Forum - Un Taxi mauve - C'est une splendeur, sortez-la vite...
Accueil
Forum : Un Taxi mauve

Sujet : C'est une splendeur, sortez-la vite...


De isidore, le 2 mars 2004 à 13:13

Une splendeur, je pèse mes mots, un bijou, un joyau cinématographique inconnu, un chef-d'oeuvre du 7ème art… Pourquoi ? Allez je vous la fait rapide :

C'est une histoire qui se déroule en Irlande, dans le Connemara. C'est l'histoire de Philippe Marchal, un journaliste venu ici oublier, ou pleurer plus encore, la mort de son fils dans un accident de voiture. C'est l'histoire de Jeremy Kean, fils de milliardaire américain envoyé dans le "vieux pays" afin d'y retrouver ses bases, de sa soeur, aussi, un princesse perdant sa jeunesse entre amants d'une nuits et montagnes de fric. C'est l'histoire de Taubelmann, géant barbu excentrique mais énigmatique, qui semble tout savoir de tout le monde, et de sa fille Anne, une belle adolescente qui n'a pas ouvert la bouche depuis cinq ans. C'est l'histoire du docteur Scully, un vieux fou passant son temps à soigner les démunis de cette région de l'île verte. C'est l'histoire de six personnages fascinants, dont la rencontre inattendue fera des étincelles.

Le réalisateur, c'est Boisset, qui s'est inspiré du roman de Michel Déon (grand prix de l'académie française 1973) pour réaliser sans doute le meilleur film de sa préstigieuse carrière. C'est un film à la fois tendre et venimeux, simple et tortueux parce que plongeant au coeur même de l'esprit humain. Une telle ambiguité est rare chez un cinéaste de la trampe d'Yves Boisset, plutôt habitué à nous surprendre par la violence de ses films (Le prix du danger, Canicule, Bleu comme l'enfer…) ou par leur messages courageux (L'attentat, R.A.S., Dupont-Lajoie…).

Mais ce film existe, il date de 1977 et semble avoir été réalisé il y a un mois. Il est intemporel.

Le grand atout du film, c'est son climat. Pourquoi ? Parce que le film se déroule intégralement en Irlande et que ce pays répend une atmosphère qui englobe la pellicule, au point de la rendre magique. L'île est présentée sous un aspect quasi ancêstral et certaines séquences comportent des atmosphères pratiquement moyennageuses. Ainsi, Un taxi mauve possède une identité propre, un parfum de jamais vu, d'innovation. Il est très difficile de ne pas se laisser prendre aux tripes par la beauté des décors et des paysages, superbements mis en valeurs par la photo de Tonino Delli Colli (Lunes de fiel et la musique profondément celtique de Philippe Sarde), qui a fait appel ici à l'un des meilleurs groupes de musique celtique en Irlande : The Chieftains.

Et puis, pour le cinéphile, il y a le casting : Charlotte Rampling encore plus vénéneuse et fascinante que d'ordinaire, Philippe Noiret magnifique en quadragénaire français se croyant revenu de tout, Ustinov inouï dans le rôle de l'incroyable Taubelmann, et Fred Astaire, qui prouve qu'à plus de 80 ans, il a encore de l'énergie à revendre. A compter enfin la présence du l'excellent Edward Albert et de la belle Agostina Belli, d'une immense sensibilité.

C'est un film unique. On croit le connaître par coeur et on découvre à chaque fois des passages supplémentaires angoissants, de poésie pure, d'esthétique inégalée… Un immense film, hélas masqué par la personnalité des autres films de son auteur. C'est le plus discret, et sans doute le meilleur.

Une réedition DVD s'impose. Qu'elle nous parvienne vite, de nombreuses personnes, marquées par ce film, attendent sa sortie avec impatience. Surtout moi.


Répondre

De machin75, le 9 mars 2004 à 00:42

OUi en effet nous sommes plusieurs dans mon entourage à vouloir nous procurer ce chef d'oeuvre, alors nous ne comprenons vraiment pas pourquoi il n'est pas réedité… en face de tous ces films plats et sans intérets qui sortent à longueur d ejournée, à croire que le vrai cinéma, celui qu ne nous laisse pas indifférent, lui ne touche qu'un public que peu rentable par ces industries…

réellement navrant mais nos espoirs restent entiers…


Répondre

De Arca1943, le 9 mars 2004 à 02:15
Note du film : 5/6

Encore un film que j'ai vu à sa sortie, dans mon adolescence. J'en conserve un souvenir extraordinaire, un puissant coup de coeur. Atmosphère, atmosphère… En passant, j'y ai aisément accès en VHS (avis aux amateurs… mais je suis de l'autre côté de l'Atlantique, alors il faut compter le colis aérien et le transcodage NTSC/PAL).

Inlassable spectateur de cinéma dès l'âge tendre, je me rappelle aussi de la descente en flammes qui accueillit Un Taxi mauve dans les revues spécialisées de l'époque (Image et Son, Écran, pour ne rien dire des Cahiers), revues que je dévorais alors comme je dévorais les films. Je pense que le contraste saisissant entre l'émotion ressentie devant ce film et les comptes-rendus dédaigneux et cérébraux de ces damnés plumitifs a contribué, avec d'autres "incidents" du même genre (notamment italiens), à ma révolte contre la «doxa» qui régnait alors sur la mentalité des critiques et des intellectuels.

Vieille bataille? Ce n'est pas sûr. Si je mentionne ce fait, c'est que je crois que cette doxa, cette vulgate, par mille canaux, s'étend jusqu'à nos jours et continue d'influer sur la mentalité, la culture, et donc en bout de ligne sur les choix des éditeurs de films. Autrement dit, je soupçonne que si aujourd'hui, en France, vous ne trouvez pas Un taxi mauve, ça entretient un rapport avec la doxa qui domine encore la "culture officielle", qui n'accepte le divertissement que lorsqu'il a été transformé par le passage du temps en curiosité de cinémathèque, loin de la plèbe ignare… Quand je trouve une farce populaire comme Parlons femmes dans une collection VHS intitulée "Les documents cinématographiques" (sic!!!), ça ne me porte pas à l'optimisme, bien au contraire! Même s'il est pour moi inespéré que ce film soit finalement sorti (miracle!).

Comment décrire cette mentalité? J'y renonce, pour tout de suite. Ce n'est pas de la tarte de se lancer là-dedans. Surtout que moi, quand j'aborde ce sujet, je ne fais pas court. Je suis fort dans le genre histoire des mentalités, histoire des idées… Mais il faudra bien s'y mettre, un de ces quatre, car cette vulgate "universitaire" greve dangereusement la mémoire du cinéma, elle menace d'oubli tout un pan du cinéma européen, auquel je suis (moi nord-américain) profondément attaché.

Tout de même, l'immortel Vittorio Gassman résume fort bien la chose : « Il y a toujours un soupçon vis-à-vis de ce qui est divertissant : attention danger, ce qui est divertissant appartient à un genre inférieur. C'est une grave erreur, une erreur antique de notre culture officielle. » Remarque qui complète admirablement celle de son vieux complice Dino Risi (quinze films ensemble) : « L'enseignement scolaire que nous avons reçu. . . nous a conduits à considérer comme nobles les genres ennuyeux. »

Arca1943


Répondre

De RufusT Firefly, le 9 mars 2004 à 19:08

Yves Boisset fait partie du club pas si fermé des mal-aimés du dvd;à ce jour seul "Espion,leve-toi"" est disponible

sur ce support;il serait peut-être temps que nos chers éditeurs s'aperçoivent que l'oeuvre de Boisset n'a pas à rougir devant bien des fausses gloires et tocards de tout poil.Il est donc plus que urgent de sortir en DVD les films suivants (non exhaustif).

  • R.A.S. Réquisitoire contre la guerre d'Algérie. Salubre
  • Le juge Fayard Politique et corruption,…déjà…Dewaere épatant en petit juge teigneux. Célèbre pour ses bips imposés par la censure à la demande du SAC.
  • Allons z'enfants Moi,mon colon cell' que j'préfère,c'est la guerre de 14-18 et tu seras enfant de troupe,mon fils. L'antimilitarisme de Boisset fait chaud au coeur.
  • Canicule Un truand (Lee Marwin) trouve refuge chez des péquenauds dans la Beauce profonde.A truand, truand et demi. Voyage au bout de la beaufitude. Parfois caricatural,mais plutôt jouissif grace aux acteurs et aux dialogues de M. Audiard.(Ah…la nitrobibine…)

Au chapitre des grands absents,signalons le kolossal J.P. Mocky dont aucun film n'est actuellement disponible…Qu'est ce que c'est que ces guignols dans les majors qui ne sont pas foutus de sortir les Mocky et encombrent les bacs avec des truc ignobles…Alors en urgence ,les 4 Mocky avec l'immense Bourvil…Génial dans le "drôle de paroissien".Mon petit doigt me dit que ça devrait sortir en Avril…'tain,on a failli attendre… charlots…

Bon un petit dernier , "l'aîné des Ferchaut" de Melville,avec un sublime affrontement Vanel-Belmondo (magnifiques!) vaguement teinté de relents d'homosexualité latente. A Réévaluer dans l'oeuvre de J.P.Melville.Allez hop hop le dvd en vitesse!!!

	

Répondre

De Bruno, le 3 avril 2004 à 09:19

Pour info, j'ai trouvé en DVD le film "un taxi malva" en Espagne, en choisissant la version originale françia on dispose d'un DVD du Taxi Mauve (de qualité moyenne toutefois).

Bonne chance


Répondre

De emge, le 28 juin 2004 à 09:10

Je suis ravie de voir le succès qu'a eu ce film que je n'ai malheureusement jamais vu… si par hasard vous avez une copie VHS je serais heureuse de savoir que vous pouvez m'en faire une copie ou me la prêter…

Je suis ravie d'autant plus car je connais personnellement Michel Déon et que je suis de près toute son oeuvre et précisément, là je reviens d'une semaine en Irlande de chez lui et relis avec passion "Un taxi mauve"

J'attends des nouvelles de ceux ou celles qui me prêteraient le VHS du taxi mauve…


Répondre

De Bertrand, le 25 août 2004 à 15:56

Je recherche désespérément une cassette VHS ou un DVD du film "un taxi mauve". Merci à ceux qui en possèderaient un exemplaire de me le faire savoir : je suis acheteur ! Merci sincèrement


Répondre

De Arca1943, le 31 décembre 2004 à 07:03
Note du film : 5/6

Et je dis : Vive l'Espagne ! Vive l'Espagne! et encore Vive l'Espagne! Oui, trois fois au moins, parce que c'est un vrai bon film. Du point de vue de la mise en scène, c'est même le meilleur Boisset, qui s'y révèle d'une subtilité et d'une délicatesse imprévue, lui qui dans son cinéma habituel de l'époque – polars et thrillers politiques – y allait souvent dans une forme très énergique mais aussi très carrée.

Bon, Un Taxi mauve s'intitule maintenant Un Taxi malva? Pas d'trouble, man, j'enlève les sous-titres et hop! je m'écrase enfin, ravi, devant ma TV. Quant aux éditeurs français, ils dorment au gaz, ou quoi? Yoooou-hoooou, les boys! La Terre appelle les compagnies françaises de DVD! Vous faites quoi, au juste? C'est quand même un monde, que ça sorte en Espagne et pas en France.


Répondre

De cazacine, le 8 mars 2005 à 20:58
Note du film : 6/6

Une adaptation du roman par simplification admirablement réussie: des personnages en moins, c'est dommage pour la truculence, mais la trame et l'atmosphère sont parfaitement restitués, de l'excellent travail.


Répondre

De Groovy, le 19 mars 2008 à 22:28

C'est effectivement étonnant de voir à quel point ce film n'a pas vieilli. C'est sans doute du au caractère intemporel d'une espèce d'Irlande mythique…Il suffit de comparer ce film à ceux de son époque. Il y a une esthétique des années 70-80 qui est vraiment très démodée, beaucoup plus que celle des années soixante. Il suffit pour s'en convaincre de comparer un film tel que "breakfeast at Tiffany's" à n'importe quel film de Claude Sautet. On est vraiment frappé de la modernité, et de l'actualité de ces personnages. Un film rare.


Répondre

De Impétueux, le 20 mars 2008 à 12:43
Note du film : 3/6

Et que vient faire cette appréciation sur Claude Sautet-le-grand sur le fil de ce film de Yves Boisset-le-(trop souvent)-médiocre ?


Répondre

De Cabrabrava, le 24 novembre 2008 à 18:24

Salut! Je voudrais savoir si tu as les sous-titres du film "UN TAXI MAUVE", car j'aimerais les ajouter à ma version de ce film. je te remercie énormement!!!!

Valeria valeria@valeria-arce.com.ar


Répondre

De droudrou, le 24 novembre 2008 à 18:37

De Ta Race (Boulba) : si tu galopais aussi vite que…. tu aurais déjà fait bien du chemin ! – Ensuite, je ne saurai que te recommander d'aller voir rapidement ton ophtalmo parce que je pense que tu as grand besoin de porter des lunettes ou, éventuellement, de prendre rendez-vous avec ton psy pour confondre un mec et une fille ! – pour ton information (et gratuitement) et t'éviter de croasser inutilement, Starlight est un mec quand à Sophie75, tu n'auras pas à te tromper physiquement, elle n'a rien d'un mec – je te dis cela de source sûre puisque je les connais ! – Qu'est ce que je peux encore ajouter qui satisfasse ta connerie ? – Maintenant, si tu t'emmerdes, au lieu de passer ton temps inutilement à emmerder les autres, il y a quelques films qui recevraient volontiers une critique intelligente ou, contacter la Rédaction pour qu'elle te confie la mise à jour de certains fichiers – Travail bénévole, certes, mais occupation particulièrement sympa surtout si tu travailles avec ordre et méthode ! – il y aurait encore une chose que tu pourrais faire utilement : c'est éradiquer les messages de tous les cons qui comme toi viennent perturber le cours de ce site et qui font que les gens intelligents le désertent rapidement tant ils sont écoeurés ! –


Répondre

De Freddie D., le 24 novembre 2008 à 18:52

Bravo, Droudrou, pour ce message que j'espérais lire depuis un moment. On en a déjà discuté ici, mais je ne comprends vraiment pas l'intérêt pour ces individus (combien sont-ils? Trois, quatre?) à venir tous les soirs, déposer leur crotte, cracher leur haine (envers qui? Pourquoi?), sans humour même méchant, sans intelligence.

D'ailleurs, ça va être l'heure de l'autre malade.


Répondre

De Impétueux, le 24 novembre 2008 à 19:02
Note du film : 3/6

De l'autre malade, écrivez-vous, Freddie D ? Etes-vous sûr que ce n'est pas toujours le même crétin haineux ? J'ai peine à croire qu'il y ait plusieurs ahuris malfaisants de cet acabit…


Répondre

De Freddie D., le 24 novembre 2008 à 19:12

En regardant bien leur ortographe et surtout leur ponctuation, on s'aperçoit qu'il ne s'agit pas de la même personne. De toute façon, qu'ils soient un ou plusieurs, le résultat est le même : une pollution malveillante, qui en dit long sur l'état d'aigreur et de misère de ces personnes.


Répondre

De droudrou, le 24 novembre 2008 à 19:26

S'ils veulent passer leur état d'aigreur et de misère, il y a d'autres façons ! – J'ai connu une période pas triste qui ne m'a pas empêché de garder la tête haute et peut-être même plus encore qu'à l'habitude ! – Qu'ils en fassent autant d'autant qu'ils sont ici sur un site qui leur offre des moyens culturels pour ne pas se sentir isolés ! – Et parmi les gens qui viennent sur le site (et que je connais pour avoir lié avec eux) il y a d'autres détresses ou il y a eu d'autres détresses mais des gens qui avaient leur fierté et l'ont toujours, par ailleurs ! – Ils se reconnaîtront ! -


Répondre

De sophie75, le 24 novembre 2008 à 19:43

Voilà une intervention intelligente qui me défrise la moustache !

Et dire que les forums de discussions regorgent de dégénrés de la sorte… pauvres gars qui n'ont d'autres occupations que de faire braire autrui. Mais franchement, je plains ces types qui n'ont rien de mieux à faire. Quelle vie de merde, ils doivent avoir.

Et puis si tous les gens souffrants ou qui traversent une mauvaise passe partaient en vrille de la sorte, ce site deviendrait un joyeux bordel !


Répondre

De kfigaro, le 25 novembre 2008 à 15:21
Note du film : 4/6

Il faudrait que je l'achète en DVD et que je le revois avec une qualité meilleure qu'en VHS mais globalement je m'y étais un peu ennuyé, seule la sublime musique impressionniste et la beauté des décors (la fameuse scène dans le marais) m'avaient vraiment enthousiasmé. En fait, je crois que je préfère tout de même quand Boisset fait dans le polar ou le film politique, je le trouve plus dans son élément, mais ça reste tout de même un film intéressant.


Répondre

De Impétueux, le 27 mars 2011 à 21:24
Note du film : 3/6

Ah bien ! Maintenant que nous avons en vous un philosophe doublé d'un éminent styliste et professeur d'orthographe, je crois qu'Arca et moi allons nous remettre à l'exégèse humaniste de toute l'œuvre de Boisset !!

Merci d'avoir décillé nos yeux las, recrus par trop d'épreuves et de films…


Répondre

De Arca1943, le 27 janvier 2014 à 01:30
Note du film : 5/6

J'étais tombé sous le charme de ce film il y a bien longtemps, et aujourd'hui je suis tout chose de le revoir enfin, comme un vieil ami.

C'est magnifique. On aurait aimé que Yves Boisset bichonne autant ses films politiques. Il faut dire qu'il est soutenu par des collaborateurs de haut vol : la photographie envoûtante de Tonino Delli Colli, la musique rêveuse de Philippe Sarde. Et l'Irlande, bien sûr.

C'est un film qui n'a pas peur d'être photoromanesque : sans être un mélodrame, il n'hésite pas à tirer sur les ficelles du cœur, à nous faire le coup de la princesse de Hanovre (l'hypnotique et féline Charlotte Rampling dans toute sa grâce). Le mystère des êtres – et la curiosité qui tient en vie – planait sur le roman de Michel Déon et se retrouve ici fort bien transposé, même si le choix d'une narration en voix off (aux interventions heureusement brèves) souligne l'origine littéraire de l'entreprise. Mais peu importe, car c'est l'exceptionnelle voix de Philippe Noiret, alors tout va bien.

Si Noiret est le personnage central, le film nous parle de son destin, mais il est souvent plus témoin que protagoniste. En réalité, tout tourne autour de Taubelmann et de sa fille muette. Pourquoi muette ? Taubelmann est-il un mystérieux aventurier ou pitoyable mythomane ? Ou un peu des deux ? Ou autre chose ? Peter Ustinov est tout à sa place dans ce rôle d'un personnage qui en fait trop. Dans celui de sa fille Agostina Belli est vraiment excellente, c'est un de ses meilleurs rôles avec Parfum de femme.

Et pour couronner le tout – c'est là que j'ai craqué la première fois aussi – à côté du personnage narrateur il y a le personnage commentateur : un vieux médecin excentrique se balade ici et là dans un taxi mauve: c'est Fred Astaire ! Très bon dans un registre où on ne l'a pas vu souvent.

On fait de moins en moins de films grand public comme celui-ci: le sujet apparaîtrait trop ténu aux yeux des producteurs, trop fondé sur l'intérêt pour les personnages et leur destin. Un ado s'exclamerait : "Il ne se passe rien !" Pourtant j'étais ado quand je l'ai vu la première fois, et je ne songeais pas à me plaindre…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.037 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter