Forum - Le Duel silencieux - Un superbe mélodrame
Accueil
Forum : Le Duel silencieux

Sujet : Un superbe mélodrame


De Arca1943, le 10 décembre 2007 à 12:21
Note du film : 5/6

En 1944, recru de fatigue par un soir de pluie battante et obligé de composer avec les conditions précaires de la médecine de guerre, le jeune chirurgien Kyoji Fujisaki (Toshirô Mifune) commet un fatal faux mouvement et contracte la syphillis du blessé qu'il opère. La guerre finie, ses proches s'inquiètent de ne plus reconnaître l'homme qu'il était. Au désespoir, sa fiancée Misao (Miki Sanjo) ne comprend pas pourquoi il la rejette soudain. Kyoji finit par révéler la vérité à son père obstétricien (Takashi Shimura), mais ne peut se résoudre à faire de même pour Misao, car il craint qu'elle gâche sa vie à attendre une rémission qui peut durer au bas mot une quinzaine d'années… (Arca1943)


Répondre

De Arca1943, le 23 décembre 2007 à 14:59
Note du film : 5/6

Je lis sur IMDB plusieurs commentaires plus ou moins futés sur ce film, qui reviennent en gros à ceci : \'\'malgré\'\' que ce film soit un mélodrame, ça vaut la peine \'\'quand même\'\' car c\'est le grand Kurosawa, que la photo est superbe, etc. Ah, que ça m\'énerve ! Il n\'y a pas de \"malgré\" et de \"quand même\" qui tiennent. Monsieur Kurosawa – un monsieur qui ne voulait tout de même pas que ses films se retrouvent directement dans les cinémathèques sans passer par les salles – voulait faire un mélodrame, il voulait raconter cette histoire émouvante, qui tirerait des larmes à un tas de pierres, et il a eu bien raison, car c\'était probablement la meilleure façon d\'amener au grand public ce sujet vraiment pas évident. La syphillis au cinéma en 1949, ce n\'est pas le sujet le plus courant qui soit. La fameuse scène dont il est question dans la passionnante \"Anecdote\", où Toshirô Mifune, pleurant à chaudes larmes, explique à son infirmière/confidente qu\'il ne peut plus faire l\'amour, est une des plus belles scènes de mélo que j\'ai jamais vues. Bravo !


Répondre

De vincentp, le 15 septembre 2015 à 22:44
Note du film : 6/6


Eh bien oui, c'est un grand film ! Le scénario larmoyant, croisant peines de coeur et misère sociale, ne fait simplement pas dans la dentelle ; les ingrédients de fond et de forme de l'oeuvre de Kurosawa sont là et il ne reste plus qu'à son auteur qu'à les agencer légèrement différemment pour produire un film plus digeste, plus accessible, Chien enragé, le film suivant dans la filmographie du maître japonais. Par moments, Le duel silencieux frise le ridicule, l'instant suivant le génie. C'est le second sentiment qui prédomine au final.

Le personnage principal (fabuleux Toshiro Mifune) est filmé de biais, de loin, rarement de face et en gros plan (il porte un lourd secret!) alors que les visages des malades se succèdent en très gros plans à toute vitesse. Quelle mise en scène ! La partie musicale, parfaitement au point, porte les émotions des personnages et des spectateurs. La photographie en noir et blanc participe à l'écriture cinématographique, enserrant les personnages derrière des fenêtres, des grilles, sous la pluie, dans le noir, portant leur représentation du monde de repli forcé sur soi-même.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0073 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter