Forum - Playtime - La honte du DVD de Playtime
Accueil
Forum : Playtime

Sujet : La honte du DVD de Playtime


De sartorius, le 17 juillet 2003 à 16:23
Note du film : 6/6

Quelle joie immense de trouver bientôt un coffret spécialement consacré à cette curiosité du cinéma qu'est "Playtime". Ce film fut à la fois un monument et un fiasco financier qui ruina Tati.

Un projet ambitieux et démeusuré auquel personne ne croyait sauf son auteur.

Je pense que c'est le plus beau, le plus abouti et le meilleur film de Tati et je dis cela sans aucune arrière-pensée. Quand je revois ses films, je me dis que franchement, c'était vraiment quelqu'un de très à part dans l'histoire du cinéma français. Tati était un véritable artiste et si ses films ne parviennent pas à vieillir, c'est qu'ils sont d'une prodigieuse modernité, d'une très grande fraicheur. Tati était vraiment un créateur, un peintre, un architecte.

Et que dire de "Playtime" si ce n'est "Mon oncle" mais poussé à son paroxysme avec un scénario quasiment inexistant, un Monsieur Hulot perdu dans des plans d'ensemble où déambule toute une faune de touristes étrangers et d'hommes d'affaires pressés dans un décor fait d'immeubles de verre et de béton, de drugstores et de néons. La bande son est toujours aussi prodigieuse avec très peu de dialogues et ces bruitages un peu burlesques comme ceux des fameux fauteuils modernes qui s'écrasent lorsque l'on s'asseoit (gag qui sera repris par Truffaut dans "Domicile Conjugal").

Il y aurait tant à dire d'un tel film si dense et si riche. Ma séquence préférée est celle où après la nuit tombée Hulot rencontre un vieux copain (je crois un copain d'armée, corrigez-moi si je me trompe) qui l'invite un instant à prendre un verre chez lui. Toute la scène est muette et très longue (on entend juste les bruits extérieurs de la ville, bruits de pas des passants, bruits de voitures) et la caméra reste tout le temps à l'extérieur puisque les fenêtres panoramiques partant du sol au plafond de cet étrange appartement presque vide d'objets nous permettent indiscrètement de tout voir ainsi que la vie des voisins et tout cela sert de prétexte à un superbe gag visuel digne des meilleurs films sans paroles comme s'il n'existait aucun mur mitoyen entre l'appartement de cet ami et celui des voisins.

Comme dans "Mon Oncle", on retrouve aussi cette division de deux mondes. D'un côté, la France profonde, nostalgique, vivante, gaie, joyeuse, colorée et animée avec ses petits marchés, ses petits cafés, ses vieux bâtiments, toute cette faune de petites gens avec ces petits métiers… et de l'autre, séparé par un petit muret en ruine (je fais référence à "Mon oncle"), il y a le monde international, le monde des affaires où l'on ne parle que l'anglais, glacial, impersonnel, triste, monotone, ennuyeux, stérile, aseptisé, artificiel, robotisé, sans couleurs, vide, où tout est trop bien rangé, ou tout se ressemble.

Vivement fin septembre !

"Playtime" fait vraiment parti de mes films cultes.


Répondre

De Gaulhenrix, le 17 juillet 2003 à 18:16
Note du film : 6/6

Je suis heureux de lire ces lignes enthousiastes et si justes (notamment sur les deux "France"… combien en recenserait-on aujourd'hui ?).

Pour ce qui est du gag du "fauteuil qui s'écrase", je ne sais qui l'a utilisé en premier, mais Jerry Lewis (cf. avis sur "Dr Jerry et Mr Love") construit dans ce film un scène vraiment désopilante avec cette même idée.

Encore merci pour ton analyse !


Répondre

De Jodel Saint-Marc, le 2 octobre 2003 à 11:45

Outre la présence du film restauré (reconstitution documentée, image impeccable, couleurs fidèles, son remasterisé en haute définition), l'intérêt d'un DVD sont les bonus, l'habillage, la faculté qu'a ce nouveau support de pérenniser l'imagerie d'un cinéaste et de la transposer à ce qui entoure le film lui-même. Or là est le gros défaut, la déception, l'insulte même du DVD faite à l'œuvre, et au delà de ça, à son auteur défunt. Jérôme Deschamps, metteur en scène, neveu de Jacques Tati, a écrit plusieurs pièces de théâtre et des sketchs télévisés sur une famille imaginaire et comique, "les Deschiens" (Les frères Zénith, C'est Magnifique, Les Pieds dans l'eau). Comme persuadé de l'hérédité du génie de son oncle, Jérôme Deschamps se permet ici d'imposer son humour et d'adapter ses thématiques et en les mêlant à toute la structure du DVD, de manière à faire un amalgame dangereux entre l'univers de Jacques Tati (fin, stylisé, discursif, voire engagé) et le sien, finalement assez grossier et douteux. Malheureusement ce DVD n'est pas celui de Jacques Tati, c'est celui de Jérôme Deschamps. Dès la pochette du coffret, on comprend qu'on achète non pas un film mais la vision d'un film, son commentaire, par un neveu frustré et avouons-le sans imagination. On s'est ainsi permis d'oublier l'affiche originale du film choisie par Tati (construction plastique et multicolore discourant sur la modernité dénoncée par film aussi bien que sur la conception hasardeuse du long-métrage) pour la remplacer par un recadrage d'une photo de tournage sans intérêt, sur laquelle les graphistes ont apposé une immonde flèche jaune montrant le héros Monsieur Hulot.

Il y aurait tant à dire sur les bonus de ce DVD (rassemblés sur un second disque), ramassis de courts-métrages à la vacuité avouée, à la médiocrité insultante pour un auteur aussi riche. Qu'a t-on à faire de revoir des passages du film (honteusement recadrés) montrant des enseignes lumineuses et des chaussures ? Quel intérêt à montrer durant de longues minutes des enfants peignant le décor d'un plan qu'on leur a montré ? La solution se trouve dans les (nombreux) génériques auto-satifaisants : à chaque fois le nom de Jérôme Deschamps est mentionné, parfois en double, quand ce n'est pas celui des membres de sa famille (la femme, la fille, et on imagine les cousins, les neveux et les copains de beuverie). Comme si la "maison Deschamps" s'était rassemblée pour fabriquer en secret ce DVD et s'en servir pour déterrer le corps de Jacques Tati, afin de le ridiculiser dans toutes les Fnac et Virgin Megastore de France. Et qu'on ne nous fasse pas croire à un hommage : les sketchs de la nouvelle troupe Deschiens, à grand coups d'habillages graphiques et de saynètes bêtifiantes, ne portent le nom que d'un seul metteur en scène : le leur.

Les menus quant à eux sont à l'image de ce Deschamps sans scrupule : une jeune femme en regard-caméra, Louise Deschamps (tiens ?!), au sourire forcé présente de manière outrancièrement joyeuse les différentes parties qui composent les bonus avant de les traduire dans un anglais approximatif. Qu'aurait fait Tati s'il avait connu la technologie DVD ? Difficile de le savoir mais aurait-il accepté, lui que ses techniciens surnommaient "Tatillon", lui qui voulait avoir l'oeil à tout, lui qui ne prononçait quasiment jamais un mot dans ses films, lui qui offrait un humour si sobre et si digne, aurait-il toléré qu'on dénature son film en le faisant précéder de gesticulations pathétiques et hors propos ? Tout cela ne serait pas si grave si ça ne nuisait pas au film, si sa sobriété stylisée n'était pas entachée par l'outrance d'une autre écriture.

Pourtant on aurait pu faire tellement pour Playtime. En imaginant Sophie Tatisheff (fille de Tati, monteuse et ayant droit) vivante, on devine qu'elle aurait forcément imposé (comme elle l'a tant fait) le respect de l'oeuvre originale, le respect du vocabulaire de son père, des composantes de son univers. François Ede, universitaire reconnu travaillant depuis des années sur Jacques Tati et auteur d'un ouvrage de référence sur le film avec Stéphane Goudet, méritait mieux que d'être cité à deux reprises de manière anecdotique. On aurait voulu avoir son commentaire audio (cruellement absent). On attendait aussi les deux documentaires qu'il avait réalisé pour arte l'année dernière, films à base d'images d'archives rarissimes qui mettait en perspective le travail d'auteur colossal qu'à demandé Playtime tout en l'analysant. A la place de ça on a quelques bribes d'explications, deux anecdotes de tournage de la script de l'époque, et des interviews truquées qui se voudraient comiques (on confond Tati le cinéaste à Tati la grande surface), d'acteurs qu'on imagine appartenant à la troupe de Deschamps. Il faut préciser que c'est ce Jérôme Deschamps et sa famille, avec leur société "Les Films de Mon Oncle", qui ont le droit de regard sur toutes les rééditions des films de Jacques Tati, et règnent en parrain sur la pérennité de l'œuvre du cinéaste. Ca promet pour Mon Oncle et Jour de Fête à paraître…

Non Jérôme Deschamps, vous n'avez pas le génie de Jacques Tati, et surtout vous n'avez ni le même univers, ni le même humour. Nous imposer les votre dans ces conditions, c'est les imposer au cinéaste que nous respectons tant, vous et nous. Ce DVD est indigne, qu'une autocélébration de votre talent dont on commence à douter. Retirez-le du commerce, retirez-vous du cercueil de Jacques Tati duquel vous ne prendrez jamais la place, rééditez un vrai DVD, instructif et sobre, et tout le monde y gagnera : le public, vous-même, et surtout le film.


Répondre

De gaulhenrix, le 2 octobre 2003 à 12:35
Note du film : 6/6

Un avis très précieux auquel on ne peut que souscrire : on doit toujours, en effet, s'effacer derrière les grands auteurs et les grands films, et les servir. Et non se servir. Cette "appropriation" est consternante. Malheureusement, on a vu d'autres exemples de ces gens venus de la TV qui investissent le cinéma pour y imposer leurs misérables recettes bien éloignées de toute ambition artistique.


Répondre

De sartorius, le 2 octobre 2003 à 19:06
Note du film : 6/6

"Malheureusement ce DVD n'est pas celui de Jacques Tati, c'est celui de Jérôme Deschamps" ! C'est bien ce qui me faisait peur aussi avant d'acheter le DVD !! Je suis entièrement d'accord avec toi Jodel et bravo pour cette critique que l'on devrait encadrer car je crois que nous avons tous ressenti la même chose. Excepté le bonheur de revoir le film dans les meilleurs conditions, tout ce qu'il y a autour est en effet une véritable infamie. La jeune femme du menu absolument grotesque et ridicule, anti-Tati, puis un DVD n°2 extrêmement et honteusement pauvre en bonus, emplis de documents misérables, ennuyeux et parfaitement inintéressants alors qu'au contraire oui, on s'attendait plutôt à des raretés ou des analyses fines et instructives et du point de vue de la forme plus d'humilité, de finesse et de sobriété.


Répondre

De Majordome, le 3 octobre 2003 à 13:47

Votre déception peut se comprendre, toutefois votre diatribe contre ce DVD est tout simplement consternante. Vous vous érigez en gardien du temple et nous imposez, en échange, votre vision de Tati que vous voudriez voir transcrire dans ce dvd. çà ne vaut donc guère mieux que le travail que vous critiquez dans ce cas…

Certes, il y a des choses à dire sur ce DVD, mais la démesure de vos propos discrédite (à mes yeux, en tout cas) l'ensemble de votre article.

Concernant la jaquette par exemple, je reprends des propos lus sur un forum (dvdclassik.com) car je ne saurais mieux exprimer mon accord:

"Toutefois, en grand spécialiste des affiches originales, je ne souscrit pourtant pas à l'avis de DVdtoile. Je trouve le visuel très intéressant et respectant l'oeuvre. Les pochettes de DVD ne reprennent pas forcément les affiches originales et ce n'est pas grave.

Il y a de nombreux spectateurs qui ne savent pas ce qu'est Platime et l'affiche ne les aiderait pas. Cette jaquette, qui reprend une image fidèle à l'univers du film peut intriguer, remémorer des choses (séquence, bande-annonce, couverture du livre de François Ede) et inciter à l'achat tout en étant dans la lignée du film (démesure du décor, Hulot en silhouette, perspectives et fuyantes oppressantes, choix de la direction labyrintique, présence du titre avec sa typo originale et la flèche, héritage de celle du Royal Garden, mais aussi de celles dans Mon Oncle au sol, indique une société où tout est désigné expliqué, guidé, et dans ce film sous-tend le concept rigide de la ligne droite (contre la courbe, plus humaine). Donc pour moi la jaquette est très réussie, et placer une nouvelle fois l'affiche, que tout le monde connaît n'aurait rien apporté de plus. (propos du pseudo 'Sergius Karamzin')"

Comme quoi, on peut avoir un point de vue argumenté pour soutenir l'esthétique de ce coffret qui est (à mon humble avis) loin d'être la chose la plus ratée de cette édition.

Il aurait d'ailleurs été honnête de votre part, de signaler que l'affiche originale est reproduite sur un tiré-à-part inséré dans le boitier.

Il me semble enfin, que ce qui est le plus important dans une édition DVD, c'est le respect du film. Et il me semble difficile de critiquer le travail et le master. Les bonus, ma foi, apportent éventuellement une lecture ou un éclairage de l'oeuvre quand ils sont bien conçus…

Personnellement, j'ai trouvé que la vision de ces enfants sur l'univers de Tati ne m'était pas insensible, bien au contraire… J'ai apprécié ce regard différent sur Tati (j'ai été en revanche beaucoup plus dubitatif,tout comme vous, de ce gag assez éléphantesque sur la confusion avec Tati-Barbes ou bien de ce montage clipé sur la mode et les objets…)

Le reste n'est qu'affaire de goût et vos propos frisent parfois le dénigrement (libre à vous de trouver La Cie Deschamps médiocre) ce qui n'est pas à votre honneur (pour un site par ailleurs très intéressant et exigeant). Un peu d'objectivité ne nuirait pas.

J'ai connu des éditions bien bien pire en matière de dvd et celle-ci ne s'en sort pas aussi mal que vous voulez bien le faire croire.


Répondre

De Jodel Saint-Marc, le 4 octobre 2003 à 02:04

il est vrai que l'affiche originale du film figure sur une feuille de papier volant qui ne se rattache à rien, il est vrai que Jérôme Deschamps a un talent certain lorsqu'il ne se réfère qu'à lui-même, il est vrai que le film est reproduit avec qualité et fidélité (c'est la moindre des choses), il est vrai que la flèche de la nouvelle affiche se réfère à Mon Oncle (un autre film si différent) et que les enfants qui dessinent se rapportent à Parade (encore un autre film très différent), mais il est vrai aussi qu'on ne peut pas rester insensible devant un tel gâchis.

Même si tu argumentes bien, je ne peux que trouver cette édition indéfendable. Rien que pour la nouvelle affiche, quand bien même elle a un sens et une esthétique, ce n'est qu'une revisite des choix de l'auteur (Tati avait dessiné l'affiche lui-même). Je pense qu'on ne doit pas toucher à posteriori une affiche, pas plus qu' un montage ou un mixage. C'est un des choix du réalisateur, l'affiche fait partie de l'oeuvre, c'est l'image qu'à voulu donner le réalisateur à son film.

Je ne pense pas avoir de très grands principes au cinéma mais lorsqu'on prétend faire une chose aussi grave qu'une réédition d'un tel chef-d'oeuvre, on doit avoir une éthique. Or, j'ai rarement acheté de DVD portant autant atteinte au film qu'il est censé illustrer.

Jodel.


Répondre

De urspoller, le 10 octobre 2007 à 22:40
Note du film : 6/6

Là, mon cher Frétyl, vous tendez le bâton pour vous faire battre! Heureusement que je dors à moitié devant l'écran, sinon je vous aurai gentiment admonesté…


Répondre

De play, le 15 mars 2013 à 21:12

sos s'il vous plait j'ai besoin de playtime de jacques tati mais je ne le trouve pas en magasin pourriez vous m'aider? me vendre un dvd de ce film ou me dire ou le trouver svp merci bien


Répondre

De Tamatoa, le 15 mars 2013 à 21:29
Note du film : 5/6

Sur le site Amazon.fr, Playtime est décliné en solo, en coffret et autres formats, neufs ou occasions :


Répondre

De spontex, le 15 mars 2013 à 21:51

Attention à bien lire les commentaires avant d'acheter car certaines de ces éditions proviennent d'Allemagne, d'Espagne ou du Royaume-Uni !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter