Forum - Les Contrebandiers de Moonfleet - Quel chatoiement !
Accueil
Forum : Les Contrebandiers de Moonfleet

Sujet : Quel chatoiement !


De Impétueux, le 31 octobre 2006 à 19:08
Note du film : 6/6

Je ne suis pas – bien loin de là ! – un connaisseur de Fritz Lang – dont je n'ai vu, je crois, à la télévision que M le maudit, qui m'avait fait forte impression, et, au cinéma, à leur sortie, Le tigre du Bengale et Le tombeau hindou, dont le souvenir est trop lointain (à part la danse assez déshabillée – pour un gamin de 12 ans en 1959 ! – de Debra Paget) ; je verrais avec plaisir Liliom, par curiosité pour cet unique opus français, et aussi pour Charles Boyer, Madeleine Ozeray et la chanson Viens, gosse de gosse et sa ritournelle mécanique.

Aucune connaissance de l'œuvre, donc, et pour autant, séduit par le titre et par la présence de Stewart Granger, héros de mon enfance (et des Mines du Roi Salomon, de Scaramouche et de L'émeraude tragique), j'ai, dès ma première vision du DVD, découvrant, donc, cette histoire finalement assez classique, mais prenante, été absolument fasciné par la qualité de l'œuvre tournée.

Si je ne suis en rien spécialiste de ces questions, j'aime les films où la caméra déploie toutes les ressources du mouvement ; on n'est pas au théâtre, que diable ! (voilà d'ailleurs un film qui me confortera, s'il en était besoin, dans mon aversion de la scène à l'italienne et de ses points de vue figés !!)

Donc un film magnifique et rare, qui me donne envie d'aller un peu fureter du côté de chez Fritz Lang


Répondre

De droudrou, le 23 avril 2007 à 17:54
Note du film : 5/6

Pour Impétueux qui est un "fan" de Stewart Granger, il y a un Cléopâtre avec Vivien Leight (Cléopâtre) et Claude Rain (Jules Cesar) où Stewart Granger, dans ses premières apparitions, tient le rôle d'Apolodore ! C'est irrésistible de drôlerie que cette apparition d'autant que le style est d'ores et déjà établi !

C'est très vrai que la vision de Debra Paget dans Le tigre du Bengale et Le tombeau hindou avait de quoi soulever… enfin… bref… susciter des émotions !…


Répondre

De Torgnole, le 30 mars 2009 à 18:26
Note du film : 4/6

Un peu déçu par ce film que Vincentp qualifie de chef-d'oeuvre, l'ambiance est trop équivoque, les diverses péripéties sont trop ponctuelles, il en faudrait plus ou pas du tout. Il me semble que le risque d'ennuyer n'est pas assumé et l'ambiance inquiétante se fait manger par l'action et, inversement, l'action se fait plomber par la volonté de créer une ambiance nocturne inquiétante. Un mauvais équilibre, impeccable techniquement, quoique le rythme est un peu mou, mais l'ensemble est trop fade et manque d'inspiration.


Répondre

De DelaNuit, le 16 octobre 2009 à 14:08
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Lors de sa sortie, Moonfleet n'a pas très bien marché car il était présenté comme un film d'aventure de série, et a donc déçu le public car il se démarquait trop des productions du genre… puisqu'il s'agit avant tout d'un récit initiatique confrontant l'innocence de l'enfance au cynisme de l'adulte, qui n'est en fait qu'une défense devant la douleur de l'innocence perdue… Quelques années plus tard, le film obtint un grand succès auprès des cinéphiles et demeure aujourd'hui considéré comme un des plus beaux films du cinéma.

C'est aussi un film d'atmosphère inspiré des peintures du XVIIIème siècle, les décors et l'éclairage bénéficiant d'un soin tout particulier. Comme souvent chez Fritz Lang, les personnages évoluent dans deux mondes bien distincts : celui des bas fonds, avec ses contrebandiers aux trognes de pirates, et celui des salons des marquis. On est alors amené à se demander lesquels sont les pires… Et puis il y a les femmes de l'histoire : la gitane aguicheuse, la Dame sans scrupule, et l'ex-princesse des îles qui a tout quitté pour suivre un homme qui n'a d'amour que pour un fantôme… Une mise en scène sans faille, de l'action, de l'émotion, du mystère, du suspense, une belle distribution…

Et puis, il y a aussi dans cette histoire pour les amateurs de Mythologie une référence à la légende de la déesse lunaire Diane et du chasseur Actéon qui fut changé en cerf et dévoré par ses chiens pour avoir osé pénétrer dans la forêt interdite et observer de près la déesse vierge de la chasse dans son intimité. Ici, c'est un gentilhomme qui a osé pénétrer dans le domaine réservé de la grande famille aristocratique locale de Moonfleet (littéralement la flotte de la Lune) pour y conter fleurette à la jeune fille de la maison dans le pavillon de chasse, et sur qui on a lâché les chiens…

Mais il a survécu à ses blessures… Et on l'a expédié au Diable par les voies les plus promptes ! Seulement "Le Diable et moi fîmes bon ménage, tout le monde vous le dira à Moonfleet !" Peut-être le rôle le plus original et le plus intéressant de Stewart Granger.


Répondre

De vincentp, le 23 septembre 2010 à 23:54
Note du film : Chef-d'Oeuvre

http://www.priceminister.com/offer/buy/58629611/La-Collection-Aventure-Edition-Limitee-DVD-Zone-2.html

J'ai pris beaucoup de plaisir à revoir les six films d'aventures que contient ce coffret, d'excellente qualité technique, artistique et pédagogique (par les suppléments). Trois chefs d'oeuvre (Scaramouche, Les aventures de Robin des bois, Moonfleet) et trois excellents films (Ivanhoé, Les chevaliers de la table ronde, Les trois mousquetaires). Des styles différents (George Sidney, Michael Curtiz, Fritz Lang, Richard Thorpe), des acteurs au meilleur de leur forme (Stewart Granger, Mel Ferrer, George Sanders, Robert Taylor), sans parler des costumes, décors, photographies etc…

Le dvd Moonfleet contient deux suppléments intéressants qui éclairent les méthodes de travail et les thèmes chers à Fritz Lang. Effectivement, très peu de gros plans, pour plusieurs raisons : l'utilisation du cinémascope, le refus de produire des effets faciles -ou de sortir d'un style-, le désir de maitriser le "cut final (mais ça j'ai un peu moins compris). On ne peut que féliciter tous les Français qui ont compris très tôt l'immense talent de Fritz Lang (de nombreux documents de travail liés à ce film sont conservés à Paris, au sein de la BiFi ou/et cinémathèque française, et ont depuis été parfaitement analysés et vulgarisés).

Je retiendrais peut-être de cet ensemble de films (comme élément dominant) l'impertinence (ou la sympathique insolence) de Errol Flynn et Stewart Granger qui fait merveille… Mais Vincent Price en Richelieu est également impressionnant.


Répondre

De Impétueux, le 16 novembre 2015 à 11:43
Note du film : 6/6

Voici d'abord un merveilleux conte pour les enfants qui aiment l'aventure, s'identifient au jeune John Mohume (Jon Whiteley) et découvrent avec lui en haletant les landes sombres parcourues de nuages noirs, les châteaux en ruine aux statues brisées, les cryptes pleines d'ombre inquiétantes et de cercueils vermoulus, les puits sans fond. Il y a des bandits, des duels, des fuites éperdues, des chevauchées ; il y a aussi ce personnage fascinant qu'on ne peut s'empêcher d'admirer, Jeremy Fox (Stewart Granger), la beauté, l'élégance, la prestance, faites homme, qui pourrait être un grand frère invincible et qui incarne tous les mystères qu'on ne comprend pas tout à fait, mais qu'on devine grisants. Qui n'a jamais rêvé vivre ces moments aussi excitants que terribles ?

Cette mise en scène des cauchemars de l'enfance dans un parcours initiatique féérique où se vit la confrontation avec le monde obscur des grandes personnes comporte tout ce qui fait la substance de cette fascination et nourrit les peurs primales : monde de la surface et monde souterrain, découvertes faites en épiant, ou en surprenant par mégarde, les conversations et agissements des adultes, cheminements dangereux, exploits courageux…

Mais en plus de la qualité de filmage de Fritz Lang, sur quoi on va revenir, il y a dans Les contrebandiers de Moonfleet, une densité et une richesse qui les font passer du statut assez simple des œuvres d'apprentissage adolescentes à celui des grands films de l'histoire du cinéma : c'est la juxtaposition, aux côtés des effarements et étonnements du jeune John, de la vie compliquée et douteuse de Jeremy Fox.

Drôle de héros, celui-là, si peu conforme aux images traditionnelles qu'Hollywood fabriquait à la pelle, bandit de grand chemin, cruel, violent, avide d'argent et de femmes, coureur de jupons cynique, nostalgique seulement, ce qui en amadoue un peu le contour, de ses amours blessées de jadis. Qui abuse de la confiance sans limites que lui voue le petit John, est tout prêt d'en abuser, en est simplement touché à la fin, pour lui laisser un souvenir lumineux et une espérance infinie en son retour…

Mais il y a aussi un regard sans bienveillance sur à peu près tout le monde. Les contrebandiers sont de sales types sans scrupule aucun, prêts à tout, des fauves toujours proches de se rebeller contre leur dompteur Jeremy Fox et qui sont à deux doigts d'égorger John, miraculeusement sauvé par l'irruption des douaniers dans la taverne crasseuse. Les aristocrates sont des libertins insouciants ou même comme le couple pervers formé par Lord (George Sanders) et Lady Ashwood (Joan Greenwood, qui fut une tout aussi légère Sibella, dans Noblesse oblige) d'affreuses canailles. Et puis le héros, rédimé, meurt à la fin.

Tout ceci suffirait déjà de faire des Contrebandiers de Moonfleet un film intéressant. Mais le talent de Fritz Lang en a fait un film magnifique, notamment par l'emploi bluffant des couleurs. Les vêtements de Fox, rouge cerise ou mordoré dans l'atmosphère des tavernes et des chemins creux, le violet vif de la tenue de lord Ashwood (George Sanders), le chatoiement des robes de la gitane (Liliane Montevecchi) sont autant de signaux qui caractérisent et, dans ce film très nocturne, éclairent les personnages des maîtres et de leurs favoris, tout autant que les pauvres sont confinés dans le terne et le terreux, comme les paysans des tableaux de Le Nain.

Ambigu, éclatant, merveilleusement interprété.


Répondre

De verdun, le 16 novembre 2015 à 16:06
Note du film : 5/6

Dans la même lignée (et le même niveau de qualité), je vous recommande Cyclone à la Jamaïque, moins trépidant mais peut-être encore plus mystérieux et encore plus cruel.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.042 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter