Forum - L'Homme à la peau de serpent - La nuit des excentriques
Accueil
Forum : L'Homme à la peau de serpent

Sujet : La nuit des excentriques


De vincentp, le 7 novembre 2006 à 23:44
Note du film : 4/6

Le sud profond, avec ses étranges habitants, dépravés, alcooliques, hystériques, racistes… Un avant-goût de Easy rider ou Delivrance. Le pauvre Marlon Brando, avec sa veste bizarre, et ses talents d'ostéopathe, essaie tant bien que mal de soulager ces femmes blessées dans leur chair, par des maris violents et autoritaires. L'univers de Tenessee Williams est fidèlement reconstitué, jusqu'à filmer en gros plans la sueur sous les bras du vilain bonhomme, et à provoquer une scène hystérique avec l'infirmière qui veille sur ce vieux schnoc. Une mise en scène très pro, pour un film un peu daté tout de même, et comme on n'en fait plus. On aimerait voir débarquer James West et Artemus Gordon, pour remettre un peu d'ordre dans la ville et flanquer la raclée aux "Vigilants", qui le méritent bien. Car la méthode peace and love de Marlon Brando atteint ici ses limites.

Ce serait "la nuit des excentriques".


Répondre

De DelaNuit, le 11 août 2008 à 22:48
Note du film : 6/6

A l'origine, une pièce de Tennessee Williams intitulée "La descente d'Orphée".

Voici ce qu'indique le 4ème de couverture de l'édition de l'Atalante : "Au loin, l'aboiement sonore des chiens du bagne. Dans le magasin-bar, où le poêle tire mal, un juke-boxe diffuse peut-être "Heartbreak Hotel" d'Elvis Presley. Nous sommes au pays des deux rivières, un bourg du Mississipi sur la route de Memphis à la Nouvelle Orléans. Le Sud, c'est à dire la version moderne des Enfers selon Tennessee Williams. Entre Orphée, sous l'apparence d'un étranger. Il porte une veste en peau de serpent et tient une guitare à la main."

Mais cet Orphée (Marlon Brando) ne cherche pas Eurydice. Ou tout au moins, Eurydice n'est pas une jeune fille. C'est son âme qu'il cherche à retrouver en quittant la grande ville et ses activités de magouilleur gigolo. Et le voici amoureux de la femme du dieu des Enfers, la poignante Anna Magnani, qui grace à lui retrouve sa jeunesse et croit au rêve de redevenir déesse du Printemps…

Bien sûr, pour goûter cette Mythologie revue par Tennessee Williams, il faut aimer le théâtral, et le symbolisme aussi ! Mais quel scénario ! Quels dialogues ! Quels acteurs ! Quelle émotion !

"Vous savez qu'il existe une espèce d'oiseaux qui n'ont pas de pattes ? Ils ne peuvent se poser nulle part et ils passent toute leur vie à planer en plein ciel. C'est vrai… Ils passent toute leut vie en vol, ils dorment sur le vent, oui… Ils étendent leurs ailes et s'endorment sur le vent… Ils ne touchent le sol qu'une seule foi : quand ils meurent…"

Hélàs, que peut la guitare du poète contre les flammes de Pluton ? Après le drame demeure dans les décombres la veste en peau de serpent, que les âmes passionnées et rebelles à l'ordre coercitif, à la brutalité et la bêtise humaines se transmettront comme une relique… Un talisman.

David Lynch l'a bien compris qui a revêtu de la même veste son héros de Sailor et Lula

Si ça ne vaut pas une éditon dvd, alors !


Répondre
VOTE
De droudrou, le 11 août 2008 à 23:48

Ca vaut une édition en DVD !


Répondre

De DelaNuit, le 23 août 2008 à 20:51
Note du film : 6/6

Les dieux nous ont entendus : Marlon Brando en Orphée moderne descendu aux Enfers chauds et humides du sud des Etats-Unis, face à une Anna Magnani bouleversante, désormais disponibles en DVD dans la toute nouvelle collection FNAC : pas de bonus, mais VO et VF, pour seulement 12 €.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter