Forum - La Belle de Moscou - Délicieux crépuscule
Accueil
Forum : La Belle de Moscou

Sujet : Délicieux crépuscule


De Impétueux, le 12 août 2007 à 00:12
Note du film : 5/6

C'était un sacré pari que de tourner en 1957 un remake du Ninotchka de 1939 du grand Ernst Lubitsch, avant-dernier film de Greta Garbo, avec un Fred Astaire, alors âgé de 58 ans, dont on ne pouvait pas être certain qu'il aurait là la souplesse, le rythme, le raffinement dans la démarche qui s'imposeraient devant une Cyd Charisse au sommet de sa beauté…

Un sacré défi, mais une réussite complète, que cette histoire un peu simpliste d'agent soviétique aussi ravissante qu'inhumaine, graduellement tentée par les plaisirs du capitalisme et séduite par un producteur de cinéma, exemple même pourtant de la pourriture consubstantielle au capitalisme…

Rouben Mamoulian, grandement aidé par les superbes mélodies de Cole Porter réalise un petit bijou de grâce et de distinction. On y retrouve, très bizarrement l'inquiétant Peter Lorre, encore ancré dans nos mémoires par M le maudit de Fritz Lang et par le Cairo du Faucon maltais de John Huston

Mais que ceux qui veulent conserver de la sublime Cyd Charisse un souvenir délicieux se gardent de regarder le supplément où la dame, aujourd'hui octogénaire, relate ses souvenirs de tournage. La pauvre fille, charcutée au delà du concevable par la chirurgie dite esthétique, présente un visage absolument et totalement figé où rien ne subsiste du charme qui faisait d'elle une des plus séduisantes stars de l'Hollywood que nous avons aimé…


Répondre

De vincentp, le 15 septembre 2008 à 22:15
Note du film : 6/6

Je ne me souvenais plus… mais l'avais déjà vu, m'embrouillant dans les titres des comédies musicales. La charge contre l'idéologie soviétique est féroce, le portrait de Paris bien idéalisé. Les chorégraphies sont somptueuses, en particulier celle au cours de laquelle Cyd Charisse s'habille de façon occidentale, séquence toute emprunte de poésie et de douceur. La caméra s'abaisse à un moment très près du sol, alors que Fred Astaire s'allonge sur celui-ci, concluant son numéro en écrasant en sourire son chapeau. Magnifique ! L'évolution psychologique de Cyd Charisse, rendue par la danse et les paroles des chansons, est également admirable ! Et il y a tous les collaborateurs habituels MGM, du producteur Freed au "make-up designer" (responsable du maquillage) William Tuttle (350 collaborations sur des tournages entre 1935 et 1980, décédé à l'âge vénérable de 95 ans il y a un an) que j'ai fini par repérer dans les génériques à force d'exploits répétés dans les fauteuils des salles obscures.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter