Forum - Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain - Miracle à Montmartre
Accueil
Forum : Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain

Sujet : Miracle à Montmartre


De Gsli_, le 12 décembre 2006 à 18:00

J trouve le film n'est pas super.il est ennuyeux. L´histoire est simple. l´histoire déprimé qn.


Répondre

De starlight, le 12 décembre 2006 à 18:43
Note du film : 5/6

J'ai du mal à comprendre!!… Même en prenant ce film par "tous les bouts" je n'arrive pas à y trouver de la tristesse… C'est au contraire un hymne à la vie !… Cette Cendrillon des temps modernes rêve de bonheur… et ce qui est encore plus beau c'est de la voir réaliser celui des autres ; le sien passant en arrière-plan… C'est frais, c'est beau, c'est gentiment joué …


Répondre

De droudrou, le 12 décembre 2006 à 18:56

Tout à fait d'accord : il ne vole pas très haut mais il est jubilatoire du début jusque la fin.

Je vais faire une comparaison qui va me valoir les foudres des autres membres du forum, mais tant pis, on se bat parfois pour bien moins que cela…

Je crois que ce rôle d' Le fabuleux destin d'Amélie Poulain colle désormais à la peau d' Audrey Tautou tout comme certains rôles pouvaient tenir à la peau de Jean Gabin ou d'autres et les imaginer dans un tout autre rôle ne passe pas. C'est ce qui explique pourquoi, quand j'évoque "Le code da Vinci", je dis qu'Amélie Poulain est la descendante de Jésus et Marie-Madeleine… Idem d'ailleurs pour son prochain film à sortir très prochainement…


Répondre

De PM Jarriq, le 12 décembre 2006 à 20:54

A dire vrai, ce n'est pas vraiment un compliment. La gentillette Audrey jouant sur une série limitée de mimiques et de tics déjà bien rodés, et toujours identiques.


Répondre

De Impétueux, le 13 décembre 2006 à 08:01
Note du film : 5/6

Tout à fait de votre avis, PMJarriq ; je ne risquerais pas un kopeck sur la mignonne; je ne crois pas que Jeunet ait eu une très bonne idée de la réutiliser pour Un long dimanche de fiançailles, d'ailleurs…


Répondre

De PM Jarriq, le 13 décembre 2006 à 09:56

C'est vrai. Déjà, dans le roman l'héroïne était en fauteuil roulant, et on imaginait plutôt une sorte de Helena Bonham Carter. Le choix de Tautou a affadi le film tout entier.


Répondre

De vincentp, le 13 décembre 2006 à 10:04
Note du film : 6/6

Soyez prudent, Impétueux. Son père est dentiste.


Répondre

De Impétueux, le 13 décembre 2006 à 10:16
Note du film : 5/6

Je ne crains de dentiste que Laurence Olivier depuis Marathon man !


Répondre

De David-H, le 13 décembre 2006 à 13:18

Vous allez me dire qu'il faut de tout pour faire un monde, mais je trouve personnellement qu'Audrey Tautou participie à la charge émotionnelle qui perdure presque durant tout le film.

Feu mes parents!


Répondre

De Frydman Charles, le 6 novembre 2008 à 18:35

Le titre pourrait prêter à confusion… "Le fabuleux destin d'Amélie-les-bains"…Bon,, c'est pas très drôle… A noter beaucoup de confusions entre la gare de l'est et la gare du nord dans le film… N'importe comment Amélie-les-bains c'est dans le sud…Alors, ne vous trompez pas de gare !!!


Répondre

De Arca1943, le 20 décembre 2008 à 22:44
Note du film : 6/6

« Même en prenant ce film par "tous les bouts" je n'arrive pas à y trouver de la tristesse… »

Voilà bien un des tours de force de ce film étonnant et original, car en réalité son sujet est profondément cafardeux : la timide parisienne Amélie Poulain vit dans une solitude absolue et est affligée d'une difficulté presque maladive à entrer en contact avec ses semblables. Ce point de départ se développe dans un traitement festif et humoristique, parsemé de trouvailles visuelles et scénaristiques : c'est une comédie, avec son tempo spécial qui fait sûrement trop "bulle de savon" aux yeux de certains esprits sérieux. Mais regardez le film une seconde fois, comme je viens de le faire, et vous verrez que son point de départ, la solitude extrême, est en fait d'une tristesse à fendre les pierres. Tout est dans le traitement ! Avec une prémisse pas si éloignée, on pourrait aboutir à La Dentellière


Répondre

De Arca1943, le 1er novembre 2012 à 14:50
Note du film : 6/6

Je viens de revoir ce film merveilleux et par bravade contre les crétins du sérail – Télérama, Cahiers, Inrock et co – je monte ma note à 6 ! Et après, je vais faire exprès de regarder Le Grand bleu, tiens !


Répondre

De Impétueux, le 7 août 2014 à 14:45
Note du film : 5/6

J'ai l'impression qu'il est de bon ton aujourd’hui, une douzaine d'années après la sortie du film, de chipoter sur Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, d'afficher un certain mépris pour le succès qu'il a rencontré et de se gausser sur les bouffées de bonheurs minuscules et délicieux suscitées chez ses millions de spectateurs. Il est vrai qu'à l'époque un critique crapoteux des Inrockuptibes (pléonasme, non ?) avait dénoncé une complaisance du film de Jeunet en faveur de la Lepenisation des esprits, parce que les vues de Montmartre n'étaient pas assez ethniquement métissées et ne montraient pas suffisamment les minorités visibles de la Capitale. À ce degré de connerie, on a un peu honte que ce journal de la bien-pensance soit encore édité.

Le fabuleux destin d'Amélie Poulain est-il trop gentil, trop sophistiqué, trop hétéroclite, trop daté, trop bienveillant  ? Il me semble au contraire qu'il n'a pas pris une ride et qu'il confère toujours cette jubilation, ce sentiment de joie intérieure de quoi on est évidemment pas dupe, mais qui classent le film aux premiers rangs des œuvres qui permettent de ne pas avoir un regard trop cynique et désabusé sur la pauvre Humanité.

Ce n'est pas, Arca l'a dit plus haut, que les situations soient comiques et l'état des personnages bien épanoui. Il n'y a, à la base, que solitudes et isolements : Amélie (Audrey Tautou), bien sûr, mais aussi Nino (Mathieu Kassovitz); qui, selon sa camarade du sex-shop, ne peut garder aucune femme ; et le père d'Amélie (Rufus), confiné dans son jardin d'Enghien avec son nain ; et Madeleine Wallace (Yolande Moreau), la concierge jadis abandonnée par son mari, et Bredoteau (Maurice Bénichou), qui, depuis des années, ne voit plus sa fille et qui aura envie de briser ce silence parce qu'Amélie, lui redonnant sa boîte à trésors, lui ouvre à nouveau le goût de la vie, et les femmes du bistrot, Suzanne (Claire Maurier), la cavalière de Médrano qui a eu des malheurs, Georgette l'hypocondriaque (Isabelle Nanty) qui se soucie tant d'elle-même parce que personne ne s'en est jamais soucié, et Gina (Clotilde Mollet), qui multiplie les aventures faute d'oser s'engager sur un seul chemin… Et Dufayel, le peintre aux os de verre (Serge Merlin), et l'écrivain impubliable Hipolito (Artus de Penguern), et même l'affreux Collignon (Urbain Cancelier)… Paysage dévasté, n'est-ce pas ?

Et la plus jolie idée d'un film qui n'en manque pas et de faire d'Amélie le catalyseur des réveils et des rencontres, l'organisatrice discrète, la donneuse de coups de pouce qui vont éclairer, pour un petit instant au moins, la vie quotidienne de ceux qu'elle côtoie. Il n'est pas dit que son père reviendra apaisé de son voyage, que Bredoteau renouera avec sa fille, que l'histoire entre Georgette et Joseph (Dominique Pinon) ne battra pas très vite de l'aile ; et naturellement le mari de Madeleine Wallace n'écrira pas d'autre lettre et l'aveugle, à qui Amélie décrit la rue dans une scène éblouissante ne retrouvera pas la vue… N'empêche que c'est drôlement beau, cet exercice pratique de charité ; j’ajouterai que c'est profondément chrétien : ne pas avoir la prétention de changer le monde, mais tout faire pour donner la joie autour de soi.

Servi par la superbe musique de Yann Tiersen, le film démarre en feu d'artifice, éclatant d'inventions, nourri d'anecdotes réelles (j'ai personnellement été témoin de l'accident à Notre-Dame de Paris où un suicidé se jetant du haut des tours s'est écrasé sur un paisible touriste malchanceux : c'est ainsi que meurt la mère d'Amélie) ; il y a des tas de trucs délicieux (les J'aime/Je n'aime pas) ou hilarants (le poisson rouge suicidaire), des instants mornes et tendres de l'enfance de la petite fille qui font songer à Modiano

Qu'est ce qui me retient d'aller plus haut dans la note que je mets ? Un peu d'agacement devant l'habituelle manie de Jeunet de tourner ses films dans le verdâtre, le bistre, sans doute pour les vieillir artificiellement ; la présence de Lucien (Jamel Debbouze), à la fois inutile et invraisemblable (un livreur manchot !) ; la baisse de rythme qui survient au bout d'une heure et demie – c'est normal, parce qu'on ne peut pas tenir plus longtemps le rythme endiablé du début, mais c'est dommage – ; et, de la même façon, la mièvrerie de la romance sentimentale finale, trop étirée pour être honnête…

Cela étant, si Audrey Tautou, au jeu structurellement assez limité, me semble avoir atteint là son acmé, et sous réserve de ce que j'ai dit plus haut de Debbouze, dont je ne supporte pas la mine chafouine et d'un Kassovitz bien pâlot, tous les autres acteurs sont magnifiques, y compris ceux qui font des piges de quelques instants (Frankie Pain, la marchande de journaux curieuse, Michel Robin, le père de Collignon retiré dans sa maison de banlieue, Ticky Holgado, l'image animée sur la table de nuit d'Amélie, Claude Perron, la copine de Nino et sa collègue du sex-shop).

Je ne suis pas sûr que Jean-Pierre Jeunet puisse jamais retrouver la grâce d'Amélie ; trop friqués et trop compliqués, ses films suivants (Un long dimanche de fiançailles, Micmacs à tire-larigot et L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet) marquant un graduel essoufflement. C'est bien dommage.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.029 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter