Forum - Le Grand passage - A la conquête de l'univers !
Accueil
Forum : Le Grand passage

Sujet : A la conquête de l'univers !


De vincentp, le 11 janvier 2007 à 09:43
Note du film : Chef-d'Oeuvre

La nature paisible et édénique du grand nord canadien est un terrain hostile aux colons européens. Ceux-ci y implantent néanmoins leurs luttes politiques du XVIII° siècle. Une furia guerrière envahit alors de façon quasi surnaturelle cet espace naturel.

King Vidor met en évidence la part bestiale de l'être humain, sa soif de conquête de territoire, et la violence qui l'accompagne. Ces éléments, alliés aux bonnes manières des colons éduqués à Harvard, sont montrés comme étant le socle de la civilisation américaine naissante.

Mais Le grand passage constitue plus encore une méditation sur la nature des relations qui unissent l'être humain à l'univers. Les mécanismes naturels régulant celui-ci, que l'on retrouve à l'état brut dans le grand Nord (fleuves impétueux et infranchissables,…), sont en discordance avec les mécanismes physiologiques et psychologiques du colon européen, et placent ce dernier en position d'infériorité. En rébellion contre cet ordre naturel établi, Spencer Tracy s'engage dans une quête mystique qui a pour objectif la conquête de cet univers (la guerre contre les français lui servant de prétexte) et de ses éléments constitutifs : eau, feu, air, terre. Plus puissants que les armes de conquête des belligérants (mousquets, cartographie), ces quatre éléments mettent logiquement à mal les assaillants. Sans parvenir toutefois à les vaincre. Une image très symbolique conclut ainsi le récit : celle de Spencer Tracy se confondant avec le soleil, dont il a acquis le pouvoir de vie.

Une oeuvre magistrale et étonnante, dont une copie neuve souligne les grandes qualités formelles et qui a visiblement influencé un nombre considérable de films américains (les films de Malick) et européens (ex:Aguirre).


Répondre

De vincentp, le 2 septembre 2012 à 11:49
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Une édition dvd de Le grand passage sort le 5 septembre 2012, soit dans trois jours. Guerillas sort également en dvd, ces jours-ci. The Naked and the Dead semble lui être sorti en dvd en Italie, mais rien en France : curieux !

Par rapport à la chronique bien argumentée de Alholg sur ce film de King Vidor, j'ajouterais ceci : certes, le film est construit à partir de certains canons d'écriture cinématographique du début des années 1940 (péripéties abondantes, par exemple). Mais Northwest Passage présente au moins trois intérêts (outre sa belle image en technicolor) :

  • la qualité de mise en scène de King Vidor (cinéaste sous-estimé aujourd'hui), laquelle aboutit certainement à dépasser l'académisme de l'époque (la dernière image par exemple). Une puissance de mise en scène porte ce récit. Il y a ici la vision d'un auteur (ou de plusieurs auteurs), qui a réfléchi au contenu et à la forme de son oeuvre
  • le scénario très élaboré abordant une large thématique
  • cette oeuvre nous permet de remonter aux origines (ou presque) d'un genre fécond du cinéma américain : le récit d'aventures, en couleur, tout en mouvement -à la fois physique et intellectuel-, des aventures réalisées dans un contexte oppressant, opérant un croisement avec d'autres genres comme le western, le film de guerre ou fantastique. Citons comme réussites Guerillas (1950), Les aventures du capitaine Wyatt (1951), Le jardin du diable 1954), Les implacables (1955), Les nus et les morts (1958), Les maraudeurs attaquent (1962), Delivrance (1972), Apocalypse now (1979), Southern comfort (1982), Predator, (1987),Le dernier des mohicans (1992), Apocalypto (2006), etc…


Répondre

De vincentp, le 1er janvier 2015 à 23:17
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Revu ce soir en dvd, huit ans après l'avoir découvert sur grand écran (comme le temps passe…). Je revois mon avis précédent à la hausse. Le grand passage est ultra-réussi dans toutes ses composantes. Les deux heures de l'oeuvre passent à tout vitesse, preuve d'un sujet extrêmement bien traité.

On pense au départ avoir affaire à une oeuvre type des années -40, mais non. Personnages ambigus, propos nuancé et sujet à interprétation, rythme très soutenu, il est clair que l'écriture cinématographique est très moderne. King Vidor, cinéaste de très grand talent, fut clairement en avance sur son époque. Les vingt dernières minutes de ce présent long-métrage sont tout simplement magistrales, avec une direction d'acteur exceptionnelle, et une gestion de l'espace hors-norme. Vidor semble y pulvériser les conventions du cinéma de son époque.

Cela fait du bien de démarrer l'année 2015 de cette manière…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.017 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter