Forum - Frankenstein - Personne pour parler de ce classique ??
Accueil
Forum : Frankenstein

Sujet : Personne pour parler de ce classique ??


De verdun, le 16 juillet 2007 à 23:46
Note du film : 5/6

Je suis un grand fan des cinq films de Terence Fisher: Frankenstein s'est échappé, La revanche de Frankenstein, Frankenstein créa la femme, Le retour de Frankenstein et Frankenstein et le monstre de l'enfer. J'espère que quelques uns d'entre vous (vincentp ??) ont profité de la rétrospective Fisher à la cinémathèque pour en voir tout ou partie.

Ayant découvert ce classique Universal, je ne peux cependant qu'en louer les mérites. Ici, on s'attarde assez peu sur le personnage du savant, contrairement aux films de la Hammer. Et les rares fois où on le voit,on se trouve en face d'un personnage inconscient mais sympathique, loin du Peter Cushing souvent ignoble dans les films de Fisher. Ici, on retrouve (en plus moralisateur) une dénonciation des effets d'une science sans conscience.

Pour un film du début du parlant, la réalisation a bien tenu le coup: souplesse de la caméra, récit mené tambour battant. Et alors qu'aujourd'hui le noir et blanc constitues trop souvent un repoussoir pour les (jeunes) spectateurs, on ne peut que louer la splendeur de cette esthétique Universal, qui fera florès pendant de nombreuses années, même après la Hammer. Ainsi dans l'un des bons films de Jess Franco, L'horrible docteur Orloff.

Et si Peter Cushing sera une formidable incarnation de Frankenstein, Boris Karloff, aidé par le maquillage de Jack Pearce, est une inoubliable incarnation du monstre. Aujourd'hui encore lorsque le grand public pense à Frankenstein, il pense à l'apparence qu'il a dans ce film. Quittes à ce que l'on confonde souvent le savant et créature..

Par conséquent, voici un beau classique, même si l'on cite plus souvent sa suite, La fiancée de Frankenstein.


Répondre

De PM Jarriq, le 17 juillet 2007 à 09:28

Il est vrai que Karloff, acteur autrement assez terne, voire cabotin (The lost patrol) ou grand guignolesque (Unconquered), a créé avec le monstre, une des icônes du 7ème Art les plus identifiables. Si les films de Whale ont considérablement vieilli, aucun autre comédien, de Christopher Lee à De Niro, n'a su faire oublier Karloff, et son masque pathétique. Réussite de maquilleur ou de comédien ? Les deux à la fois.


Répondre

De fretyl, le 28 mai 2009 à 13:55
Note du film : 6/6

Un très très grand must ! C'est sûr que de nos jours, ça ne fait plus trembler qui-que-ce soit. Il parait qu'à sa sortie les spectateurs étaient terrifiés face au maquillage devenu mondialement et éternellement connu de Boris Karloff. Aujourd'hui ça se regarde beaucoup plus comme un conte horrifique fortement bien filmé, plutôt que comme un film d'épouvante censé nous faire peur.
Dans l'horreur du récit on trouve beaucoup si je me souviens bien, plus de machiavélisme dans sa seconde partie : La fiancée de Frankenstein.

Au départ c'est Bela Lugosi qui devait interpréter la créature, mais les producteurs pas convaincu par son jeu souvent poussé au summum de l'inspiration expressionniste (on peut s'en rendre compte dans sa gestuelle dans Dracula) lui ont à raison, préféré Boris Karloff.
Boris Karloff lui, a su donner au monstre une quasi totale humanité, lorsqu'on re-regarde le film 80 ans après on ressent beaucoup plus de pitié pour la créature que de peur.
Derrière cette haine face à la différence, à ce lynchage final organisé, se cache une véritable démonstration du racisme. On en arrive presque à identifié la créature au monstre raffiné de Elephant Man, cela étant aidé par un superbe noir et blanc.

Un film hautement humaniste dans le fond qui tranche assez avec les futures productions de la Hammer qui se baseront beaucoup plus sur la folie du scientifique et sur les découpages de cadavres


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0071 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter