Forum - Tout feu tout flamme - Ça ne décolle pas vraiment
Accueil
Forum : Tout feu tout flamme

Sujet : Ça ne décolle pas vraiment


De Impétueux, le 23 janvier 2007 à 19:32
Note du film : 3/6

Je conservais un assez bon souvenir de ce Tout feu tout flamme, que je situais dans la veine du délicieux Diable par la queue, de Philippe de Broca, avec le même Yves Montand et – pour une fois ! – une Maria Schell gaie et lumineuse. Il me semble que j'étais influencé, aussi, par la virevoltante Vie de château, du même Rappeneau, cette fois.

Une caméra aussi inspirée que la sienne, un Montand encore présentable, une Adjani encore fréquentable (autrement dit point encore inhumée entre des silences et disparitions à la Garbo vieillissante et des retours sur scène dans des pièces abstruses), Alain Souchon pour situer bien l'époque, Jean-Luc Bideau pour apporter du talent et même Lauren Hutton pour faire joli, tout cela me semblait un agréable dosage d'ingrédients.

Je ne dis pas que c'est un mauvais film (je devrais mettre 3,5 plutôt que 3), mais ça patouille un peu ; ça ne commence pas mal du tout, pourtant, par des séquences bien enlevées sur la vie de chien que mène Pauline Valance (Isabelle Adjani, donc), polytechnicienne, conseiller technique aussi ravissant qu'influent d'un Ministre de la République et en même temps tête forte et soeur aînée tutélaire d'une famille un peu fofolle, qui subsiste avec bien des tracas dans un immeuble vétuste propriété de la grand-mère de la nichée. Mais, la mère morte, celui qui est parti, fantasque, irrésistible, hâbleur, séduisant, c'est le père, Victor (Yves Montand) qui revient en France, monter à nouveau des arnaques, en cajolant, étourdissant, éblouissant toutes ses femmes, mère et filles… sauf Pauline qui garde un instant la tête froide, mais capitule aussi sous le charme du tourbillonnant Victor.

L'argument est donc assez agréable, mais Montand n'a plus tout à fait la pêche, Adjani finit par crisper, l'histoire s'enlise dans une niaiserie policière. La fin est longuette et insignifiante. C'est dommage ; Rappeneau clôture là pas très bien une très bonne période qui va de La Vie de château au Sauvage, en passant par Les Mariés de l'An II et Le magnifique. Il lui faudra attendre huit ans pour rebondir, dans un tout autre style, avec le superbe Cyrano et le très honorable Hussard sur le toit.


Répondre

De PM Jarriq, le 23 janvier 2007 à 20:16
Note du film : 2/6

Le magnifique est de De Broca, cher Impétueux… Quant à Tout feu tout flamme, je n'irai pas vérifier ses défauts et qualités, je crois. A l'époque, Montand et Adjani m'agaçaient déjà, Souchon (acteur) je n'en parle même pas, et ça n'a pas dû s'arranger avec les années. Etant un des rares à n'avoir pas beaucoup aimé Cyrano, ni son interprète, je crois bien que le seul Rappeneau que j'aie vraiment apprécié reste Les mariés de l'an II.


Répondre

De Impétueux, le 24 janvier 2007 à 00:09
Note du film : 3/6

Comment ai-je pu commettre une erreur pareille !!!

Rappeneau est un des scénaristes du Magnifique, en aucun cas le réalisateur !

Honte sur moi !


Répondre

De Michel Perrin, le 30 mars 2008 à 21:41

Voilà un excellent film que l'on ne voit pas assez souvent. Yves Montand et Isabelle Adjani y sont tout simplement géniaux. Certaines scènes sont très cocasses et même la musique de Michel Berger est très belle.

Adjani y est pour la deuxième fois la complice de Souchon. En effet comme dans L'été meurtrier elle a une liaison avec lui.Il faut dire que ces acteurs cabotinent très bien. Quant à la mamie,elle est trop drôle. Le moment où Souchon la recouche de force est truculent. Des trois filles de Yves Montand,j'aime tout particulièrement la cadette qui a un petit air de Charlotte Gainsbourg adolescente. Enfin bref,un très bon film.


Répondre

De Pianiste, le 11 juillet 2014 à 17:54

S'il y a une comédie que je regarde avec toujours beaucoup d'intérêt, c'est bien Tout feu tout flamme. Yves Montand et Isabelle Adjani y forment un duo qui fonctionne plus que très bien. Le retour du père prodige dans la maison familiale où il retrouve sa mère et ses trois filles est un moment inoubliable. Seule l'aînée, qui se donne autant que possible dans son travail, réalise que ce beau parleur va encore une fois les arnaquer en leur promettant monts et merveilles. A noter la présence d'Alain Souchon qui forme une nouvelle fois un couple de choc avec cette femme d'affaires surbookée. On retrouve aussi Jean-Luc Bideau en promoteur véreux qui magouille autant qu'il peut dans le domaine des finances. Tout le film est basé sur les disputes incessantes entre le père et sa fille. Cependant, à certains moments, il y a une réelle tendresse qui s'instaure entre les deux personnages. On ne se lasse pas de le voir et le revoir avec à chaque fois une très grande émotion.

Et il est aussi impossible d'oublier la superbe musique composée par Michel Berger qui l'accompagne si bien….


Répondre

De Tamatoa, le 11 juillet 2014 à 20:16
Note du film : 4/6

Entièrement d'accord avec vous Beethoven ! J'ai toujours apprécié ce film fort bien enlevé et très distrayant. Film qui prouve que Souchon aurait du persévérer dans le cinéma. Par contre, j'aimerais savoir pourquoi notre ami Impétueux nous dit que Montand était "encore présentable"… Je pense que, à part son lamentable 3 places pour le 26, il a été présentable (cinématographiquement !!) jusqu'au bout . Jusqu' à IP5: L'île aux pachydermes, film que j'ai trouvé très en phase avec la mort qui l'attendait…


Répondre

De Pianiste, le 11 juillet 2014 à 20:19

Ami Tamatoa, je n'en n'ai pas la moindre idée…. J'apprécie assez Yves Montand, mais je ne connais que très peu la filmographie de ses dernières années….


Répondre

De Impétueux, le 12 juillet 2014 à 11:51
Note du film : 3/6

Tout en précisant que je n'ai pas vu IP5 : L'île aux pachydermes, je pense que le dernier rôle où Yves Montand a la qualité de jeu qu'on a tant appréciée, c'est Garçon ! de Claude Sautet, en 1983. Ce qu'il y a ensuite ? C'est le binôme Jean de Florette/Manon des sources, de Claude Berri, que je trouve atterrant mais où notre ami n'est, il est vrai, pas pire que le reste de la distribution (Daniel Auteuil, Emmanuelle Béart). Puis 3 places pour le 26, dont Tamatoa dit tout le mal qu'il faut en penser. Et Netchaïev est de retour, que j'ai précisément découvert avant-hier, où il est pathétique, épuisé, abimé… On sent la mort qui rode, et le rattrapera sur le tournage du film de Beineix

Je maintiens donc que dans Tout feu, tout flamme, Montand était encore présentable ; mais plus pour longtemps.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter