Forum - Le Cri de la victoire - Critique
Accueil
Forum : Le Cri de la victoire

Sujet : Critique


De dumbledore, le 18 septembre 2003 à 13:47
Note du film : 1/6

Raoul Walsh est revêtu d’un manteau sans doute trop grand pour lui. Du moins en France où il a été et reste sans doute considéré comme un des très grands réalisateurs américains, un réalisateur de la taille de Joseph L. Mankiewicz, d’un John Ford, d’un Howard Hawks. Cette aura lui a été décernée par les Cahiers à l’époque où le journal était la plus intelligente revue du cinéma du monde ou bien encore de nos jours par des types comme Skorecki qui doivent même penser secrètement que le cinéma s’est arrêté à Walsh. On peut aisément pardonner la méprise des Cahiers. Ils ont fait découvrir tellement de génies que considérer un réalisateur moyen comme génial n’est finalement qu’un faux-mouvement dans une chorégraphie parfaite (je parle ici des Cahiers d’avant les années 60, bien évidemment). Une seule voix fut jadis discordante sur ce réalisateur, c’était celle de Jean-Pierre Melville qui avait établi sa liste de grands metteurs dans laquelle Walsh n’avait pas sa place. Pour Melville le réalisateur américain avait fait de bons films, de sublimes séquences, mais pas de films parfaits dans leur totalité. Nous nous situerions nous entre les deux. Certes Walsh a fait de grands films, notamment dans des polars comme High Sierra, Une femme dangereuse ou ·l’enfer est à lui mais il a fait trop de films sans intérêt et même mal faits pour qu’on ne puisse pas penser que ses réussites sont des exceptions. Possédant lui aussi une filmographie cyclothymique, John Huston est bien plus intéressant car même dans ces pires échecs, on retrouve toujours quelques belles idées qui rendent ces échecs encore plus frustrants…

Le cri de la victoire fait parti des mauvais films de Walsh. Le film s’étale d’abord dans une longueur record, presque 2h30 alternant des scènes de guerre (très ellipsée pendant tout le film pour conclure bien évidemment dans une grande scène héroïque de bataille à la fin) et scènes de relations amoureuses entre différents soldats et des femmes, officielles ou officieuses. Le discours est très conservateur, aussi bien dans la vision de la guerre, l’héroïsme et tout le tremblement, que dans la vision de la femme. Mais surtout qu’est-ce qu’on s’ennuie dans cette histoire où il ne se passe rien ou trop peu de choses. Pas de tension, pas de suspense. La multitude de personnages rend encore plus évanescent la tension du film.

Aucune émotion ne se dégage de ce film, aucune scène spectaculaire non plus. Les comédiens sont tous triés sur le volet de la beauté plastique avec une légère dominance aryenne et rappelle ce qu’en avait fait Paul Verhoeven avec humour cette fois dans Starship Troopers.

La mise en scène est d’une platitude inouïe. Les « idées » de mise en scène présente frôle celle d’un débutant sans culture ni talent. Un exemple parmi d’autre : un soldat s’asseoit au bar, commande un verre, panoramique vers un juxe-box, la musique chance en fondu, re-pano dans l’autre sens et on le retrouve à la même place, mais ivre… C’est drôlement réflechi comme plan, et pas du tout pédagogique pour un sou.

Tout le reste du film est à l’avenant.

Allez, pour me laver les yeux je vais revoir L'Enfer est pour les Héros et Les plus belles années de notre vie


Répondre

De Moonfleet, le 18 septembre 2003 à 15:30
Note du film : 6/6

Là, ça me fait un peu mal quand même. N'étant pas du tout "cahiers du cinéma", je considère quand même Walsh à l'égal des autres grands que tu cites. Ne serait ce que pour 5 chefs d'oeuvres absolus : Aventures en Birmanie, Gentleman Jim, La fille du désert, L'enfer est à lui et surtout La charge fantastique

Oui Walsh fait bien partie des très grands réalisateurs hollywoodiens, aucune exagération là dedans  ;-)


Répondre

De Moonfleet, le 18 septembre 2003 à 15:32
Note du film : 6/6

Et je rajoute que les Walsh raté sont souvent plus digestes que les Huston ratés : NA :-)


Répondre

De dumbledore, le 18 septembre 2003 à 20:03
Note du film : 1/6

Que tu considères Walsh comme un des très grands, ça peut se comprendre, mais tu trouves vraiment que ce film en l'occurence vaut une note de 5/6?

Cela dit, je ne sais si tu as eu l'occasion de te ballader dans les Cahiers des années 50, ils sont formidables… Et je te promets décrocher totalement dans les années 70…


Répondre

De Moonfleet, le 19 septembre 2003 à 09:24
Note du film : 6/6

Quand j'aurais acheté le DVD et revu, je viendrais modifier ma note s'il le faut, mes souvenirs sont très lointains : ma note était plutôt de la pure provoc par rapport à Walsh, c'était une sorte de vengeance : Oops  ;-)


Répondre

De dumbledore, le 19 septembre 2003 à 09:34
Note du film : 1/6

Je l'avais un peu pris comme ça :-)

J'espère également que la prochaine revision et chronique d'Aventures en Birmanie remontera Raoul Walsh dans mon estime…


Répondre

De Moonfleet, le 19 septembre 2003 à 11:37
Note du film : 6/6

J'espère puisque celui ci mérite la note que je lui ai donné pour l'avoir revu récemment. Attention, sinon, je rapplique sur le site avec tous les fans de Walsh  ;-))))


Répondre

De droudrou, le 1er février 2006 à 09:56
Note du film : 3/6

Salut ! moi je vais me placer à mi-chemin pour donner ma note au film. je vais vous dire pourquoi :

Que l'on vienne à décrier Walsh pour "Le Cri de la Victoire" me paraît un peu gros. Je ne pense pas que Walsh en soit pleinement responsable. J'ai toujours beaucoup apprécié cette "nervosité" qui caractérise les films de Walsh, cette "Walsh Touch" lui est particulière, elle donne à plein dans le dernier des films qu'il a réalisés "La charge de la 8ème brigade".

Ce que je dirai concernant "Le Cri de la Victoire" c'est que Walsh est parti sur un très mauvais script.

Il faut savoir que le roman de Léon Uris tient toujours le box-office aux Etats Unis. J'ai lu et relu le roman que je considère extrêmement intéressant tant du point de vue humain que des épisodes caractéristiques de la guerre du Pacifique qu'il met en scène. C'est un roman très vaste et je sais que si moi, cinéaste, je devais réaliser un tel ouvrage, ce serait un film d'une durée d'environ 4 heures de par la densité des éléments à intégrer. Ici, Léon Uris, à qui on doit "Exodus" et dont le scénario a été repris par Dalton Trumbo, a écrit le scénario sur la base de son propre roman. Il a voulu en conserver certains éléments "romanesques" ou "romantiques" c'est comme on le veut, mais il s'est planté. Il n'y a pas plus mauvais scénariste que l'auteur qui se retranscrit pour le cinéma. C'est une réalité de tous temps.

Sur cette base mauvaise, Walsh a travaillé comme il l'a pu. Et le résultat est ce qu'il est.

Ce qu'il ne faut pas oublier c'est que "Le Cri de la Victoire" a existé pendant des années dans une version tronquée. Il y manquait beaucoup de scènes.

Moi, ce que je déplore c'est qu'il existe beaucoup de films de Walsh des années du cinémascope qui ne sont pas dans le circuit. Ce que je ne comprends pas c'est que l'on trouve en DVD effectivement "Le Cri de la Victoire" mais que rien ne nous annonce une sortie prochaine de "Les nus et les morts".

Je dis donc à ceux qui n'ont pas aimé "Le Cri de la Victoire" : "procurez-vous le roman". Vous le trouverez sur le site "Price Minister" ; lisez-le et alors faîtes votre critique. Et je pense que vous vous direz : "C'est bien dommage – il y avait matière pour Walsh".

Alors, ne considérons pas Raoul Walsh comme un réalisateur secondaire. Ses grandes réalisations valent d'être revues. Amicalement à tous – Droudrou


Répondre

De vincentp, le 19 mai 2007 à 23:20
Note du film : 4/6

Je suis en train de le regarder : film patriotique, bien filmé, mais le scénario ne décolle pas au bout de trente minutes. Mais oui, Walsh fut bien un grand réalisateur. Comme John Huston, il alterna le sublime et le médiocre. Mais si on y réfléchit bien, il ne fut pas le seul : John Ford, Hitchkock ont raté quelques films. Et puis à cette époque, il s'agissait de divertir les foules et on cherchait pas forcément la performance artistique. Walsh est sans doute le réalisateur classique américain dont je me sens le plus proche (Joe Dante pour les modernes). Donc, je le défendrai et mettrai en valeur son oeuvre, autant que possible, avec le major Droudrou à mes côtés !


Répondre

De droudrou, le 20 mai 2007 à 09:30
Note du film : 3/6

D'accord pour t'épauler, Vincentp ! Une condition : ils nous sortent rapidement Les nus et les morts en DVD !


Répondre

De vincentp, le 27 décembre 2009 à 22:12
Note du film : 4/6

"Raoul Walsh est revêtu d'un manteau sans doute trop grand pour lui. Du moins en France où il a été et reste sans doute considéré comme un des très grands réalisateurs américains, un réalisateur de la taille de Joseph L. Mankiewicz, d'un John Ford, d'un Howard Hawks. Cette aura lui a été décernée par les Cahiers à l'époque où le journal était la plus intelligente revue du cinéma du monde ou bien encore de nos jours par des types comme Skorecki qui doivent même penser secrètement que le cinéma s'est arrêté à Walsh. On peut aisément pardonner la méprise des Cahiers. Ils ont fait découvrir tellement de génies que considérer un réalisateur moyen comme génial n'est finalement qu'un faux-mouvement dans une chorégraphie parfaite (je parle ici des Cahiers d'avant les années 60, bien évidemment). Une seule voix fut jadis discordante sur ce réalisateur, c'était celle de Jean-Pierre Melville qui avait établi sa liste de grands metteurs dans laquelle Walsh n'avait pas sa place. Pour Melville le réalisateur américain avait fait de bons films, de sublimes séquences, mais pas de films parfaits dans leur totalité. Nous nous situerions nous entre les deux. Certes Walsh a fait de grands films, notamment dans des polars comme High Sierra, Une femme dangereuse ou ·l'enfer est à lui mais il a fait trop de films sans intérêt et même mal faits pour qu'on ne puisse pas penser que ses réussites sont des exceptions. Possédant lui aussi une filmographie cyclothymique, John Huston est bien plus intéressant car même dans ces pires échecs, on retrouve toujours quelques belles idées qui rendent ces échecs encore plus frustrants"

Affirmation éminemment discutable de Dumbledore. Walsh a énormément tourné, et comme Huston, Curtiz et Ford, a alterné le meilleur et le moins bon, ne détenant pas forcément dans ses mains les clés du succès (à une autre extrémité, on trouve des cinéastes comme Kubrick ou Tarkovski).

Mais les chefs d'oeuvre de Walsh sont nombreux : La piste des géants, Gentleman Jim, Un dimanche après-midi, Aventures en Birmanie, La charge fantastique, Les nus et les morts… Plus une quinzaine au moins d'excellents films, et tout autant de très bons films (je ferai un récapitulatif à ce sujet d'ici fin 2010, il faut que j'en revois certains comme La vallée de la peur ou La fille du désert vus il y a plus de vingt-cinq ans).

4,5/6. Le cri de la victoire rentre dans la catégorie des bons, voire des très bons films de Walsh. Un bon Aldo Ray dans son rôle emblématique du sergent, une belle photo, du rythme, de l'action impeccablement mise en scène (les scènes de combat, par exemple), une présentation des personnages superbes (ainsi, les hommes du rang, puis les gradés, en un minimum de temps), un portrait crédible de l'armée. La fin, lucide et amère, est également très réussie. Quelques longueurs et des scènes d'un intérêt moindre pondèrent néanmoins l'ensemble…

Que Walsh repose en paix : le major Droudrou et moi-même veillons sur son héritage !


Répondre

De Arca1943, le 27 décembre 2009 à 23:00

« …(par) les Cahiers à l'époque où le journal était la plus intelligente revue du cinéma du monde… »

Sic.


Répondre

De vincentp, le 22 décembre 2010 à 22:18
Note du film : 4/6

Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter