Forum - Pile ou face - Pile et pile !
Accueil
Forum : Pile ou face

Sujet : Pile et pile !


De paul_mtl, le 15 septembre 2007 à 15:05
Note du film : 5/6

Si vous n'avez pas encore revu ces deux grands acteurs français depuis leur récente disparition, vous pouvez le faire en une seule fois avec ce tres bon drame-policier de Robert Enrico qui montre un inspecteur (Noiret) harceler un supposé innocent (Serrault) de la mort "accidentelle" de sa femme.

Philippe Noiret & Dorothée :

PN – On devient pas flic. On finit flic. (…)

Do – C'est pas déshonorant.

PN – Ça devrait pas l'être non. Au début, j'étais même assez fier. Seulement, petit à petit, la politique nous a mis le grappin dessus, et, du Service de l'Etat, on est passé au service du Pouvoir – et ça – mon petit c'est pas la même chose. Remarquez c'est pareil dans tous les pays du monde, mais c'est pas ça qui me console. Alors à force de faire des sales trucs, on est devenu des sales flics.


Répondre

De s é p i a, le 29 septembre 2007 à 17:20
Note du film : 4/6

S'il est de ces films qui honorent , pas forcément le cinéma mais très certainement les acteurs , "Pile ou face" est bien de ceux là.

Cette œuvre de Robert Enrico , tournée en 1980 et tirée du célèbre roman d'Alfred Harris "Suivez le veuf" restera dans les mémoires cinéphiles comme la preuve irréfutable qu'au moins deux acteurs ont aimé et servi leur métier de la plus honnorable passion. Car tout au long de ce film socio-politico-policier, Michel Serrault et Philippe Noiret se prêtent avec brio à une joute très pacifique de talents rarement égalée dans un film.

Ils sont là pour jouer. Comme tous les acteurs ? Non, pas comme tous les acteurs ! On les sent tous deux au cœur même de leurs passions. Tout au long de ce métrage, ils nous donnent l'impression (et peut-être le vivaient ils comme cela) que l'intrigue qu'ils devaient servir n'avait que peu d'importance. Que le metteur en scène en avait peu lui aussi et les décors encore moins. Ils jouent ! Pas de rivalité, l'ego de chacun est resté aux vestiaire : ils jouent ! Ils exercent là leur métier, leur art, le seul qu'ils connaissent. Pas de professeurs, pas d'élèves : Des maîtres, de part et d'autre ! Robert Enrico l'aurait il présagé, qui leurs octroie pour partenaires une Dorothée bien pale, un Pierre Arditi naissant et quelques comparses de moyenne envergure. Ils jouent….

Leurs regards ne sont qu'admiration pour l'autre, leurs gestes, révérences devant le complice de génie ! Pas de duel : L'addition de deux immenses talents, s'offrant les phrases d'Audiard comme une délicieuse cerise sur le gâteau de bonheur qu'il nous offrent…

A Bordeaux0, en 1980, Édouard Morlaix (Michel Serrault ) défenestre sa femme au cours d'une dispute de trop, dans leur vie monotone. Malgré des avis contraires, l'inspecteur Baroni (Noiret)est convaincu qu'Édouard Morlaix s'est bel et bien débarrassé de sa femme. Toute la trame du film va reposer sur le harcèlement que cet inspecteur, au passé ô combien trouble, va exercer sur le suspect. Suspect qui finira par avouer.

Il est bien difficile, ici, de raconter la fin de ce film. Car sans vouloir jouer les Clouzot à deux sous, cela pourrait gâcher considérablement le plaisir de ceux qui n'ont pas encore visionné cette petite merveille.

Robert Enrico a su filmer Bordeaux , du moins comme il était dans les années 80 , avant que le snobisme des bobos ai réclamé le blanchissement total des plus grands édifices de cette ville. Ce qui a eu pour conséquence de rendre cette immense bastide XVIIIème aussi fade que le que le décor de "Play Times " de Tati. Mais Bordeaux, donc, en tous sens, et mon Médoc, ma Garonne… Enrico pose longuement sa caméra sur les cabanes de pêcheurs et les petits matins de brouillards de ladite Garonne…

Pour la petite histoire (et parce que ce me fait plaisir) je dirai à tous ceux qui se souviennent bien de ce film que j'habite à quelque cent mètres des fameuses pagodes, bleues à l'époque, où Noiret (l'inspecteur Baroni) aime à déguster son café du matin, dans la brume de la rivière et celle de ses souvenirs… Morlaix (Michel Serrault) finira par venir l'y rejoindre…Aujourd'hui encore , des touristes viennent voir les pagodes (désormais blanches) du film.

J'aurais bien aimé vous dire que j'avais vu en chair et en os ces deux monstres sacrés buvant leurs cafés de concert devant ma rivière , à deux pas de ma maison….

Mais, en 1980, comme toute jeune fille naissante se doit de le faire, j'émergeais d'une rose…..


Répondre

De s é p i a, le 29 septembre 2007 à 20:29
Note du film : 4/6

J'apporte , avec regrets , croyez le bien , une rectification qui , à défaut d'être primordiale , se veut honnête : En 1980 , il y avait déjà dix ans que les roses m'avaient vu naitre… J'ai hésité un peu avant de rectifier mais….bon….

Ah! et puis fichez moi la paix !!


Répondre

De PM Jarriq, le 30 septembre 2007 à 09:32

Tiens, jfk33… Il nous manquait celui-là, avec son humour délicat, savant mélange de Bigard et Shirley & Dino, saupoudré de Eric & Ramzy, son sens du gag qui fait mouche, la diversité de ses interventions… Un provocateur, un rebelle, un esprit libre et un philosophe.

Toujours pas trouvé de job, apparemment…


Répondre

De s é p i a, le 30 septembre 2007 à 13:11
Note du film : 4/6

Mon cher PM Jarriq , avec tout le respect et le bien que je pense de vous , si vous vous amusez à relever tous les délires de cet impuissant , il n'a pas fini de venir se la secouer sur ce forum !

Par contre , j'aimerai que la direction de ce site , toujours prompt à corriger une virgule manquante ou un accent , soit plus vigilante et intraitable avec ce genre de minus…


Répondre

De PM Jarriq, le 30 septembre 2007 à 13:46

Vous avez raison, Sépia (pardon, s é p i a)… J'avais promis de ne plus répondre à jfk33. Mais c'est plus fort que moi, quand je vois un cafard, j'ai envie de lui mettre un coup de savate. Je le ferai p'us…


Répondre

De s é p i a, le 30 septembre 2007 à 14:10
Note du film : 4/6

Oui , mon cher Jarriq , S E P I A ! Parce que Sépia , à son retour de vacances , a bataillé pour pouvoir entrer de nouveau sur ce forum. Sépia a tout essayé ! Déconnectée qu'elle était la Sépia ! Oui , "ils" ont osé !! Alors S E P I A ….Et n'y voyait là aucune histoire d'égo qui se serait tout à coup surdimensionné ! L'aventure m'était déjà arrivée, je fus obligée d'ajouter un p'tit chapeau sur le E.

Mais si cela vous pose un problème pour l'écrire , my name is Danielle…


Répondre

De PM Jarriq, le 30 septembre 2007 à 14:31

A u c u n

p r o b l è m e .


Répondre

De Gilou40, le 16 novembre 2009 à 01:28
Note du film : 6/6

Ce qui est un peu embêtant, quelquefois, c'est que l'on voit un film, on est emballé et quand quand on arrive ici pour en parler, c'est déjà fait. Et si bien…

Mais je ne veux pas avoir ouvert l'ordi pour rien. Alors oui, ces deux acteurs au summum de leurs arts sont absolument pro-di-gieux ! Ce film est un flipper avec une énorme boule de talent au beau milieu, et va que je te cogne dans tous les coins ! Et ça fait Tilt ! Luchini dirait :"- C'est énorme !-"

Noiret, placide : "-Vous l'avez tuée pour 16 760 francs ?!-"
Serrault, furieux, hors de lui : "-Je ne l'ai pas tué pour 16 760 francs, je l'ai tuée…..parce qu'elle me pompait l'air !!! -"
Noiret :''&& "-Pourquoi ne l'avez vous pas tuée avant ? Elle n'est quand même pas devenue chiante de la veille au soir ? ''&&-"

Quels talents ! Le gros chat Noiret qui finira par coincer la souris Serrault, puis la surprise finale, on reste scotché jusqu'à la fin. Par moment, on pense à Garde à vue, qui se tournera un an plus tard. Le huis-clos en moins. Pile ou face Plus aérien, moins étouffant. Avec un flic beaucoup plus tourmenté et un assassin qui nous est bizarrement sympathique. Et une fin qui arrive trop vite. Tellement c'est bon, tellement on en redemande.

Quel délicieux moment ! Quel Film !


Répondre

De Gilou40, le 2 mai 2010 à 23:30
Note du film : 6/6

Je viens de revoir ce film. Et j'en remets une couche ! Et à tous ceux qui ne l'auraient pas encore vu, je préconise de se procurer ce DVD, toutes affaires cessantes ! Je me demande quelles critiques (négatives) on pourrait faire sur ce morceau de choix !

C'est du très, très bon ! De l'excellent ! N'hésitez pas une seconde !


Répondre

De fretyl, le 3 mai 2010 à 00:19
Note du film : 3/6

En effet un excellent film, trop souvent oublié. Il y'avait aussi cette magnifique réplique d'Audiard dans la bouche de Noiret :

  • Comment on devient flic ?
  • On devient pas flic… On finit flic…

Il y'a aussi et c'est une chose importante dans le film, des plans magnifiques de Bordeaux et de ses alentours.

Pour l'ensemble du film, j'en parlerai un autre jour…


Répondre

De Arca1943, le 3 mai 2010 à 02:38

Pendant ce temps, de l'autre côté de l'Atlantique, nous on poireaute (ou on poirote ? ou avec deux "t" ?) dans l'attente de n'importe quel Enrico avec Noiret. Misère. Ce Pile ou face a décidément l'air bien attrayant. Je sens que je vais re-pétitionner nos timorés distributeurs…


Répondre

De fretyl, le 3 mai 2010 à 12:11
Note du film : 3/6

Et en France, on attend toujours la sortie du Secret de Enrico avec Noiret et Trintignant.


Répondre

De verdun, le 28 novembre 2011 à 22:26
Note du film : 4/6

Excellent film avec de brillants dialogues de Michel Audiard: ainsi cette réplique dans la bouche de Philippe Noiret: "la justice, c'est comme la sainte vierge, faut bien qu'elle apparaisse de temps en temps sinon le doute s'installe !".

Cet étrange jeu du chat et de la souris annonce aussi bien Garde à vue pour la confrontation entre Michel Serrault et un flic que Les ripoux pour la peinture de Philippe Noiret en flic atypique. Mais injustement, il possède une réputation beaucoup moins forte que ces deux successeurs.

C'est peut-être le dernier grand Enrico. En revanche, c'est peut-être, à cause de son dénouement surprenant un film qui marche surtout à la première vision. En effet, si j'avais chroniqué ce film il y a quatre ans lors de sa découverte, j'aurais mis un 6. La dramaturgie m'est apparue cette fois ci un peu plus filandreuse. Et l'utilité du personnage incarné par la future animatrice d'émissions pour la jeunesse, Dorothée ne m'a pas parue flagrante.

Dommage mais il manque peut-être un petit quelque chose pour en faire un film inoubliable comme le seront Garde à vue ou Mortelle randonnée, deux Serrault-Audiard dirigés par Claude Miller.


Répondre

De Tamatoa, le 15 juillet 2014 à 03:59
Note du film : 6/6

Comme dit un de mes admirateurs (!) , que dire ? Et surtout que rajouter à toutes ces critiques élogieuses ? Noiret et Serrault sont admirables, à l'apogée, au zénith de leur art ! Quand on pense que, la même année, Serrault tenait le rôle de Zaza Napoli dans La Cage aux folles II … Qui pourrait le croire en voyant sa performance absolument extraordinaire dans ce film là ? Je peux dire, sans me tromper beaucoup, qu'il a été un des plus grands acteurs du monde !

Par rapport à Verdun, je découvre le film et c'est un véritable choc. Immense ! Une pure merveille ! Un miracle ! Fermez le ban !


Répondre

De Nadine Mouk, le 14 février 2016 à 20:58
Note du film : 6/6

Issu du coffret Audiard, j'avais remis à plus tard la diffusion de ce film. Et, me promenant sur ce site, je suis tombée sur ce forum. Au vu ce que j'y ai lu, j'ai donc dégainé dare-dare le Dvd. Inutile de jaboter plus longtemps, tout a été dit ! Scotchée ! Estomaquée ! Epoustouflée par le talent incommensurable de ces deux acteurs ! Un film que je ne savais pas de Robert Enrico pour qui j'ai une grande admiration et qui prouve ici que j'ai bien raison. Du grand art, ciselé à merveille, porté par deux monstres sacrés . Le flic asthmatique et le meurtrier roublard… Énorme ! Grandissime dans la simplicité apparente. Le Médoc et ses brumes collant merveilleusement à l'intrigue. Un grand coup de chapeau au directeur de la photo Didier Tarot pour les scènes de bord de Garonne envoûtantes de vérité. "-Et puis Mauriac, jamais très loin Mauriac….-" Les dialogues aigus d'un Audiard très inspiré, susurrés ou exaltés dans la bouche des deux principaux protagonistes qui jouent à un jeu d'échecs diabolique. Et cette fin, toute aussi Diabolique…. Un vrai, un grand, un immense régal ! Merci à DvdToile pour cette info et à leurs auteurs, qui m'ont fait passé un après-midi pluvieux inoubliable !


Répondre

De fretyl, le 15 janvier à 22:28
Note du film : 3/6

Assez déçu (voire très déçu) par le souvenir que j'en avais conservé.

Étrangement je n'ai pas réussi à m'intéresser suffisamment à l'intrigue policière (par ailleurs) fortement banale. Le jeu du chat et de la souris entre le flic (Noiret) et le suspect (Serrault) ne réserve pas le lot de surprises attendus.

Reste les environs de la Gironde, en effet, quelques bons mots d'Audiard. Une moralité assez misogyne…

Cela suffit-il pour faire de Pile ou face le film marquant que l'on peut attendre ?

Non ! Et par moment on a l'impression d'être dans une ambiance à la Derrick…

Un peu comme avec Les fantômes du chapelier le scénario n'avance guère et les suppositions se rapprochent.

L'un des deux films n'en aurait-il pas inspiré un autre ?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0079 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter