Forum - La Nuit américaine - Entre journées épiques et nuits cauchemardesques
Accueil
Forum : La Nuit américaine

Sujet : Entre journées épiques et nuits cauchemardesques


De JIPI, le 28 septembre 2006 à 14:34
Note du film : 5/6

La nuit américaine est certainement le premier " Making off " cinématographique de longue durée de tous les temps.

Toute la machinerie nécessaire au fonctionnement d'un film est présente sur cet immense plateau ou l'on côtoie une véritable pyramide hiérarchique partant d'un essaim de petits boulots (Accessoiristes et assistants) qui très jeunes pour la plupart font leurs premiers pas dans les métiers du cinéma.

Cette spirale nous transporte vers le caïd du plateau le réalisateur Ferrand (François Truffaut) qui essaie en maîtrisant son stress de faire avancer le tournage de son film « Je vous présente Paméla » compromis quotidiennement par les humeurs des comédiens qui ne sont que des humains fragiles devant contenir les trépidations capricieuses d'une vie quotidienne agitée par une concentration à toute épreuve que nécessite l'interprétation de personnages rigoureux.

Ferrand se débat entre journées épiques et nuits cauchemardesques. Le tout sur pression quasi permanente de son producteur.

Des interactions interviennent entre comédiens et personnages qui ne se contrôlant plus vivent les mêmes passions que leurs rôles. Le virtuel devient réalité.

Séverine (Valentina Cortèse) actrice grignotée par l'alcool est incapable de réciter un texte à la perfection, toute l'équipe n'étant pas dupe de ses maladresses l'encourage malgré tout à persévérer qu'importe les aléas l'entreprise doit réussir même si il faut employer la flatterie hypocrite qui bypasse le constat d'une actrice déclinante.

Alphonse (Jean-Pierre Léaud) comédien jeune et fougueux à l'image de Julien Sorel ne sait pas gérer ses soudaines passions éphémères qu'il ressent pour Paméla (Jacqueline Bisset) qui en véritable mère plutôt que femme accepte de noyer dans l'étreinte ses démesures.

Alexandre (Jean-Pierre Aumont) par un événement tragique apporte ce que chaque metteur en scène redoute le plus pendant le tournage d'un film.

Toute la ruche des assistants avec les jeunes comédiens débutants que sont à l'époque : Nathalie Baye, Dani, Bernard Menez et Jean François Stévenin sont par leurs fraîcheurs les emblèmes de ces métiers du cinéma stressants et conviviaux. La scène du chaton qui refuse d'exécuter ce qu'on lui demande est symbolique d'une équipe soudée qui persévère.

A fur et à mesure que le temps passe l'inquiétude se lit sur leurs visages : Que feront-ils après ? Le dernier jour de tournage avec le traditionnel pot de départ malgré son coté festif désintègre toute une chaîne d'esprits.

La nuit américaine est une œuvre culte qui porte le nom le plus fabuleux « Vie ». Cette fonction fabrique de bas en haut un groupe ou chacun motivé par son travail active une énergie ou tout n'est qu'un.

Vive le cinéma.


Répondre

De vincentp, le 30 juin 2007 à 22:25
Note du film : 4/6

Je ne partage pas l'enthousiasme des divers contributeurs de ce forum (Impétueux, Verdun) pour ce film de Truffaut. Certes, la mise en scène est dans l'ensemble de bonne qualité et innovante… Mais La nuit américaine m'apparait globalement vieillot. Les acteurs s'agitent dans une histoire un brin artificielle, datée, parfois surjouée. Certains contributeurs ne sont pas à la hauteur. Le metteur en scène n'arrive malheureusement pas à se hisser à la hauteur des cinéastes évoqués (Welles, Lubitsch, …) et cet hommage respectueux à des maitres du 7° art peut être perçu comme une certaine forme de prétention.

Mais on mesure ici néanmoins combien Léaud est le prolongement naturel de Truffaut. Et plus qu'un film sur le cinéma, ce film est peut-être bien un film sur l'univers de son metteur en scène, artiste visiblement empêtré dans un système économique qui le perturbe, avec en plus des problèmes de libido.

Ce n'est qu'un avis subjectif que l'on est libre de ne pas partager.


Répondre

De Impétueux, le 1er juillet 2007 à 00:34
Note du film : 3/6

Enthousiasme ? Quel enthousiasme ?

Je n'ai jamais vu ce film !!! En aurais-je dit du bien quelque part ? mon gâtisme est-il vraiment définitif ?


Répondre

De Arca1943, le 1er juillet 2007 à 01:32
Note du film : 4/6

Comment, vous ne vous rappelez pas ? Mais allons, c'était juste après votre vibrant hommage à Mort d'un maître de thé et juste avant votre touchante tentative pour réhabiliter Arrête de ramer, t'attaques la falaise


Répondre

De Impétueux, le 1er juillet 2007 à 09:48
Note du film : 3/6

Ah ! C'est vrai ! Maintenant que vous me le rappelez ! Et je crois également dispensé une fine allusion à La nuit américaine dans le corps du dithyrambe (peut-être un peu trop long, avouons-le) que j'ai rédigé pour Rodriguez au pays des merguez de l'immortel Philippe Clair et un questionnement assez angoissé, mais non sans rapport avec le sujet du film de Truffaut dans une chronique assez violente où j'attaquais la sècheresse un peu trop bressonienne du Majordome est bien monté de l'austère et brûlant José Benazeraf !

Heureusement que vous êtes là pour corriger mes trous de mémoire !


Répondre

De Arca1943, le 24 décembre 2008 à 03:38
Note du film : 4/6

Regardez bien passer l'agent d'assurance britannique : c'est Graham Greene !


Répondre

De kfigaro, le 24 décembre 2008 à 09:17
Note du film : 6/6

Non seulement le film est une merveille des merveilles d'un point de vue strictement cinématographique mais la musique de Georges Delerue, loin de se limiter au pastiche baroque bien connu (le fameux "Grand choral"), recèle de véritables trésors de pure délicatesse impressionniste comme "Je Vous Présente Pamela" ou "Alphonse".

La bande originale complète est disponible ici pour presque rien :

Georges Delerue – Le cinéma de François Truffaut


Répondre

De verdun, le 19 décembre 2010 à 22:21
Note du film : 4/6

Ce n'est pas forcément mon Truffaut favori.

Je mettrais au pinacle La peau douce, La chambre verte, L'enfant sauvage, Les Quatre cents coups, Tirez sur le pianiste ou Baisers volés mais pas forcément cette Nuit américaine pourtant si agréable à regarder.

Comme souvent chez Truffaut, il s'agit d'un film bien écrit malgré un côté kaléidoscopique qui donne un sentiment d'hétérogénéité, au scénario assez dense basé sur diverses anecdotes inspirées de la réalité mais on est un peu sur le fil du rasoir. En tous cas on n'oubliera guère certaines séquences comme les trous de mémoire de Valentina Cortese, le chat difficile à diriger ou les rêves où le cinéaste se remémore le temps où il volait les photos d'exploitation de Citizen Kane.

Le ton semble prétentieux mais n'est pas prétentieux. On frôle les clichés avec toutes les coucheries décrites mais on ne tombe pas dedans quand même. Ce n'est pas mal joué mais la distribution est assez étrange : le jeu comme décalé de Léaud ou de Truffaut en personne, des actrices comme Bisset ou Cortese peu habituées à jouer en français, un futur abonné des nanars,l'excellent Bernard Menez, la chanteuse Dani ou l'ex-playboy Jean-Pierre Aumont. En voilà un drôle de casting ! Dernière bizarrerie, le film dans le film, Je vous présente Paméla ressemble à un nanar en studio assez vieillot et qualité française dans ce que cette dernière a de plus suranné. Étrange pour un représentant de la nouvelle vague !

Ce n'est donc pas mon Truffaut de chevet mais cet hommage au septième art reste très attachant et dégage une impression de sincérité même si une certaine candeur a pu lui être reprochée.


Répondre

De vincentp, le 21 décembre 2010 à 12:16
Note du film : 4/6

Je partage l'avis de Verdun concernant les bons films de Truffaut. J'ajouterais à cette liste Le dernier métro, L'histoire d'Adèle H. (à mon avis ses deux meilleures réussites), et aussi L'homme qui aimait les femmes, long-métrage que je n'avais pas aimé une première fois, mais par contre très apprécié plus tard, grâce à son humour décalé, et le fait que le récit échappe aux poncifs type "aventures conjugales" pour créer un univers très original.


Répondre

De Impétueux, le 16 mars 2014 à 13:21
Note du film : 3/6

S'il y a une infinité de films où sont montrés ou projetés d'autres films, en manière de citation ou d'allusion, je ne suis pas certain qu'il y en ait tant que ça consacrés à la mécanique cinématographique, à la façon dont on tourne, à cet artisanat qui exige tant de métiers et tant de monde. Je pense au Silence est d'or, un petit peu à Chantons sous la pluie. Mais sans doute rien qui ait cet aspect presque documentaire de La nuit américaine qui met en valeur l'assistant metteur en scène, l'accessoiriste, la script-girl et même le producteur délégué. Aucun qui montre la fébrilité du réalisateur, sans cesse sollicité par des questionnements invraisemblables, hétéroclites et exaspérants, sans cesse enquiquiné par des guignes, des contretemps, des catastrophes, sans cesse à courir contre le temps qui passe, les humeurs des collaborateurs, les caprices des acteurs.

Ce regard amoureux porté sur le cinéma est évidemment ce qu'il y a de meilleur dans le film de François Truffaut, qui interprète lui-même le réalisateur Ferrand et on y sent la retranscription romancée de tas d'anecdotes vécues, de tas de souvenirs authentiques comme on y voit, dans leur propre rôle (Jean-François Stévenin, alors assistant), ou dans une personnalisation fidèle (Nathalie Baye, qui incarne l'habituelle script de Truffaut, Suzanne Schiffman). Regard amoureux, passionné, même, tellement éclairant dans ce que dit Ferrand à son acteur Alphonse (Jean-Pïerre Léaud) qui veut quitter la baraque : Je sais, il y a la vie privée, mais la vie privée, elle est boiteuse pour tout le monde. Les films sont plus harmonieux que la vie, Alphonse. Il n'y a pas d'embouteillages dans les films, il n'y a pas de temps morts. Les films avancent comme des trains, tu comprends ? Comme des trains dans la nuit. Les gens comme toi, comme moi, tu le sais bien, on est fait pour être heureux dans le travail de cinéma.

On a rarement mieux évoqué la magie du septième art qui, selon le mot de Paul Vecchiali ne doit pas être une évasion, mais une invasion. Cela posé, et malgré cette ambition notable, La nuit américaine patauge un peu, parce que le scénario n'est pas bien tenu, pas bien contenu, que, ainsi qu'il a été dit, il fait la part trop belle à l'anecdote, au pittoresque, parce que les personnages semblent trop des pantins assignés à leur caricature, parce que la distribution est un peu hétéroclite. Et même parce que la musique – superbe ! – de Georges Delerue, aux beaux accents tragiques, semble plaquée sur les images, sans trop de rapports avec elles.

Cela produit un curieux ouvrage, qui a dû donner à son réalisateur et à ses interprètes beaucoup de plaisirs de tournage, mais qui décontenance un peu le spectateur ; ce petit monde des tournages fait songer à ces sociétés de province qui ne sont amusantes que pour ceux qui, vivant sans cesse dans leur cercle, peuvent être au fait des sempiternelles médisances, plaisanteries ou rivalités sur lesquelles pivotent ordinairement les beaux esprits de l'endroit (Eugène Suë).

C'est un peu mince, donc. Mais Jacqueline Bisset est une bien belle plante.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.024 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter