Forum - Bienvenue chez les Ch'tis - La comédie de l'Année ?
Accueil
Forum : Bienvenue chez les Ch'tis

Sujet : La comédie de l'Année ?


De demi-tarif, le 2 mars 2008 à 17:19
Note du film : 3/6

Il fallait le faire !… Dany Boon s'est attaqué à un sujet sensible : la Région Nord-Pas-de-Calais est-elle agréable à vivre malgré un climat dénoncé par certains comme rebutant ?… A partir d'un scénario simple (une mutation disciplinaire du Sud au Nord), Dany Boon a utilisé les clichés négatifs pour les démonter un à un à force de gentillesse et de persuasion.. Certes le Nord avait déjà fait l'objet de toutes les attentions cinématographiques, mais sur des sujets beaucoup plus sérieux !… je pense notamment à "Germinal" de Claude Berri, de "Week-end" à Zuydcoote d'Henri Verneuil, "Du corps de mon ennemi" de ce même réalisateur, j'en passe et des meilleurs…

Ici ("ichi" pour les patoisants) nul n'est besoin de se prendre la tête !… le but est de faire rire et D. Boon y réussit à merveille… Des situations simples et des sentiments contradictoires font comprendre qu'au delà des différences de culture, de langue, de situation, l'amitié et la franche camaraderie peuvent exister même si l'air ne sent pas la lavande et que les baraques à frites et la bière ont remplacé l'aïoli et l'eau jaune…

Dany Boon est le "ch'ti" par excellence… Cependant j'émets des doutes quant à la compréhension de certaines répliques par les non-habitués de ce patois si caractéristique… Il aurait peut-être fallu sous-titrer certaines scènes… Cela aurait été d'autant plus amusant !

Kad Merad est la "pauvre victime" devenue consentante… Le poids du film porte en grande partie sur ses épaules et il s'en sort avec tous les honneurs !

Michel Galabru fait malheureusement une apparition trop courte (photographié dans l'ombre façon "l'Empereur Sith" de la Guerre des Etoiles)… Ce mauvais génie du mal annonçant les pires catastrophes pour ceux qui impunément s'aventureraient dans cette région maudite, fait crouler la salle de rire…

Reste que Line Renaud, pourtant nordiste d'origine, n'est pas très crédible ni dans son jeu, ni avec son accent…

Souhaitons un joyeux parcours à ce film qui détend l'atmosphère et fait oublier les soucis quotidiens… Il semblerait que devant ce succès subit, Dany Boon ait pensé à une "suite"… sa visite dans le Sud de la France pour retrouver Kad Merad !… Pourquoi pas ? si financièrement l'opération est profitable…


Répondre

De rocafortis17, le 16 mars 2008 à 14:58
Note du film : 6/6

Ô combien à l'éloge de la générosité des gens du Nord et du Pas-de-Calais. Ils n'ont pas grand-chose, mais ce qu'ils ont ils le partagent avec les autres. Pas besoin de grands mots pour se faire comprendre. Ils agissent directement et sans chercher un retour. Danny Boon a montré cette chaleur de gens qui sont aussi passés par des situations difficiles et qui se s'assemblent pour s'en sortir et tentent d'empêcher que d'autres aient les mêmes problèmes. La bière, les frites, les chansons, l'accent et le patois Ch'ti, le rire,et le rire encore pour ne pas pleurer . Des spécialités régionales, différentes des autres régions. Mais chaque région a ses spécialités bien typiques, que les Ch'tis connaissent pour s'y être rendu et dont ils parlent sans arrière pensée. Les ch'tis se sentent bien chez eux et n'ont aucune peine à le faire découvrir généreusement aux autres. Bravo Monsieur Danny Boon pour ce que vous avez réalisé.


Répondre

De droudrou, le 16 mars 2008 à 17:03

A propos de Galabru, j'ai lu que l'idée avait été de parodier Marlon Brando dans "Apocalypse Now" ce qui me semblerait certainement plus conforme.

Quant à Dany Boom ou quelque chose comme cela, on m'a offert quelques DVD de ses sketches : j'avoue qu'hors l'usage de notre patois, il ne collerait pas tout à fait avec l'image des gens de la région. Il y aurait encore beaucoup à parfaire. Il me rappellerait (en raison des connotations politiques de ma remarque, je me censure totalement !)… Ce qui est assez lamentable !

Au sujet de Line Renaud, sa carrière l'a quand même quelque peu éloignée du Nord… et j'imagine très mal Line Renaud s'exprimant en ch'ti !… On pourrait d'ailleurs demander à Starlight ce qu'il en pense, lui qui a adopté la région !


Répondre

De urspoller, le 16 mars 2008 à 17:54

Voici, tel Bany Boon, une ode à un petit coin de France, lui aussi très accueillant malgré la présence du Yéti.

Bienvenue au Morvan : Portons un Thoste avec du Chablis pour Noyers notre chagrin. Puis, Avallon de L'Epoisses en étant Précy sans froisser le Saint-Père dans sa Maison-Dieu car cela Rouvray les hostilités.


Répondre

De Arca1943, le 16 mars 2008 à 19:31

Je dis peut-être n'importe quoi, mais j'ai l'impression que vous manquez d'acteurs en France capables de faire ce que faisait en Italie, par exemple, un Gian Maria Volontè qui maîtrisait à la perfection – comme un gars de la place, m'assure-t-on – une bonne dizaine de dialectes italiens, du Nord au Sud. Ce qui lui permettait de jouer en calabrais dans Un Enfant de Calabre, en piémontais dans Giordano Bruno, et ainsi de suite. Pour un comédien, la polyglossie, sans être une nécessité, est un grand avantage, qui permet notamment de couvrir une plus grande variété de rôles. Prenez Geneviève Bujold dans L'Incorrigible : ne dirait-on pas la parfaite petite Parisienne ? Et pourtant… Les spectateurs français ne s'en rendent pas compte – la preuve que c'est réussi ! – mais il y a beaucoup de travail derrière cette performance linguistique. (Son anglais britannique est tout aussi parfaitement au point dans Anne of the Thousand Days). De la même manière, un bon acteur français devrait être capable de patoiser avec compétence, d'être du Périgord dans un film et de Provence dans le film suivant – et pourquoi pas, Québécois dans le troisième. Or, j'ai l'impression qu'en France, cette sorte de maîtrise linguistique n'existe pas ou très peu, que les acteurs ne s'y intéressent pas.


Répondre

De droudrou, le 16 mars 2008 à 20:45

Avant de répondre à Arca, effectivement un bon toast à notre ami Urspoller qui a parfaitement jonglé avec les particularités locales du Morvan ! Dans le fond, puisque étant sur "Bienvenue chez les Ch'tis" et donc évocant les accents locaux, il ne manquait que l'accent morvandiaux pour donner toute la couleur locale…

A notre ami Arca : le français utilise très bien la langue anglaise quand il le veut mais, malheureusement, il n'est pas spécialement doué pour les langues sur le plan de la phonétique ce qui fait qu'on le reconnaît entre mille sauf à avoir vécu longtemps dans le pays concerné et avoir réussi à se "plonger" dans les particularités locales !

A propos de "Bienvenue chez les Ch'tis" il faut savoir que la région Nord-Pas-de-Calais est une des plus larges de France et qu'il y a une différence énorme dans le parler ch'tis entre Dunkerque – Calais – Boulogne sur la Côte et le ch'tis qu'on peut pratiquer dans l'Avesnois, celui que l'on trouvera à Valenciennes ou celui que l'on trouvera sur la région Lilloise ! Cà, c'est déjà une globalisation du problème ! Ensuite, si on descend dans ce qu'on appelle facilement la région des Mines, c'est là qu'on peut dire qu'on parlerait réellement le Ch'tis, chez les Boyaux Rouges… à la différence, cependant, que les générations anciennes disparaissant peu à peu, les générations nouvelles s'efforcent de préserver l'héritage linguistique local avec plus ou moins de veine !

J'ai noté tout dernièrement qu'on voudrait presque tracer une ligne de séparation qui se situerait à hauteur d'Amiens pour aller je ne sais trop où dans l'Est (je me verrai globalement assez mal de dire que l'Est est à prendre en compte sur cet aspect des choses) et donc que toutes les populations qui se trouvent au nord de cette ligne sont des ch'tis ! Alors, là, grande, très grande prudence : les Picards, s'ils ont des mots de patois communs avec le Nord, ne sont pas des Ch'tis ! Il en va donc de même des gens de l'Aisne et de la Champagne qui se trouveraient au Nord de ladite ligne ! Si on veut rallumer les atavismes locaux, c'est le moment avec le film de Dany Boom…

Pour ce dernier, mes sentiments personnels sont ce qu'ils sont à son encontre, mais je l'encouragerai néanmoins à faire les foires et les brocantes où il aura peut-être la chance de dénicher d'anciens 45 tours ou 33 tours vyniliques sur lesquels il pourra entendre d'authentiques ch'tis qui lui permettront de s'inspirer ! Il constatera qu'il en est très loin ! Notre langage fleuri est sympa mais il ne faudrait pas imaginer que nous sommes tous semblables même si on voit toujours les aspects négatifs du temps quand il pleut pour dire que le Nord n'est pas accueillant !… Ca lui permettra de rebâtir intelligemment ses sketches !


Répondre

De fernand, le 17 mars 2008 à 12:07
Note du film : 2/6

Je voudrais juste dire que si faire un film sur les "ch'tis" consiste à aligner une galerie de débiles mentaux, ou assimilés, je suis très étonné que les gens du Nord , région que je ne connais pas , aient entériné pareil spectacle ! Etonné et apeuré…


Répondre

De fernand, le 17 mars 2008 à 13:17
Note du film : 2/6

Loin de moi l'idée que Dany Boon ne porte pas à sa région et à ses compatriotes un Amour immodéré ! Mais je pense qu'il s'est planté en caricaturant de trop…Sur scène , il amuse en forçant le trait. Mais revenu à la source , et narrer la source , le "vrai" suffit…Et ce qui peut passer de loin , sur une scène de théâtre , la caméra méticuleusement intransigeante le rendra grossièrement imbuvable…


Répondre

De fernand, le 17 mars 2008 à 13:59
Note du film : 2/6

Ce détail là ne m'avait point échappé ! D'ou ma totale incompréhension…Ou peut-être ai-je été trop marqué par Germinal qui a brouillé les pistes…Va t'il falloir que je m'offre un petit voyage dans le Nord afin de me rendre compte par moi-même ? Mais , de toutes façons , vive les gens du nord et Vive notre si beau Pays si riche de tant de dialectes et de terroirs !


Répondre

De Arca1943, le 17 mars 2008 à 14:11

Et merveilleux pays dont les comédiens assimilent oui ou non plusieurs dialectes ? Excusez-moi, c'est qu'on n'a toujours pas répondu à ma question.


Répondre

De demi-tarif, le 17 mars 2008 à 15:53
Note du film : 3/6

Non ! il n'y a pas plusieurs dialectes dans les quelques mots lancés par Dany Boon..

je reviens d'ailleurs sur ma notation, car au-delà du côté "gentillet" et amical des individus, on fait bien passer les autochtones pour des poivrots !… Certes on pourrait en faire autant pour d'autres régions… Originaire du Nord, mes amis installés au quatre coins de la France, m'ont fait remarquer le manque de finesse !…

Pour en revenir au dialecte, il assimile des mots de patois que l'on entend aussi bien dans la région des Mines du Pas-ce-calais, mais aussi en Belgique wallonne (Liège, Namur)… Encore une fois ces quelques mots ne suffisent pas à apparenter le dialecte à telle ou telle région… Est-ce une langue, est-ce un dialecte ?… les wallons disent que pour eux il s'agit d'une langue, qui se conjugue (langue d'oïl)… des pièces de théâtres (vaudevilles) sont données à la TV belge dans cette langue… Pour un gars du Nord, on comprend parfaitement !


Répondre

De fernand, le 17 mars 2008 à 16:00
Note du film : 2/6

Que vous dire , Arca1943 ? Vous renvoyer au remake immonde de Marius avec Roger Hanin ou , pire encore , au remake du Schpountz avec Smain en passant par Manon des sources avec un Daniel Auteuil à l'accent d'on ne sait ou , mais bien loin du pays de Pagnol et vous dire qu'il existe , chez nous , un procédé nommé Post-Synchronisation qui n'a pas été employé assez souvent…


Répondre

De urspoller, le 17 mars 2008 à 19:28

Bon, je n'ai pas vu ce métrage donc je ne peux donner mon avis. En sus, comme un précédent intervenant, je connais très peu les us et les coutumes de nos amis les ch'tis. Mais, pour adoucir les débats, je vous livre les paroles d'une magnifique mélopée d'un des plus fameux porte-paroles du Nord à savoir Enrico Macias :

Les gens du Nord
Ont dans leurs yeux le bleu qui manqu' à leur décor.
Les gens du Nord
Ont dans le cœur le soleil qu'ils n'ont pas dehors.
Les gens du Nord
Ouvrent toujours leurs portes à ceux qui ont souffert.
Les gens du Nord
N'oublient pas qu'ils ont vécu des années d'enfer
Si leurs maisons sont alignées
C'est par souci d'égalité
Et les péniches
Pauvres ou riches
Portent le fruit de leurs efforts

Les gens du Nord
Courbent le dos lorsque le vent souffle très fort.
Les gens du Nord
Se lèvent tôt, car de là dépend tout leur sort.
A l'horizon de leur campagne
C'est le charbon qui est montagne,
Les rues des villes
Dorment tranquilles
La pluie tombant sur les pavés.

L'accordéon les fait danser
Et puis la bière les fait chanter
Et quand la fête
Tourne les têtes
On en voit deux se marier.


Répondre

De pamina, le 17 mars 2008 à 19:50
Note du film : 3/6

Certes, certes, mon cher Urspoller !… mais il faut se dire que cette chanson de E. Macias (si agréable et nostalgique) n'est que le produit d'un sens artistique et surtout commercial !

Le Nord était comme il est décrié dans cette chanson… accueillant, chaleureux, etc, etc, mais avant les années 60 !… Je me souviens que les gosses qui jouaient dans la rue, allaient chez les voisins, manger de grandes tartines avec de la cassonade… Pour les adultes, il y avait toujours une cafetière sur coin du feu !

Maintenant avec le brassage des populations, il y a une banalisation des relations humaines… On est aussi bien accueilli dans le Nord, que dans le Sud !…

D'ailleurs dites-vous bien que dans les immeubles locatifs, les gens ne se connaissent pas…. Ils rentrent de leur travail pour se jeter sur la télé !…

Mais cela reste une très belle chanson, au même titre que "Toulouse" de Nougaro…


Répondre

De Impétueux, le 17 mars 2008 à 20:03
Note du film : 1/6

Au même titre que Toulouse ?

Vous ne croyez pas, Pamina, que vous mélangez torchons et serviettes ?


Répondre

De droudrou, le 17 mars 2008 à 23:19

Quelle lessive ! Les hostilités sembleraient ouvertes pour laver le linge sale en famille ?

D'abord, à propos des ch'tis, si tous ceux qui vont voir le film, y vont pour entendre les mecs dire "mi" ou "ti" ou "li"… je dirai que tout cela ne vole pas bien haut ! Ca me rappellerait la fois où je suis allé dans une pizzeria et que le serveur s'essoufflait à vouloir paraître un italien grand teint !

L'autre qui continue à jouer les biches effarouchées par rapport à Fernand qui nous annonce des réalités imparables prouvant qu'il a bien réfléchi sur le sujet… Ma foi, il semblerait que hors ficher de grands coups de pieds au cul à certains, les mentalités ne progresseraient pas beaucoup !

Quant à vouloir ouvrir les hostilités à propos de "Toulouse" ou des "Gens du Nord", en ce qui me concerne, j'en ai rien à foutre ! Il y en aurait encore un qui pourrait venir chanter "A Capri, c'est fini !" tandis qu'en écho nous aurions soudainement droit au "Sous le pont d'Avignon !" – La France est un très beau pays et ses villes comme Paris, si elles ne valent une messe, valent au moins une chanson pour le plaisir de tous !

Douce Pamina, chantez les louanges de votre Pamino et chantez-nous, en plus, le p'tit Quinquin ! De mon côté, je penserai au gros Pierre et à Martine Bouledogue…

Quant à dire que notre langage peut se conjuguer ? Cà, ça m'étonnerait ! Il y avot tante ed'différinches intre les gins, k'ça s'rot plutôt de l'fachon dont on parlot qui f'rot ! D'abord, i'n'avot nin ! Et i'n'avot nin ieu ! J'va aller quère un'loque à loqueter et lu essuyer lu bouk !I'n'dirotent point trop d'conneries comme chà !

Ca vous va ? Alors "Bienvenue chez les ch'tis !" mais pas "Bienvenue chez les singes !"

Eh oui, AlHolg ! Je ne sais toujours pas rire ! C'est un de mes très gros défauts !


Répondre

De fernand, le 18 mars 2008 à 01:57
Note du film : 2/6

En effet , Droudrou… Un ch'ti canon , pour vous remettre ?


Répondre

De urspoller, le 18 mars 2008 à 07:41

Pardiou Droudrou, quel coup sang… C'est vrai que certains méritent d'être gourmandés ou morigénés -moi le premier – mais peut-on obvier aux caractères amphigouriques ou jupitériens de quelques contributeurs? Et puis, le Nord, comme le Morvan et même allons soyons fou le Languedoc, sont de belles régions à vivre et à chanter. D'ailleurs, comme Brassens, je ne demande qu'une chose et émets une… supplique pour être enterré sur la plage de la Corniche.


Répondre

De berny58, le 24 mars 2008 à 13:16

comment 14 000 000 de personnes peuvent sont tromper ! ! ! vous n avez peut etre pas envie de rire . . il ne faut pas reflechir avec se genre de ciméma il faut se laisser aller au rire … nous n avons pas beaucoup l occasion de rire ces derniers temps ! ! !


Répondre

De pamina, le 24 mars 2008 à 13:43
Note du film : 3/6

Tous ces chiffres ne veulent rien dire !… Par contre je vais vous en communiquer d'autres… Sur environ 63 millions de personnes vivant sur le territoire français, il y a 12% d'llettrés… soit ± 7 millions 1/2… Ce genre de film ne demande pas d'avoir lu "Teilhard de Chardin"… mais sans en arriver là, c'est tout de même curieux de voir l'audimat de ce film !… Sommes-nous en panne d'inspiration pour en arriver à ce genre de dialogues ?… je ne parle pas du patois (que je respecte), mais de l'ensemble du film qui ne casse pas "trois pattes à un canard" !

Je suggère d'ouvrir une souscription afin que "Fernand", autre contributeur de ce site, lui-même étonné d'avoir visualisé de tels errements , vienne se rendre compte que le Nord n'est pas seulement ce ramassis de poivrots, mais aussi une région agréable où la convivialité peut trouver son fondement dans d'autres valeurs…


Répondre

De fernand, le 24 mars 2008 à 15:47
Note du film : 2/6

Soyez remercié , Madame , pour votre sollicitude , mais je peux encore (je devrais dire 'déja') m'offrir un voyage dans le Nord , région , je le répète , que je pense être beaucoup moins caricaturale que présentée dans ce film !..Si souscription il doit y avoir , je préfererais qu'elle soit accordée à tous ces "Ch'tis", enfants et adultes , qui attendent pour ces derniers d'avoir 45 ans , pour , grace au Merveilleux Secours Populaire , pouvoir admirer l'océan pour la première fois de leur vie….Etre illéttré est un drame qui peut conduire notre société dans une nuit sans fond. Mais qu'est ce une vie ou il ne nous a pas été donné de voir ce dont Victor Hugo disait qu'il était "notre âme roulant à nos pieds" : L'océan…

Revenons à nos "Ch'tis" qui font couler tant d'encre : Pourquoi tant d'engouement pour si peu ? Pour une raison trés simple , Madame : La mode ! Les Ch'tis sont à la mode aujourd'hui et gare à ceux qui ne chanteraient pas la même chanson que les autres. Ringards , has-been , pas fun , largués , loosers !! Plus loin de nous , on m'a raconté que , dans les années 70 , les rues de notre pays ont vu fleurir de trés longs manteaux après le succès de Il était une fois dans l'ouest…Et la choucroute de Brigitte Bardot a enlaidi bien des belles parties voir Babette s'en va t'en guerre…Et milles exemples encore..

Je vous renvoie à ce que disait Maurice Biraud, parlant de son père dans Un taxi pour Tobrouk : "-Les Français sont comme çà….Si les nègres envahissaient le pays , ils se mettraient un os dans le nez ! Et si les Grecs….enfin , vous me comprenez..-"


Répondre

De droudrou, le 24 mars 2008 à 17:45

Si souscription il doit y avoir , je préfererais qu'elle soit accordée à tous ces "Ch'tis", enfants et adultes , qui attendent pour ces derniers d'avoir 45 ans , pour , grace au Merveilleux Secours Populaire , pouvoir admirer l'océan pour la première fois de leur vie….Etre illéttré est un drame qui peut conduire notre société dans une nuit sans fond.

''Cher Fernand ! Quand je terminais mes études à Boulogne-sur-Mer, Roger Lory, notre prof principal avait un mot terrible pour les cancres que nous étions ! Droudrou ! (imaginez la voix de Dieu venant des cieux et retentissant soudainement dans la salle) L'agriculture manque de bras pour arracher l'excellente betterave qui peuple notre région !…

Qui osera prétendre que le Nord n'est pas une culture ?


Répondre

De fernand, le 25 mars 2008 à 00:24
Note du film : 2/6

En tous cas , cher Droudrou , vous paraissez être l'exemple type du cancre qui ne l'est pas resté…Vive le Nord ! et ….à bas la flagornerie..


Répondre

De Michel Perrin, le 25 mars 2008 à 18:39

Vous semblez bien sur ce site être pour la plupart une bande de nuls qui n'aiment que les NAVETS!Car si vous me dénigrez pour mes goûts pour les anciens films et bien moi je vous trouve plutôt nuls avec vos couillonnades commme ce film vraiment débile.Alors vous feriez bien de vous regarder avant de juger les autres.Vous n'avez aucun sens critique!


Répondre

De fernand, le 26 mars 2008 à 00:08
Note du film : 2/6

Oh! l'Perrin ! Oooooooh bijou ! R'tint donc tes ch'vaux cré vain dieu ! OOooooooh !

Du calme mon gars….C'est dvdtoile , pas la salle Wagram..


Répondre

De pamina, le 26 mars 2008 à 08:16
Note du film : 3/6

Oh ! mon pauvre "Fernand" ! croyez-vous que l'ami "Perrin" connaisse la salle Wagram ?… surtout si (d'après ce que je crois comprendre) vous l'associez aux séances de "catch" mémorables qui ont eu lieu dans les années 50/60 ; séances retransmises à l'ORTF (télévision de l'époque) et commentées par Claude Darget !…

Quel bonheur d'avoir vu l'Ange blanc contre le Bourreau de Béthune !… et cela nous ramène tout simplement vers "Bienvenue chez les Ch'tis"…

Je pense que je vais revoir mon jugement (en hausse) pour sur ce film… car question "langage", il a trouvé son maître !


Répondre

De jipi, le 17 avril 2008 à 10:52
Note du film : 4/6

La semaine de promo intensive précédant la sortie du film a certainement considérablement aidée la venue au monde de cette sympathique chronique concernant la remise à niveau d'une région bien mal perçue éternellement habillée par la mine et le coron.

Les verres se vident aussi rapidement que les portes s'ouvrent. Le langage ressemble à un état d'ébriété permanent. Les cœurs sont gros comme ça, de toute manière c'est tout ce qu'ils leurs restent à ces exclus n'ayant pratiquement plus que la poste et la baraque à frites comme gîte relationnel.

Paradoxalement la dépression se subit sous un soleil de plomb, le nordiste ne regarde plus un ciel invariable. Il maintient sa différence par des locutions à la limite du langage étranger, des produits du terroir presque nauséabonds et des liqueurs frisant le goût du sans plomb. Toutes ces particularités finissant par entamer la curiosité puis la conversion d'un pédant.

Sans se tenir les cotes d'un bout à l'autre de cette réhabilitation humaine, chaleureuse, naturelle et surtout indispensable, le produit possède certaines scènes amusantes avec en particulier ce road movie professionnel de la journée type d'un postier pur site scruté à la loupe par une hiérarchie bien molle se convertissant avec brio à l'ingurgitation de godets reconstitués en permanence de visites en visites.

Cette fable ayant le mérite de glorifier le comportement de gens simples porteurs d'une camaraderie protégée par l'évolution d'un groupe sur un même niveau se déroule comme un agréable divertissement.

Des clichés au-delà d'une caricature faisant de tous ces personnages de véritables icônes régionaux.

Un film sur les attraits d'un ciel bas chapotant une nuit blême sous une pluie intense. Dans un tel contexte l'autochtone s'accapare sans peine l'intérêt d'un visiteur décontenancé presque à l'image d'un Colomb découvrant une terre inconnue.

Neanmoins quelques défauts apparaissent avec en tête de gondole la laborieuse prestation de Line Renaud ayant bien du mal à rendre crédible un personnage de mère faussement possessive.

La globalité est satisfaisante, surtout en nos temps de disette de tempérament vrai. Le chti c'est du bonheur, on le quitte en pleurs, pour un peu on mettrait la carte de France à l'envers en faisant carillonner le bleu méditerranéen par un beffroi amoureux et transi délivrant spontanément des demandes en mariages. Les nantis du sud n'ont certainement jamais vus ça


Répondre

De le concombre masqué, le 17 avril 2008 à 11:10
Note du film : 3/6

Plus le temps passe et plus l'analyse rétrospective de ce film s'affine… On peut se demander la raison d'un tel engouement !… Le "français" a envie de rire… plus aujourd'hui qu'hier et bien moins que demain…

Ce film ne vole pas haut, mais il a le mérite de faire oublier pendant 1 H 40 les soucis quotidiens… la hausse des prix, la tête du patron, celle de sa femme… j'en passe et des meilleures…

Ce serait intéressant de faire une étude sur l'évolution du "comique" cinématographique à travers les âges… on rit facilement de situations qui ressemblent étrangement à celles que l'on subit par ailleurs ; mais voilà… la peau de banane et la tarte à la crème, c'est amusant quand ce n'est pas nous qui les avons sous le pied ou sur la tronche…

"Bienvenue chez les Ch'tis" doit son succès au "bouche à oreille"… Rappelez-vous "le diner de cons"… La mobilité et la disponibilité des gens à sortir de chez eux (Oh ! les pauvres programmes de télévision) font que l'on fait d'une pierre deux coups… un p'tit resto et une toile… Et qu'importe s'il n'y a presque plus de cinémas de proximité… les gens bougent, rejoignent des complexes cinématographiques, eux-mêmes intégrés dans des zones commerciales… La famille y trouve son compte. Le grand-père en profite pour faire ajuster ses branches de lunettes chez Optic 2000, tandis que les couches-culottes s'amoncellent dans le coffre de la voiture, avant de décider du film à voir quelques instants plus tard.

"Bienvenue chez les Ch'tis" ce n'est pas du Sacha Guitry !… Le monde a changé… la culture aussi ! C'est drôle… un point c'est tout… Mais regardez les britanniques avec leur "Mister bean" et les américains avec "Austin Powers"… Nous n'avons pas à rougir de notre Dany Boon !


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2008 à 02:29
Note du film : 2/6

Bienvenue chez les Ch'tis n'est pas un film génial, c'est sur ; mais c'est une pochade sympathique ou chaque acteur a droit à sa scène ; tel que Galabru dont il parait que le passage de meme pas deux minutes à ravi le public, en particulier la réplique qu'il lance c'est le noooord.

Le film me fait un peu pensé au cinéma pépère (quoi-que Tatie Danielle été très violent) de Etienne Chatilliez, le film ressemble à l'hymne campagnarde du Bonheur est dans le près .

Mais je dois dire que je suis déconcerté que ce film fasse le meilleur score d'entrée de tous les temps ; les Américains prevôient déja un remake .

Enfin cela aura tout de méme permis au cinéma Français de faire une bonne année avec le succès international de La môme, mais je constate rassuré que les Français semblent en avoir marre d'un cinéma qu'on leur a fait bouffé pendant vingt ans .

Les grands succès de ces dernières années sont respectivement Les choristes, Camping, Les Bronzés 3, La môme et Bienvenue chez les Ch'tis.

Tous ces succès ont un arrière gout de cinéma populaire à l'ancienne c'est à dire loin de vrais conneries dont les Français semblent s'être lassé : Taxi, Yamakasi, Les 11 commandements, Le transporteur, Le boulet et bien d'autres …


Répondre

De pamina, le 18 avril 2008 à 08:33
Note du film : 3/6

"je constate rassuré que les Français semblent en avoir marre d'un cinéma qu'on leur a fait bouffé pendant vingt ans"… Cette affirmation me fait frémir, car les films que vous citez (à part "la Môme") sont loin de relever le niveau intellectuel de notre pays !…

Il y a tout de même eu des films comme "Ridicule", "Cyrano", "La marche de l'Empereur", "Léon", "le pianiste", "Deux frères", "fauteuils d'orchestre"… pour n'en citer que quelques un dans le désordre, qui prouvent que les scénarios ne manquent pas et que le cinéma français sait faire autre-chose que des "couillonnades" !


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2008 à 15:59
Note du film : 2/6

Chére Pamina je ne dis pas que les films que j'ai nommé sont des chefs d'oeuvres, mais je constate que l'on a fait un progrès par rapport à dix ans .

Des cinéastes comme Besson ont pour des raisons commerciale fait du mal au cinéma Fracais, c'est aussi le cas de Thomas Langmann .

On sent qu'une lassitude commence à se dessiner chez les spectateurs .

Mais je crois que vous faites une erreur Le Pianiste n'est pas un film Francais .


Répondre

De fernand, le 18 avril 2008 à 16:34
Note du film : 2/6

Chère Pamina --je n'ose pas dire Mme Pamina , cela fait un peu tenancière de bor…de bistrot-- que je remercie en passant pour sa réponse sur le fil du Viager , quel est il "le niveau intellectuel des Français " ? Tout est là….


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2008 à 16:48
Note du film : 2/6

Pour ce qui est du niveau intellectuel des Francais je ne craint que la telévision ne soit plus dangereuse que le cinéma, comment voulez-vous que les Francais moyen apprécient le grand cinéma alors qu'on leur sert tous les soirs du Cauet, du Arthur, du Dechavanne, du Ruquier et des séries facile plein de bons sentiments ; tel que Julie Lescaut, Louis la brocante, Famille d'accueil.

C'est une manipulation médiatique, plus c'est con, plus c'est facile à faire et plus ça marche !


Répondre

De pamina, le 18 avril 2008 à 18:02
Note du film : 3/6

Précision pour Fretyl : "Le Pianiste" est une coproduction française, britannique, allemande, polonaise !…

Vous qui êtes "jeune", vous devez alors comprendre pourquoi la plupart du temps les "terriens" qui ont dépassé la cinquantaine se servent de la télé comme simple écran permettant de diffuser des DVD !!…

Ce n'est pas regretter le passé que de dire qu'avant 1980, il y avait une télévision inventive… des fictions créées pour la "petite lucarne", des émissions de variété où les invités ne se prenaient pas la tête… Il faut se dire que tout dans la vie est du business. Et comme tout a un coût, il faut passer de la "publicité" à outrance, faire des émissions de "reality show" qui reviennent à trois fois rien… passer 150 fois les mêmes séries (Inspecteur Derrick)…

Alors on peut se demander pourquoi les spectateurs acceptent cela ?… Unitairement l'individu ne peut rien faire… c'est au Peuple de s'exprimer et monter sur les barricades !… Si cela ne tenait que de moi, j'irais faire une descente sur Paris avec des milliers de personnes… façon mai 68, voire 1789 !… Vous verriez alors que nous aurions vite une télé digne de ce nom !… Le problème c'est que tous ces "bras gauches" (et ils sont nombreux) se retrouveraient au chômage !… et qui devrait payer les prestations ?… à votre avis ?… Ah ! chienne de vie !….


Répondre

De fernand, le 18 avril 2008 à 18:51
Note du film : 2/6

Ah ! Les barricades…"-Je suis tombé parterre , c'est la faute à Drucker , le nez dans le ruisseau , c'est la faute à Foucault…-"


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2008 à 19:09
Note du film : 2/6

Un dicton que se passerait, parait-il, (d'aprés Jean Yanne je crois) certains animateurs télé :

Il ne faut jamais prendre les gens pour des cons mais il ne faut jamais oublié qu'ils le sont .


Répondre

De fernand, le 18 avril 2008 à 20:03
Note du film : 2/6

Cher Frétyl , ce sont les Inconnus qui avaient lancé ce slogan dans un scketch sur les concepteurs d'émissions.

MAIS , par contre , c'est bien le Pdg de TF1 qui avait dit  :

"- Je donne aux Français des programmes assez vides , pour que la majorité de leur cerveau ne retienne que le fait d'acheter le Coco-Cola que je leur vends -" Ou un truc dans ce gôut là , qui avait fait grand scandale…


Répondre

De Impétueux, le 18 avril 2008 à 20:50
Note du film : 1/6

La citation exacte est Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible ; et c'est l'abominable Patrick Le Lay (désormais retraité) qui a osé cette ignominie…


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2008 à 21:04
Note du film : 2/6

Vous ètes sûr que ce sont Les inconnus qui ont lancé ce slogan, il me semblait l'avoir entendu dans Je te tiens, tu me tiens par la barbichette ou Jean Yanne fidéle à lui méme massacré le monde de la télévision et du disco avec un corrosif qui avait rendu Guy lux malade .


Répondre

De fernand, le 18 avril 2008 à 21:23
Note du film : 2/6

EXACT ! Impétueux…Exact et merci..

Frétyl: C'est tout à fait possible car le scketch des inconnus est bien postérieur au film que vous citez (le seul de Jean Yanne que je n'ai pas vu ! ) et il est donc fort possible que les Inconnus aient relancé le dicton à leur compte. Ok !


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2008 à 21:37
Note du film : 2/6

Voilà les propos exact de Patrick Le Lay que j'ai trouvé sur Wikipédia :

Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective 'business', soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. Rien n'est plus difficile que d'obtenir cette disponibilité. C'est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l'information s'accélère, se multiplie et se banalise… La télévision, c'est une activité sans mémoire. Si l'on compare cette industrie à celle de l'automobile, par exemple, pour un constructeur d'autos, le processus de création est bien plus lent ; et si son véhicule est un succès il aura au moins le loisir de le savourer. Nous, nous n'en aurons même pas le temps ! Tout se joue chaque jour sur les chiffres d'audience. Nous sommes le seul produit au monde où l'on 'connaît' ses clients à la seconde, après un délai de vingt-quatre heures.


Répondre

De droudrou, le 18 avril 2008 à 21:58

Ce serait intéressant de faire une étude sur l'évolution du "comique" cinématographique à travers les âges… dixit Le concombre masqué

Cher ami, puisque vous ne fûtes pas notre ami Impétueux, c'est ce qu'il semblerait malgré des styles, à l'origine, fort semblables… je pense qu'effectivement, il serait intéressant d'étudier l'évolution du comique cinématographique sous Charles Martel, Charlemagne, Philippe le Bel, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV (pour les films érotiques), Robespierre – Danton et le troisième laron tout boutonneux – Napoléon Bonaparte – Louis XVIII – Thiers et j'en oublie ! Ce serait très instructif !…


Répondre

De droudrou, le 18 avril 2008 à 22:07

Mais je dois dire que je suis déconcerté que ce film fasse le meilleur score d'entrée de tous les temps ; les Américains prevôient déja un remake .

Simon, tu suis sûr ? Est-ce que tu sais ce que c'est qu'une vraie barraque à frites ? Eh bien, je ne suis pas certain que les Américains en ont des pareilles, celles que je décrivais à mes odieux camarades, Jipi et Starlight !… Mais cela, pour la bonne Bush parce qu'Hilarie… – Mon Dieu, que c'est mauvais !


Répondre

De droudrou, le 18 avril 2008 à 22:15

Fernand ! Vous n'êtes pas obligé de donner du "madame" à Pamina… Elle appréciera tout autant, je pense, cette familiarité ! Elle apprécie les rapports directs !

Et puis, Fernand : merde ! Le tutoiement est de rigueur ! Hors Impétueux et la mère Pamina, pour le reste, le style direct est plus qu'accepté !


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2008 à 22:27
Note du film : 2/6

Il a bu Droudrou ou quoi ?? J'ai méme cliqué sur son pseudo pour vérifier si c'était bien le vrai ce soir !


Répondre

De droudrou, le 18 avril 2008 à 22:42

Qu'est-ce qui t'a fait douter, Simon, que je n'étais pas moi-même et que j'étais à jeun ?


Répondre

De tatiebenhart ou genissenrut, le 18 avril 2008 à 23:26

C'est lui qui picole et c'est nous qu'il saoûle , ce pauvre imbécile…Crétin ! Des Alpes ou d'ailleurs..


Répondre

De droudrou, le 19 avril 2008 à 08:06

Frétyl est chiant mais n'est pas un imbécile contrairement à ce qu'il se complairait parfois à vouloir nous faire croire !


Répondre

De littlecat, le 19 avril 2008 à 09:01

Frétyl est chiant mais n'est pas un imbécile
Peut-être, mais il a quand même quelque chose de spécial côté orthographe ! Enfin, faut bien rigoler !


Répondre

De le concombre masqué, le 19 avril 2008 à 09:01
Note du film : 3/6

Un exemple mon cher Droudrou sur le comique au "Moyen-âge" !… Repensez à Honorin des Meldeuses face à Jean Ferron (qui puait l'ail)… et au supplice de la chèvre !… On savait rire à cette époque… et tout ça à cause du "Petit Larousse" qui prédisait l'avenir !… Ah ! l'intolérance, l'obscurentisme !…


Répondre

De droudrou, le 19 avril 2008 à 16:07

Attendez, cher ami ! Je n'ai pas parlé du comique dans les âges… si je ne me trompe vous avez évoqué le cinéma comique dans les âges ce qui fait que Louis XIV parcourant ses jardins ne manquait pas d'emmener sa caméra numérique pour filmer la pousse des fleurs tandis qu'à ses côtés, Colbert passait quelques coups de téléphone sur son portable ou envoyait des SMS à un convict appelé Georges Bouche qui devait purger 25 ans de travaux forcés en Amérique !… Comme vous le voyez, ce n'est pas tout à fait la même chose ! Et ensuite, le même Louis XIV, pour se distraire, regardait un film d'un lointain parent qui avait filmé l'écartèlement d'un dénommé Droudrou 200 ans plus tôt – Le bourreau s'appelait Frétyl !


Répondre

De fretyl, le 19 avril 2008 à 17:47
Note du film : 2/6

Mais Droudrou, je faisais de l'humour lorsque je disait que vous aviez bu, votre message adressé à Fernand était d'une franchise et votre comportement d'une telle bonne humeur que j'ai volontairement grossit le trait . Notamment le message que vous avez laissé sur Au service secret de sa majesté et qui m'a bien fait rire :

Dans "Never say never again", je l'avoue, mon personnage préféré est Barbara Carrera… Hm ! Surtout quad elle explose et qu'il ne reste qu'une des chaussures de la Cendrillon !


Répondre

De droudrou, le 19 avril 2008 à 18:20

Simon ! En toute logique et en toute franchise : est-ce que j'ai mes humeurs ? Mais tu avais parfaitement raison de grossir le trait ! Pour être franc avec toi, j'aime le comique de l'absurde ! Par contre, Simon, tu pourrais nous parler du dernier film que tu as vu !

''Je reviens sur "Never say never again" – des deux acteurs qui tiennent le rôle d'Emilio Largo, j'avoue avoir quelque mal à les départager. Adolfo Celli a une de ces gueules surtout quand au tout début du film il range sa voiture et se fait rappeler à l'ordre par un agent de police. Mais celui de Claus Maria Brandhauer me plaît aussi par ce côté rusé, vicieux qui transpire sur sa tronche – Mais c'est vrai que Barbara Carrera… – Tiens, il faudrait demander à Starlight et Urspoller ce qu'ils en pensent ! Et notre ami Impétueux n'est pas à laisser de côté d'autant qu'il aime les James Bond période Sean Connery… mais tant qu'à faire, je préfère Barbara Carrera au facies de miss Klebb de Bons baisers de Russie


Répondre

De fretyl, le 19 avril 2008 à 18:33
Note du film : 2/6

Hélas, Bons baisers de Russie est le seul Bond que je n'ai pas encore vu .


Répondre

De Impétueux, le 19 avril 2008 à 20:49
Note du film : 1/6

Hou hou, les amis ! Vous êtes sur le fil de Bienvenue chez les Ch'tis ! !

Si vous voulez que l'on aille discourir sur les James Bond, autant aller sur l'un d'eux !


Répondre

De Aragorn, le 26 juin 2008 à 21:59

En parlant de ch'tis, il parait que les wallons en sont aussi. Non ? Les avis exprimés dans ce fil (ex : Pamina) sous-estiment, me semble-t-il, les différences culturelles régionales, qui sont réelles et profondément ancrées dans le sol. Il y a moins de différence entre un wallon et un ch'ti qu'entre un ch'ti et un marseillais. Les basques sont basques, les corses corses, etc… Le brassage des populations ne pourra jamais gommer les particularités régionales, fruits de siècles d'histoire et de facteurs géographiques. La culture est plus régionale que nationale et dépasse le cadre d'un état-nation (on le voit bien avec les basques, ou les catalans).

Reconnaissance des particularités régionales ne veut cependant pas dire sécession régionale. L'heure est à la constitution de grands blocs, regroupant des régions. Avec des cas particuliers à traiter. Il me semble qu'il serait dans l'intérêt de la Wallonie d'être annexée à la Région Nord-Pas de Calais. Les wallons ne sont pas faits pour vivre avec des Flamands !

Et de cette façon, je ne serais ainsi pas matraqué par ces pauvres douaniers belges de Liège, bien déphasés, qui se représentent visiblement leur petit monde local comme une bastide à défendre de la mondialisation, et les français comme de dangereux citrons à presser de taxes diverses et obsolètes. Parait-il une tradition chez eux. Triste et risible (*). On les invite à nous donner des explications à leur attitude sur ce forum. Comment voulez-vous être pro-européen avec de tels intermittents du spectacle pour contrôler nos colis ?

(*) bravo aussi à l'entreprise de transport qui a bien choisi son site de transit.

Bienvenue chez les ch'tis a en fin de compte le grand mérite d'aborder le sujet bien actuel des différences de culture régionale, qui touche chacun dans sa vie quotidienne, et cela de façon ludique…


Répondre

De droudrou, le 26 juin 2008 à 22:59

Là, cher ami, nous allons sortir du cadre habituel (mais qui n'est pas inhabituel, en fait) de DVD Toile pour aborder un sujet différent.

En parlant de ch'tis, il parait que les wallons en sont aussi. Non ? Les avis exprimés dans ce fil (ex : Pamina) sous-estiment, me semble-t-il, les différences culturelles régionales, qui sont réelles et profondément ancrées. De mon point de vue, il y a moins de différence entre un wallon et un ch'ti qu'entre un ch'ti et un marseillais. Les basques sont basques, les corses corses, etc… Le brassage des populations ne pourra jamais gommer les particularités régionales, fruits de siècles d'histoire et de facteurs géographiques. La culture est plus régionale que nationale et dépasse le cadre d'un état-nation (on le voit bien avec les basques, ou les catalans).

Non! Les Wallons ne sont pas des ch'tis ! Au risque de vous déplaire ! Je n'ai pas souvenir que vous employâtes un patois aussi senti que les ch'tis qui vont, effectivement, du Nord-Pas-de-Calais à une part de la Somme en sachant que là-dedans s'effectue tout un brassage qui ne rend pas forcément le "ch'tis d'la Somme" semblable au "ch'tis d'Hameboucres" ou de Lens – Liévin – ou – Arras sans omettre le Valenciennois et l'Avesnois ! Si le j'n'avos nin ieu de Fourmies est entendu à Amiens, il peut y avoir des chances que l'Amenois n'entendisse pas (et d'une façon peu amène) ce que l'aut' il aura tout dit !…

Reconnaissance des particularités régionales ne veut cependant pas dire sécession régionale. Au contraire. L'heure est à la constitution de grands blocs, regroupant des régions. Avec des cas particuliers à traiter. Il me semble qu'il serait dans l'intérêt de la Wallonie d'être annexée à la Région Nord-Pas de Calais. Les wallons ne sont pas faits pour vivre avec des Flamands !

Par contre, l'idée d'annexer (ce qui entend un acte de la France et de la région Nord-Pas-de-Calais) la Wallonie ne serait pas à repousser. On retrouverait des frontières anciennes où le simple fait de la langue (du dialecte) classait automatiquement les populations par rapport aux régions et quand on sait, en plus, que les ch'tis d'Jean Bart ont connu les Espagnols et les Flamands avant d'être terre d'asile pour d'autres populations laborieuses, si historiquement ce serait faire un pas en arrière, en contre-partie, nous ferions un pas en avant par rapport à certaines idées que vous exprimez !

Et de cette façon, je ne serais ainsi pas matraqué par ces pauvres douaniers belges de Liège, bien déphasés, qui se représentent visiblement leur petit monde local comme une bastide à défendre de la mondialisation, et les français comme de dangereux citrons à presser de taxes diverses et obsolètes. Parait-il une tradition chez eux. Triste et risible. On les invite à nous donner des explications à leur attitude sur ce forum. Comment voulez-vous être pro-européen avec de tels intermittents du spectacle pour contrôler nos colis ?

Je m'exprimerai pour Pamina qui est actuellement en vacances à se prélasser (la vieille) : Il faut en parler à Pierrot et à Martine ainsi qu'à Jacky ! Ils pourraient se sentir concernés à moins qu'ils ne soient consternés !…

Bienvenue chez les ch'tis a en fin de compte le grand mérite d'aborder le sujet bien actuel des différences de culture régionale, qui touche chacun dans sa vie quotidienne, et cela de façon ludique…

Exact ! Et comme disait Jacques Brel : Merde pour les flaminguants et les Wallons !

Sur ce : "Vive la France ! Bienvenue chez les ch'tis ! Je vous ai compris !…"


Répondre

De fretyl, le 26 juin 2008 à 23:28
Note du film : 2/6

A propos de Bienvenue chez les Ch'tis le président du Front National a récemment déclaré que Dany Boon et Kad Merad ne pouvaient pas bien joués des ch'tis puisqu'ils étaient arabes tous les deux. Même si la phrase a choquée et si l'on est pas obligé d'accepter la manière dont il l'a dit, j'ai compris de suite de quoi voulait parler le bon vieux Jean Marie. J'avais déjà exprimé ce que je pensais sur le modèle d'intégration sociale orchestrée par les producteurs de gauche dans la personne de l'acteur le mieux payé de France: Jamel Debbouze, que l'on a d'ailleurs retrouvé dans le mensonger et faussement patriotique Indigènes. Et comme par hasard le film qui réussit cette année l'exploit de conquérir vingt millions de spectateurs et qui de plus drague les régionalistes du Nord Pas de Calais est Bienvenue chez les Ch'tis.

Normal, le but de ce film était de réussir à envoyer dans les salles avec une couverture médiatique extrêmement forte, qui avait commencé deux mois avant la sortie du film, la plupart des français, en leur laissant croire qu'il s'agit là d'une simple comédie qui leur permettra de passer un bon moment, c'est une roublardise, en réalité le film est un véritable pamphlet manipulateur sur l'intégration des immigrés dans les régions Françaises, avec comme alibi Dany Boon et Kad Merad, à l'heure ou les cités sont prêtent à explosées. Décidément il est incompréhensible que de nos jours, tout soit toujours prétexte à l'antiracisme. Il fallait se poser la question de savoir pourquoi un film aussi moyen que ça, ait marché aussi bien !


Répondre

De Arca1943, le 26 juin 2008 à 23:46

« Dany Boon et Kad Merad ne pouvaient pas bien joué des chtis puisqu'ils étaient arabes tous les deux. » Rien n'est plus faux, selon moi. Geneviève Bujold, Carole Laure ou Marie-Josée Croze ne peuvent camper des Françaises convaincantes parce qu'elles sont québécoises ? Nakadai ne peut pas être Arsène Lupin sur scène ? L'acteur du Sud Gian Maria Volontè ne pouvait pas camper un Italien du Nord et maîtriser à la perfection son dialecte (comme dans Le Christ s'est arrêté à Eboli) ? Allons donc, sornettes que tout cela. Tout ce qui est culturel – comme le fait d'être Arabe ou le fait d'être Ch'ti – est par définition acquérable et transmissible; et à plus immédiate raison encore si on regarde ça d'un point de vue strictement linguistique. Ça demande des mois de turbin, c'est une vie de galérien, mais c'est tout à fait faisable.


Répondre

De droudrou, le 27 juin 2008 à 07:38

Pour répondre à Arca et à Frétyl :

Je suis ch'ti, voilà ma gloire, mon espérance et mon soutien… (il n'est pas dit que nombre de lecteurs feront le lien avec ce chant allégorique qui a bercé certains instants de notre tendre enfance quand nous étions assis sur les bancs du cathéchisme !).

Ceci dit : donc je suis ch'ti. Né à Calais j'ai… migré vers l'Avesnois. J'étais donc toujours ch'ti et Français. En raison des aspects de carrière et de la conjoncture économique, je me suis retrouvé en Franche-Comté où j'étais tout à la fois Français, ch'ti et Franc-comtois et partageant ces heureux instants professionnels avec d'autres ch'tis de la Somme qui étaient aussi Français et des Alsaciens qui revenaient de Madagascar mais qui étaient aussi Français. Et je me suis retrouvé ensuite Bourguignon (ce dont je ne suis pas forcément plus fier) levant mon verre et baffrant allègrement en continuant plus que jamais à être ch'ti et Français et que par le biais de DVD Toile, j'ai fait la connaissance d'un monsieur que ses fonctions ont amené du sud de la France vers le… Nord puisque dès l'instant où on passe de l'autre côté de la Loire, on est dans le Nord (!) et qui s'est retrouvé Bourguignon Français lui aussi tandis qu'un ressortissant Suisse devenu franco-français est devenu, lui, ch'ti d'adoption et qui vraisemblablement le restera !

Simon : arrête de nous dire des conneries quand tu te veux faire des démonstrations politiques. Que Dany Boone force la dose, c'est vrai, mais il n'est pas le seul à forcer la dose si tu y réfléchis correctement. Je me suis retrouvé une fois dans une pizzeria où le serveur jouait les italiens en forçant un peu beaucoup la note… C'était un franco-français qui jouait bienvenue chez les Ritals !

Et arrête de nous dire des conneries quand tu nous parles des arabes et que des arabes car les deux communautés qui se vouent une haine séculaire sont représentées sur notre sol. Un point de détail comme dirait Jean-Marie quand chacun nous sommes des points de détail !

Par contre, pour revenir au film (que je n'ai toujours pas vu !) je pense que l'adaptation US selon le peu que j'en sais sera certainement "plus pure" dans la mesure où elle traitera d'une population identifiable physiquement et d'une part qui demeure bien spécifique des Etats Unis.

Pour en terminer avec ces conneries à propos des ch'tis : je ne sais combien de ch'tis nous sommes réellement et combien d'entre nous parlent ou peuvent se vanter de parler réellement le ch'ti ! Et pour ta gouverne, sache que chez nous (en Bourgogne) quand on dit de quelqu'un qu'il est ch'ti, c'est un farceur ! Et un ch'ti, j'en connais un, c'est Simon Frétyl !…

Et puis tiens. Demande à Vincentp c'qu'il pense des ch'tis !


Répondre

De Aragorn, le 27 juin 2008 à 08:15

VincentP est furibard de devoir payer 58,31 euros de frais de TVA, pénalités (le vendeur e-bay chinois a sous-estimé la valeur du produit sur le bordereau), frais d'enlèvement, le tout pour deux malheureux cables hifi qui doivent couter 5 euros pièces pour être produit. Je n'ose pas imaginer le cout administratif de cette opération pour l'administration belge : dix dounaiers penchés pendant 50 jours (authentique) sur mes cables. Il y a peut-être des ch'tis sympa mais il y a aussi des douaniers bien cons.


Répondre

De droudrou, le 27 juin 2008 à 08:48

Ouais mais les deux ne sont pas directement liés d'autant qu'on peut tout à la fois être sympa et con en fonction des évènements qui nous concernent ! Pour ma part, il y a longtemps que je suis fixé et diverses interventions sur le cadre de DVD Toile m'ont permis de vérifier une réalité que je subodorais depuis longtemps !

Mais là, nous ne sommes plus au cinéma ce qui, sur DVD Toile, est d'usage courant !


Répondre

De Torgnole, le 27 juin 2008 à 11:59

Ch'ti ou pas ch'ti, je trouve que c'est Kad Mérad, le "méchant arabe envahisseur", qui s'en tire le mieux dans cette comédie. Danyboon en fait des tonnes mais c'est parcequ'il a cerné ce qui faisait rire les gens, comme il a su l'exploiter dans ses "one man show". Line Renaud, qui a pourtant des origines, est plutôt mauvaise (n'empêche que son semblant de come back dans je ne sait plus quel téléfilm est révélateur d'un succès personnel non négligeable).

Et puis comme partout, chez les douaniers, même sur Dvdtoile, ya des cons, sauf que les douaniers ont le pouvoir de rendre leur connerie légitime et incontestable. Pour avoir eu le même genre d'expérience impuissante au sud de la France, je comprend la colère de Aragorn/Vincentp.

Décidément, il faut éviter de parler politique sur Dvdtoile, les opinions extrèmes de certains sont tout simplement insupportables. J'ai parfois honte d'écrire sur ce forum, de peur qu'on me mette dans le même sac que ces malheureux à qui parfois, j'adresse la parole.


Répondre

De Freddie D., le 27 juin 2008 à 12:31
Note du film : 1/6

"A propos de Bienvenue chez les Ch'tis le président du Front National a récemment déclaré que Dany Boon et Kad Merad ne pouvaient pas bien joué des ch'tis puisqu'ils étaient arabes tous les deux. Même si la phrase a choquée et si l'on est pas obligé d'accepter la manière dont il l'a dit, j'ai compris de suite de quoi voulait parler le bon vieux Jean Marie"

Est-on vraiment obligés de subir ce genre de messages, quand on vient se délasser sur DVDToile ?


Répondre

De Arca1943, le 27 juin 2008 à 12:32

« L'adaptation US selon le peu que j'en sais sera certainement "plus pure" dans la mesure où elle traitera d'une population identifiable physiquement. »

Si vous voulez dire par là que l'adaptation US risque de transformer un fait culturel en un fait racial, c'est hélas probable. Elle ne sera pas "plus pure" : elle sera plus naturelle-biologique.


Répondre

De droudrou, le 27 juin 2008 à 12:32

Mais non ! On ne va pas te mettre en taule ! Qu'on te mette en boîte c'est déjà pas mal ! Mais le cadre que tu décris me paraît très réel en effet ! Et c'est bien un problème qui… sort du cinéma ! Et bien sûr que Dany Boone en fai des tonnes, toujours des tonnes au point que je n'ai même pas encore compris comme son apparition suscite l'hommage de la foule ! Mais, pourquoi pas : si les uns et les autres peuvent se rassembler sur un sujet ! Et si, en plus, il a été reçu officiellement à la mairie de Lille et ovationné par je ne sais combien de personnes ! Pour ma part, le succès personnel : pourquoi pas ! Mais outre le geste qui l'avait caractérisé il y a peu, je ne pense pas qu'il puisse se vanter venir en nouveau "Coluche" sur le plan humain ! Ce serait plus un opportuniste quand Coluche avait et cultivait d'autres valeurs !


Répondre

De droudrou, le 27 juin 2008 à 12:37

Pour Arca : ton qualificatif me paraît très net et inattaquable ! Mais c'est mon ressenti…


Répondre

De Arca1943, le 27 juin 2008 à 15:14

« Mon ressenti », c'est du dialecte ch'ti pour dire mon sentiment ? Pardonnez mon ignorance, mais j'ai soif d'apprendre.


Répondre

De fretyl, le 27 juin 2008 à 19:37
Note du film : 2/6

Simon : arrête de nous dire des conneries quand tu te veux faire des démonstrations politiques. Que Dany Boone force la dose, c'est vrai, mais il n'est pas le seul à forcer la dose si tu y réfléchis correctement. Je me suis retrouvé une fois dans une pizzeria où le serveur jouait les italiens en forçant un peu beaucoup la note… C'était un franco-français qui jouait bienvenue chez les Ritals

A la fin du film, Kad Merad qui a été très bien accueillie dans la région s'incruste dans leur culture et devient Ch'tis et c'est là qu'est la morale du film, comme si n'importe quel étranger pouvait selon l'accueil que lui offre une région, devenir l'un des leurs, comme si n'importe quel étranger pouvait devenir Ch'tis et par conséquent n'importe quel étranger pourrait devenir Français.

Argument bidon, c'est d'ailleurs dans le Pas de Calais que le front national a toujours enregistré de très bons scores.


Répondre

De Freddie D., le 27 juin 2008 à 20:26
Note du film : 1/6

Je crains bien, pour une fois, d'être d'accord avec Abraka, etc.


Répondre

De Arca1943, le 27 juin 2008 à 20:35

« Les deux acteurs ont des mères françaises. »

Je rappelle qu'on peut très bien avoir une mère française et ne pas être français, tout comme on peut ne pas avoir une mère française et être français. Notre ami néofasciste se plante à nouveau. Mais est-ce vraiment une surprise ?


Répondre

De Arca1943, le 27 juin 2008 à 20:52

Seriez-vous un censeur, Abracadabratsointsoin? Fretyl a droit à son opinion, et d'autres ont le droit de lui rentrer dans les flancs. Jusqu'ici, la discussion est restée correcte. Votre attitude risque de la faire déraper.


Répondre

De Aragorn, le 27 juin 2008 à 21:27

La morale du film (que je n'ai pas vu) semble (par oui-dire) bien inoffensive, pronant simplement le respect des autres cultures, et l'entr-aide confraternelle dans un monde soumis aux lois souvent dures de la mondialisation. Le seul problème aujourd'hui concernant ce film semble être la discorde concernant la paternité du scénario (les deux scénaristes s'étant déclaré choqués -lors du festival de Cannes- que Dany Boon se soit approprié cette paternité).

Je reviens à cette histoire de douaniers, bien en marge du coeur de ce forum, qui est le cinéma, pour apporter quelques précisions éclairant mon couroux, lequel porte plus sur la façon très curieuse dont on traite le citoyen lambda, que sur la somme à payer pour récupérer le produit bloqué par ces braves douaniers belges.

L'objet en question (deux cables hifi RCA très ordinaires) a été stoppé par la douane belge à son arrivée de Chine, début avril, pour cause de "suspicion de sous-évaluation de la valeur déclarée" par l'expéditeur. N'ayant pas mémorisé le fait d'avoir acheté ce produit, je ne me suis pas préoccupé de savoir pourquoi il n'arrivait pas. Au bout de 50 jours (les douaniers l'ayant consienceusement scanné tous les jours jusqu'à deux fois par…nuit, comme le montre le tracking), ils ont du estimer que pour m'emmerder, il fallait me prévenir via le transporteur que ce produit était chez eux. Aucune communication de leur part à mon égard en tous cas. Après, c'est à moi, pauvre bougre, d'apporter la preuve que j'ai bien payé la somme déclarée. Comme s'il fallait apporter la preuve à un gendarme que vous rouliez bien à la vitesse autorisée. Ensuite ces douaniers vous collent la prune qu'ils vous avaient mis au congélateur (car ils connaissent depuis le début la valeur de l'objet : il leur suffit de taper le nom du produit sur google), sans vous avoir prévenu auparavant de ce que vous risquiez : une double-prune si vous vous trompez à nouveau sur la valeur de l'objet ! Voilà des moeurs kafkaïennes.

J'espère maintenant que la Brigade des moeurs ne va pas débarquer chez moi, ayant commenté sur ce forum deux films de Tinto Brass. Ou que l'anti-gang ne va pas me mettre au cachot, pour avoir contesté à Arca1943 le fait que L'armée brancaleone était un chef-d'oeuvre.

En tous cas, pour me venger, j'ai décidé de boycotter la Belgique : embargo total sur leurs produits culturels et autres. Je n'irai donc pas voir la poignante confession de Van Damme ! On comprend d'ailleurs ses états-d'âme ! Il doit tourner en rond dans son petit pays, cerné et sevré par les douaniers locaux, qui doivent regarder jusqu'au contenu de ses pots de confiture en provenance de chez Droudrou.


Répondre

De fretyl, le 28 juin 2008 à 03:26
Note du film : 2/6

Je rappelle qu'on peut très bien avoir une mère française et ne pas être français, tout comme on peut ne pas avoir une mère française et être français. Notre ami néofasciste se plante à nouveau. Mais est-ce vraiment une surprise ?

Je suis loin d'être un néo-fasciste mais je ne vais pas gloser pendant des heures à ce sujet. Effectivement le fait de ne pas avoir de parents Français ne justifie pas que l'on ne puisse pas l'être. Ventura ou Montand était des immigrés Italiens de souche et personne n'osera dire qu'il ne sont pas Français au même titre que Kad Merad et Dany Boon d'ailleurs. Je crois avoir été mal saisi, je ne porte aucun jugement au fait à ce que ces deux acteurs aient des origines quelconques, mais seulement le fait que le film dans sa vision du régionalisme est extrêmement à gauche, je ne cherche pas à ouvrir un débat sur l'intégration des immigrés ici, nous sommes sur un site de cinéma, mais c'est vrai que les derniers propos de J-M-L m'ont poussé à réfléchir plus en profondeur sur le véritable intérêt de ce film là, c'est tout !

Mais ce n'est pas une raison non plus pour pousser le bouchon jusqu'à me comparer aux caricatures du MSI dans l'excellent Nous voulons les colonels.


Répondre

De droudrou, le 28 juin 2008 à 09:20

Bon ! Si on continue sur ce sujet, je fais sauter systématiquement tous les nouveaux messages ! On est entré dans un débat politique, une fois de plus, et je ne citerai pas grâce à qui… Nous revenons au cinéma !


Répondre

De Impétueux, le 28 juin 2008 à 10:18
Note du film : 1/6

Tout à fait d'accord, Droudrou ! D'ailleurs, je prends sur moi d'effacer le message d'Aragorn, qui n'a strictement aucun rapport, même allusif ou narquois avec le cinéma, et dont la contestation du fond – et que c'est contestable, en effet ! – m'entraînerait à répondre une longue tartine tout aussi déphasée par rapport à ce site.


Répondre

De Aragorn, le 28 juin 2008 à 17:16

Effectivement, Impétueux a raison. Ma réponse à Frétyl était hors-sujet, mais cela est lié à une déformation professionnelle. Consultant en organisation, et donnant des formations régulièrement, je suis habitué à répondre sérieusement et à argumenter vis à vis de tout type de sujet, sérieux, cloche-merle ou déphasés, qui me sont présentés.

Et sur ce, je vais faire un tour dans mon ciné-club pour essayer de récupérer La nuit nous appartient. Un débat passionnant à venir avec le Père Droudrou, si je dégote le film.


Répondre

De Freddie D., le 5 juillet 2008 à 14:22
Note du film : 1/6

Retour aux farces bon-enfant de l'après-guerre, où brillèrent Noël-Noël et Bourvil. Pas pu aller jusqu'au bout. Et pourtant, je quitte rarement un film au milieu.

Non, pour paraphraser le titre du dernier film des Coen "Ce n'est pas un film pour le vieux cinéphile".


Répondre

De PM Jarriq, le 30 octobre 2008 à 17:29

Je viens d'apprendre quelque chose : on commercialise encore des VHS !


Répondre

De Arca1943, le 30 octobre 2008 à 17:51

Je suis bien étonné, moi qui étais sûr que le record des ventes appartenait plutôt à India Song Two : Son nom de Venise dans Calcutta désert. Eh bien ! Je me coucherai moins niaiseux, comme on dit en dialecte.


Répondre

De fretyl, le 30 octobre 2008 à 17:58
Note du film : 2/6

Je pense qu'ils ont fait exception avec Bienvenue chez les ch'tis en sachant que ça allait bien se vendre. Beaucoup de gens sont encore restés au magnétoscope.
Je crois que le dernier film à avoir fait un très gros score au rayon VHS reste Les trois frères.


Répondre

De Lagardère, le 30 octobre 2008 à 19:12

Mon cher Arca, je profite de ce fil "léger" pour vous dire que j'ai entendu cet après midi, ( et je précise que cela n'a rien a voir avec les ch'tis ! ) que chez vous, on appelait les handicapés mentaux "Les gens exceptionnels"…. Et j'ai trouvé ça vraiment trés beau…


Répondre

De Arca1943, le 30 octobre 2008 à 19:32

Ah, oui… Après avoir résisté (pour des raisons linguistiques évidentes) à la pression de la political correctness, le Québec s'est bien rattrapé depuis. Cette invasion d'euphémismes me laisse songeur. Voilà que les clochards sont des itinérants… les aveugles des non voyants… Shakespeare ne disait-il pas : A rose by any other name…  ?


Répondre

De fretyl, le 30 octobre 2008 à 23:25
Note du film : 2/6

Votre message aurait plus eu sa place sur le fil du Huitième jour.


Répondre

De dumbledore, le 31 octobre 2008 à 14:31
Note du film : 3/6

En deux jours de commercialisation, les dvd/blu-ray/vhs se sont vendus à deux millions d'exemplaires. Pour donner un ordre de grandeur, un blockbuster se vend en général autour d'un million d'exemplaires. Les Ch'tis se retrouvent donc en risque de rupture de stock lundi prochain.


Répondre

De Freddie D., le 31 octobre 2008 à 16:31
Note du film : 1/6

j'ai entendu cet après midi, ( et je précise que cela n'a rien a voir avec les ch'tis ! ) que chez vous, on appelait les handicapés mentaux "Les gens exceptionnels"

Etes-vous si sûr que ça n'a vraiment rien à voir avec Bienvenue chez les ch'tis ?


Répondre

De Lagardère, le 31 octobre 2008 à 17:55

Ah ! freddy D, vous allez me faire avoir des ennuis…Déja que l'ami Frétyl me joue les modérateurs…Je me sens mal aimé sur ce site…une larmichette pointe…


Répondre

De vincentp, le 18 janvier 2009 à 18:57
Note du film : 4/6

Un tout petit 4/6. C'est un bon petit film, qui ressemble à un téléfilm, avec beaucoup de répliques amusantes (surtout au début), et qui se suit sans déplaisir, grâce aussi à un rythme soutenu. Les histoires de couple semblent greffées de façon légèrement artificielles, mais pourquoi pas (il faut bien tenir la durée, et associer au récit des personnages féminins). La surprise, c'est l'énorme succès public qui a suivi, imprévisible. D'autant plus étonnant que ce film reprend, comme le disent plusieurs intervenants du forum, des recettes assez anciennes (le buddy-movie, qui joue sur les dissemblances de caractère et les écarts de culture, le tout associé à un humour bon-enfant).

Chez les ch'tis, ce qu'il m'a frappé quand j'y étais (dans la campagne ch'ti), c'est la taille de leurs assiettes dans certains restaurants : pouvant accueillir des mets gargantuesques. La performance peut être lié à la quantité. Un collègue y avait d'ailleurs craqué, à coups de Maroilles, son pantalon (qui lui fut remboursé en note de frais). Et comme le personnage principal, j'avais découvert avec étonnement leurs multiples carnavals locaux et bon-enfants -cathartiques- ou les hommes se travestissent.


Répondre

De Impétueux, le 30 janvier 2009 à 13:05
Note du film : 1/6

Comme plusieurs participants de ce fil de discussion, je suis plutôt interloqué que ce brave téléfilm, ni méchant, ni talentueux et dont il n'y aurait rien à dire sur le plan du cinéma s'il n'avait, de façon stupéfiante, eu égard à sa minceur, accumulé les entrées, que cette gentille idiotie, donc, ait eu de succès chez les gens du Nord !

Parce que Bienvenue chez les ch'tis, qui présente des trognes et des caractères de braves gens rieurs, sensibles, attachants, mais tous à la limite inférieure de la débilité mentale justifierait presque l'assez immonde banderole déployée au Stade de France, lors de la finale de la Coupe de la ligue qui opposait le PSG et Lens Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch'tis !. Bon nombre d'élus de la région, avant que le torrentueux succès du film ne les rende inaudibles, se sont d'ailleurs indignés de la présentation de la région, aussi caricaturale qu'inconvenante.

Inconscience ou roublardise de passer d'un lumineux Midi à un Nord aussi plat que moche (et Bergues, ce n'est pas le pire endroit !) ? De montrer de tendres ivrognes bâfreurs et niais ? Si l'on veut avoir du Nord une image plus rassérénante, faite de ses valeurs authentiques de solidarité, de gaieté malgré le climat et l'adversité, les films, pourtant, ne manquent pas ! Du baroque Karnaval de Thomas Vincent avec la remarquable Sylvie Testud (il est vrai que c'est à Dunkerque, en Flandre) au bouleversant Quand la mer monte de Yolande Moreau en passant par l'intéressante Vie rêvée des anges d'Erick Zonca, il y a bien des manières d'honorer sans démagogie ni outrance les gens des plats pays !

J'ai trouvé fausses bien des choses ; mais la palme revient incontestablement au jeu maniéré et ridicule de Line Renaud qui, bien qu'elle soit native d'Armentières à un accent à peu près aussi faux que celui de Pierre Fresnay dans Marius ; le talent en moins !


Répondre

De scrogneugneu, le 30 janvier 2009 à 18:01

Ecoutez IMPETUEUX… Vous arrivez après la bataille !… car tout a été dit sur ce film (Cf/les nombreux commentaires détaillés)… Il faudrait plutôt se demander pourquoi le "français" a été aussi enthousiaste devant ce film ?… Une bonne analyse sociologique serait souhaitable !… Le seul rectificatif que je tiens à apporter, c'est que la deuxième partie du film (mise en scène des collaborateurs de la Poste pour écoeurer l'épouse de venir s'installer dans le Nord) est volontairement caricaturale… Sinon, les situations évoquées par ailleurs sont gentillettes… Ce n'est pas un scénario signé Ingmar Bergman… Ah ! évidemment ce n'est pas ce genre d'ambiance que l'on trouve dans les milieux gouvernementaux… Et pourtant la France a tellement ri, qu'elle a persévéré en s'achetant le DVD !…. Faut le faire !….


Répondre

De Impétueux, le 30 janvier 2009 à 19:02
Note du film : 1/6

Heureusement, que j'arrive après la bataille ! J'espère bien ! Si j'avais donné quelques sous pour voir en salle cette bluette, je les regretterais bien ! Et que tout ait été dit sur ce fil de discussion qui compte 82 messages (!) n'a rien de bien déterminant : ôtez les digressions, les précisions savantes sur le parler ch'ti et les considérations sur les droits de douane imposés sur les produits chinois, les ratiocinations politiques, l'appel aux manes de James Bond et autres fariboles, il restera assez peu de propos cohérents.

Que le scénario n'ait pas été signé par Ingmar Bergman serait de mon point de vue plutôt un gage d'intérêt ; que vingt millions de personnes aient vu le film me pousse en revanche vers la méfiance ; qui va voir ce cinéma-là, qui va voir Les choristes ou Titanic : non seulement des gens qui ne vont pas au cinéma (mais je n'y vais plus guère, moi non plus), mais surtout qui ne connaissent pas le cinéma. C'est leur affaire, et il n'y a pas de mépris dans ce que je dis ; seulement, nous sommes, avec DVD Toile, sur un site d'amateurs. D'où le hiatus.

Enfin, il me semble avoir appelé un tout petit peu l'attention de ceux qui veulent découvrir le Nord sous d'autres aspects que la caricature gentillette de Bienvenue chez les ch'tis sur quelques films – liste non exhaustive ! – d'une tout autre qualité et qui ne se passent pas davantage dans ce que vous nommez avec ironie les milieux gouvernementaux. Je pourrais ajouter à ma liste La raison du plus faible qui, il est vrai, se passe en Wallonie…

Eh bien, je n'ai pas tellement l'impression d'avoir vu votre pseudonyme sur tous ces films-là…


Répondre

De pinut\'s, le 31 janvier 2009 à 00:46

Mais avant ou après la bataille , on a rien a foutre de son avis a ce pauvre garçon..


Répondre

De f, le 31 janvier 2009 à 08:28

Mais si tu n'en "as rien à foutre" pourquoi reviens-tu sans arrêt sur ce site? Il y en a plein d'autres où Impétueux n'est pas. Qu'est ce qu'il t'a fait le monsieur pour que tu le détestes autant?


Répondre

De vincentp, le 31 janvier 2009 à 11:57
Note du film : 4/6

Soyez prudent, Impétueux… Vous arrivez certes après la bataille, mais Alholg, le grand manitou de dvdtoile, milite aujourd'hui pour que bienvenue chez les ch'tis ait le Jules César du meilleur film.


Répondre

De Arca1943, le 31 janvier 2009 à 18:32

Ah bon ? Je croyais avoir compris que AlHolg militait plutôt pour que le film soit nominé dans quelques autres catégories : et pas forcément pour qu'il l'emporte (ce n'est pas la même chose). Pour ma part, je m'interroge sur le message qu'envoient ainsi au grand public les sélectionneurs des Césars.


Répondre

De vincentp, le 31 janvier 2009 à 20:47
Note du film : 4/6

Et au Canada, vous avez quoi comme récompenses ?


Répondre

De Arca1943, le 31 janvier 2009 à 20:55

Nous vivons une vie austère faite de méditation et considérons les récompenses comme une faiblesse. Non, blague à part, nous avons deux cérémonies annuelles, celle des Jutra pour les meilleurs films québécois et celle des Genie pour les meilleurs films canadiens.


Répondre

De vincentp, le 31 janvier 2009 à 21:14
Note du film : 4/6

A noter que les Jutra n'ont que 11 éditions… Aussi, habilement ils ont placé leur cérémonie 5 jours avant celle des Genie, exprès pour les faire bouillir (de rage). Sacrés québecquois ! Mi-canadiens, mi-français, quoi !


Répondre

De droudrou, le 10 novembre 2009 à 22:13

A noter Dany Boon fait ce jour chevalier de la légion d'honneur ! j'n'en reveno nin ! c'est Martine Bouledogue et l'gros Pierre qui vont têtre contints ! La mère Pamina va li faire eune baise su'ses loupes ! qu'dubonheur !


Répondre

De fretyl, le 10 novembre 2009 à 22:40
Note du film : 2/6

« La légion d'honneur, c'est comme les hémorroïdes, aujourd'hui n'importe quel cul peut l'avoir. »

Jean Yanne


Répondre

De droudrou, le 10 novembre 2009 à 22:56

tu connais ce genre de souci, Simon ?


Répondre

De Gilou40, le 11 novembre 2009 à 00:52

"Ils" l'ont bien refilé à Michel Leeb…..Et on parle de la remettre à Pharis Hilton….Désacraliser à ce point ce que le Curé D'Ars, dont on a fêté le jubilé le premier Novembre, refusa obstinément de porter, relève d'une mentalité qui nous mène à l'abîme. Même si Jules Renard disait : "- Le deuil des convictions se porte en rouge et à la boutonnière-". La légion d'honneur est une chose sérieuse, voire sacrée ! Elle est souvent raillée. Mais ce sont les hommes et leur gôut pour la facilité qui l'ont déshonoré !

Pour moi, elle restera le sang versé.


Répondre

De Arca1943, le 11 novembre 2009 à 04:13

Voici une anecdote franco-française qui m'a toujours bien amusé. C'est un journaliste du Canard enchaîné qui a perdu son boulot dans les années cinquante parce qu'on lui avait remis la Légion d'honneur. « Mais je ne l'ai pas cherchée, moi ! » se défendit le journaliste. Alors le directeur Maurice Maréchal répondit : « Il ne fallait pas la mériter ! »

Bon, je n'ai pas de documentation à vous montrer à ce sujet, alors c'est peut-être une légende. Mais quand même, je l'aime bien celle-là !


Répondre

De vincentp, le 14 novembre 2009 à 11:22
Note du film : 4/6

La légion d'honneur ?

Je ne l'ai pas encore reçue, mais cela ne saurait tarder, et je compte sur une intervention aussi discrète qu'efficace d'Impétueux pour l'obtenir, le plus vite possible.

Par contre, je possède un beau short de bain à fleur, de marque Lacoste. Vêu de cet accessoire vestimentaire, à mes yeux anodin, je me rends chez l'épicier, sur mon lieu de villégiature habituel. Cet épicier, c'est le seul commerçant à ravitailler une commune de bourgeois. Il se lève à l'occasion à 4 heures du matin pour aller chercher fruits et légumes au marché d'intérêt régional. Ses moeurs sont rustiques, son accueil rudimentaire, sa culture limitée. Il travaille avec ses fils qui ont son profil.

Alors, quel rapport avec mon short à fleur Lacoste ? Et bien, pénétrant dans la boutique, j'ai eu droit à un sourire sarcastique de ses fils à la vue de celui-ci.

Voilà le regard de la France d'en bas vis à vis de la France située un peu plus haut sur l'échelle sociale. Soit le regard que vous portez, Frétyl, à l'égard de la légion d'honneur.


Répondre

De fretyl, le 14 novembre 2009 à 11:35
Note du film : 2/6

Je n'ai rien contre le fait que l'on décore des personnalités, qui dans le domaine artistique ont pue apporter une contribution particulière. Que Delon, que Serrault, que Belmondo ou Eastwood aient été décoré, au seuil de leurs carrière, n'a rien d'inconvenant.
Mais Dany Boon, Michel Leeb, Jamel Debbouze méritent-ils la légion d'honneur ?
Et voila ou l'embarras survient ; la légion d'honneur devient progressivement une attestation, ou plutôt un gadget, que l'on donne, non pas aux personnes de valeurs, mais aux ambassadeurs du chobiz, pour leurs confirmer qu'ils appartiennent bien, à la classe bobo friqué d'au dessus.


Répondre

De PM Jarriq, le 14 novembre 2009 à 12:09

Il faut juste considérer qu'il y a deux légions d'honneur. Celles qui sont de vraies preuves de reconnaissance, et les hochets promotionnels distribués à tout le monde.

Il est vrai que tout cela perd quelque peu de son sens premier…


Répondre

De droudrou, le 14 novembre 2009 à 12:10

Mon cher Simon Clint Eastwood n'est plus au seuil de sa carrière depuis un temps déjà !…


Répondre

De Gilou40, le 14 novembre 2009 à 15:19

les personnes de valeur…. Mon cher frétyl, puisque nous sommes en pleine digression apparemment acceptée par la modération, auriez vous la définition de : Des personnes de Valeur ? Je serais heureuse de la connaitre …


Répondre

De scrogneugneu, le 14 novembre 2009 à 15:52

Bizarre, très bizarre remarque à l'encontre de notre ami Fretyl !… Ne pas confondre "la valeur d'une personne" et une "personne de valeur"… Je suppose que notre collègue a voulu parler des "valeurs" de la République"… très très tendance ces jours-ci !…

Je ne ferai pas un catalogue exhaustif desdites valeurs ; mais chacun admettra qu'elles se réfèrent aux valeurs de la Société normalisées à un moment donné… Donc rien à voir avec la "valeur d'un individu"… Si la fracture commence déjà ici, on est loin de rassembler tous les français !


Répondre

De fretyl, le 14 novembre 2009 à 16:00
Note du film : 2/6

J'aurais dû plutôt dire : Des artistes de valeur  ?


Répondre

De Gilou40, le 14 novembre 2009 à 16:53

"Bizarre", peut être, mais nullement agressive. Et, cher frétyl, ni hommes, ni artistes : c'est le mot "valeur" qui me fait poser question…Je fais partie de ces êtres primaires qui pensent que tous les "hommes" sont des êtres de valeur. Du clochard au PDG. Toutes les livrées se valent. Contrairement à Vincentp mon échelle n'a pas de barreaux. D'ou l'importance de bien considérer la valeur d'une légion d'honneur attribuée, non pas à l'image, mais à l'action.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.20 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter