Forum - Au diable la vertu - Graveleuses pantalonnades
Accueil
Forum : Au diable la vertu

Sujet : Graveleuses pantalonnades


De Impétueux, le 3 novembre 2007 à 22:02
Note du film : 3/6

Voilà un petit film sans prétention aucune qui devait faire les beaux soirs du Maxéville ou du Barbizon, de ces salles de quartier où des comédies bon enfant se déroulaient à la pelle, aux temps où le populo avait déjà déserté le théâtre et le music-hall, et où la télévision n'avait pas encore étendu son grand rideau sommeillant sur l'après-dîner des braves gens.

Quand j'écris qu'on n'allait déjà plus au théâtre, ça ne signifie pas qu'on avait écarté les bonnes vieilles recettes du vaudeville et de la légèreté gauloise : s'il y a bien un film qui joue sur les ficelles du cocuage, des méprises, des quiproquos et des allusions salaces, c'est bien cet Au diable la vertu filmé sans façon par l'inconnu Jean Laviron.

L'intrigue est habile, amusante, voire ingénieuse : pour justifier son découchage et amadouer sa femme, le banquier Pierre Montabrel (Henri Genès) fait appel à une officine trouble de recherches et de pourvoiement d'alibis en tous genres dirigé par Tellier (Julien Carette aussi excellent que toujours) ; celui-ci, moyennant finances, l'acoquine avec un certain Trémieux (Christian Duvaleix) ; les deux hommes se procureront ainsi mutuellement un parfait alibi (quelqu'un me fait remarquer que c'est à peu de choses prés, la situation de L'Inconnu du Nord-Express du regretté Alfred Hitchcock ; certes ; mais n'exagérons pas).

Le malheur, pour le brave Montabrel, c'est que Trémieux est un monte-en-l'air, une arsouille sympathique qui, la nuit du découché, a cambriolé et violé une vieille fille, demeurée néanmoins bien séduisante, Véronique de Saint-Hilaire (Simone Paris, actrice de second rang, mais toujours parfaite dans les rôles ambigus – voir L'air de Paris de Carné).

Naturellement, tout ce mic-mac donne lieu à des coups de théâtre, des malentendus, des méprises, des retournements de situation (presque) sans fin, de cette étrange horlogerie qui fait tout le charme d'une pièce de boulevard bien réussie, même si, en l'espèce, le scénario a directement été écrit pour le cinéma. (Je n'arrive d'ailleurs que malaisément à croire que l'auteur, Jean Guitton, est le grand philosophe catholique, dont la thèse de doctorat portait sur Le temps et l'éternité chez Plotin et saint Augustin ; selon qu'on consulte Imdb et Wikipédia, si les dates et lieux de naissance sont identiques, une source ne cite que les œuvres profanes (ô combien !), l'autre les ouvrages sérieux ; homonymie et confusion ? Quelqu'un a-t-il des lumières sur ce point ?)

C'est donc assez amusant, quelquefois enlevé, parfois un peu lourdingue (Genès en fait toujours des tonnes), et avec quelques croquis bien venus, notamment celui du Juge d'instruction, l'excellent Vattier (M. Brun de la trilogie de Pagnol et, la même année 1953, le sublime Belloiseau de Manon des sources) ; à ses côtés Louis de Funès, greffier étourdi autant qu'obséquieux, est plutôt sage.

Bref, de la gentille ouvrage pour qui n'est pas trop regardant sur la vraisemblance… Exactement ce qu'il fallait pour aller ensuite retrouver sans trop maugréer son trois pièces où l'on couchait à cinq où il y avait à peine l'eau courante et le gaz, et sûrement pas les commodités


Répondre

De s é p i a, le 3 novembre 2007 à 23:13

Mon cher Impétueux, vos graveleuses pantalonnades, ( que je vais me procurer, ayant aperçu le dvd ) me renvoient en 1990 chez des braves gens ayant pris ma destinée en mains, quelques mois durant. Le brave homme, déjà âgé à l'époque, faisait passer et repasser sur un vieil électrophone, un 45 tours à la pochette d'un jaune criard…Et je me souviens d'une voix du sud qui me chantait les aventures du "Facteur de Santa Cruz", affalé sur son cheval…Et de l'autre côté, "Aller à la pêche". Un chanteur "Fatigué de naissance" chantait-il encore…Et je crois bien qu'il s'agissait de l'Henri Genès dont vous parlez…Je l'avais oublié…


Répondre

De Impétueux, le 4 novembre 2007 à 10:29
Note du film : 3/6

Amie Sépia, ne dépensez pas trop de sous pour assouvir vos pulsions graveleuses et ne vous mettez pas en quatre pour acquérir un DVD qui ne vous laissera tout de même pas un impérissable souvenir : je vous signale que la chose est vendue 6.99 euros sur le site CDiscount ; mais si vous trouvez moins cher, n'hésitez pas !

Infinie stupidité des ritournelles d'Henri Génès, qui connut, grâce à un physique avantageux – qui ne lui vaudrait aucun succès aujourd'hui, aux yeux des dames – une assez jolie notoriété durant les belles années Cinquante, plutôt, d'ailleurs en second ou troisième couteau (Pigalle-Saint-Germain-des-Prés d'André Berthomieu ou l'excellent Nous irons à Paris de Jean Boyer), appuyant ici l'orchestre de Jacques Hélian, là celui de Ray Ventura. C'était, je le concède, bon enfant et niais. Mais bon ! Il n'y a pas que Cannibal holocaust dans ma vie d'amateur de films épouvantables…


Répondre

De droudrou, le 4 novembre 2007 à 10:41

Histoire de vous remonter un moral qui semble en berne, un p'tit coup de La belle de Cadix et du Le chanteur de Mexico… Les brumes de Novembre sont toujours difficiles à supporter pour les âmes sensibles !


Répondre

De s é p i a, le 4 novembre 2007 à 13:00

Mais quand je vous dis que ce site est génial…Je l'avais déclaré d'utilité publique sur un autre fil. Et seule la team Impétueux-droudesque avait acquiescé…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.012 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter