Forum - Le Testament du docteur Mabuse - Puissance de la mise en scène, aspect visionnaire
Accueil
Forum : Le Testament du docteur Mabuse

Sujet : Puissance de la mise en scène, aspect visionnaire


De vincentp, le 8 novembre 2006 à 20:55
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Le testament du docteur Mabuse, réalisé en 1933, est diffusé samedi 11 novembre 2006 à la Cinémathèque française à 16h30, salle Henri Langlois, dans des conditions de projection optimales. C'est un des chef-d'oeuvres de Fritz Lang, très sombre, malgré son titre involontairement comique.

Lotte Eisner, dans son livre consacré à Fritz Lang, relate la présentation du film qu'en fit son auteur, à New York, en 1943 : "ce film voulait montrer, comme une parabole, les méthodes terroristes de Hitler. Les slogans et les credos du III° Reich étaient placés dans la bouche de criminels. Je comptais aussi dénoncer les doctrines qui dissimulaient l'intention de détruire tout ce qui tenait au coeur du peuple".

Ce film fut interdit de diffusion par les nazis, à sa sortie. Goebbels convoqua toutefois Fritz Lang au Ministère de la propagande, pour lui proposer, de la part du Führer, de se mettre au service de la propagande nazie (alors que Fritz Lang était à demi-juif). Selon Lang, Goebbels lui dit ceci : "le fuhrer a vu votre film Metropolis et a dit : voilà l'homme qui créera le cinéma national-socialiste".

Le metteur en scène fit ses valises et partit pour Paris le soir même sans un sou.

Techniquement, ce film, selon l'analyse de Eisner, innove "en mettant le son en rapport avec l'image -en accord ou en contrepoint. Tout est concis, tout vise à créer la tension". Entre autres éléments de mise en scène, bien sûr, car chaque plan est innovant et insuffle une puissance extraordinaire au sujet.


Répondre

De Impétueux, le 29 janvier 2017 à 14:45
Note du film : 1/6

Le docteur Mabuse, génie du Mal et création romanesque comparable à l'immortel Fantômas ? Mais quelle blague ! Je n'ai certes pas vu, et ne verrai sans doute jamais le premier film consacré à ce grand criminel, Docteur Mabuse le joueur en 1922, par le même Fritz Lang qui a réalisé ce Testament du Docteur Mabuse en 1933, puis, en 1960, Le diabolique Docteur Mabuse, avant de laisser la place à des tâcherons de moindre notoriété, qui ont usé et abusé de la franchise (jusqu'au douteux Jésus Franco avec La vengeance du Docteur Mabuse ).

Est-ce qu'il fait peur, ce méchant psychopathe ? Pas tellement, ce qui est ennuyeux pour une incarnation du Mal. Est-ce qu'il pourrait le faire ? Oui, et comment, puisqu'il n'est pas animé, au contraire de beaucoup de monstres, par une sorte de soif inextinguible de l'argent et du pouvoir mais, en son principe, par une sorte de volonté satanique, prométhéenne, de détruire toute civilisation et d'instaurer – carrément ! – le règne du Mal sur terre.

Nihilisme et anarchie, excellentes prémisses, extrêmement mal mises en situation, qui aboutissent à un pauvre petit film mi-policier, mi-fantastique qui aurait pu être tourné par n'importe quel réalisateur, tant les prises de vues sont sages et banales et qui ne donnent à aucun moment l'impression d'être baigné dans l'imaginaire d'un maître de l'angoisse.

Je n'ai pas pour Lang l'adulation ressentie par toute la rédaction des Cahiers du cinéma, mais enfin j'ai beaucoup apprécié, jadis, M le maudit (vu il y a très longtemps, il est vrai), le diptyque Le tigre du Bengale/Le tombeau hindou recèle des splendeurs très impressionnantes, tout comme Les contrebandiers de Moonfleet et même dans Au fil de l'eau, il y a des scènes glaçantes.

Rien de tout cela dans ce Mabuse. Lang et quelques thuriféraires ont a posteriori expliqué que le film se voulait un avertissement contre la survenue du nazisme et que la bande du Docteur démoniaque représentait celle des séides d'Hitler. Georges Sadoul a fait litière de cette légende dorée, rappelant opportunément que la femme de Fritz Lang, Théa von Harbou, co-scénariste du film, était, et est demeurée, membre du NSDAP.

Privé de ce joli mensonge, Le testament du docteur Mabuse n'est que ce qu'il est : un banal policier des débuts du parlant, alourdi par les tics des acteurs du muet et rarement porteur de malaise, à l'exception, à peine notable, des premières minutes où le pauvre affolé, Hoffmeister (Karl Meixner) qui a découvert les agissements de Mabuse, s'est réfugié dans un immeuble en cours de démolition secoué par la pulsation régulière d'une pelleteuse géante. C'est tout. L'inondation de la pièce où sont enfermés Thomas Kent (Gustav Diessl), le malheureux transfuge et la pauvre Lily (Wera Liessem) est à peine exploitée et on ne frémit pas un instant pour les deux amoureux menacés.

Histoire à la limite de l'enfantillage, acteurs sans intérêt, réalisation plate comme une limande. Un 1 de commisération.


Répondre

De vincentp, le 30 janvier 2017 à 09:15
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Il s'agit pourtant d'un classique, reconnu comme tel par les cinéphiles du monde entier. On peut ne pas apprécier, mais est-il judicieux d'attribuer à cette oeuvre une note de 1/6 plutôt destinée à des navets ? A mon sens, la notation doit se faire selon des critères les plus objectifs possibles, pas en fonction de ses goûts personnels. J'invite donc cordialement Impétueux à revoir sa notation.


Répondre

De Impétueux, le 30 janvier 2017 à 12:46
Note du film : 1/6

Revoir ma notation ? mais non, cent fois non, mille fois non, mon cher camarade !! Je ne note qu'en fonction de mes goûts et de mon plaisir et je ne vois pas ce que les jugements des professionnels de la profession ont à voir là-dedans !

Qu'est-ce que c'est que cette révérence vis-à-vis d'avis d'experts qui n'ont pas plus de pertinence que les vôtres ou les miens ? Je veux bien reconnaître des qualités éminentes à Citizen Kane – classé le plus grand film du monde selon tous les critiques – ou à La règle du jeu – classé le plus grand film français – mais je me suis un peu ennuyé au premier, et je me suis beaucoup moqué du second…

Au moins, y reviens-je, il y a là des séquences qui me plaisent. Mais dans ce pauvre Testament du Docteur Mabuse je n'ai rien trouvé, à aucun moment, passé les cinq premières minutes. Alors que dire ? C'est un film magnifique, mais je suis trop obtus pour l'apprécier ?

On aime ce qu'on aime. Je préfère Ah ! Les belles bacchantes (de Loubignac) à L'avventura d'Antonioni ? Et alors ? C'est mon affaire…


Répondre

De vincentp, le 30 janvier 2017 à 14:20
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Il me semble (et les internautes silencieux seront sans doute d'accord avec moi) que les notes inférieurs à la moyenne doivent être réservées à des oeuvres techniquement imparfaites, comme le cinéma populaire peut en produire. Ce que l'on appelle pudiquement le "tout-venant", exemple Le dernier trappeur, hallucinant de maladresse et d'amateurisme. Je n'ai pas du tout apprécié Anna et les loups de Carlos Saura, mais pour autant je lui ai attribué la note respectable de 4/6 car cinématographiquement, le film est bien fait.


Répondre

De Nadine Mouk, le 30 janvier 2017 à 18:04

Je veux bien essayer de vous répondre, mon cher 'Vincent'', pour ne pas vous laisser trop seul sur ce coup là . Vous êtes un jardinier du cinéma . Un technicien, je vous l'ai déjà dis et ce n'est pas un reproche loin de là . Mais si vous louez bien souvent les prouesses techniques d'un film, vous en oubliez peut-être quelques fois le parfum … J'ai la chance, à la belle saison, d'avoir de très beaux rosiers dans mon jardin . Et un papy de voisin qui s'escrime à les faire éclore . Ce rosiériste sait les apprivoiser et les doter d’innombrables formes, couleurs pour mon plus grand bonheur. Mais si , malgré un travail acharné, je ne sens pas le célèbre parfum de la rose à cent lieues de là, il aura perdu son temps . Je crois que le cinéma , c'est un peu pareil . L'habileté des processus pour faire un film est très important et certains s'en contentent, en bon technocrates qu'ils sont . Mais si le "parfum" que l'on attend du film n'est pas au rendez vous, la note restera mesquine devant un travail qui vous semblera de Titan … Prenez les reprises des films de Guitry ; Techniquement fort bien faits, il y manquera toujours le "parfum" de Guitry …Un film se construit, certes . Mais il se respire aussi .

Madame Michu .


Répondre

De Impétueux, le 30 janvier 2017 à 20:03
Note du film : 1/6

Ah, quelquefois, mon cher Vincentp, vous êtes impayable, surtout lorsque vous prenez au sérieux vos affirmations péremptoires !

Lorsque vous écrivez les notes inférieurs à la moyenne doivent être réservées à des œuvres techniquement imparfaites, comme le cinéma populaire peut en produire, vous souvenez-vous que vous avez mis :

On peut ne pas apprécier ces films, les détester, même ; on peut difficilement écrire que c'est techniquement imparfait. Je ne les mets pas tous dans mon Panthéon, qui est beaucoup plus exigu que le vôtre, qui distribuez les notes chefs-d’œuvre comme les employés de Mme Hidalgo nous assomment de contraventions de stationnement. Mais vous avez parfaitement le droit de les vouer aux ténèbres extérieures (vous n'imaginez tout de même pas que les réalisateurs, quand ils sont vivants, attachent la moindre importance à nos critiques, j'espère ?).

Mais vous ne devriez pas avoir cette attitude de soumission révérencielle vis-à-vis de la critique professionnelle : on dirait un bon élève qui veut se faire bien voir du professeur ! Vous valez mieux que ça, que diable !

Admirez jusqu'à l'ivresse vos tocades (les dernières sur ce réalisateur hindou) et n'hésitez pas à mettre 0 quand ça ne vous plaît pas. Siffler la pièce est un droit qu'on achète en payant disait un homme d'esprit à un spectateur qui, à l'avant dernier siècle, lui reprochait de ne pas respecter l'auteur d'une pièce de théâtre. Eh oui : celui qui exhibe son travail s'expose à se faire ficher de lui.

J'aime beaucoup les deux films indiens de Fritz Lang et ses Contrebandiers de Moonfleet. Mais je ne vois pas pourquoi je devrais admirer tout le reste de son fourbi !


Répondre

De vincentp, le 30 janvier 2017 à 20:09
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Je constate simplement que mes notes sont globalement assez proches de celles de Arca1943 et de Verdun, qui me semblent être les notateurs les plus objectifs du site. Elles ne font pas un yoyo comme les vôtres, façon bourse de Shangaï, en fonction de paramètres mystérieux… Hitchkock est bel et bien l'un des plus grands metteurs en scène de l'histoire, et non un "gros joufflu" comme vous l'écrivez. Vous êtes le seul à écrire cela sur la toile.

Si je devais renoter plus positivement un film, ce serait L'important c'est d'aimer qui possède des qualités cinématographiques, et que j'ai sans doute sous-estimé.

Quant aux chefs d'oeuvre que vous mentionnez, il s'agit bien évidemment de films ciblés et reconnus comme des classiques, à part une poignée (comme Le livre noir ou La résidence) : très peu de surprise à ce niveau.

Il me parait évident que Tavernier, excellent critique au demeurant, est un metteur en scène moyen, avec une forme pas à la hauteur de ses ambitions. Jarriq l'a écrit aussi. Pas de surprise non plus à ce niveau.

Contrairement à ce que vous écrivez, j'imagine que nos avis sont lus attentivement par des publics très différents (il suffit de voir les statistiques du site). Nous avons le devoir de faire preuve d'objectivité, qui passe par une démarche d'extériorisation (à nos préjugés, à notre milieu social). Vous pouvez aimer Les belles bacchantes, qui vous rappelle vos jeunes années d'étudiant, mais vous ne pouvez pas lui mettre une note supérieure à Vertigo.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 30 janvier 2017 à 20:18

Je suis totalement d'accord avec Impétueux.

Le fait que qu'un film soit un classique n'empêche pas de lui mettre une note négative. Je trouve le Docteur Jivago assez larmoyant et sirupeux, et bien qu'il soit considéré comme un "classique" je n'hésiterais pas à lui mettre un 2 ou un 3 sur 6. Ce n'est pas parce qu'on me dit que tel ou tel film est un classique-inoxydable-du-septième-art que je vais courber l'échine devant la Haute Autorité de la Cinéphilie Toute Puissante et lui mettre une note neutre ou positive si il ne m'a pas plu. Sans oublier que ladite cinéphilie se fourre parfois le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os. Il n'y a qu'à voir l'exemple de La porte du Paradis, atomisé par la critique à sa sortie, et considéré comme un chef d'oeuvre 20 ans plus tard (sauf sur ce forum, je le sais bien).

Je ne pense pas pas qu'il doive y avoir une objectivité dans la notation. Etre totalement objectif, c'est d'un certaine façon abdiquer sa conscience, c'est nier son moi profond. "Ce film ne m'a pas plus, mais il est resté dans les annales, donc je vais un peu policer mon jugement". Non. The servant de Losey est pour moi un film d'une rare lourdeur, avec ses jeux de miroirs insistants, sa pesante dialectique maître-esclave, et je ne vais pas lui mettre une note correcte sous prétexte que c'est un classique. Je nierais mon ressenti, je ne serais pas en accord avec mon moi profond.

J'espère que mon texte ne vous aura pas heurté, ami vincentp.


Répondre

De vincentp, le 30 janvier 2017 à 20:55
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Vous n'avez pas tort McQueen : il est impossible de s'incliner devant la doctrine officielle. Des oeuvres réputées peuvent ne pas nous plaire. Par exemple La grande Bellezza en ce qui me concerne. Tout le monde est dans ce cas de figure.

Reste qu'il faut tendre globalement vers une certaine objectivité, faire preuve d'ouverture d'esprit, et au contraire ne pas faire preuve de dogmatisme (vis à vis de Hitchkock, Pierre Etaix, Alain Resnais, Fritz Lang ?, pour Impétueux) parce qu'ils véhiculent des schémas de pensées différents des nôtres.

Comme le disait si bien Jules César : Errare humanum est, perseverare diabolicum


Répondre

De Nadine Mouk, le 30 janvier 2017 à 21:52

Je vends Clio 4 restylée bleue marine, année 2012, impeccable intérieur, extérieur, 42 000 kms, toutes options. CT ok . Prix à débattre dans la limite du raisonnable .


Répondre

De Impétueux, le 31 janvier 2017 à 13:58
Note du film : 1/6

Que La grande bellezza puisse ne pas vous plaire, pas davantage que les autres œuvres que j'ai citées et à qui vous avez mis 0 est de votre parfaite liberté, Vincentp et si vous n'y avez pas accroché, vous avez bien eu raison de les dézinguer. Malgré tous les péans chantés en sa faveur, je n'ai jamais pu accrocher à Louis-Ferdinand Céline et ce n'est pas parce que des gens que j'apprécie le portent aux nues littéraires que ça me fera changer d'avis.

Soyez simple : aimez qui vous aimez, qui vous fait frémir, trembler, pleurer, rire et fichez vous de ce qui vous ennuie. J'aime Psychose et Vertigo m'ennuie ; j'aime Moonfleet et pas du tout Mabuse. J'aime quand j'aime. Et non pas quand on me dit d'aimer.

Au fait, Errare humanum est est plutôt attribué à Sénèque qu'à César…


Répondre

De fretyl, le 4 février 2017 à 17:22

Parfaitement d'accord avec vous Impétueux, sauf que nous avions eu il y'a quelques années de ça un échange violent et brutal parce-que j'avais mis à mort Mes chers amis film qui m'a toujours laissé de marbre et dont je ne comprends toujours pas l'adulation de certains. Eh ben il se trouve que sur le fil du film vous aviez imité la même réaction que celle de Vincentp avec Mabuse !


Répondre

De vincentp, le 4 février 2017 à 18:16
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Il y a visiblement actuellement deux conceptions de la notation sur dvdtoile.

La première est celle de Arca1943, Verdun, moi-même et qui conçoit cette notation fonction de la qualité intrinsèque de l'oeuvre. Dans 90% des cas, mes notes sont poches de celles des deux contributeurs cités.


La seconde est celle de Impétueux, Frétyl, Tamatoa, qui exprime un ressenti subjectif et affectif vis à vis de l'oeuvre : j'aime pas du tout, un peu, beaucoup, passionnément,… C'est cette conception qui est souvent aperçue dans les magazines (Feu Pariscope, par exemple, et d'autres). Le problème est que au départ Alholg, co-fondateur du site, a conçu le système sur 6 en fonction de la première conception (celle que je continue de suivre).

Si je devais noter Portrait d'une enfant déchue comme Impétueux le fait, ma note serait de 2/6 et non de 4/6. Je suis dans l'incapacité intellectuelle de suivre cette démarche.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.056 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter