade , il y a assez d'Al-Mansur en ce site , et vous ne me voyez quand même pas m'octroyer le patronyme d Al-Mugtadir de Saragosse ? Je crois pouvoir dire que l'endroit et les quelques maigres propos que j'y laisse , ne s'y prêtent pas..


Répondre

De ALAKAZAM, le 19 mai 2008 à 19:53

Non , il est normal que Lagardère me reprenne pour cet oubli ! Il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de gens de confiance sur le forum , alors je n'aurais pas dû l'oublier !


Répondre

De urspoller, le 19 mai 2008 à 20:14
Note du film : 5/6

Voilà un dilemme cornélien, gardez donc votre pseudonyme, ami Lagardère… En outre, il ne tient qu'à vous de faire montre d'un minimum d'assiduité sur ce site. Glissez quelques apophtegmes sur la naïade scandinave Ingrid Bergman et vous serez sûr d'avoir un lecteur passionné!


Répondre

De Lagardère, le 19 mai 2008 à 21:56

Oui, j'ai cru lire, çà ou là, que vous tous aviez des engouements très flamboyants pour certaines divinités , brunes ou blondes, du septième Art. Moi, je fanatise plutôt pour les brunes nuit, genre Monica Bellucci.

Ben que voulez vous, mon bon monsieur , il en faut pour tout le monde ! Mais, Ingrid Bergman, pour la sieste, pourquoi pas… Elena et les hommes…Confier une pareille beauté à Jean Marais, franchement.. Ce n'est pas un type à aimer les siestes…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.028 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter