Forum - Neuf garçons, un cœur - Parfaitement nul
Accueil
Forum : Neuf garçons, un cœur

Sujet : Parfaitement nul


De plardin, le 28 décembre 2006 à 17:51

ce film semble très intéressant pour l'histoire du cinéma d'après guerre même si c'est un navet, ce qu'on ne peut pas savoir puisqu'il est invisible pour l'instant. (histoire des films musicaux en France).


Répondre

De ISABELLE1168, le 20 août 2008 à 14:33

Ce film est disponible en VHS chez certains vendeurs en ligne ; ce film est génial, ce n'est pas un navet, c'est un merveilleux cantique avec un peu d'humour. C'est pourquoi je souhaite une réédition en dvd, je pense que c'est l'unique film qui réunit Edith Piaf et les Compagnons de la Chansons ; moi qui ne suis pas de cette génération, je l'apprécie énormément.


Répondre
VOTE
De Impétueux, le 20 août 2008 à 17:48
Note du film : 1/6

Voilà un film qui doit être délicieusement idiot, surtout avec une Edith Piaf qui jouait la comédie d'une façon épouvantable et les visages redoutablement niais des Compagnons de la chanson !

Je vote – sans beaucoup d'espoir – pour une édition DVD (qui possède encore un lecteur VHS ? il est vrai qu'il y a encore des milliers de minitels en service, ai-je appris récemment…)


Répondre

De Impétueux, le 18 juin 2012 à 23:43
Note du film : 1/6

J'aurais mauvaise grâce, après avoir voté pour l'édition en DVD de ce film de l'inconnu Georges Friedland, de protester pour m'être fait avoir et de grogner contre sa nullité. Nos actes nous suivent, dit opportunément L'Ecclésiaste et, somme toute, je n'avais qu'à faire davantage attention à mes emplettes.

Qu'est-ce qui peut pousser un éditeur à sortir de pareils machins, alors que tant de films magnifiques, ou simplement intéressants, dorment dans les tiroirs ? Voilà un bien grand mystère ! Si le nom d'Édith Piaf et le mythe que, complaisamment nostalgiques, les télévisions nous resservent périodiquement a encore quelque poids, qui, à part quelques dinosaures de mon genre, se souvent des Compagnons de la chanson ? Voilà un DVD qui est typiquement de la veine de René Château, et dont la collection Gaumont à la demande, mieux inspirée habituellement, aurait pu se passer.

Neuf garçons, un cœur est un film d'une rare indigence, au scénario insignifiant, aux dialogues inexistants et qui n'a pas même pour se racheter aux amateurs de vieilles choses, l'excuse de montrer la France de 1948, ou, à peine, grâce à quelques images de boîtes de nuit chic, au service empressé. Il n'y a pas même une abondance de numéraux musicaux que l'argument aurait pu permettre d'exhiber (le sort d'une aspirante chanteuse et de ses neuf camarades). Et, à part La vie en rose, qui a acquis une nouvelle jeunesse grâce à l'incongrue surprise faite au nouveau Président de la République par Mme Trierweiler à Tulle le 6 mai dernier, les chansons du film n'ont pas acquis beaucoup de notoriété.

Aussi bien Piaf que les neuf Compagnons de la chanson, collectivement ou individuellement considérés sont d'une parfaite insignifiance cinématographique. Après avoir vu la catastrophique Étoile sans lumière du non moins catastrophique Marcel Blistène, je n'avais plus aucun doute que la première nommée était encore pire actrice que chanteuse. Neuf garçons, un cœur le confirme au delà du raisonnable…

Je suppose que ce genre de film sans queue ni tête, au scénario mince comme les réserves monétaires de la Grèce, n'avait d'intérêt, au lendemain de la guerre, que de montrer au bon public, non encore pourvu de télévision, le visage des vedettes qu'il entendait à la radio. Mais on avait fait beaucoup mieux, avant 39, avec Trénet, les délicieux Pills et Tabet ou, un peu après, avec Irène de Trébert. Et quand, en 49, un an seulement après Neuf garçons, un cœur, l'orchestre de Ray Ventura déferle sur les routes de France avec l'irrésistible Nous irons à Paris, ça a tout de même une autre qualité !


Répondre

De Tamatoa, le 19 juin 2012 à 16:06

De votre très intéréssant message, ne serait ce que parce qu'il évoque des légendes du music-Hall, je retiens deux ou trois petites choses. …que complaisamment nostalgiques, les télévisions nous resservent périodiquement… . Et comme elles ont raison de le faire, Monsieur !! Parce que ce ne sont pas les dits représentants de la culture Française, plus occupés à tripatouiller les gosses, qui au Maroc ou sur vos péniches Parisiennes, qui en Thaïlande, qui feront ce travail indispensable de passeurs ! Outre leurs activités premières et infâmes, ces torturés du caleçon n'ont de cesse que de promouvoir les spectacles contemporains pour tryphasés du bulbe, et les expositions hideuses dans des endroits magnifiques . Le ministère de la culture n'a jamais, jamais, sous aucun régime, fait son travail ! Malraux disait :"-Je m'efforcerai toujours d'empêcher qu'au nom de l'État, l'on tente d'imposer une certaine culture. L'État, sous toutes ses formes, est au service des citoyens !-" De l'eau a coulé sous les ponts depuis ! C'est bien joli une pyramide de 666 vitres mais ce genre de "culture" n'a jamais assouvie que la mégalomanie d'un Président qui se prenait Pour Toutankamon !

Si le ministère de la culture faisait bien son job, Piaf, Trenet, Les compagnons de la chanson, Mouloudji, Barbara, Férré, Brel et j'en passe, devraient être chantés dans les classes primaires ! Et dans le cycle secondaire, devraient être évoquées les magnifiques chanteuses réalistes qui ont fait la gloire des années 20/30 . Au lieu de cautionner des rappeurs insultants qui incitent à la haine, aux meutres, au flinguage à tout và, il serait bon de rappeller à nos enfants qu'il fut un temps oû Herbie Hancock, Benny Goodman, Scott Joplin, Fletcher Henderson, ou Bireli Lagrene faisaient planer les gens avec autre chose que de la drogue. Bien sur, on ne peut pas imposer une culture. De peur qu'un jour, en entendant ce mot, il y en est un qui ait envie de sortir son flingue… Mais il est une mode qui invoque "les décideurs". Je dis que ces messieurs décident bien mal ! Les vrais passeurs ont disparu ! Aujourd'hui, fi de la culture, ils se fourvoient dans le médiocre, autant dire le très rentable.

Autre chose : Vous nous dites : Aussi bien Piaf que les neuf Compagnons de la chanson, collectivement ou individuellement considérés sont d'une parfaite insignifiance cinématographique.. C'est vrai. Je me souviens de ce film présenté par M.Brion un dimanche soir. Mais avez vous vu Banlieue 13 Ultimatum récemment passé à la télé ? Si non, voyez le . Vous allez voir comme c'est beau, génial, merveilleux Neuf garçons, un cœur

Enfin, pour ce qui est des magnétoscopes, je vous signale qu'il s'en vend encore et que tout dernièrement, j'ai vu en magasin un combiné DVD-Magnétoscope, bien utile pour pouvoir transformer nos VHS en DVD ! Et heureusement que le commerce des magnétoscopes existe toujours: Comment ferions nous pour regarder encore La belle équipe, La fin du jour, Douce, l'Affaire du courrier de Lyon et tant d'autres ?


Répondre

De Impétueux, le 19 juin 2012 à 18:19
Note du film : 1/6

Vous prenez la mouche pour peu de choses, Tamatoa…. enfin… pour peu de différences qui nous séparent… Si je ne peux pas piffer Édith Piaf, ça ne signifie pas, bien loin de là, que je méprise le répertoire d'avant les années Yé-yé ! J'ai de l'admiration, du goût, de la tendresse pour Fréhel (ah, dans Pépé le Moko !), Damia, Marie Dubas, Joséphine Baker (qui, à elle seule, justifie qu'on voit Zouzou de Marc Allégret)… Je n'aime pas du tout Léo Ferré et guère Jacques Brel, mais j'aime autant Trénet que Brassens et ainsi de suite… D'ailleurs, la fin de mon message le démontrait clairement.

Pour le reste, qui sort clairement du cadre d'un avis sur un film, on peut en discuter… mais sur un autre vecteur que DVD Toile !

Magnétoscope, dites-vous ? Ma foi, si vous voulez… J'ai, pour ma part, transféré il y a plusieurs années, mes enregistrements VHS de Douce, de La belle équipe, de Ciné-Follies et d'une demi-douzaine de trésors (Mes chers amis, par exemple) sur DVD, avant de bazarder mon magnétoscope, encombrant et bruyant. Mais ça ne m'empêche pas de clamer haut et fort qu'il faut que les grands titres du passé soient édités sous forme numérique, que leur image et leur son soient restaurés, qu'ils bénéficient d'un chapitrage et, le plus possible, de nombreux suppléments. La VHS est un pis-aller… (Cela dit, il y a de nombreuses sociétés qui pratiquent le transfert…)


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0057 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter