Forum - La Classe ouvrière va au paradis - Charge satirique vraiment pas banale
Accueil
Forum : La Classe ouvrière va au paradis

Sujet : Charge satirique vraiment pas banale


De Arca1943, le 16 juin 2005 à 05:16
Note du film : 5/6

Étrange oubli : je n'avais pas encore voté pour cette satire de choc signée Elio Petri. Branché sur le 100 000 volts, Gian Maria Volontè livre une performance explosive dans le role de Massa, un ouvrier que le travail aux pièces – et le contexte qui l'environne – est en train de rendre fou. (C'est sans doute pour cela que Sergio Leone disait de ce film qu'il était un remake de Modern Times). Employé modèle, il travaille à une cadence telle qu'il se fait détester de tous ses camarades d'usine. Mais à force de marner comme un forcené, ce qui devait arriver arrive : il finit par perdre un doigt dans l'engrenage. Et crac! Virage à 180 degrés, le voilà qui se met à investir ce même trop-plein d'énergie démentielle à résister aux normes patronales, autant qu'il en mettait auparavant à s'y conformer…

Ce sujet corrosif issu de l'imagination fertile de Ugo Pirro est mis en image et en récit par Elio Petri avec une furia contagieuse et un sens du spectacle peu banal. La musique d'Ennio Morricone mêle les percussions aux bruitage industriels, d'où la mélodie finit néanmoins par émerger… Mêlant la chronique réaliste à la charge satirique, La Classe ouvrière va au paradis est un film qui secoue, qui "brasse la cage", comme on dit au Québec. Personne n'est épargné : patrons, syndicats réformistes et révolutionnaires, ingénieurs en efficacité dans leurs blouses blanches, psychiatres d'entreprise, barbus d'extrême-gauche qui hurlent tous les matins des slogans dans les oreilles des ouvriers qui entrent à l'usine. L'ironie cinglante du titre se révèle dans un finale mémorable, qui nous fait passer avec brio de la condition ouvrière à la condition humaine. Idéologiquement, c'est un film remarquablement inclassable, je dirais même irrécupérable – comme toute satire réussie, d'ailleurs.

Voici à ce sujet l'opinion d'un expert en la matière, Dino Risi, en 1972 – l'année du film : « Les films d'une seule couleur ne sont pas bons. Dans la vie, il y a toujours des retournements curieux, intervient toujours un aspect grotesque, comique, il y a quelque chose qui rompt la gravité, la sévérité des faits. Alors ceux qui travaillent seulement à gros traits, moi je ne les aime pas beaucoup. Je préfère Petri, Petri a de l'esprit, de la férocité et de la joie dans le corps, et aussi l'habileté de faire du spectacle. »


Répondre

De verdun, le 27 juin 2005 à 18:00
Note du film : 6/6

Volonté àl'interprétation…Elio Petri à la réalistion…L'équipe de ENQUETE SUR UN CITOYEN AU DESSUS DE TOUT SOUPCON…1972,année superbe pour le cinéma italien…Palme d'or au festival de Cannes.. Qu'est- ce que j'ai envie de le voir celui-là!!!


Répondre

De niko 93, le 7 février 2006 à 00:13

J'avais vu ce film à la télévision alors que je n'étais encore qu'un enfant ( le cinéma de minuit, sans doute ? ) C'est sans doute un des films qui m'a le plus marqué dans ma vie de modeste cinéphile. J'en garde une trace indélébile. A chaque nouvelle vision ( VHS malheureusement ), je subis un étrange grand écart, entre jubilation électrique et déprime ravageuse. Rien que de repenser à la fin – sur la chaîne de fabrication avec les ouvriers qui ignorent ce qu'ils produisent et qui hurlent pour tenter de couvrir le vacarme – mon sang se glace. UNE EDITION DVD ! MAINTENANT ! ( clamé comme un slogan politique )


Répondre

De Arca1943, le 9 mai 2006 à 04:44
Note du film : 5/6

Tiens, quel coup de pot : j'ai justement ici La classe operaia va in paradiso sur VHS en VO italienne…


Répondre

De Arca1943, le 9 mai 2006 à 04:55
Note du film : 5/6

Oui, Niko98 : « UNE EDITION DVD ! MAINTENANT ! ( clamé comme un slogan politique ) » Voilà tout à fait l'esprit de la chose ! Pourquoi ne pas organiser une manif devant le siège social d'un gros distributeur ? Avec des porte-voix, des tracts, tout le tralala. Je me vois d'ici, poing levé, scandant le cri unanime : « Nous-voulons ce-Petri !!! Nous voulons ce Petri ! Nous voulons ce Petri ! Nous voulons ce Petri ! »


Répondre

De paul_mtl, le 9 mai 2006 à 06:07
Note du film : 2/6

Merci Arca pour ce texte qui m'a donné le goût de revoir ce film en VO et la performance de GM Volonte.

Je crois que j'ai vu la VF sur la TV francaise.


Répondre

De paul_mtl, le 9 mai 2006 à 18:50
Note du film : 2/6

Je l'ai visionné en VO et ca fait pas dans la subtilité ni la dentelle. :D

J'ai pas trouvé tres interessant le propos mais ca peut eveiller chez les jeunes

des consciences et vocations politiques révolutionnaires tourné vers l'ouvrier.


Répondre

De paul_mtl, le 1er septembre 2006 à 12:16
Note du film : 2/6

"faire du spectacle" pour un film d'action, c'est bien mais cette expression devient pejorative pour moi avec un film politique ou historique par ex

si ce spectacle prend le pas sur la réalité racconté au point de la déformer. (Dans l'absolu deformer la réalité n'est pas le pire pour moi, c'est déformer le raisonnement qui permet de comprendre la réalité.) C'est pour ca que souvent je prefere un bon film documentaire rigoureux. Maintenant un peu de spectacle permet sans doute au film de toucher un plus large public et de donner plus de vie avec des détails psychologiques aux personnages que des archives incompletes.

"faire du spectacle" c'est aussi aller chercher les émotions (surprise, rire, pleure, peur) qui ne facilite pas la réflexion d'autant plus que vos émotions sont tres fortes. Maintenant ca peut marquer une prise de conscience qui vous amene a lire des documents rédigé par des experts reconnu du domaine.

C'est la seule justification valable que je trouve.

L'interet pour moi de ce genre de film de fiction "politique", c'est le lien qu'il guarde avec la réalité.

Si ce lien se détend trop avec une caricature noire grossiere alors ni j'apprend grand chose d'interessant ni je me détend.


Répondre

De stemol, le 16 février 2007 à 11:40
Note du film : 6/6

Ce film d'Elio Petri est un monument de réalisme critique. Un témoignage essentiel sur une classe en voie de disparition, une bonne intoduction à l'histoire sociale de cette époque et une excellente illustration du concept marxiste d'aliénation. C'est un document magnifique à utiliser en classe pour faire comprendre, avec le nécessaire recul critique, ce qu'a pu être ce tournant dans l'histoire sociale qu'ont été la fin des années 60 et le début des années 70, et pas seulement en Italie. Il faut le rééditer absolument ! Autres arguments : Une interprétation monstrueuse de sensibilité de Gian Maria Volonte, et c'est quand même la palme d'or 1972… Son absence des éditions de Dvd est un véritable scandale (Groink groink… ;-) )


Répondre

De Arca1943, le 3 octobre 2008 à 17:52
Note du film : 5/6

Son absence des éditions de Dvd est un véritable scandale. »

En effet !

Le seul film d'Elio Petri sorti en DVD francophone jusqu'ici est son thriller d'anticipation La Dixième victime, qui n'est vraiment pas son meilleur film (même si c'est intéressant).

Mais L'Assassin, Les Jours comptés, À chacun son dû, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Oscar du meilleur film étranger), La Classe ouvrière va au paradis (Palme d'or à Cannes), Todo Modo restent toujours lettre morte.

On a même réédité récemment tout plein de gialli (d'Umberto Lenzi par exemple), mais pas son Un Coin tranquille à la campagne avec Franco Nero et Vanessa Redgrave.

Maintenant que les collections consacrées au cinéma italien se bousculent sur les rayons (comme il se doit !), je ne comprends d'autant moins cette criante absence.


Répondre

De kfigaro, le 3 octobre 2008 à 18:44

Entièrement d'accord, c'est un incroyable bijou ! l'interprétation de Gian Maria Volontè est à tomber à la renverse et le thème du film est fabuleux. J'ai cherché en vain le moindre truc en Italie et un peu partout ailleurs, sans le moindre succès à ce jour…

Je vote !


Répondre

De Arca1943, le 4 octobre 2008 à 01:55
Note du film : 5/6

Je ne dis pas ça pour vous tourner le fer dans la plaie, mais je l'ai ici sur un vieux VHS Zone 1 en italien seulement. Volontè est en effet survolté et truculent ; et à noter que comme dans le Petri précédent (l'Indagine), il incarne un homme rendu fou par son travail – travail certes bien différent ici de celui de son magistral chef de police ! Je rappelle que Sergio Leone, qui avait de bonnes raisons de montrer qu'on fait souvent du nouveau avec du vieux, disait : « Même un grand film comme La Classe ouvrière va au paradis est au fond un remake de Modern Times. » (Je crois bien avoir les mots exacts. C'était dans un livre d'entrevue français que j'ai égaré depuis).


Répondre

De PM Jarriq, le 4 octobre 2008 à 10:17

J'ai redécouvert il y a peu, l'exceptionnel acteur que fut Volonte, de A chacun son dû au Christ s'est arrêté à Eboli, en passant par Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, et je verrais volontiers celui-ci. Donc, vote.


Répondre

De Arca1943, le 4 octobre 2008 à 13:25
Note du film : 5/6

Un p'tit instant… Minute, papillon… Vous avez vu Volontè dans À chacun son dû ? Vous avez fait ça comment ?!


Répondre

De PM Jarriq, le 4 octobre 2008 à 13:39

Eh bien, cher Arca, j'ai surmonté la médiocrité de mon Italien parlé, pour commander en Italie, le magnifique DVD du film, en Italien, sous-titré Italien. A mon avis, faute de mieux, il va bien falloir vous y résoudre ! Mais la qualité de l'ensemble (film et DVD) en vaut la peine.

D'ailleurs, vérifiez, on en parlait déjà en janvier 2007 !


Répondre

De Arca1943, le 4 octobre 2008 à 13:49
Note du film : 5/6

Eh ! Credo che si, lei ha ben ragione. Ho gia parlato l'italiano ben meglio di oggi, ma l'ho quasi tutto perduto, che vergogna. Però, c'è una cosa ben strania che del punto di visto del DVD, l'Italia si trova, come dire, più lontana della Francia che il Giappone… È più facile trovare Nakadai che Volontè !


Répondre

De vincentp, le 30 mars 2011 à 23:11
Note du film : 5/6

Un très bon film politique, qui présente de nombreux intérêts : il nous rappelle ce que fut le cinéma italien au cours des années soixante-soixante dix, à savoir un média engagé sur un plan social et politique. Il met aussi en évidence l'état d'esprit d'une époque, marquée par des conquêtes ouvrières. Sur un plan cinématographique, il est très bien fait : réalisation, musique, interprétation, mais aussi prises de vue. Tout cinéphile, tout étudiant en sciences sociales doit l'avoir vu.

Simplement, La classe ouvrière va au paradis est typé 1970. Rythme lent, thématique pointue, et la société ayant changée, il vise aujourd'hui un public réduit et érudit. Une réédition en dvd s'impose mais il est clair que les ventes sur ce support seraient très limitées.


Répondre

De Arca1943, le 15 février 2012 à 20:56
Note du film : 5/6

D'après le site FNAC.COM, La Classe ouvrière ira au paradis en mai 2012 !

Eh ben ! Tout en me disant qu'il ne sortirait jamais, j'espérais qu'il sorte un jour. Bref, le pessimisme de la raison et l'optimisme de la Volontè !


Répondre

De Arca1943, le 21 juillet 2012 à 20:27
Note du film : 5/6

C'est un film volontairement "désagréable" tout en étant… jubilatoire ! Il a ses limites, comme par exemple celle – dont on entend parler par des proches de Petri dans les suppléments de la récente édition française de L'Indagine – d'avoir été scénarisé dans la précipitation. Ça se sent un peu partout. En même temps, ce côté occasionnellement brouillon, ces scènes où j'ai l'impression que Volontè improvise en roue libre, contribuent à nettement différencier ce Petri du précédent… alors qu'au départ il y a une ressemblance de fond : encore une fois, c'est l'histoire d'un type fou à lier ! Et autre différence aussi avec l'élégance perverse de l'Indagine : ici les couleurs jurent ; dans le cadre de l'usine en tout cas, l'image n'est pas "belle" comme dans une fable, elle est laide et tout indique que c'est délibérément conçu comme ça : parce que, évidemment, l'industrie se fout mais alors royalement que les lieux soient ou pas d'une laideur sans nom.

Sacré spectacle, en tout cas. Il y a comme un vent de folie soufflant sur cette chronique, un goût viscéral de la charge tout-azimuts qui l'aide assurément à passer l'épreuve du temps. Y participe aussi la musique "industrielle-cinglée" de Morricone

Et puis techniquement parlant, cette restauration sur DVD me semble vraiment al dente, ce qui ne gâche rien.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter