Forum - Gandhi - Avis
Accueil
Forum : Gandhi

Sujet : Avis


De droudrou, le 9 décembre 2006 à 09:54

Je n'évoquerai pas le film de Richard Attenborough. Je l'avais vu au cinéma dans de mauvaises conditions. "Young mister Churchill" n'étant pas un encouragement à vouloir me diversifier sur la filmographie de ce metteur en scène que je préfère nettement en qualité d'acteur.

Par contre, ce que je trouverais intéressant c'est qu'une édition DVD soit faite du film réalisé par Mark Robson et consacré à l'assassin de Gandhi A 9 heures de Rama interprêté par Horst Buchholz film assez intéressant dans la mesure où il vient en complément de Gandhi.

On suit le déroulement de ces heures qui ont précédé l'assassinat. Il y a une ouverture pour comprendre cette fraction de la nation Indienne qui ne partageait pas les idées du mahatma. C'est un film dont le caractère "politico-socio-économique" n'avait pas suscité l'engouement des foules. Peut-être que mon ami Impétueux s'en souvient. Jipi, je ne pense pas puisque ce n'est pas dans sa ligne réflective.

Amitiés à tous.


Répondre

De PM Jarriq, le 9 décembre 2006 à 10:38
Note du film : 3/6

Attenborough est en effet un réalisateur médiocre, qui a toujours bénéficié de gros moyens, pour des projets ambitieux, quoiqu'un peu "officiels". Son Gandhi est scolaire et mou, et même Magic que je tenais en haute estime, n'a pas passé l'épreuve du temps. Du coup, j'ai peur de revoir Les ombres du coeur, un mélo que j'avais plutôt aimé à sa sortie…


Répondre

De paul_mtl, le 9 décembre 2006 à 11:41
Note du film : 6/6

Je crois que les foules, surtout occidentales, devraient voir davantage des films comme celui-ci. Faire un film sur Gandhi qui prone la non violence et la resistance passive est assez inhabituel. Ce film m'avait tres impressioné quand je l'avais vu la premiere fois à la télévision. Je l'ai revu recement sur grand ecran pour le montrer à ma conjointe.

Pour un film grand public, le réalisateur a trouvé un bon compromis entre action et philosophie de Gandhi, entre grand spectacle et reflexion. Ca m'avait donné de l'interet pour en savoir plus sur le personnage et dans cet optique là c'est excelent. Est ce qu'on doit noter un film uniquement de ce qu'il montre ou aussi ce qu'il inspire, ce qu'il participe à notre reflexion ? Suivant votre réponse vous noterez differement ce film.

Maintenant il faudrait trouver ou faire un film qui développe davantage les idées/ la philosophie de Gandhi. Les americains, les anglais, les irakiens, les libannais, les israeliens, les afghans, les iraniens, les ……………… ……………… en ont besoin avec la guerre en Irak, en Afghanistan, en Palestine, au Liban, …..

Et aussi un film sur un grand diplomate et communicateur. N'hesitez pas à nous en parler si vous le trouvez. Merci d'avance.


Répondre

De droudrou, le 9 décembre 2006 à 17:59

Oui Paul MTL "les foules, surtout occidentales, devraient voir davantage des films comme celui-ci. Faire un film sur Gandhi qui prone la non violence et la resistance passive est assez inhabituel." ………. "Et aussi un film sur un grand diplomate et communicateur. N'hesitez pas à nous en parler si vous le trouvez. Merci d'avance.".

Le grand problème d'un film de ce genre c'est qu'il serait "non public". A l'époque où Attenborough a réalisé son film, c'était limite. Il y avait eu un certain battage. Le public était encore sensible à un film qui avait obtenu une collection d'Oscars. Aujourd'hui, je serais tenté de dire qu'il n'en a rien à foutre en te priant d'excuser ma grossièreté même si le sens de ce que tu attends est tout à fait légitime.

Si tu penses un tel film en canal "Arts et Essais", tu sais d'avance qu'il y aura une limite dans le nombre de spectateurs responsables, consciencieux et réfléchis qui iront le voir. Et dire qu'un metteur en scène capable de réaliser un semblable spectacle qui puisse conduire à une réflexion profonde, je ne pense pas, d'abord qu'on trouve un réalisateur aussi peu inspiré qu'Attenborough, et ensuite qu'on ait en face de nous quelqu'un apte à suivre tout à la fois les critères d'un spectacle et d'un cadre réflectif. Il faut pouvoir captiver le public et qu'à sa sortie de salle il ne soit pas écrasé par ce qu'il a vu…

Je crois que d'abord pour tenir l'objectif que tu désignes, et tu le désignes très bien, il y a une réflexion profonde nécessaire en termes de marketing et ensuite une inspiration réelle en termes de schémas d'écriture du scénario (or l'on sait qu'il y a aujourd'hui un problème sur ce sujet : les gars sont mal payés dans le cadre du cinéma et trouvent des ponts d'or en réalisant eux-mêmes leurs films). Les nuances devront être assez subtiles et c'est le public qui devra tirer lui-même sa ou ses conclusions.

Maintenant, et là je vais abonder dans le sens de certains : il me paraît difficile dans l'optique du cinéma d'aujourd'hui et du cinéma de demain où l'on voit émerger du box-office des films comme Kill Bill – Pirates des Caraïbes – Catwoman – Moulin Rouge – et d'autres du même cru revoir un public qui goûtait aux films à thèse. Qu'on ait vu des talents émerger, je citerai Almodovar entre autre et d'autres, on s'aperçoit vite fait la redite dans le succès de leurs premières réalisations. Les gars se répêtent et c'est bien dommage.

Par ailleurs, le climat délétère que nous connaissons au niveau de l'actualité n'incite guère et des metteurs en scène comme Ridley Scott sont plus coulés dans un genre qu'ils pratiquent avec art, que changer de registre les placerait hors-jeu par rapport à leur public. Quant à évoquer des gourous style Spielberg on sait vite quels gros sabots il peut chausser. On entre alors dans une psychologie ou une réflexion grand public de bas étage. Les résultats sont à l'image du message proposé…


Répondre

De paul_mtl, le 9 décembre 2006 à 19:07
Note du film : 6/6

Droudrou, Plus tu parles et plus tu as de probabilité de te répeter. Ce qui donne pour un cinéaste plus il tourne plus il a des occasions de se repeter. Woody Allen en est l'illustre exemple avec au moins un film par an depuis 50 ans et avec des scenario souvent de lui.

Le nombre de films qui sort par an augmente continuellement. IMDb recense pour 1970, 3800 films cinema et 7400 en 2005 (sans les film-TV et serie). Effectivement il y a un cinema dominant US qui s'oriente vers le grand spectacle et les émotions fortes avec un discours souvent simpliste, mensonger et violent. L'offre entraine la demande et réciproquement. Dans ces conditions, le tri est doublement essentiel. 1 pour sa satisfaction personnelle immediate et 2 pour notre choix commun qui peut orienter à +/- moyen terme la production nationale voir dans une moindre mesure internationale.

Aussi les critiques professionnels ne remplissent pas tjs bien ce rôle de découvreur de nouveau talent et parlent plutot des blockbusters, même en mal. Mieux vaudrait parler en mal des petites productions interessantes que de pas en parler du tout. Voila pour le marketing.

Dans ce film populaire nous avons avec le réalisateur anglais un scenariste americain qui ne semble pas avoir écrit que du bon mais c'est basé sur la biographie de Gandhi. J'en connais pas d'autre.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0037 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter