Forum - La Rose rouge - Les Frères Jacques
Accueil
Forum : La Rose rouge

Sujet : Les Frères Jacques

VOTE
De paul_mtl, le 11 janvier 2007 à 14:22
Note du film : 2/6

3 chansons humoristiques des Frères Jacques (Sportifs, Mexicains et Policiers: 12 min) qui vaut à lui seul le détour pour le plaisir des petits et des grands.

Louis de Funes a un petit rôle insignifiant et Yves Robert acteur nous montre ses talents d'acteur comique. A le voir je lui donne raison d'avoir choisit la réalisation.


Répondre

De sépia,, le 16 mai 2007 à 15:31
Note du film : 2/6

Admiratrice inconditionnelle des Frères Jacques, et de l'histoire, que dis-je, de la légende du cabaret "la Rose rouge", un dvd du mème nom, édité chez René Chateau, me tend les bras dans mon magasin préféré. Etant de nature aimable, quand on me tend les bras…Ma pauvre fille..Ce film (?)est d'une telle médiocrité ! Niais, imbécile, balourd…CH…T !! Mème mes chers Frères ont l'air de se demander ce qu'ils font là. Comment peut on réaliser ou plutot commettre de tels boulets ? Heureusement, et vite, que je peux me rabattre sur le double dvd de leurs adieux, édité chez Orion. Une note de deux, uniquement parce qu "ils" sont, un tout petit peu, dans ce navet.


Répondre

De Impétueux, le 16 mai 2007 à 18:34
Note du film : 1/6

Comme je nous sais, ma chère Sépia, amateurs vous et moi, assez souvent, du même genre de cinéma, je conçois bien votre déception, votre désappointement !

J'ai failli acheter cette Rose rouge, moins pour Les Frères Jacques, dont je ne suis pas très féru (quoique…) que pour l'atmosphère générale de ce cinéma archinanardesque des années Cinquante…. d'autant que la réalisation est de l'étrange et intéressant Marcel Pagliero et la musique de l'excellent Georges van Parys.

Donc, c'est plus que nul ? Quel dommage… Et pourtant un mauvais génie m'inciterait presque à regarder cette chose, ne serait-ce que pour la comparer à Femmes de Paris, de Jean Boyer, à Pigalle-Saint-Germain-des-Prés d'André Berthomieu, à Paris chante toujours de Pierre Montazel

De toute façon, tout ne peut être que moins bon que le très grand Nous irons à Paris, de Jean Boyerencore ou le sublime Ah ! les belles bacchantes de Jean Loubignac !

Mais rien ne peut être pire que Bonjour sourire, tâche surprenante sur l'oeuvre de…Claude Sautet !


Répondre

De sépia,, le 16 mai 2007 à 19:43
Note du film : 2/6

Ah! mais si c'est par amour pour "les nanars à prétextes cabaretiers", les "délicieuses nouilleries" (Dieu que j'ai ri !) ou le besoin de tomber en extase devant la "vacuité" de ces sorbets indigestes, achetez cher ami ! Achetez !

Et tenez: Ne voulant pas garder cette M…… dans ma cinémathèque, je vous propose de vous la faire parvenir gracieusement, accompagnée d'une photo de moi, topless, que vous aurez l'obligeance de bien vouloir remettre à Vincentp, afin qu'il ne doute plus que la gent qui hante ce site, ne soit pas que masculine…Pas mieux dire, pas mieux faire.


Répondre

De Impétueux, le 16 mai 2007 à 19:58
Note du film : 1/6

Alors là ! Votre munificence m'embarrasse et me ravit…

Et ne craignez rien pour la photo : je jugerai, du haut de mon grand âge, si ce sacripant de Vincentp est autorisé à la mâter, ou s'il devra se contenter de mon témoignage !


Répondre

De Gaulhenrix, le 16 mai 2007 à 20:35

Que lis-je ?! Les anges – nocturnes et diurnes - auraient désormais un sexe !!! J'insiste : "mais où va la France ?!"


Répondre

De sépia,, le 16 mai 2007 à 22:36
Note du film : 2/6

Mais, cher Gauhenrix, les anges sexués, passe encore! Mais lorsqu'on se promène sur ce site et que l'on peut lire : "-JE CHANTAIS, TOUT EN RIANT DANS MA BARBE, PARFOIS MEME J'AVAIS TOUT A COUP, L'ENVIE FOLLE DE GRIMPER AUX ARBRES, TANT J'ETAIS AMOUREUX DE VOUS !" signé par un certain Impétueux, et destiné à une, ou un (nous ne saurons jamais..) Colormagix, en date du 30 Novembre 2006, je vous rejoins tout à fait : Ou va la France? Pire ! Ou va ce site ?…


Répondre

De Impétueux, le 17 mai 2007 à 10:51
Note du film : 1/6

Ah, perfide Sépia ! voilà qu'après m'avoir fort gentiment proposé de vous débarrasser de ce DVD de La rose rouge qui vous semble indigne de figurer dans vos armoires, après m'avoir fait miroiter la faveur de me charger de convaincre de visu Vincentp que vous êtes bien une femme (ce dont – reconnaissez-le – je n'ai jamais douté !) voilà que vous saisissez prétexte d'une information donnée à un brave internaute égaré pour vous gausser !

Remarquez, le coq qui sommeille en moi (à mon âge, il y a longtemps que le cochon s'est définitivement endormi), ce coq, donc, est tout fier de constater que vous avez pris la peine d'aller consulter les messages que j'ai semés sur certains nanars de bonne venue, en premier lieu le délicieux Nous irons à Paris de Jean Boyer ; et là, après une savante glose sur l'évolution de l'orchestre de Ray Ventura après la Guerre, je répondais, bonne pâte que je suis, à un nommé Colormagic qui écrivait, présentant sa supplique : Je cherche les partitions de la chanson Tant je suis amoureux de vous. Quelqu'un peut m'aider ?

Mon tempérament chevaleresque (n'est-ce pas, Frétyl ?) a fait le reste et les paroles attendues sont désormais à la portée de Colormagic.

Voilà le récit véridique de ce que vous feignez de prendre pour une ambiguïté scabreuse !

P.S. : Est-ce que ça tient toujours pour le cadeau que vous voulez me faire de La rose rouge ?


Répondre

De vincentp, le 17 mai 2007 à 12:22

Ah, on parle de moi ? Vous voudrez bien m'excuser mais sur un fil consacré aux Frères Jacques, cela me surprend. Car ils furent de mon point de vue le summum de la ringardise des années 70. Petit, je me souviens m'être disputé avec ma grand-mère qui les tenait en haute admiration, avec Yves Montand (c'est mieux) et Fred Astaire (c'est encore mieux). Je ne voyais en eux que quatre guignols, échappés d'un cirque à quat'sous, que mon idôle de l'époque, James West, aurait dégommé en trois coups de savate.

Maintenant, chère Sépia, si vous avez une photo dédicacée de vous-même (sans doute un futur collector), à me communiquer vous pouvez l'adresser à Spontex qui transmettra. Mais j'avoue avoir une préférence pour les jeunes filles, telles que celles qui hantent les oeuvres du Professeur Civeyrac : Camille Berthomier et son fuselage de caravelle, Odile X… la bimbo qui prend son bain en me regardant droit dans les yeux. Et j'en oublie…


Répondre

De Gaulhenrix, le 17 mai 2007 à 12:53

"un brave internaute égaré"… Non mais !!! J'aurais dû, Impétueux, vous occire sous les murailles d'Alésia, au lieu de vous laisser vous échapper, égaré parmi les cantines de César

Concernant Les Frères Jacques, vincentp, mon point de vue était semblable au vôtre… jusqu'à ce que je m'oblige à regarder l'un de leurs spectacles à la TV. Et quelle ne fut pas ma surprise : c'était drôle, fin, élégant et savoureux ! Une rectification : ils représentent les années cinquante, et non les années soixante-dix.


Répondre

De sépia,, le 17 mai 2007 à 13:48
Note du film : 2/6

Mais bien sur, cher cochon endormi! Veuillez me confier votre adresse personnelle dans ma boite:- daniellegraff@free.fr – ( ou d'une autre façon) et je vous expédie ce dvd dès demain. Mais pour la photo, je vais peut-être m'abstenir…L'autre MUFLE soupçonneux préférant "les jeunes filles"… Pour en revenir au grand livre de dvd toile, bien sur que je le lis, ou le consulte. La diversité des critiques est très intéressante. Ca va de "cet acteur est trop choupinet", à des masturbations encéphaliques qui feraient hurler de rire certains réalisateurs concernés.

Mais certains échanges sont passionnants. Sur le fil de Papa, maman, la bonne et moi , vous avez, pour quelques uns, dérivé sur les traces d'un passé que l'on sentait si vivant en vos coeurs, c'était charmant…C'est un très beau livre, très humain, et peut-être pas comme la société traduit trop souvent et trop mal ce mot. On y trouve de tout et de tous….Et, les mufles mis (définitivement)à part, c'est très bien ainsi…


Répondre

De droudrou, le 17 mai 2007 à 14:59

Quand l'équipe de Perpignan S'en va jouer à Montauban Elle est battue évidemment Par l'équipe de Montauban Mais quand l'équipe de Montauban S'en va jouer à Perpignan Elle est battue c'est évident Par l'équipe de Perpignan

Honneur aux forts C'est la loi du sport Vas-y petit C'est ça l'rugby

Quand l'équipe de Perpignan S'en va jouer à Montauban Ils engrossent évidemment Quelques filles de Montauban Mais quand l'équipe de Montauban S'en va jouer à Perpignan Ben ils engrossent c'est évident Quelques filles de Perpignan

Honneur aux forts C'est la loi du sport Vas-y petit C'est ça l'rugby

Les fils des filles de Perpignan Faits par les joueurs de Montauban Font du rugby quand il sont grands Dans l'équipe de Perpignan Mais les fils des filles de Montauban Faits par ceusses de Perpignan Ben ils font du rugby quand ils sont grands Dans l'équipe de Montauban

Honneur aux forts C'est la loi du sport Allez vas-y mon petit C'est ça l'rugby

Et c'est pour ça que quand Perpignan S'en va jouer à Montauban Et Montauban à Perpignan Et Perpignan et Montauban Ben se demandent si Perpignan Ne joue pas contre Perpignan Et Montauban contre Montauban Et c'est pour ça évidemment Que quand l'équipe de Perpignan S'en va jouer à Montauban Elle est battue évidemment Par l'équipe de Montauban Qui est battue c'est évident Quand elle va jouer à Perpignan Et c'est pour que tout le monde y soit content À Perpignan et puis à Montauban

Honneur aux forts C'est la loi du sport Allez vas-y mon petit Allez c'est ça l'rugby".

Qui s'est permis de dire du mal des frères Jacques ? Moi, j'adore ! Et en visuel, quelle mise en scène ! Et ne pas oublier leur pianiste !


Répondre

De sépia,, le 17 mai 2007 à 15:41
Note du film : 2/6

Oui, cher droudrou…Pierre Philippe, pour leurs débuts à la "rose rouge", pendant plusieurs années, puis remplacé, du jour au lendemain (véritablement!) par le talentueux Hubert Deugex. Magnifiques Frères Jacques, bondissants ou mélancoliques. Ah! "les 400 coups"…."La lune est morte"…."Le moucheur de chandelles"…Que de frissons dans le dos..Bien que n'étant plus une jeune fille (….)je suis encore trop jeune pour les avoir vu sur scéne. Leur tournée d'adieux remonte à l'année 82. Mais je possede une discographie trés importante et ma bibliothèque recèle des petits trésors les concernant. Quelle carrière !! Quand Francois Soubeyran (le plus grand) est mort, pas un mot dans le journal "Sud-Ouest" de ma région. Je pris ma plume pour me facher toute rouge dans le courrier des lecteurs. Des cousins germains, Girondins, de la famille Soubeyran, envoyèrent l'article à la femme de l'artiste, sise en Correze. Et notre correspondance fut des plus magiques…Un pianiste.Un rideau noir.Et allez y…. Faites moi rever…Qui peut encore faire ça, aujourd'hui? Les artistes qui n'ont pas 20 000 spots, 200 000 watts, 150 musiciens et 20 feux d'artifices dans le dos, n'existent pas…


Répondre

De droudrou, le 17 mai 2007 à 16:20

Des voisins m'ont prêté un album 2 DVD des succès des Frères Jacques qui étaient de faux frères ! Il y a un jeu chez eux qui accompagne des chansons qui, à première vue, pourraient apparaître banales quand, de fait, elles sont truffées de jeux de mots ! Et cette façon de mettre le public en complice de leur(s) tour(s) de chant… Et n'oublions pas, non plus, que nous sommes vraiment leurs complices dès l'instant où ils s'engagent !


Répondre

De sépia,, le 17 mai 2007 à 16:39
Note du film : 2/6

Georges et André Bellec, ( pour vous repérer le "jaune" et le "vert") sont véritablement Frères…"Le tango interminable des perçeurs de coffres-forts" = -Nous sommes partis par une nuit plutot nocturne….et voilà l'Aurore qui r'vient avec le Figaro!- C'est pas beau ça ??


Répondre

De vincentp, le 17 mai 2007 à 18:26

C'est moi le mufle ? C'est que je me sens visé ! Pourtant je n'ai rien contre votre présence sur ce site, ma chère Danielle Graff, même si je préférerais discuter avec votre fille Steffi. Vous apportez chaleur et réconfort à de vieux célibataires, comme Droudrou et Impétueux. Car sur dvdtoile, c'est bien connu, Ils étaient neuf célibataires.


Répondre

De Impétueux, le 17 mai 2007 à 18:46
Note du film : 1/6

La dame avec qui je célébrais hier les 28 ans de notre fille, en compagnie de notre fils et avec qui je fêterai dans quinze jours nos trente-trois ans de mariage n'était donc pas ma femme ?

Là, Vincentp, vous m'en bouchez un coin ! Bizarre, bizarre, comme c'est bizarre…


Répondre

De droudrou, le 17 mai 2007 à 23:04

Là, j'avoue que Vincentp fait très fort ! Il y a quelques instants, je me posais même la question de savoir si j'étais bien moi-même ! Je noterai que cela fait bien longtemps que sur DVDToile nous n'avions déliré un bon coup ! Ca nous manquait !


Répondre

De Impétueux, le 22 mai 2007 à 13:25
Note du film : 1/6

Grâce à la générosité considérable, inattendue et délicieuse de Sépia, qui a bien voulu me faire don du DVD de la rose rouge qu'elle ne souhaitait pas conserver, je me trouvais hier soir en possession de ce que je savais ne pas être un trésor de ringardise bon-enfant mais de ce que j'espérais être un bon petit film de samedi soir, propice à éveiller en moi les souvenirs de ma tendre enfance et, de ci, de là, à me permettre de me livrer à une fine observation sur les mœurs surannées des Années Cinquante.

J'ose même ajouter que je rêvais pouvoir trouver à cet opus fossile assez de vertus pour me livrer, avec cette mauvaise fois qui est un de mes charmes, à un chant dithyrambique où j'aurais essayé de convaincre ma bienfaitrice et donatrice qu'elle venait de se séparer d'une des plus belles pépites de sa DVDthèque.

Hélas, j'ai vite dû déchanter et me rallier au point de vue de la plus charmante internaute de DVD Toile ! Ce n'est pas parce qu'on reconnaît ici et là quelques silhouettes encore bien juvéniles (Françoise Arnoul, Jean-Roger Caussimon) ou déjà nettement plus capiteuses (Dora Doll) ou hystériques (Louis de Funès) qu'on a un film amusant et sans prétention ; c'est vraiment d'une médiocrité encore pire que le pitoyable Branquignol vu il y a peu.

Comment nos parents ou grands-parents pouvaient-ils se contenter de ces bêtises ? Sans doute de la même façon que leurs petits-fils vont voir La tour Montparnasse infernale ou Les Clefs de bagnole


Répondre

De David-H, le 4 juillet 2007 à 13:07
Note du film : 1/6

Ironie du sort, je viens à mon tour de découvrir cette Rose Rouge, visiblement fort fanée avec le temps.

Me doutant du contenu de ce film, je l'ai visionné de manière particulièrement concentrée, et pourtant…ce fut un réel enfer!

Même Louis de Funès ne m'a pas fait esquisser le moindre sourire.

Par contre, lire l'arrière de la pochette du DVD est elle plus drôle:

"Lorsqu'une bande de joyeux dingues (Les Frères Jacques) prennent d'assaut la scène du faeux cabaret, ça devient une des comédies musicales les plus délirantes qui soient. Demandez le programme: chansons, gags, humour et tendresse"

Difficile pour moi de comparer ce navet aux nounouilleries actuelles, car contrairement à cette Rose Rouge et ce genre de (mauvais) films populaires des années cinquante, Michaël Youn ou le duo Eric & Ramzy n'attirent plus ou moins que les ados ou pré-ados.

Petite consolation: j'ai pris la peine de me documenter sur ces Frères Jacques, et si je ne m'abuse, trois des quatre membres vivent toujours!


Répondre

De Arca1943, le 4 juillet 2007 à 15:03

Je vais essayer de me pencher un peu sur l'itinéraire singulier du réalisateur de cette bluette, Marcello Pagliero, d'abord co-réalisateur de deux films avec Rossellini (1943-1946), puis à part entière de Roma, città libera (1946, à ne pas confondre avec Roma, citta aperta), puis acteur de premiers rôles dans plusieurs films français Les Jeux sont faits, Dédée d'Anvers, puis de nouveau réalisateur, presque toujours en France.


Répondre

De Impétueux, le 4 juillet 2007 à 16:39
Note du film : 1/6

Je suis très preneur de toute information sur cet effectivement étrange Marcello Pagliero qui, en plus de ce que vous citez, a réalisé une étrange et même fascinante adaptation d'un des grands chefs-d'oeuvre de Gaston Leroux, le premier volume, intitulé Les cages flottantes du cycle du bagnard Chéri-Bibi !


Répondre

De Romuald, le 26 avril 2009 à 23:32

Regardant la soirée de la remise des Molière, j'apprends la mort d' André bellec ! Mais comment me suis-je demerdé pour ne pas l'avoir su ? Après enquête, il serait mort en Octobre 2008. Putain de vie ou on n'a plus le temps de rien sauf quand on est à moitié grabataire !!

Il est vrai que cette La rose rouge est loin , très loin d'être un chef-d'oeuvre, même nanardesque ! J'avais cru, en achetant ce dvd, que ce film était un immense hommage rendu au Talent de ces grands bonhommes. Quelle déception ! Ce film est d'une lourdeur et d'un ennui monstrueux. Mais, comme Droudrou et notre amie regrettée Sépia, je suis un fan inconditionnel de ces quatres gaillards là qui m'ont offert bien des heures de bonheur ! Merci à vous d'en avoir parlé. Ils ne plaisaient pas à tout le monde, c'est vrai. Pour ma part, je les ai vu trois fois sur scène et connais leur discographie sur le bout des doigts. Ils étaient un enchantement….

                                     pour  \Lagardère

Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.033 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter