Forum - Le Cœur des hommes - Une drôle d'impression...
Accueil
Forum : Le Cœur des hommes

Sujet : Une drôle d'impression...


De FREDDIE D., le 14 novembre 2007 à 20:48
Note du film : 2/6

Découvert à la télé, par curiosité après la promo monstre de la suite, ce film laisse une drôle d'impression. Tout le monde ne peut pas être Sautet, c'est entendu, ni même Yves Robert, mais le scénario (et le dialogue) est d'une vulgarité profonde, d'une misogynie crasse, et d'une puérilité inquiétante. Montrer les hommes comme de grands enfants machos, bornés, de mauvaise foi, pourquoi pas… Mais à force de complicité graveleuse, de répliques "viriles", de "p'tits coups vite faits" dans les bureaux, Esposito rend ses personnages odieux et médiocres. Et le film n'est finalement que le triste récit de cocufiages poussifs, de réconciliations dignes des pires comédies de TF1, de femmes improbables, plus fantasmées que réelles, et d'engueulades pénibles. On sent constamment le désir d'aller vers Vincent, François, Paul… et les autres, ou vers Mado, mais c'est par la comparaison avec Le coeur des hommes, qu'on réalise que Sautet n'était pas seulement un grand auteur, mais aussi un formidable faiseur d'images.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 19 avril 2010 à 17:25
Note du film : 2/6

Bien d'accord avec Freddie D.!

"Réalisé" par Esposito (à ce stade, les guillemets s'imposent), l'ancien critique démago-populiste de "Sudio Magazine" (la médiocrité sur papier glaçé), qui encensait jusqu'à la nausée les "films du terroir" (Sautet : OK ; Yves Robert : euhhh ; Depardieu : ben, comment dire ?…).

Ici tout n'est que marivaudage sous cellophane, amourettes naphtalinées, sentiments-lyrico-pouêt-pouêt (STEVE ! TU AVAIS PROMIS DE NE PLUS DIRE "POUET-POUET !!!" ) EXTRAIT DE DIALOGUE, SEQUENCE 4, SCENE 6 : Extérieur jour/repas de midi/au menu : Melon-de-cavaillon, Vin Rosé, Jambon-cru-de-Parme-de Bayonne (coup de fil de Marc Esposito : en fait c'est du Herta)/Les Oisillons roucoulent,les Fourmis copulent, les Langues s'Echauffent :

"-Darroussin : Quelle belle journée estivale quel plaisir de manger Herta passe-moi-le sel.

  • Lavoine : Bien d'accord plaisir de se retrouver : lueur d'espoir dans cette société sarkosiste livrée à un capitalisme outrançier encore-un-peu-de-moutarde ?
  • Campan : foutu société capitaliste enculé de Sarkozy enfoiré de Villepin satané Hue foutue Royale damné facteur-Besançenot encore-un-peu-de-caviar-sur-votre-saucisse-grillée-ma-tendre-amie ?
  • Lavoine : ne m'appelle plus ma-tendre-amie, connard!!!
  • Campan: mais ma douce amie, vos yeux révolver vos yeux de chat votre langue habile…
  • Lavoine : vas me faire cuire l'omelette, connard."

Suite à ce dialogue tragi-comique que n'aurait pas renié Shakespeare, Campan va chercher l'omelette de Lavoine sur un plateau d'argent, Lavoine met des lentilles pour-ne-plus-avoir-les-yeux-révolvere et Darroussin râle parceque les oiseaux copulateurs ont fini le caviar….

   TO BE CONTINUED….

Répondre

De droudrou, le 19 avril 2010 à 19:17
Note du film : 1/6

film dont je ne comprends pas l'engouement qu'il peut susciter chez certains comme Rois et reines d'ailleurs !


Répondre

De Steve Mcqueen, le 19 avril 2010 à 20:00
Note du film : 2/6

Bien d'accord avec toi Droudrou ! Face à cette machine cynico-démago-friquée, je préfère nettement la sincérité cucul-la-praline de Plus Belle La Vie, série audacieuse sur laquelle je viens d'écrire une analyse puissament structurée (!), épique (!!) et visionnaire (!!!)…


Répondre

De Tamatoa, le 20 octobre 2013 à 22:28
Note du film : 1/6

Depuis le temps que j'entendais parler de ce film ! Et il y a eu deux opus de plus ? Mais c'est quoi ces types avec leurs pauvres histoires de braguettes, leurs larmoiements, et leurs états d'âme à deux balles ? C'est chiant, verbeux . Ca sonne faux , c'est artificiel et faussement fiévreux ! Freddie D a raison qui accuse le scénario d'être d'une vulgarité profonde. Le désarroi bling-bling ne trompe personne. Nous sommes très loin de ce film (dont j'ai oublié le titre) cher à Arca où l'on voit ces copains balancer des tartes aux gens qui penchent la tête à la vitre du train. Eux aussi avaient des problèmes en tous genres, cœurs et braguettes compris. Mais c'était autrement traité que cette daube mesquine, sans éclat, sans saveur. Ce caquetage de coqs en rut permanent fait peine à entendre et à subir.

Je zappe le dernier quart d'heure !


Répondre

De Impétueux, le 20 octobre 2013 à 23:15
Note du film : 3/6

Ignoreriez-vous, Tamatoa, le grandissime Mes chers amis, qui n'a effectivement rien à voir avec ce Coeur des hommes ?


Répondre

De Tamatoa, le 20 octobre 2013 à 23:33
Note du film : 1/6

Mes chers amis, voilà ! Mais non, je ne l'ignore pas ! C'est justement ce film dont le titre m'avait échappé !


Répondre

De Impétueux, le 27 février 2016 à 15:53
Note du film : 3/6

Lourde ambition que de se lancer dans ce qu'on pourrait appeler le film de bande en 2003 ! Ça semble avoir réussi à Marc Esposito puisque son film a eu suffisamment de succès pour connaître deux suites… Mais le réalisateur a eu assez conscience de la gageure en évoquant (supplément du DVD) les grandes ombres des films de Claude Sautet (Vincent, François mais aussi Mado) ou d'Yves Robert (Un éléphant et Nous irons tous). Tant à faire, pour compléter le tableau et se trouver devant de rudes exemples, il aurait pu également évoquer Mes chers amis

Sans être aussi cruelle qu'on a pu le dire, la réalité est néanmoins impitoyable : la plupart des ingrédients nécessaires à une histoire d'amis réunis par les souvenirs et le goût de la rigolade est bien présente (il n'est pas absolument indispensable que le réalisme préside à cette réunion) mais la sauce demeure légère. Amis qui paraissent avoir tout pour vivre une vie facile et plaisante et qui en fait sont ravagés par la solitude et le vide de l'existence, qui subissent les petits et grands drames du quotidien, se défilent, escamotent leurs lassitudes mais les retrouvent à tout bout de champ.

On dirait d'ailleurs que toutes les situations sont outrées : le comportement avec les femmes d'Alex (Marc Lavoine) se réfère évidemment à celui de Bouly (Victor Lanoux), mais il relève davantage de la maladie, de l'obsession sexuelle que du plaisir de la drague. Jeff (Gérard Darmon) file un parfait amour avec Elsa (Zoé Félix) qui a 30 ans de moins que lui, mais cette attirance là n'a pas la moindre véracité, au contraire de la fascination qui lie Lello Mascetti (Ugo Tognazzi) et Titine (Silvia Dionisio). La réaction d'Antoine (Bernard Campan) qui abandonne son foyer durablement parce que sa femme lui a avoué une incartade est démesurée.

Situations outrées ici, à peine exploitées là : au début du film Manu (Jean-Pierre Darroussin) perd son père, ce qui est toujours une bonne base pour philosopher sur la fragilité des destinées humaines ; mais nous n'apprendrons rien, ou si peu, sur ce que fut le mort… à peine qu'homme simple, il s'était mis à écouter de l'opéra. Rien à voir avec ce que nous savons de la volcanique Mouchi (Marthe Villalonga), exaspérante et indispensable dont la disparition plonge Simon (Guy Bedos) dans un désespoir qui nous touche… Bref, c'est trop ou trop peu.

Même incertitude du côté des dames ; l'idée de Marc Esposito était sans doute de donner un peu de consistance aux épouses, maîtresses, petites amies du quatuor, ce qui pouvait permettre de faire passer la tonalité machiste du film (sur ce dernier point, quelques rosseries assez grossières, mais drôles : ainsi Alex à ses amis, quand sa femme, Nanou (Catherine Wilkening) les quitte pour aller danser : On m'avait prévenu quand je l'ai achetée ; ce n'est pas une race très obéissante. Aïe, les féministes!). Le beau sexe est donc agréablement représenté, mais le réalisateur ne parvient pas à donner à ces dames un peu d'épaisseur, celle qu'avait, par exemple, la seule Marthe Dorsay (Danièle Delorme) dans les films d'Yves Robert.

Cela étant, on suit sans désagrément mais sans passion et surtout sans connivence, le parcours des quatre hommes. Pourtant, la dernière image venue, dans la beauté du soir d'été qui tombe, a-t-on envie de venir tremper les pieds avec eux dans la piscine ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0047 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter