Forum - Victor Victoria - Sur le fil du rasoir
Accueil
Forum : Victor Victoria

Sujet : Sur le fil du rasoir


De Impétueux, le 18 avril 2007 à 13:44
Note du film : 5/6

Sur un scénario malin et scabreux écrit en 1933 par Reinhold Schünzel et Hans Hoemburg – dont j'avoue, à ma courte honte, qu'ils me sont complètement inconnus, mais dont le patronyme évoque l'Allemagne, et vraisemblablement l'Allemagne d'avant, celle mise en scène dans Cabaret (mais je m'avance, peut-être…), sur un scénario délicat et ambigu, Blake Edwards réalise une merveille de film, plein de délicatesse et de drôlerie.

Mais la caractéristique de ce metteur en scène là, c'est peut-être bien, d'ailleurs, et même sans doute, l'élégance dans l'incongru et le burlesque, la légèreté qui tutoie le précipice ; à preuve, la série de La panthère rose (tout au moins au début), ou La party.

Dans Victor/Victoria, l'élément perturbateur n'est pas le Peter Sellers à la fois lunaire et déchaîné des films cités, mais l'habile anecdote, ses recoins et ses roublardises, tout cela admirablement servi par une Julie Andrews, femme du réalisateur, aussi bonne chanteuse que dans La mélodie du bonheur mais, en l'espèce, infiniment plus sexy !

Autant citer le résumé que donne Wikipédia, pour qui n'aurait pas vu ce film virevoltant, léger et drôle :

Dans les années 1920 à Paris, Victoria Grant est chanteuse et ne trouve pas de contrat pour subsister. En désespoir de cause, et suite à sa rencontre avec un homosexuel quinquagénaire, elle se déguise en homme et, grâce à sa tessiture exceptionnelle, crée un spectacle de travesti. Elle connaît alors sous le nom de Victor Grezhinski un franc succès, au point d'attirer l'attention d'un producteur de spectacles américain, très amateur de femmes.

Festival de faux-semblants, d'ambiguïtés voulues, ou révélées, de chemins détournés et d'itinéraires déviants, le film bénéficie, en outre d'une des meilleures musiques qu'ait jamais écrites Henry Mancini, qui sait mettre parfaitement en valeur l'organe exceptionnel de Julie Andrews (oui  ! je sais ! parler, dans le cadre de ce film d'organe exceptionnel, ça fait un peu bizarre, mais je maintiens ! tant pis pour les esprits mal placés), musique qui donne aussi le ton à des numéros de music-hall superbement filmés, raffinés et intelligents.

J'avoue ne pas me souvenir de Tootsie, de Sydney Pollack, sorti à peu près en même temps, et qui met en scène une relation inverse (un homme déguisé en femme) ; mais ce que je me rappelle, c'est que, j'étais sorti de l'un enchanté (et cet enchantement revient à chaque fois que je revois Victor/Victoria) et de l'autre simplement amusé… D'ailleurs, ça ne m'étonne pas : Julie Andrews est infiniment plus agréable à regarder que Dustin Hoffman

La place est à la contradiction, désormais !


Répondre

De PM Jarriq, le 18 avril 2007 à 16:38

J'aime beaucoup les deux films, avec un faible pour celui de Edwards et l'extraordinaire numéro de Robert Preston, en particulier. Mais pour parler plus sérieusement, Julie Andrews est certes plus jolie que Hoffman, mais moins que Jessica Lange.


Répondre

De starlight, le 18 avril 2007 à 16:42
Note du film : 5/6

Comédie très agréable, dûe en grande partie au choix des acteurs et à la direction habile de Blake Edwards… Robert Preston (Toddy) force nullement son rôle… Il lui suffit d'être le confident et le conseiller de Julie Andrews, pour donner à l'ensemble des situations une articulation "fluide". La partition orchestrale est des plus jazzy et c'est un vrai bonheur de la réécouter en CD… Julie Andrew est remontée sur les planches du "Marquis Theater" de New York en octobre 1995 pour redonner vie à cette charmante comédie musicale… Un CD de ce "Broadway Cast" en est sorti avec évidemment d'autres partenaires (Tony Roberts – Michael Nouri et Rachel York) et une orchestration différente… Mon Dieu ! quelle déception après tant de plaisir 13 ans plus tôt !… Partition musicale baissée de plus d'un ton pour permettre à notre pauvre Julie (âgée alors de 60 ans) de pouvoir aller jusqu'au bout de son souffle… Le punch n'y est plus… Donc (c'est mon avis) à déconseiller comme simple écoute)…


Répondre

De vincentp, le 24 août 2011 à 23:33
Note du film : 5/6

5,4/6. Excellent, surtout dans sa partie centrale (les numéros musicaux croisés avec du burlesque -dans la chambre d'hôtel). Inventif, rythmé, brillant. Du grand cinéma. Et effectivement, une musique (et décors, costumes) de qualité.

Pourtant en revoyant ce film, je décèle des défauts : tout n'est pas drôle, des dialogues ne sont pas très réussis ou redondants, quelques développements inutiles ou datés.

Une excellente comédie, mais sans être exceptionnelle.


Répondre

De verdun, le 17 octobre 2017 à 00:04
Note du film : 5/6

je rejoins les avis précédents.

C'est l'un des films les plus célèbres de Blake Edwards. A juste titre tant il est sommet de son art, tant ses collaborateurs (musicien, décorateurs, costumiers, chef-opérateur) contribuent à faire de ce film un sommet d'élégance. Mais comme toujours chez le cinéaste, tout cet ensemble magnifiquement ordonnancé, est à chaque instant susceptible d'être menacé. C'est un film à la fois très opulent et très personnel.

Les numéros musicaux sont très bien faits.

Julie Andrews et Robert Preston sont excellents.

Mais l'ensemble est un petit peu trop long, le personnage de James Garner est assez conventionnel et la conclusion n'est pas aussi réussie que ce qui précède.

Cela reste quand même du grand Blake Edwards.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0036 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter