Forum - Le Roi des camelots - Témoignage de "bons sentiments"
Accueil
Forum : Le Roi des camelots

Sujet : Témoignage de "bons sentiments"

VOTE
De starlight, le 23 novembre 2007 à 16:32
Note du film : 4/6

Nombreux films de l'après-guerre, au début des années 50, mettaient en avant l'honnéteté, le travail, la morale traditionnelle… en fait les "bons sentiments" !

L'un de ces films que je considère comme un petit bijou est "Le roi des camelots" et cela pour une raison majeure : le "casting" attribué à 2 comédiens pour qui les rôles leur vont comme un gant… Robert Lamoureux (sa première apparition) et Yves Deniaud.

On aime ou on n'aime pas R. Lamoureux, mais il faut reconnaître que sa gouaille et son verbiage sont utilisés au maximum dans ce film… Et puis la présence de Yves Deniaud, comédien effacé dont on ne parle pas assez !… Là aussi, son rôle de vieux camelot est un hommage à la profession…

J'ai un souvenir très précis de ce film où les joutes oratoires et le comique de "situation" sentaient bon la France !…

On regrettera qu'il n'y ait pas à ce jour d'édition DVD… Une vraie leçon de "communication" et de "marketing" pour les Jeunes, sans passer par des écoles de Commerce !…


Répondre
VOTE
De Impétueux, le 23 novembre 2007 à 18:36

Je vous suis de confiance, sans jamais avoir vu ce film, dont l'anecdote est pourtant bien alléchante !

Parmi les petits métiers disparus, qui faisaient l'animation des villes, il y avait cette scène, ce théâtre gratuit où des types au bagout étonnant captivaient leur auditoire et finissaient par vendre à des ménagères éblouies tout et n'importe quoi !

Et puis Robert Lamoureux, à ses débuts, valait bien mieux que les pantalonnades d'ami Bidasse de la Septième compagnie ! (Il est excellent dans Papa, maman, la bonne et moi (et la suite, Papa, maman, ma femme et moi) et interprète un remarquable Lupin dans Les Aventures d'Arsène Lupin de Jacques Becker et dans Signé Arsène Lupin d'Yves Robert. Douze ans de silence cinématographique, puis ce seront, donc, ces Septième Compagnie faiblardes à la pelle…

Quant à Yves Deniaud, physique fruste, grosse voix, il était une de ces trognes formidables dont on se régalait, dans cent films, l'excellent film de résistance Jéricho, d'Henri Calef, le Knock de Guy Lefranc, le personnage de Djibouti des Chiffonniers d'Emmaüs


Répondre

De s é p i a, le 23 novembre 2007 à 19:56

…..Il apparaît dans Cécile est morte de Maurice Tourneur, et je suis sur qu'il aurait fait un très persuasif Maigret

Si ma mémoire ne me trahit pas, c'est lui qui "ouvre le bal" dans les toutes premières images de l'épopée Versaillaise du Maître : Si il croit que je ne l'ai pas reconnu, lui, avec sa poule au pot….-pense-t-il, goguenard, après avoir indiqué sa route à Henri IV.

Il n'y a guère (peut-être, car sa filmographie est pharaonique!) que cette Rose rouge voyageuse qu'il n'arrive pas à sauver…


Répondre
VOTE
De juliencam2013, le 20 mars 2013 à 13:04

Bonjour, je suis camelot moi même et depuis quelques années je rassemble des témoignages écrits et audiovisuels sur ce métiers , le fait est que j'aimerais avoir des indications pour visionner ce film, merci d'avance de me venir en aide, sincèrement Julien.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter