Forum - Les Mistons - Un court illustrant les prémisses de la Nouvelle V
Accueil
Forum : Les Mistons

Sujet : Un court illustrant les prémisses de la Nouvelle V


De droudrou, le 31 décembre 2006 à 14:54
Note du film : 4/6

1957 ! J'avais juste 13 ans ! Mes premiers émois à la vue de Bernadette… (Lafont : je précise) et Gérard Blain. J'étais miston moi-même…

J'ai été obligé de préciser parce que j'imagine mal tournés certains membres du forum… Je laisse perdurer l'ambiguité. Ca m'amuse de terminer 2006 sur une facétie.


Répondre

De David-H, le 22 janvier 2007 à 12:56
Note du film : 4/6

Un court-métrage de Truffaut à ses débuts, dont l'aspect campagnard traduit bien la passion que le réalisateur vouait pour Jean Renoir, et qui préfigure Les 400 coups, son premier succès, puisqu'il met en scène de jeunes adolescents. Ceux-ci traquent deux fiancés (Gérard Blain et Bernadette Lafont), leur passion, leurs baisers, comme pour caresser le rêve de l'amour qu'ils ne connaissent que de loin. Un film qui contrecarre par ailleurs Chiens perdus sans colliers (1955) de Jean Delannoy, qui représentait l'adolescence plus négativement (dans un centre de redressement), ce qui mettait en rage le critique des Cahiers du Cinéma qu'était François Truffaut. Opposition de points de vue, réaction face une société jugée trop ringarde, techniques nouvelles : ces Mistons sont évidemment l'un des points de départ de la Nouvelle Vague que connaîtra le cinéma français à la fin des années cinquante. Avec du bon et du moins bon.


Répondre

De Impétueux, le 22 janvier 2007 à 13:06
Note du film : 4/6

Je ne suis pas certain que votre comparaison soit tout à fait pertinente, David-Hainaut, même s'il est exact que Truffaut a abondamment daubé sur la fausse image de l'enfance délinquante que représentait Jean Delannoy : c'est qu'il ne me paraît pas du tout que Les mistons soient des voyous : ce sont des galopins insouciants, pas très bien élevés, je le concède, mais pas du tout voleurs (ou, s'ils l'étaient, on les appellerait des chapardeurs, voleurs de pommes) ; espiègles, farceurs, évidemment fascinés par tout ce qui touche au sexe et à la nudité, mais ne concevant pas le moins du monde qu'il puisse exister ce qu'aujourd'hui on appelle des tournantes.

Seulement, 1957, 1958, c'est le début de l'arrivée au premier rang des gazettes de ce qu'on appelait les blousons noirs, des adolescents qui, eux, commencent à dépasser les bornes (même si, depuis lors, les bornes ont sacrément reculé !) ; Chiens perdus sans collier est l'adaptation d'un roman éponyme de Gilbert Cesbron, romancier à l'immense succès, spécialisé un peu dans les faits de société, comme on dit aujourd'hui… C'est lui qui lance le sujet et les réalisateurs affluent : Les Tricheurs (triomphe public, film surfait) puis Terrain vague de Marcel Carné, Boulevard de Julien Duvivier ; je crois que tous ces films ont été terriblement ringardisés par le regard vrai porté par Truffaut dans Les Quatre cents coups

Pour revenir aux Mistons, c'est un moyen métrage délicieux, illuminé par la terriblement vivante Bernadette Lafont et la qualité du regard porté sur Nîmes en été, dont on sent presque (pourquoi, presque ?) la chaleur, la poussière et le bruit des fontaines…


Répondre

De David-H, le 22 janvier 2007 à 13:50
Note du film : 4/6

Oui, je saisis bien votre propos, ce n'est pas tout à fait le même contexte. Et je déplore pleinement avec vous ces choses qui ont changé en moins d'un demi-siècle. Mais vous n'êtes certainement pas sans savoir que Truffaut s'opposait totalement à la vision des choses de Delannoy, dont il avait particulièrement attaqué le film cité. Dans Les mistons, si vous vous en souvenez bien, on voit même les jeunôts déchirer symboliquement l'affiche de Chiens perdus sans collier. C'est en ce sens que je voulais comparer les deux films, ce que son comparse Robert Lachenay a d'ailleurs indiqué dans une interview, en 2000.

En tout cas, la manière de filmer de cette fiction, qui dure 19 minutes et est bien mentionné court-métrage sur le Dvd Mk2, m'a un peu agacé, et je lui préfère bien mieux les Tricheurs par exemple. Mais on rentre là dans un énième débat concernant la NV, que je préfère ne pas trop critiquer, car il faut probablement avoir connu l'époque pour en parler décemment…


Répondre

De Impétueux, le 22 janvier 2007 à 14:06
Note du film : 4/6

Sur le fond, nous sommes donc bien d'accord ; mais bien que partisan de la Qualité française et peu amateur de la Nouvelle vague (surtout dans ce qu'elle a pu avoir d'excessif avec des Godard et des Resnais, je dois dire que ce Chiens perdus sans collier,Gabin joue un rôle d'éducateur humaniste n'est pas un très bon film, à mes yeux, même s'il a des qualités de générosité effectives (nous avons d'ailleurs, vous et moi échangé sur le fil de ce film).

Je n'aime pas beaucoup, pour ma part, Les tricheurs ; mais Les mistons dont la brieveté me semblait moindre (c'est donc, vous avez raison, un court métrage) sont, pour moi, un film très frais, où la sortie de l'enfance est bien venue…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter