Forum - Honoré de Marseille - Abyssal
Accueil
Forum : Honoré de Marseille

Sujet : Abyssal


De le simplet, le 26 septembre 2003 à 20:04

Honoré de Marseille est un très bon film il faudrait qu'il sorte en dvd. Je suis un fan de Fernandel. Merci d avance.


Répondre

De Impétueux, le 11 septembre 2007 à 12:14
Note du film : 0/6

Ceux d'entre nous qui croient – ou qui jouent à croire – qu'il existe un âge d'or du cinéma populaire français (mea maxima culpa !) seraient bien inspirés (voilà une inversion de sens dont je ne suis pas mécontent) de regarder cette absolue catastrophe qui est tout de même une des pires pantalonnades jamais tournées, y compris pour un œil aussi indulgent que le mien, toujours acharné à trouver dans le moindre nanard l'étincelle unique qui suscitera une bribe d'intérêt nostalgico-ethnographique.

Là, rien. Que dale. Nada. Nib de nib. La nullité totale, invraisemblable, atterrante, scandaleuse. On sait bien que Fernandel a tourné plus de navets indigestes que de bons films (et combien peu de chefs-d'oeuvre, à part les Pagnol, les deux premiers Don Camillo et L'auberge rouge !) mais là, ça confine aux sommets, ou plutôt aux abysses.

Partant d'une idée qui n'était pas totalement idiote – raconter l'histoire de Marseille et ses 2500 ans – le machin dont je parle, après deux scènes absolument grotesques (l'arrivée de Protis dans ce qui deviendra le Vieux Port et l'invention de la pétanque (!!!)) part dans tous les sens, mêlant scènes chantées et plaisanteries éculées.

On a peine à voir des acteurs souvent mieux employés par ailleurs accompagner cette faillite : Rellys, qui fut l'excellent Ugolin de Pagnol, Andrex, remarquable en Honoré Arnaud de La Marseillaise de Renoir, Henri Crémieux, dont la dégaine de retraité paisible pouvait devenir inquiétante (c'est Subtil Dutrouz, le serial killer-père tranquille des Demoiselles de Rochefort). Quant à Francis Blanche, dont la démesure pouvait être grandiose, il fait ici honte.

A oublier bien vite ! Décidément, au royaume du cinéma du samedi soir, il y avait des semaines bien accablantes !


Répondre

De droudrou, le 11 septembre 2007 à 12:45

Et du dimanche après-midi !…

Mais c'est vrai que j'avais oublié le film, c'est dire !

Par contre, de tous ces instants franchement "bêtes" (?) et donc d'un niveau qui ont attiré pourtant un vaste public (!) il est quand même navrant de constater que notre mémoire a retenu certaines scènes qui feraient (ou ont fait) rendre l'âme à des cinéastes plutôt inspirés et engagés…

Le label cinématographique "Made in France" a figuré en bonne place sur certains millésimes !


Répondre

De PM Jarriq, le 11 septembre 2007 à 15:33

Le brave Fernand Contendin, dit "Fernandel" a tourné pas moins de 150 films, dont la plupart dans le rôle principal. Il peut remercier le ciel (ou le Bon Dieu, ça il sait faire) d'avoir intéressé des cinéastes comme Pagnol ou Duvivier, car sans eux, il est fort à craindre qu'il soit aujourd'hui totalement oublié.


Répondre

De fretyl, le 30 août 2008 à 20:54
Note du film : 1/6

Un nanar des années 50 et un vrai !

J'ai acheté ce film hier, dans la collection René Chateau sans regarder qui l'avait réalisé, au moment de me le passer, l'horreur, le film est réaliser par le Max Pécas des années 50 -Maurice Regamey- à qui l'on doit notamment un remake de Mais qui a tué Harry ? intitulé Dans l'eau qui fait des bulles.
De plus, je n'ai jamais été un amateur du style chansonnier, même des meilleurs films du genre et cet Honoré a finalement tous au bout du compte pour me déplaire ; Fernandel cette fois-ci surjoue, les chansons elles-mêmes n'ont que peu d'intérêt étant particulièrement vieillottes elles sont placées à droite et à gauche à des moments impromptu et les seconds rôles derrière Fernandel n'ont strictement rien à foutre.
Même la promotion de la ville natale de l'acteur est chaotique et vide.

On s'attendait à des boules qui claquent, du pastis parfumé, des bons mots et des personnages hauts en couleurs, au lieu de ça on nous aligne tous les clichés sur les Marseillais.
Mis à part les œuvres de Pagnol quel film aura su refléter l'ambiance de cette ville que je connais bien ? Aucun ? Eh ben si, un (!) qui me parait le plus juste qu'il puisse y avoir sur les problèmes et les mentalités de Marseille actuellement encore, La Baraka ou l'on à droit à un festival Roger Hanin bien plus agréable je l'assure que ce petit pastis Fernandel dont le soleil de Marseille a fait fondre les glaçons.


Répondre

De Cher ami, le 30 août 2008 à 23:36

Ce film est nul, d'accord! Mais prétendre que l'exaspérant Roger Hanin nous donne une belle image de Marseille , c'est fort de café ! Il fait surtout l'apologie de l'Algérie ! La baraka c'est "la chance" et là, manque de bol, on tombe sur le rapatrié le plus chiant de France !


Répondre

De fretyl, le 31 août 2008 à 14:21
Note du film : 1/6

Je n'ai rien contre le Roger Hanin acteur des années 80, assez convaincant dans le premier Grand pardon excellent dans Le coup de sirocco (son plus grand rôle ?), bien dans Le grand carnaval dans cette Baraka, ou en sinistre collabo roi du marché noir et résistant de la dernière heure dans Au bon beurre de Molinaro.
Cependant il est vrai que Hanin est connu pour être en effet extrêmement chiant et méchant dans la vie étant assez proche dans le fond des débilités que sort un Jean-Claude Van Damme dans les interviews ; lorsqu'il donne son avis en politique en se contredisant d'année en année ou lorsqu'il porte en triomphe les quatre navets qu'il a réalisé : Le protecteur, La rumba, Le faux-cul et Train d'enfer en se définisant comme un grand réalisateur, là c'est vrai Hanin est très chiant, et le voir à 80 ans dans la piteuse série Navarro depuis 1990 démontre bien qu'on ne peut pas être et avoir été.


Répondre

De vincentp, le 31 août 2008 à 14:53

"Mis à part les œuvres de Pagnol quel film aura su refléter l'ambiance de cette ville que je connais bien ? Aucun ?"

Vous passez sous silence, Frétyl, les films de Guédiguian, tel Marius et Jeannette, aperçu crédible du Marseille populaire. La biographie de cet auteur sur dvdtoile liste à ce sujet plusieurs films ayant pour cadre la cité phocéenne.


Répondre

De fretyl, le 31 août 2008 à 15:01
Note du film : 1/6

Je ne peux pas juger d'un film que je n'ai pas encore vu.
Mais pour Hanin deux liens vidéos suffisent à comprendre qui il est :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/roger%2Bhanin/video/x3tbui_clash-chez-faugiel-roger-hanin-vs-i_people

http://www.dailymotion.com/relevance/search/roger%2Bhanin/video/xtb0w_roger-hanin-pete-un-plomb_events

Mais s'il vous plait vincentp, cessez de modifier constamment votre message, cela va finir par donner l'impression aux autres que je parle dans le vide.


Répondre

De Impétueux, le 31 août 2008 à 20:40
Note du film : 0/6

Vincentp a parfaitement raison, Frétyl et Robert Guediguian a su impeccablement, depuis plusieurs décennies fixer une image – très engagée, mais ceci est une autre histoire ! – du Marseille populaire ! (Je m'étonne, d'ailleurs que cet excellent cinéaste soit si peu évoqué sur DVD Toile, y compris par moi-même !).

La grosse outre bouffie satisfaite d'elle-même, Roger Hanin n'a jamais brillé au cinéma que dans Le coup de sirocco et, à un moindre degré dans Le grand pardon.

S'il est vrai que Marseille, qui est moins une ville de Provence qu'une grande cité cosmopolite est composée de Juifs pieds-noirs, d'Africains, de protestants cévenols (Gaston Deferre) et de cent autres communautés, prétendre qu'Hanin en est représentatif, c'est à peu près comme si l'on disait que, dans la tête de Pagnol, c'est M. Brun qui incarnait le mieux l'esprit de la Canebière !


Répondre

De fretyl, le 31 août 2008 à 21:25
Note du film : 1/6

Loin de moi l'idée que Hanin est représentatif de Marseille, mais le film qu'il a interprété La Baraka curieusement boudé par les chaines de télévision et que je conseille à tout le monde de voir,(comme je verrait prochainement je l'espère Marius et Jeannette) est un hommage assez réussi des films de Pagnol et donne une image de Marseille assez juste.
Quand on me parle de Marseille au cinéma, j'ai tendance à pensé à Raimu auquel Hanin n'arrive pas à la cheville, pour preuve la détestable tentative d'adaptation récente de Marius, Fanny, César ou Le beauf avec son accent pied-noir croyait pouvoir succéder à Raimu comme d'ailleurs dans une autre adaptation de La femme du boulanger.


Répondre

De droudrou, le 31 août 2008 à 22:08

Ding ! Dong !

  • Ah, c'est toi, Dada ?
  • Oui, c'est moi, ma chérie ! Je suis rentré plus tôt que prévu ! Ca va ?
  • Oui !
  • Tu as bien fait tes devoirs et tu as bien appris tes leçons ?
  • Oui, Dada ! C'est fait !
  • C'est bien, Yolande ! Crois-moi, pour arriver à quelque chose dans la vie, rien ne vaut de faire de solides études !
  • Oui, Dada !
  • Qu'est-ce que tu faisais ?
  • Je consultais Internet ! Un site consacré au cinéma ! DVDToile.com !
  • Ah ! C'est bien DVDToile.com ! C'est sérieux ! Ils disent des choses sensées ! Il y en a un, là, que j'aime bien lire ! Un dénommé Tumultueux !
  • Impétueux !
  • Ah oui ! C'est cela ! Je confondais ! Et puis il y a des mecs biens ! Y'a Azurlys et puis un gloseur de qualité, un dénommé Oursmalléché…
  • Urspoller, Dada !
  • Ah oui ! C'est cela ! Par contre, il y en a un que tu as intérêt à te méfier !
  • Oui, Dada ?
  • Oui ! Un dénommé Frétyl ! Non seulement, il fait des fautes d'orthographe mais, en plus, il dit des conneries ! Tiens ! Il nous a parlé d'un dénommé Roger Hanin !… Pffft ! 'l'a dit qu'il était un drôle de marseillais ! Pffft ! C'qu'il en sait !

Dring ! Dring ! Dring !

  • Le téléphone, Dada !
  • Navarro, j'écoute !

Répondre

De fretyl, le 31 août 2008 à 22:17
Note du film : 1/6

Ou est ce que j'ai dit que Hanin était un drôle de Marseillais ?


Répondre

De vincentp, le 31 août 2008 à 23:41

Marseille.com parle de 700 tournages par an (de la série télé au documentaire en passant par le long métrage). Réalité ou galéjade ?


Répondre

De Impétueux, le 1er septembre 2008 à 18:25
Note du film : 0/6

Au fait, Frétyl, Maurice Regamey, qui a commis cet épouvantable machin, n'est pas l'auteur de Dans l'eau qui fait des bulles, le bien plus honorable Maurice Delbez


Répondre

De fretyl, le 1er septembre 2008 à 19:16
Note du film : 1/6

Oui, je me rend compte que j'ai en effet confondu avec Comme un cheveu sur la soupe avec le même De funés.

Mais ça reste d'aussi basse qualité.


Répondre

De vincentp, le 1er septembre 2008 à 23:08

"Mais s'il vous plait vincentp, cessez de modifier constamment votre message, cela va finir par donner l'impression aux autres que je parle dans le vide."

Ce message de Frétyl me fait beaucoup rire ! Il m'arrive effectivement de modifier certains messages, non pas pour ridiculiser untel ou untel (!), mais pour modérer certains de mes jugements un peu hatifs !


Répondre

De vincentp, le 2 septembre 2008 à 16:46

"La grosse outre bouffie satisfaite d'elle-même,…"

N'y allez-vous pas un feu fort, Impétueux ? Dixit Wikipédia, "Une outre (du latin Uter) est un sac en peau de bouc, de chèvre de cochon, de bœuf ou de veau, cousu par un bout, et dont toutes les coutures étaient soigneusement bouchées avec de la poix, de manière que l'on pût y renfermer des liquides, ou le gonfler d'air".

Vous m'avez censuré jadis pour le centième de ce type d'affirmation, sous prétexte que mes propos étaient "dévalorisants" à votre égard. Je vous imaginais simplement et poétiquement en admirateur des vachettes d'Interville.


Répondre

De Impétueux, le 2 septembre 2008 à 17:20
Note du film : 0/6

Aucun rapport, Vincentp ! Nous avons tout à fait le droit – et sans doute même le devoir – de nous attaquer aux personnages publics – acteurs, réalisateurs, musiciens, monteurs, producteurs, etc. -. Non ?


Répondre

De Lagardère, le 2 septembre 2008 à 20:37

Cet impétueux ! Mais il a bouffé du crocodile ou quoi ?


Répondre

De vincentp, le 2 septembre 2008 à 21:43

Nous sommes donc, participants de ce forum, Les Hommes qui marchèrent sur la queue du tigre !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter