Forum - Le Monde de Nemo - Critique
Accueil
Forum : Le Monde de Nemo

Sujet : Critique


De Christopher Brandon, le 11 novembre 2003 à 14:56
Note du film : 4/6

«…P. Sherman, 42 Wallaby way, Sydney… » Et hop, un carton supplémentaire pour les créateurs de Pixar ! Depuis l'excellent Toy Story, il y a à peu près huit ans, le succès ne se dément pas. 1001 pattes, Toy Story 2, Monstres & Cie et maintenant Le Monde de Némo, autant de succès qui posent la patte Pixar comme incontournable du film d'animation en images de synthèses. L'histoire est suffisamment développée pour ne pas ennuyer les spectateurs de tout âge, avec néanmoins le constat que le film est plus ciblée en direction des jeunes publics, et il lui manque le second degré jouissif qu'on pouvait trouver dans Monstres et Compagnie et surtout dans Toy Story 2.
On aurait tort de bouder pour autant son plaisir tant la performance graphique et scénaristique est une nouvelle fois de toute première qualité. Le réalisme de la mer, l'animation des poissons, la mise en scène un peu plus audacieuse que dans les précédents films de Pixar et le travail très impressionnant de la lumière sur les objets, textures et atmosphères d'un coté, la diversité des expressions des créatures de tout écaille, les dialogues ciselés, les rebondissements scénaristiques astucieux, les différents univers abordés, tous liés à l'eau (récif de corail, aquarium, égout, port, stream…) de l'autre coté, tous ces éléments font du Monde de Némo un spectacle tout à fait recommandable pour ceux qui ont conservé de Bambi un grand souvenir joyeux et ému. En somme du très bel ouvrage, impeccablement fait, propre sur lui et plutôt intelligent, qui remplit avec sérieux son cahier des charges du Disney de Noël de luxe.
Sur ce dernier point, on rêverait peut être précisément que l'attachement à la Firme aux grandes oreilles soit moins fort, pour peut être permettre à Pixar d'explorer d'autres univers moins consensuels, et pourquoi pas du coté de la création japonaise. Quand on connaît l'amitié qui lie John Lasseter, boss de Pixar à Hayao Miyazaki, papa de Mononoké et du Voyage de Chihiro, on se dit qu'un projet commun serait sans doute une œuvre flamboyante et inattendue, au croisement des cultures, et qui prouverait, à l'instar des Animatrix, que collaboration peut aussi rimer avec création… On peut pas s'interdire de rêver quand même !


Répondre

De Man, le 4 décembre 2003 à 15:45

Ouah, quelle réflexion magnifique, on peut m'expliquer ou me traduire, je ne suis pas sûre d'avoir tout compris ?


Répondre

De Melkor, le 12 décembre 2003 à 07:34

en VO, il s'appelle marlin, merci donc à la VF de tout changer…remarque ça aurait pu être pire, ils aurait pu l'appeler robert ou paul …


Répondre

De loli, le 13 décembre 2003 à 11:34

pour faire ce genre de reflexion, faut etre un peu con; Tu as du vouloir faire ton interessant en utilisant des termes que tu ne connais même pas.


Répondre

De Arca1943, le 24 décembre 2003 à 00:05
Note du film : 5/6

Cher Schmurf…

«Pas si innocent que ça…» Bien sûr! Pour les idéologues de tout poil, qui ont souvent une fâcheuse tendance à confondre raconter et promouvoir, RIEN n'est innocent et TOUT cache TOUJOURS quelque chose. L'écrivain sicilien Leonardo Sciascia (d'ailleurs proche de la gauche, comme quoi l'un n'empêche pas l'autre) a introduit dans la langue italienne un très beau terme pour désigner ça: «dietrologia» ou «dietrismo». «Dietro», en italien, est un adverbe qui signifie: «derrière, en arrière». La "diétrologie" est donc la science de ce qu'il y a "derrière". Et le terme, bien sûr, n'existe pas autrement qu'en un sens ironique.

Je soupçonne l'auteur de cette "analyse" de 3 lignes de faire dans le dietrismo, justement.

À l'aube de l'imprégnation "politically correct" sur les campus américains, un autre italien, Umberto Eco, publiait contre le critique littéraire Stanley Fish un article selon moi très important: «Interpretation and overinterpretation» (j'ignore s'il a été traduit en français).

Traduisons-le par: surinterprétation. Encore une fois, je soupçonne l'auteur de cette "analyse" de 3 lignes de faire dans la surinterprétation.

Pour ma part, il me semble que les signes de "fordisme" ou de "taylorisme" ne sont pas des plus visibles dans ce film qui, rappelons-le, se passe en grande partie au fond de l'océan.

Autre chose (quand je suis lancé, je n'arrête plus): vous écrivez: «Non content de nous proposer un scénario enfantin…»

Là encore, j'ai un problème. Car il me semble que c'est assez souvent le cas dans les films destinés aux enfants. Prenez Suso Cecchi d'Amico, par exemple – une des plus grandes scénaristes du XXe siècle. Eh bien, le scénario qu'elle signe pour Les Aventures de Pinocchio, de Comencini – un chef d'oeuvre, à condition de le voir dans sa vraie version, en 6 épisodes de 52 minutes) – ce scénario, dis-je, est bel et bien ENFANTIN, n'ayons pas peur des mots. De même que le scénario du chef d'oeuvre de l'animation européenne Le Roi et l'oiseau. Et Les Douze travaux d'Astérix, aussi. Et des tas de films tchèques des années 70, qui pouvaient, parfois, un petit quelque chose de reconnaissable en matière de biais idéologique – et alors??? On s'en tape! C'est un film pour enfant, alors c'est un inconvénient mineur, et voilà tout, car ces considérations passsent à des milliers de kilomètres au-dessus de la tête du jeune public – grâce lui en soit rendue.

Aussi, voilà que je m'érige en juge: pour ces deux extraits que je viens de citer, vous devriez être passible d'une double peine: apprendre par coeur les deux chansons de Monsieur Raie, qui sont, selon moi, les deux seuls passages proprement didactiques du film.

CHANSON 1:

Oooooh…! Nommons les couches, les couches, les couches

Nommons les couches de la mer immeeeeeeense !

Il y aaaaaaa… l'épipélagique, le mésopélagique

le bathyal et l'abyssalpélagique

Tout le reste est au fond

On ne peut pas le voir!

CHANSON 2:

Oooooh…! Nommons les espèces, les espèces, les espèces

Nommons les espèces qui vivent dans la meeeeeer!

Il y aaaaaaa… spongiaires, hydrozoaires, scyphozoaires, anthozoaires

cténophores, bryozoaires, mollusques et gastropodes

arthropodes, échinodermes, les cordés et les poissons comme vous et moi !

Chantez tous en choeur!

Nommons les espèces, les espèces, les espèces…

Arca1943


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0054 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter