Forum - Adorables créatures - Un bien grand mystère
Accueil
Forum : Adorables créatures

Sujet : Un bien grand mystère

VOTE
De Impétueux, le 29 juin 2007 à 18:43
Note du film : 5/6

J'ai un peu scrupule à évoquer un film que je n'ai jamais vu, et à en réclamer l'édition pour satisfaire un fantasme enfantin, mais, d'une part les scrupules ne m'étouffent pas plus que ça, et d'autre part, je me dis qu'un film de Christian-Jaque, avec – excusez du peu ! – Edwige Feuillère, Danielle Darrieux, Martine Carol, Antonella Lualdi du côté des dames, et Daniel Gélin du côté des messieurs, adapté et dialogué par Charles Spaak (avec une petite touche de Michel Audiard, me dit Imdb) ne peut pas être un mauvais film.

En fait, j'ai encore dans l'oreille l'indignation effarée de ma grand-mère adorée qui, née en 1876, n'était pas précisément un modèle d'ouverture d'esprit (Je ne comprends pas qu'il y ait des femmes qui prennent un amant, disait-elle ; c'est déjà bien assez désagréable avec son mari !) et qui, pour des raisons qui m'échappent, avait vu cette oeuvrette sûrement légère où – j'imagine – les femmes papillonnent, sont infidèles et y prennent du plaisir.

Si quelqu'un d'entre vous a vu ça, il sera bien aimable de me dire ses impressions.

Ce qui ne m'empêchera en aucun cas d'acheter le DVD, s'il sort un jour, par une sorte de piété filiale un peu sophistiquée.

Et puis le titre est très joli.


Répondre
VOTE
De Arca1943, le 29 juin 2007 à 23:25

Ben, s'il y a Antonella Lualdi


Répondre
VOTE
De passioncine, le 11 décembre 2007 à 10:53

J'ai eu la chance de voir ce film en salle, lors d'une reprise dans un petit ciné boulevard de Strasbourg à Paris. Tout ça pour dire que je m'en souviens très bien…

Ce qui dans mon souvenir faisait l'attrait du film était ces merveilleuses actrices et leur légèreté bien parisienne. C'était un régal. L'histoire : classiquement française et classiquement de son époque, c'est déjà pas si mal quand on aime le cinéma.


Répondre

De Impétueux, le 22 janvier 2014 à 20:30
Note du film : 5/6

Ce délicieux petit film de Christian-Jaque ne pourrait évidemment plus être tourné aujourd'hui. Osez le féminisme, Les chiennes de garde, les Femen assiégeraient les cinémas où il serait présenté si jamais il avait pu être distribué, la pieuse dépendance au politiquement correct faisant partie des terrorismes les plus totalitaires qui se puissent.

Car Adorables créatures est d'une gracieuse misogynie. Mais qu'on ne s'y méprenne pas : Christian-Jaque est dans la veine de Sacha Guitry, narquois amoureux de la plus belle partie de l'Humanité… les femmes, je suis contre ; tout contre. Les femmes sont représentées dans la caricature la plus habituelle qui soit : bavardes, dépensières, cancanières, profiteuses, superficielles, coquettes, intéressées, irresponsables, monstres de duplicité… et absolument charmantes. Ce n'est naturellement pas dans la note de nos jours graves et sérieux.

Je conçois fort bien qu'à sa sortie, en 1952, Adorables créatures ait fait un très joli scandale, et cela pas simplement parce que la charmante anatomie de Martine Carol y est dévoilée avec une certaine complaisance par son mari de l'époque. Mais tout le film, qu'on peut ranger facilement dans la catégorie des films à sketches présente toute une kyrielle de situations et de rencontres polissonnes et spirituelles. Les créatures du titre trompent avec grâce leurs maris, se font acheter par de riches commanditaires, s'offrent des gigolos et même les jeunes filles se jettent sans pudeur au cou de l'homme qu'elles veulent séduire.

C'est sans doute une tradition galante du cinéma français, un de ces éclairages qui nous font regarder avec – au choix – réprobation, indignation, admiration par le monde entier, ce goût, bien évanoui de nos jours de la bagatelle légère, des amours joyeuses, des plaisirs gratuits. Rien à voir avec les pesants travaux sur l'égalité des sexes dont les gouvernements, plus préoccupés par cela que par la situation économique du pays nous abreuvent. Passons.

C'est donc le récit de quelques mois ou de quelques années de la vie d'un jeune homme, André (Daniel Gélin) qui parcourt avec une certaine désinvolture toute la palette des relations amoureuses, de la femme mariée Christiane (Danielle Darrieux) dont il est la distraction, à la riche veuve Denise (Edwige Feuillère) très engagée dans les œuvres charitables, qui aime les peaux jeunes (on dirait maintenant une cougar) en passant par Minouche (Martine Carol) gourgandine vénale, et en terminant par Catherine (Antonella Lualdi) très jeune fille délurée qu'André finit par épouser.

C'est très amusant, plein de mots rosses et vachards écrits par Charles Spaak, du type, pour la dame d'un certain âge qui se regarde dans le miroir, la voix off de Claude Dauphin : Une femme encore très belle, ce n'est pas la même chose qu'une femme très belle ou de la même, qui ne demande, au restaurant, qu'une cuillère de caviar et à qui on prête un appétit d'oiseau, répondant C'est pourquoi je comprends si bien les pauvres : comme eux, je ne mange pas.

Et puis il y a quelques audaces bien venues : la patronne (Giovanna Galetti) d'André/Gélin, qui est publicitaire, fume le cigare et ne fait pas mystère de sa sexualité lance en le regardant Quel dommage que ce ne soit pas une femme ! et Alice (Renée Faure) joue un rôle de voleuse à l'échine dure, bien mieux faite pour cela que pour interpréter les amoureuses (Clélia Conti, dans La chartreuse de Parme), assez semblable, en deuxième couteau acéré à ce qu'elle tournera beaucoup ensuite (Le sang à la tête, Le président).

Petit reproche : Gélin, qui avait 32 ans à l'époque ne fait donc pas trop les 23 ans qu'on lui prête et Antonella Lualdi, qui avait 22 ans, ne semble pas en avoir 16. Mais ce sont reproches véniels pour un très joli film, doté, en plus d'une musique charmante de Georges van Parys.


Répondre

De Commissaire Juve, le 22 janvier 2014 à 22:52
Note du film : 3/6

Le DVD me fait de l'œil depuis un moment. J'espère que l'image est satisfaisante.

Sinon : concernant l'anatomie de Martine Carol… est-ce bien la sienne ? Je rappelle que Nadine Tallier a été sa doublure fesses.


Répondre

De Impétueux, le 22 janvier 2014 à 22:56
Note du film : 5/6

Je ne sais pas pour les fesses, mais il n'y a pas de doute pour les seins.

L'image est convenable, sans plus.


Répondre

De Tamatoa, le 22 janvier 2014 à 23:25

Je rappelle que Nadine Tallier a été sa doublure fesses. ( Commissaire Juve ).

Je sais aussi qu'elle a été la doublure de Martine Carol a poil dans Caroline chérie. Et elle a bien fait : Regardez donc où ça mène le cinéma de dos …


Répondre

De Commissaire Juve, le 22 janvier 2014 à 23:54
Note du film : 3/6

Dans Donnez-moi ma chance (Léonide Moguy, 1957), on entend Danik Patisson dire à une apprentie vedette : "au cinéma, il ne suffit pas d'être jolie, il faut aussi savoir montrer son derrière !" A mon avis, c'était une allusion aux activités de "doublure corps" de cette sacrée Nadine ! (qui tient justement un rôle de premier plan dans ce film)


Répondre

De Impétueux, le 23 janvier 2014 à 17:34
Note du film : 5/6

Je viens de revoir la séquence du bain de Martine Carol dans ces charmantes Adorables créatures : on n'y voit pas ses fesses, mais on y aperçoit – et un peu davantage – sa jolie poitrine. qui devait lui appartenir, n'est-ce-pas, les trucages et effets spéciaux d'aujourd'hui ne permettant pas, à l'époque, de tricher.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.022 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter