Forum - Le Prête-nom - Front
Accueil
Forum : Le Prête-nom

Sujet : Front


De P.M.Jarriq, le 18 février 2004 à 08:26
Note du film : 5/6

Quelle force, quelle conviction, quelle crudité, dans cette chronique maccartiste écrite, réalisée et jouée par des victimes de la liste noire ! Martin Ritt va droit au but, sans fioriture, sans perdre de temps en exposition ou en psychologie, il entre dans le vif de son sujet et ça fait mal. Le personnage de Zero Mostel, comique pathétique au bout du rouleau, est extraordinaire d'émotion et la scène de son suicide un chef-d'oeuvre de mise en scène. Quant à Woody Allen, si on a un peu de mal à l'accepter au début dans un rôle de composition (il a exactement le même look que dans ses films, lunettes comprises), il finit par endosser son rôle avec une certaine finesse.

Il n'y a pas eu beaucoup de films sur cette période honteuse de l'Amérique et ce n'est certes pas "La liste noire" de Irwin Winkler qui fera oublier "The front" à redécouvrir d'urgence.

Joe Don Baker incarne McCarthy dans le téléfilm "Citizen Cohn", ainsi que Peter Boyle dans un autre téléfilm entièrement consacré à la "bête immonde". Vaste sujet en tout cas, qui mériterait de nouvelles explorations…


Répondre

De Arca1943, le 28 septembre 2005 à 13:04
Note du film : 5/6

Tout à fait ! Vive Zero Mostel, un grand comique ! (Cela dit évitez Rhinocéros).


Répondre

De Arca1943, le 28 septembre 2005 à 13:05
Note du film : 5/6

En somme, ce n'est pas un sujet facile à traiter. Chaplin s'y est essayé le premier dans A King in New York, qui n'est certes pas sa meilleure comédie, même si j'aime bien voir cette foutue commission se faire copieusement arroser. Pourtant, comme le montre bien ce film de Martin Ritt qui est désormais un classique (avec ses petits défauts), l'humour reste la meilleure arme contre les différents conformismes totalitaires. Et c'est le meilleur choix pour contourner les écueil du film à thèse, qui guettent parfois l'estimable Martin Ritt… (Mais heureusement que c'était lui et pas Stanley Kramer ! ).

La mort de Zero Mostel – qui joue en quelque sorte son propre rôle – est une scène que je n'ai jamais oubliée. C'est fou ce qu'on peut faire avec une fenêtre, un rideau et quelques accords de piano judicieusement placés.

Et tiens, parlant de conformisme totalitaire, j'en ai une bien bonne pour vous. Lors d'un hommage rendu ces dernières années à Elia Kazan – je crois bien que c'était à la cérémonie des Oscars, apres sa mort – nos amis les anges de l'imprégnation politically correct, qui sévissent depuis une quinzaine d'années sur les campus américains (après avoir eu la cervelle déconstruite par Derrida? mais excusez-moi, c'est une hypothèse toute personnelle sur les origines du phénomène) ont vigoureusement protesté. Il fallait boycotter, disaient-ils, ceux qui ont accepté de collaborer avec la Commission des activités anti-américaines. Et Kazan a été de ceux-là – ce qui évidemment ne le rend pas plus sympathique. Or, à en croire cette logique implacable, si je dénonce le maccarthysme, je devrais donc mettre des films comme On the Waterfront, Viva Zapata ou The Arrangement sur une… Comment appelle-t-on ça, déjà? Sur une…? Allons, j'attends : sur une…? Une…?

« – Euh… Une liste noire, m'sieur? »

Voilà ! Comme dirait Gotlib : bravo à ce jeune lecteur de Carpentras à l'esprit si éveillé.

Ben oui, une liste noire. Tabarnac ! En voilà une idée qu'elle est bonne !

Arca1943


Répondre

De PM Jarriq, le 28 septembre 2005 à 14:08

Eh oui… Ce n'est pas n'importe qui, Zero ! Malfrat chez Kazan (Panique dans la rue), escroc chez Brooks (Les producteurs), génial donc dans Le prête-nom… A noter qu'il a un fiston, aussi corpulent que lui, mais moins mémorable : Josh Mostel, un des cowboys du dimanche de City slickers.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter