Forum - Sa majesté Minor - Jean-Jaques Annaud s'est lâché !
Accueil
Forum : Sa majesté Minor

Sujet : Jean-Jaques Annaud s'est lâché !


De DelaNuit, le 14 octobre 2007 à 15:48
Note du film : 5/6

Quel plaisir de voir un film non formaté ! Porteurs d'oeillères, passez votre chemin. Quel plaisir enfin de voir un film sur l'ancien temps (la haute antiquité) où l'on ne plaque pas artificiellement sur des décors et costumes anciens les moeurs, coutumes et morales d'aujourd'hui… Et ici, pas de faux semblant. Cette fable est pleine de paillardise, la lubricité, le goût des plaisirs, et même la bisexualité y sont naturels et pratiqués sans complexes. le benêt Minor vit avec sa truie, les charmes de la jolie Clythia affolent tout le village, belle brochette de trognes et de tempéraments (chapeau à tous les acteurs).

Et plus lubrique que tout, le dieu Pan incarné par Vincent Cassel, sourire carnassier, jambes de bouc bondissantes, aux conseils ambigus. Décidément, ce dieu est à la mode (cf Le labyrinthe de Pan il y a peu). Il faut dire que les effets spéciaux permettent enfin de donner vie à ces personnages immortels de la Mythologie.

Faut-il y voir un refuge dans une spiritualité libre et ouverte, comme une troisième voie loin du matérialisme des uns et du dogmatisme des autres ?

En tout cas, Vincent Cassel a de qui tenir, car son père Jean-Pierre Cassel en sa jeunesse avait déjà incarné un dieu grec (Prométhée) dans l'étrange Malpertuis, film fantastique quelque peu oublié déjà loin des formatages…


Répondre

De PM Jarriq, le 14 octobre 2007 à 16:02

C'est bien la première critique positive que je lis sur ce film ! Annaud va certainement l'encadrer…


Répondre

De Arca1943, le 14 octobre 2007 à 16:04

Et le dernier scénario de Gérard Brach.


Répondre

De Impétueux, le 14 octobre 2007 à 16:23

Comme Pm Jarriq, je n'ai lu que des critiques effarées, goguenardes, au mieux dotées de ce sourire de commisération qu'on utilise devant quelqu'un qu'on a quelquefois apprécié, mais qui tombe en enfance…

Ah ! et puis si ! Une forme un peu vacharde d'admiration pour un type qui s'est lancé dans une entreprise manifestement aussi vouée à l'échec, mais dont on admire l'esprit de décision (ou l'aveuglement, c'est selon) : un peu comme un trapéziste qui s'élancerait du haut du chapiteau non seulement sans filet, mais aussi sans trapèze.

L'idée de voir Vincent Cassel en rut sodomisant un tronc d'arbre (j'ai lu ça quelque part) n'est pas si exaltante à mes yeux que le message de DelaNuit me fasse revenir sur mon scepticisme (et le mot est faible).


Répondre

De PM Jarriq, le 14 octobre 2007 à 16:58

Nous avons déjà parlé de Annaud ailleurs. Et à l'épreuve du temps, je ne vois guère que Coup de tête, et à un degré moindre Le nom de la rose, qui tiennent vraiment la distance. Les autres font figure de "coups" culottés, mais le plus souvent creux et décevants. Dommage que le réalisateur se croie obligé de faire toujours plus fort, toujours plus cher, toujours plus "original", au lieu d'avoir creusé la veine satirique, qui de La victoire en chantant à Coup de tête, semblait si bien lui réussir. Pour Sa Majesté Minor, je vais passer mon tour…


Répondre

De droudrou, le 14 octobre 2007 à 17:25

J'ajouterai La guerre du feu parmi les réussites d'Annaud.

Au niveau de Minor, j'en avais vu des extraits sur Internet et avoue que, dès le départ, je l'avais rejeté. Je ne sais à quoi pense Jean-Jacques Annaud, mais il serait très grand temps qu'il revienne les pieds sur terre, qu'il se base sur un récit solide et qu'il ne recherche pas à se blouser et à blouser son public…

A vouloir prouver qu'on est le plus grand et qu'on peut s'adapter à tous les genres et les adapter à ses capacités, c'est aller un peu loin et arriver à produire des bides.

Dans sa filmographie, il pourra se vanter d'avoir fait un film minor


Répondre

De Gaulhenrix, le 14 octobre 2007 à 18:14

Certes, certes… Mais attendons de voir le film pour le déprécier – ou l'apprécier…


Répondre

De DelaNuit, le 14 octobre 2007 à 18:16
Note du film : 5/6

Je ne pense pas qu'il s'agisse ici pour Annaud de chercher à être le plus grand. Au contraire, réaliser ce genre de film montre bien qu'il ne se prend pas au sérieux et a le sens de l'autodérision.

Et quitte à aller voir une comédie, autant que ce soit Sa majesté Minor (rien que le titre "Majesté – major – Minor" exprime déjà un paradoxe comique) plutôt que toutes ces répétitions de situations vues et revues…

Car il s'agit bien d'une comédie, d'une farce autant que d'une fable…

… Mais qui n'exclue ni une certaine poésie primitive, ni la profondeur. La comparaison et le rapport entre l'homme et l'animal par exemple. Déjà dans La guerre du feu, une très belle scène cadrait le regard de l'homme primitif puis celui du mammouth pour exprimer la compréhension de l'un avec l'autre (sur fond de flûte de Pan (!) déjà)

Ici, Annaud ne cesse de comparer le regard de l'homme et celui du porc, afin de rappeler l'animal qui sommeille en nous.

Thème récurent de la mythologie : déjà la magicienne Circé (voir à ce sujet la somptueuse composition de Silvana Mangano dans Ulysse) voyait un porc dans chaque homme, et préférait changer les humains en pourceaux… Car comme le dit si bien la chanteuse Juliette dans sa chanson justement intitulée "Circé", "si dans le cochon tout est bon, dans l'homme non."

Mais encore une fois, ce film n'est pas pour les personnes qui aiment les cadres et sont habituées aux chemins balisés. S'il vous arrive fréquemment d'aller batiffoler avec les faunes et les nymphes aux fêtes de Dionysos, ce film vous parlera, j'en témoigne. Sinon, passez votre chemin… Il y a bien d'autres productions préformatées dans les salles.


Répondre

De droudrou, le 14 octobre 2007 à 18:18

Oui, Gaulhenrix ? Mais alors je me fais payer ma place…


Répondre

De Gaulhenrix, le 14 octobre 2007 à 18:23

Location de Dvd, ou Tv, bien sûr…


Répondre

De Arca1943, le 14 octobre 2007 à 18:24

« J'ajouterai La guerre du feu parmi les réussites d'Annaud. »

Absolument. Un film d'aventures à nul autre pareil, un vrai classique dans son genre. Et le travail linguistique d'Anthony Burgess est décoiffant !


Répondre

De silverfox, le 14 octobre 2007 à 18:42

Je dois aussi avouer que de suivre les aventures d'un humain à moitié cochon et d'un bellatre forniquant à droite et à gauche, ça m'emballe pas des masses! Ces bouffoneries ne m'attirent pas meme si le film est de ANNAUD.


Répondre

De PM Jarriq, le 14 octobre 2007 à 18:45

Je ne crois pas que l'on parle ici de préformatage ou de films balisés. La plupart des forumeurs apprécient Lynch, sur ce site, et je ne pense pas qu'on puisse le qualifier de cinéaste formaté.

Gaulhenrix a raison : on ne juge pas le film de Annaud, puisqu'on ne l'a pas vu. On se réfère à l'ambiance critique (des "pros" comme des simples spectateurs) autour de sa sortie. Et le fait que personne ici, ne semble décidé à se dévouer pour aller le voir en salles, en dit long sur la confiance accordée à Sa Majesté Minor. De plus, la molle promotion de Cassel ou Garcia (qui parlent essentiellement de leur sympathie pour le réalisateur, mais beaucoup moins du film lui-même), et les justifications emberlificotées de Annaud, ne rassurent guère non plus. Mais qui sait… Ce sera peut-être une bonne surprise ?


Répondre

De droudrou, le 14 octobre 2007 à 19:26

Oui ? Je vais être méchant : "Jean-Jacques Annaud il a une figure de premier de la classe !" – Comme il semble s'égarer de plus en plus, j'avouerai avoir quelque mal à lui pardonner et attends qu'il se réveille en nous proposant vraiment un très grand film…

Quand on voit Minos en train de se masturber à la vue de la splendide créature qu'il contemple, c'est (et sans jeu de mot) un peu gros…

Néanmoins, puisque j'aurai l'impression d'être en verve ces temps derniers, j'ai lu un article sur le supplément télé du Nouvel Obs. Notre ami Tarantino qui dit regretter les films érotiques (si je ne confonds pas avec porno) des années 60/70 et qui voudrait lancer un projet… Ce que j'ai grand peur c'est qu'en fait Minos ne soit une première porte ouverte à un tas de projets qui vont se surenchérir les uns sur les autres (sans jeu de mot encore !)…


Répondre

De DelaNuit, le 15 octobre 2007 à 19:47
Note du film : 5/6

Faut-il vraiment craindre que certains auteurs, dont Tarantino par exemple, délaissent pour un moment la violence, la castagne, l'hémoglobine, la mafia, la drogue et les jeux de pouvoir pour s'égarer sur le terrain de l'érotisme ou de la paillardise ?

Nous aurions peut-être moins de problèmes dans les rues de nos cités si les jeunes tiraient du cinéma et de la télévision des désirs d'épicurisme plutôt que des réflexes de violence !

Au fait, Sa majesté Minor n'est pas un film érotique, même si certaines scènes sont "lestes". C'est un film paillard, grivois, ce qui n'exclue ni la profondeur ni l'humanisme, dans la pure radition française, ou devrais-je dire "gauloise", de Rabelais à Asterix. En leur temps, Les contes de Canterbury de Chaucer, puis leur adaptation par Pasolini, par exemple, le furent aussi. Mais évidemment, ce sont des "classiques" reconnus, alors…

Et paillard ne signifie pas pour autant vulgaire. La preuve, ces vers de Rimbaud : "O Venus, O Déesse, je regrette les temps de l'antique jeunesse, des satyres lascifs, des faunes animaux, dieux qui mordaient d'amour l'écorce des rameaux et dans les nénuphars baisaient la nymhe blonde." L'un l'a écrit, l'autre le filme, voilà tout.

Et le dieu Pan n'est pas un "bellâtre", c'est un dieu de la Mythologie, un esprit de la Nature sauvage, c'est à dire non civilisée, non encadrée. Un de ces faunes ou satyres plein d'une innocence perdue, dont le Christianisme récupéra l'image pour en faire celle d'un démon. C'est l'image même d'un refus de l'ordre moral que certains voudraient nous imposer.

Si aller voir Sa majesté Minor est un geste de rébellion contre l'ordre moral, il vaut d'être exprimé, combien même le film serait un navet (ce qu'il n'est pas à mon sens).

Et puis comme il s'agit d'une comédie, il faut aussi se souvenir que nous ne rions pas tous des mêmes choses. Personnellement, je me délecte, en terme de comédies, de Barbarella, de Deux heures moins le quart avant Jésus Christ ou de La fiancée du pirate, alors que des tas de gens trouvent ces films sans intérêt. D'autres films comiques à grand succès me laissent indiférent. Le rire, c'est très personnel, et ça ne se discute pas.

Pourquoi Annaud n'aurait-il pas le droit de s'égarer sur des sentiers moins fréquentés ? Pourquoi chercher à faire systématiquement des "grands films" qui plaisent à tout le monde ? C'est ce que les studios hollywoodiens s'évertuent à faire pour risquer le moins d'argent et en gagner le plus possible. Leur production cinématographique en devient redondante à l'excès, indigeste.

Peu importe que nous aimions ou pas Sa majesté Minor, c'est une question de goût propre à chacun, mais nous devrions féliciter Annaud d'oser faire un film original et très personnel plutôt que de le descendre, alors même que nous méprisons par ailleurs l'absence d'originalité !

Et si les acteurs, soucieux de leur image et de leur carrière, n'osent pas assumer leur choix de jouer dans tel film devant les caméras de peur de déplaire à leurs fans parce que le film n'est pas assez bien vu par la critique, eh bien, ça ne les honore guère !


Répondre

De PM Jarriq, le 15 octobre 2007 à 20:45

J'espère que Annaud va au moins vous inviter à déjeuner !


Répondre

De droudrou, le 15 octobre 2007 à 21:15

Laurent, tu fais un bon avocat ! D'accord avec PM Jarriq : notre Jean-Jacques doit t'inviter à déjeuner !

Par contre, il serait amusant de le voir aborder un sujet comique…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.031 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter